google-site-verification: googlec3c723fe64a95ade.html

Avertir le modérateur

31/05/2017

Un nom du présent ouvert sur l’avenir et les nouvelles générations»PoissySmartCity»« La meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le créer »La nouvelle société du savoir !»Société contributive»Repenser notre modèle de société

1agld1r.gifCombien va nous coûter notre futur député ?

Pour tenter de doper les achats de voitures électriques, Mme Royal a annoncé la mise en place d’un bonus prétendu « écologique » pouvant aller jusqu’à 10 000 euros pour qui abandonnerait une vieille voiture diesel. Il ne faut cependant pas oublier que, d’ores et déjà, l’Etat offre 6300 euros sans condition à tout acheteur de voiture électrique, ce bonus étant souvent complété par un autre venant de la Région.

Cela signifie que des lourdes sommes publiques sont gaspillées pour une démarche qui est inefficace sur le plan écologique et injuste sur le plan social  : l’argent de tous est offert aux industriels et aux gens aisés (car ce ne sont pas les ouvriers ou les smicards qui achètent des voitures électriques)

La nouvelle société du savoir !

Société contributive .

FranceWebAsso  c'est Moi, c'est Vous, c'est Nous !

« La meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le créer »

Définir le périmètre stratégique de la performance globale de la France

FranceWeb  La nouvelle société du Savoir

actualités,artisans,association,blog,blogs,citations,citoyen,collaborative,collectivité,communication & relations médias,community,conseil,culture,démocratie,dipl.ing.stefan v.raducanu,education,electeur,entrepreneurship,entreprises,exposants,femmes,france,franceweb,e-globalnetwork,francewebasso,innovation,international,internet,internet citoyen,invitation,lmathieuwebcollection,madeleine et stefan raducanu,métiers,mobile,monde,numérique,onegloballocal,opportunités,organisation,organisme,partenaires,poissyweb social network,poissywebcitoyen,recherche,réseau,seniors,smartcity,social media intelligence,sru-electronics,stefanwebcollectionun nom du présent ouvert sur l’avenir et les nouvelles générations.

Notre philosophie: Être les meilleurs dans ce que nous maîtrisons le mieux et ce que nous aimons faire.

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Privilégier l'esprit d'équipe, le partage des savoir-faire et la solidarité, à la fois en interne et dans nos partenariats.
Mettre chacun en situation de réussite. Contribuer par la qualité individuelle à la performance commune.

Services uniques à la pointe pour que vous soyez plus compétitif.

Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance est primordial pour notre pays dans l'avenir. Rénover la démocratie.

IMPLIQUER TOUS LES CITOYENS DANS LA SOCIETE DE L'INFORMATION

e-Collaboration , le travail en réseau et l’efficacité collective : modèle de développement pour la réussite

Tous, entrepreneurs de la connaissance

Le travail collaboratif n’est pas obligatoire, il est incontournable. Les méthodes et outils pour collaborer, intégrer, formaliser, organiser, représenter et disséminer ce savoir, cette expertise et ces connaissances existent.

FRANCEWEB est organisé pour vous permettre de maîtriser ces méthodes et outils et de placer ainsi la e-collaboration au coeur de la compétitivité, de la création de valeur et de l'innovation de l’entreprise. Illustré par de nombreux cas concrets et s'appuyant sur l'expérience des membres, FRANCEWEB s'attache à développer une pédagogie de partage et de formalisation pratique exemplaire qui fait le succès reconnu de ces espaces de travail collaboratif.

FRANCEWEB favorise les échanges économiques, sociaux et culturels d'entreprises et territoriaux, le travail en réseau et met à la disposition de ses membres tout le savoir, afin de les aider concrètement dans leur développement.
Repérer ces savoirs, les enrichir, les développer; organiser le partage, leur cross fertilisation, leur inter multiplication pour accroître la création de valeur au service de l'individu, entreprise ou territoire, voilà l'ambition du FRANCEWEB.

Cette grande ambition se concrétisera si chacun d'entre nous, élu, décideur, chef d'entreprise, enseignant, citoyen est capable de la prendre à bras le corps, faisant preuve d'audace sur le plan créatif et que nous engagions des actions encourageantes pour les générations futures.

Son Programme

Son programme, pragmatique et ambitieux, vaste chantier concernant les ressources humaines, s’inscrit dans le droit fil de la société de l’information, à travers les territoires, favorisé par l’approbation des usagers de l’Internet et les forces vives de la collectivité (habitants, associations, entreprises, structures, réseau de l’éducation etc.) : cette pluralité des acteurs économiques permettant la complémentarité des approches des savoir-faire et des modes d’intervention indispensables à une mise en œuvre opérationnelle du développement durable dans la nouvelle société du savoir et de la connaissance. FRANCEWEB est à la recherche de partenaires ayant une forte expérience, ainsi que des compétences gravitant autour de trois pôles : social, économique, technologique.

Le concept s’appuie sur trois axes en interactions

AGILITE, INNOVATION, EMPOWERMENT

Knowledge Sharing for a more agile, innovative and engaged organisation.

Des connaissances partagées sur le Web ouvert

La plateforme

 FranceWebAsso  c'est Moi, c'est Vous, c'est Nous !


1agld1r.gifVéhicules électriques : à l’attention de Nicolas Hulot

débranchement de voiture électrique

Observatoire du Nucléaire – 05/02/2015

Bonus « écologique » pour voiture électrique : écologiquement inefficace, socialement injuste

Pour tenter de doper les achats de voitures électriques, Mme Royal a annoncé la mise en place d’un bonus prétendu « écologique » pouvant aller jusqu’à 10 000 euros pour qui abandonnerait une vieille voiture diesel. Il ne faut cependant pas oublier que, d’ores et déjà, l’Etat offre 6300 euros sans condition à tout acheteur de voiture électrique, ce bonus étant souvent complété par un autre venant de la Région.

Cela signifie que des lourdes sommes publiques sont gaspillées pour une démarche qui est inefficace sur le plan écologique et injuste sur le plan social  : l’argent de tous est offert aux industriels et aux gens aisés (car ce ne sont pas les ouvriers ou les smicards qui achètent des voitures électriques)

Inefficace sur le plan écologique

Il est absurde et vain de dépenser de l’argent public pour remplacer des voitures polluantes (thermiques) par d’autres voitures polluantes (électriques, et en réalité nucléaires puisque rechargées sur le réseau ErDF, à 75% alimenté par le nucléaire).

Pour mémoire, l’Observatoire du nucléaire a contraint les principaux constructeurs de voitures électriques à retirer les mots « propre » ou « écologique » de leurs publicités [1], en particulier parce que le rechargement des batteries est effectué en France à 75% par de l’électricité nucléaire, et parce que la construction des voitures électriques et de leurs batteries a des conséquence graves sur l’environnement (par exmeple par les mines de lithium, métal utilisé pour les batteries).

Par ailleurs, l’Ademe a montré que, même pour les émissions de CO2, la voiture électrique n’est pas plus vertueuse que la voiture thermique [2] : il faut avoir roulé de 50 000 à 100 000 km en voiture électrique pour commencer à émettre moins de co2 qu’avec une voiture thermique. Cela correspond à 10 à 20 km par jour 365 jours par an pendant 10 ans ! Or les trajets en voitures électriques sont très courts : il est probable que ces kilométrages ne seront souvent pas atteints, ou alors à peine dépassés.

D’autre part, sauf à se soumettre à la communication du lobby nucléaire, il n’y a pas que les émissions de co2 et de particules qui posent problème : l’électricité française est certes moins « carbonée », mais elle vient majoritairement de centrales nucléaires qui produisent des déchets radioactifs… fort peu écologiques. A nouveau, les expressions « voiture propre » et « voiture écologique » sont des absurdités que l’on regrette de voir reprises telles quelles ici où là…

Qui plus est, il faut rappeler que les voitures électriques de M Bolloré (en particulier les systèmes Autolib à Paris, Bluecub à Bordeaux, Bluely à Lyon) consomment de l’électricité même lorsque leurs batteries sont pleines afin de les maintenir à 80° : gaspillage d’électricité et production supplémentaire de co2 et de déchets radioactifs…

Une insupportable délocalisation de la pollution

Bien sûr, la voiture électrique ne pollue pas (ou peu) au moment où elle roule : les pollutions ont lieu avant, après, et surtout ailleurs. Il s’agit d’une insupportable délocalisation de la pollution au profit d’urbains occidentaux aisés qui « paradent » en voitures électriques… tout en polluant loin de chez eux.

Mme Royal ferait bien de regarder comment la ville de Berlin a considérablement assainit son air [3] en imposant des conditions draconiennes aux voitures thermiques… et non en tentant vainement de remplacer la peste (voitures thermiques) par le choléra (voitures électriques).

Antidémocratique et anti-social

Poursuivi en justice par Bolloré qui a porté plainte contre les débranchements d’Autolib (Paris) ou de Bluecub (Bordeaux) en charge sur la voie publique, l’Observatoire du nucléaire ne se laisse pas intimider et continue à dénoncer les mensonges des constructeurs de voitures électriques (Renault et Bolloré en tête). Ce combat sera d’ailleurs illustré dans l’émission Envoyé spécial de ce jeudi [4].

L’Observatoire du nucléaire dénonce avec la même vigueur le fait que l’argent public soit gaspillé en étant offert par les pouvoirs publics aux constructeurs de voitures et de bornes électriques, au lobby nucléaire (la quasi totalité de bornes prévues seront alimentées par ErDF, à 75% par le nucléaire) et aux citoyens aisés (99% des acheteurs de voitures électriques) qui bénéficient donc de l’argent de tous.

Les bonus prétendus « écologiques » sont de fait injustifiables tant sur le plan écologique que sur celui de la justice sociale, de même d’ailleurs que le financement des bornes de rechargement par l’état, les communes et autres collectivités territoriales : lorsqu’il apparaitra que ces bornes sont inutiles et déjà obsolètes, et que l’argent public aura été massivement gaspillé, ce dossier fera l’objet d’un scandale de la plus grande ampleur [5].

[1France5 : La voiture électrique n’est ni « propre » ni « écolo » : L’ODN contre la voiture électrique… et nucléaire

[5Économie matin, 28 novembre 2014

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu