Avertir le modérateur

11/07/2015

Stefan de France, Des quartiers numériques locaux seront identifiés ou créés dans 15 villes ou territoires. Mais la dimension du "quartier" est-elle la bonne ?

20140724_112030.jpgLe quartier est-il le bon périmètre pour la France du numérique ?© Pascal Guittet

 

SOMMAIRE DU DOSSIER

  • La France du numérique fait réagir sur la toile

  • Terroirs numériques

  • Le Big Data ? "Connais pas", répondent les entreprises

  • La France des quartiers numériques

  • Le quartier est-il le bon périmètre pour la France du numérique ?

  • "La deuxième vague numérique arrive et la France a toutes ses chances", affirme Benoît Thieulin

  • Alsace : Strasbourg et Mulhouse, pôle virtuel

  • Aquitaine : Le numérique, l'autre grand cru bordelais

  • Auvergne : Clermont-ferrand, pionnière du haut débit

  • Bretagne : Rennes et Brest, images & télécoms

  • Champagne Ardenne : Domomédecine de pointe

  • Centre : Smart grids à tous les étages

  • Île-de-France : Paris, étendard du digital

  • Franche-Comté : Trois structures boostent le numérique

  • Languedoc-Roussillon : Le numérique autour de la future gare TGV

  • Limousin : Le digital prend racine

  • Lorraine : Nancy et Metz à haut débit

  • Midi-Pyrénées : Un arc numérique pour Toulouse

  • Nord-Pas-de-Calais : Euratechnologies le navire amiral

  • Normandie : Caen et Rouen, soeurs rivales

  • PACA : La quête de l'excellence

  • Pays de la Loire : Nantes, la bonne élève

  • Picardie : Logiciel libre et e-santé

  • Poitou-Charentes : À la recherche de salariés motivés

  • Rhône-Alpes : Lyon et Grenoble, des fertilisations croisées

Rien n’est encore officiel et tous les arbitrages politiques ne sont pas rendus. Mais la quinzaine de quartiers numériques prévus dans la feuille de route numérique du gouvernement ne devraient pas s’appeler… Quartiers numériques. "Nous travaillons en ce moment même avec les écosystèmes sur une marque, probablement en anglais, qui se substituera à Quartiers numériques ", explique-t-on au cabinet de Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l’innovation et à l’Economie numérique. Pourquoi changer, et surtout pour un nom anglais ? "Parce qu’une des deux principales ambitions de ce label est de donner une visibilité internationale aux écosystèmes numériques français", explique  un conseiller de la ministre.

Contrairement aux préconisations du rapport de la Caisse des dépôts, la dimension Métropole serait finalement plus adaptée. Et pas uniquement à Paris, où les écosystèmes numériques sont répartis dans toute la Capitale, avec plusieurs lieux emblématiques d’attractivité. Là, si l’annonce de la création d’un incubateur géant à la Halle Freyssinet d’ici à 2016 grâce au financement  de Xavier Niel pouvait sembler valider la proposition de la Caisse des Dépôt de flécher le quartier numérique parisien  sur cette partie Sud Rive Gauche, ce ne devrait être finalement  pas le cas. Enfin, pas exclusivement. De même, s’il existe bien déjà des quartiers numériques à Lille avec EuraTechnologie, ou à Bordeaux avec la Cité numérique, "on a retenu l’idée d’une labélisation des métropoles numériques, avec une marque ombrelle, qui permettrait de partir collectivement à l’étranger, mais avec de belles histoires d’entreprises à raconter", précise le conseiller.

Retrouvez les champions français du numérique des 20 autres régions dans notre dossier spécial

DES CRITÈRES MOINS STRICTS QUE CEUX DE LA CDC

L’idée de label de la Caisse des dépôts devrait donc être retenue, mais avec des critères d’obtention un peu moins stricts. Pour obtenir la marque "quartiers numériques d’excellence", la CDC préconisait en effet huit critères : un quartier délimité et accessible ; une offre immobilière d’entreprises ; des réseaux Ultra Haut Débit fixes et mobiles ; un écosystème d’acteurs , avec au moins un "Tech Champion" (plus de cinq millions d’euros de chiffre d’affaires, au moins vingt-cinq employés, CA à l’international significatif); un Fablab (lieux de fabrication numériques mutualisés) ; la mise en réseau avec les autres quartiers ; un guichet d’aide aux PME ; une gouvernance locale du quartier. Le Rapport recommandait également une série d’actions, comme la reconnaissance de Paris comme métropole numérique et vitrine internationale ou le déploiement d’un dispositif fiscal attractif pour amplifier l’investissement des business angels.

215 MILLIONS D’EUROS DE BUDGETS

Le plan Quartier numérique final ne devrait pas être dévoilé par le Premier ministre avant début novembre. Mais le PLF2014 donne déjà des indications. Le texte budgétaire parle d’un label obtenu  au terme d’un ou plusieurs appels à projets, d’aires urbaines développant au moins un écosystème d’acteurs du numérique, de bâtiment emblématique, de programmes d’accompagnement et d’espace urbain d’expérimentations numériques. Il évoque également des actions spécifiques,  portées majoritairement par l’initiative privée, de soutien à la croissance des entreprises numériques (talents, mentorat, technologies, marché). 

La Banque publique d’investissement serait  mobilisée "pour l’accompagnement de parcours de croissance des entreprises numériques".  Un financement de 215 millions d’euros est acté, dont 15 millions pour le déploiement de fablabs, avec deux objectifs : "favoriser le développement de l’économique numérique" et "créer un environnement stimulant le développement des écosystèmes d’entreprises du secteur numérique et la croissance de champions français du numérique". Ils se concrétiseraient en 2017, par un chiffre d’affaires cumulé de 250 millions d’euros et la création de 2000 emplois par les pépites  de ces quartiers, ainsi que par l’attraction de 250 talents étrangers.

ENJEU MAJEUR : ATTIRER DES TALENTS

Ce dernier chiffre peut paraitre faible. Mais l’attractivité des talents dans le domaine numérique est devenue une véritable compétition mondiale. C’est peut-être même un des enjeux majeurs aujourd’hui. Même la Silicon Valley peine à trouver toutes les compétences dont elle a besoin ! En fléchant ces écosystèmes numériques, ce sont surtout des entreprises à fort potentiel qu’il s’agit de mettre en avant, les Tech Champions préconisée par la CDC. Ce sont en effet leurs succès et l’implication de dirigeant comme Ludovic le Moan, PDG de Sigfox, à Toulouse, qui aura réellement l’effet d’entrainement dont parle Benoit Thieulin, président du Conseil national du numérique. Tous les ingrédients sont en tout cas là.

Aurélie Barbaux

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu