google-site-verification: googlec3c723fe64a95ade.html

Avertir le modérateur

20/09/2015

Pourquoi votre domicile est une tour de Babel d'appareils connectés mais pour la plupart, ils ne sont pas connectés entre eux. Pourtant, il ne doit pas nécessairement en aller ainsi.

Internet des objets : pourquoi votre domicile est une tour de Babel d'appareils connectés

Avenir de l'IT : Vos "objets" sont peut-être connectés à internet, mais pour la plupart, ils ne sont pas connectés entre eux. Pourtant, il ne doit pas nécessairement en aller ainsi.

 

D'après la légende relatée dans la Bible hébraïque, l'humanité postdiluvienne, unie par une même langue, eut l'audace d'insulter le Seigneur en bâtissant une ville dont la structure principale était une immense tour dont le sommet devait atteindre les cieux.

En punition, Dieu dispersa l'humanité, le projet de construction de la ville fut abandonné et Il fit en sorte que les hommes ne puissent plus se comprendre. La ville fut alors nommée Babel.

Comme la tour légendaire, votre domicile est rempli d'appareils qui communiquent via votre réseau sans fil et avec Internet, mais qui, dans l'ensemble, sont incapables de se comprendre ou de communiquer entre eux.

Dieu, bien sûr, n'y est pour rien. Seule est à blâmer la réticence des fabricants à coopérer pour protéger leurs écosystèmes et préserver le secret de leurs interfaces et API.

Des appareils qui ne parlent pas la même langue

Les acteurs de l'internet des objets veulent que vous achetiez davantage de leurs produits et pas forcément que vous utilisiez leurs produits pour communiquer avec les autres objets que vous possédez.

Ce qui, bien entendu, est regrettable. Vos appareils possèdent tout un tas de capteurs et d'espace de stockage qui sont connectés à de nombreux services de cloud computing. Dans l'idéal, ils devraient pouvoir communiquer entre eux, ce qui permettrait aux développeurs de proposer des applications utiles et intéressantes.

Dans un article précédent, j'évoquais les limitations de l'Echo d'Amazon comparé au système SONOS. Mon principal reproche est le manque de partenariats qu'a Amazon par rapport à SONOS, ainsi que l'absence de la capacité multipièces.

De son côté, SONOS n'a bien entendu pas accès à Prime Music et ne possède pas non plus de capacités de reconnaissance et synthèse vocales. SONOS n'a pas non plus d'interface Bluetooth, contrairement à Echo.

Il serait possible, moyennant un partenariat ou un accord entre les deux entreprises, de concilier le meilleur des deux. Amazon pourrait donner accès aux API Prime Music à SONOS tandis que la propriété intellectuelle de ZonePlayer pourrait être concédée sous licence à Amazon de sorte qu'une enceinte Echo puisse participer à un réseau maillé multipièces SONOS.

Une enceinte Echo pourrait ainsi contrôler un réseau SONOS par la reconnaissance vocale et lire un contenu Amazon Prime sur un système SONOS, ainsi que recevoir le contenu audio Bluetooth d'autres appareils connectés, tels que smartphones et tablettes.

Le problème dans ce cas précis est que ces deux produits se recoupent en termes de fonctionnalités et qu'ils se disputent la part de marché. Or, personne n'a vraiment envie de posséder une collection d'appareils qui font des choses similaires et fonctionnent en silos.

Des fournisseurs peu enclins à coopérer

On peut espérer éliminer la tour de Babel de l'internet des objets, mais les choses progressent lentement. Des accords entre des fournisseurs spécifiques autorisent certains produits à communiquer entre eux, comme avec l'initiative "Works with NEST" de Google.

Le thermostat NEST peut ainsi communiquer avec mon ventilateur Big Ass Fan dans mon salon afin d'optimiser le rafraîchissement à des fins d'efficacité énergétique. Mon système VoIP OOMA peut quant à lui communiquer avec le thermostat et les détecteurs de fumée NEST pour certaines tâches liées à des déclencheurs, telles que l'envoi à mon attention d'un SMS quand le thermostat quitte le "mode Absence" lorsque je ne suis pas à la maison, le renvoi automatique sur mon smartphone des appels passés sur mon téléphone fixe quand je quitte la maison ou l'envoi d'une alerte ou un appel téléphonique pour m'avertir si le détecteur de fumée se déclenche.

Il peut même déclencher une alerte si une activité attendue n'a pas lieu, par exemple si vos enfants ne désactivent pas le capteur "Absence" sur le NEST lorsqu'ils rentrent de l'école à une certaine heure.

Si le programme "Works with NEST" est un bon point de départ, il représente en réalité une petite fraction de ce que les développeurs pourraient faire s'il existait une langue de communication pour l'interopérabilité entre les appareils de l'internet des objets. Google cherche à étendre ce qu'il est en train de faire avec "Works with NEST" en utilisant Brillo et Weave, qu'il a annoncés à la dernière conférence Google I/O.

Brillo est une plate-forme dépouillée dédiée à l'internet des objets, tandis que Weave est l'API de communications/interface. Son fonctionnement sera néanmoins probablement limité aux appareils de l'internet des objets qui s'exécutent sous Android, puisque la pile Brillo est basée sur Android. On peut imaginer que Weave soit porté vers d'autres systèmes d'exploitation, tels que Windows, Mac OS et iOS, ainsi que d'autres versions embarquées de Linux en plus d'Android. Cependant, tout dépend de la volonté de Google d'être un véritable acteur inter-plateformes.

Il ne faut pas oublier qu'il a mauvaise réputation s'agissant de maintenir l'interopérabilité et la compatibilité des applications entre les titulaires de licences Android qui exécutent différentes versions ou entre ceux qui font cavalier seul avec leurs propres implémentations du système d'exploitation mobile à l'aide d'AOSP, tels qu'Amazon avec ses produits basés sur FireOS.

Revenons-en maintenant à SONOS. Par exemple, si l'entreprise devait publier ses API, il y a beaucoup d'autres appareils de l'internet des objets que les fabricants pourraient connecter. L'entreprise Netonos a récemment financé un projet sur Kickstarter qui vous permet d'ajouter l'intelligence artificielle à votre système SONOS.

Netonos Note permet l'intégration de récepteurs modernes de son surround, vous permet de mémoriser vos réglages de groupe SONOS, intègre les sonnettes connectées de sorte que des carillons personnalisés retentissent dans toute la maison et prend même en charge la synthèse vocale pour des annonces personnalisées, telles que "Le dîner est prêt".

Bien entendu, pour que tout ceci fonctionne, Netonos a dû procéder à l'ingénierie inverse des API SONOS. SONOS pourrait tout aussi facilement lancer son propre programme de développement de sorte que des applications encore plus intéressantes pourraient être créées. Les possibilités seraient infinies.

L'internet des objets sera-t-il toujours une tour de Babel ? Ou bien les fournisseurs seront-ils de plus en plus enclins à coopérer au nom de l'interopérabilité et de l'amélioration des fonctionnalités pour leurs utilisateurs finaux ?

17:30 Écrit par franceweb dans 21CenturyWebArchive, Archive21siècle, ArchiveWeb21, Articles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu