google-site-verification: googlecefa9497ae54ff6a.html

Avertir le modérateur

28/02/2018

Do You Speak Millennial?Pour la recherche, pour la santé, pour demain,Dipl.ing.StefanV.Raducanu,FranceWebAsso,PoissyWebCitoyen,Networking,MyNewsCenter

Très récemment, les neurosciences, associées avec la microbiologie, ont montré qu’il y a une flore intestinale qui communique en permanence avec notre cerveau.

Aujourd’hui, je vous propose une communication du professeur Pierre-Marie Lledo, extraite de « Sciences et avenir ». Elle m’a paru à ce point édifiante que je la publie telle quelle. Faisons-en notre miel et suivons ses recommandations.

La production de nouveaux neurones ne s’arrête jamais. Des chercheurs ont observé que dans une région du cerveau impliquée dans la formation des souvenirs et la gestion des émotions – l’hippocampe -, les anciens neurones étaient remplacés par d’autres, fraîchement produits à partir de cellules souches. Et chacun de nous aurait ce potentiel, quel que soit notre âge. Rassurant. Sauf que, les expériences chez les souris ont montré que cette capacité pouvait diminuer, voire même disparaître (en cas de stress) selon l’environnement. Au contraire, dans un environnement adapté, la neurogenèse chez les rongeurs a été multipliée par trois en quelques semaines. Le directeur du département de neurosciences à l’institut Pasteur nous livre six principes à respecter pour conserver un cerveau jeune jusqu’à la fin de ses jours.

1.Fuir la routine

Le cerveau se nourrit du changement. En effet, la stimulation provoquée par le changement entraîne les cellules souches à produire de nouveaux neurones. Il faut donc fuir la routine, « respecter la libido sciendi, c’est-à-dire la soif de comprendre et d’apprendre« .

2.Lutter contre l’infobésité

Le cerveau est malléable et l’information invite directement les circuits à se régénérer. En revanche, la question à se poser est : quelle information ? L’écosystème numérique dans lequel nous vivons entraîne une avalanche d’informations certes… Trop selon le médecin. « L’information qui nous fait juste savoir est absolument délétère, et n’incite pas le cerveau à produire de nouveaux neurones. Bien au contraire, ce dernier, bombardé d’informations, est alors condamné à l’anxiété« . Concrètement, il est indispensable de trier cette information : choisir l’utile, celle qui nous fait comprendre, et se débarrasser de la futile, celle qui nous fait juste savoir.

3.Bannir anxiolytiques et somnifères

L’objectif des anxiolytiques et des somnifères est d’empêcher le cerveau, celui qui cherche à comprendre, de fonctionner. Leur consommation permet de mettre le cerveau en « marche automatique ». Leur utilisation chronique est donc une entrave à la production de nouveaux neurones.

4.Bouger !

Il nous faut lutter contre la sédentarité car la science nous dit que, en cas d’activité physique, les muscles produisent des subtances chimiques (nommés facteurs trophiques) qui, par voie sanguine, viendront agir sur le cerveau et particulièrement sur la niche de cellules souches. Il existe donc une corrélation directe entre activité musculaire et production de nouveaux neurones.

5.Cultiver l’altérité

Certaines parties de notre cerveau, que nous ne pouvons pas contrôler, ne sont engagées que lorsque ne nous sommes exposé à autrui. « C’est ce qu’on appelle globalement le cerveau social. Plus vous allez cultiver votre altérité, et plus vous allez soigner votre cerveau car il sera enclin à produire plus de nouveaux neurones« .

6.Soigner le microbiote

Très récemment, les neurosciences, associées avec la microbiologie, ont montré qu’il y a une flore intestinale qui communique en permanence avec notre cerveau. Notre régime alimentaire a donc un rôle important : la consommation de fibres, un régime varié, incitent à la prolifération de certaines espèces bactériennes concourant justement à la prolifération de neurones. A l’inverse, une nourriture peu variée, riche en sucres, en graisses, favorise la prolifération d’espèces bactériennes qui ne permettront plus aux cellules de produire de nouveaux neurones, quel que soit l’âge.

Un bon microbiote (régime alimentaire varié) favorise les nouveaux neurones.

Si vous voulez aller plus loin, voir  vidéo de l’intervention de Pierre-Marie Lledo lors du colloque S3 Odéon en 2016 : https://www.youtube.com/watch?v=RmgGhPX-nY0......

Vous envisagez de vous faire accompagner ?

Ecrivez-moi : alain.goetzmann@deltaintermanagement.com

Téléphonez-moi : +33 607 552 646

foule.jpg20141225_164000.jpg

Pour la recherche, pour la santé, pour demain

sch_info_01_full.pngContact: Ing.Stefan Raducanu, Data Scientist
Tél: 0139655034
Mail: franceweb@gmail.com
 

Troisième République et complotisme

À propos de : Emmanuel Kreis, Quis ut Deus ? Antijudéo-maçonnisme et occultisme en France sous la IIIe République, Belles Lettres
par Cédric Perrin [21-02-2018]

Revenant sur les sources de la théorie du complot judéo-maçonnique, un ouvrage monumental montre comment de communes hostilités ont structuré l'opposition d'une partie des catholiques au monde moderne et à la République.

Dipl.ing.StefanV.Raducanu,FranceWebAsso,PoissyWebCitoyen,Networking,MyNewsCenter,Comment l'intelligence artificielle peut influencer le monde numérique et physique

26 chercheurs provenant de 14 institutions d'horizons variés ont publié la semaine dernière un texte commun d'une centaine de pages dans lequel ils entendent mettre en garde contre une potentielle « utilisation malveillante de l'intelligence artificielle,

Phishing parfaitement calibré pour une cible, malware avec une incroyable capacité d'adaptation, robot détourné de sa fonction première pour identifier et détruire une cible, système prédictif de perturbation civile et « fake news ». Voici quelques exemples des dérives possibles de l'intelligence artificielle, mises en avant dans un (très) long rapport.

26 chercheurs provenant de 14 institutions d'horizons variés ont publié la semaine dernière un texte commun d'une centaine de pages dans lequel ils entendent mettre en garde contre une potentielle « utilisation malveillante de l'intelligence artificielle ».

Parmi les intervenants, on retrouve des membres de plusieurs universités, notamment celle d'Oxford, de l'alliance OpenAI pour la recherche ouverte sur l'IA, du Centre pour l'étude des risques existentiels (CSER) et de l'Electronic Frontier Foundation (EFF) pour ne citer qu'eux.

Encore un bilan sur les risques de l'intelligence artificielle

Baptisé « L'utilisation malveillante de l'intelligence artificielle : prévision, prévention et atténuation », il distille les résultats d'un atelier du Future of Humanity Institute organisé en février de l'année dernière. Le thème principal était justement les risques potentiels de l'intelligence artificielle, un sujet anxiogène pour certains.

On y retrouve également des recherches supplémentaires de la part des auteurs, ainsi que des contributions externes. Ils remercient par exemple des employés de Google/DeepMind, de Microsoft, des chercheurs de l'université de Carnegie-Mellon, des philosophes (Toby Ord et Nick Bostrom), le spécialiste de la nanotechnologie Kim Eric Drexler, etc.

Ce large bilan ne veut pas uniquement alerter des potentiels dangers, mais aussi et surtout ouvrir le débat avec le public, les dirigeants, les chercheurs et les responsables politiques. Ce n'est pas le premier rapport du genre, loin de là.

Pour rappel, au cours des derniers mois, nous nous sommes penchés sur l'épais rapport de la CNIL, les enjeux économiques et cadres légaux soulevés par le Sénat, le rapport européen sur les risques de l'intelligence artificielle, le bilan #FranceIA de France Stratégie et du CNNum, la très longue étude de 275 pages de l'OPECST et les « 23 principes d'Asilomar ».

Une évaluation des craintes pour les prochaines années

Concernant l'impact – surtout négatif dans le cas présent – de l'intelligence artificielle dans le monde, trois axes principaux sont développés dans ce nouveau rapport : numérique, physique et politique.

Après une présentation générale, les chercheurs nous proposent une projection dans le futur de ce que pourraient être des cas pratiques de dérives liées ou aidées par l'intelligence artificielle. Des idées de prévention et d'atténuation des risques sont également mises en avant. 

Après une lecture attentive de l'ensemble, voici notre bilan détaillé de ce qu'il faut en retenir.

Notre dossier sur le rapport du Future of Humanity Institute sur l'intelligence artificielle :

Une étude soutenue financièrement par le Future of Life Institute

 Lisez la suite : 78 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.

Un Manager génial ! Une équipe soudée

Regarde avec moi.jpg

sch_web_07_full.pngContact: Ing.Stefan Raducanu, Data Scientist
Tél: 0139655034
Mail: franceweb@gmail.com
 

27/02/2018

Airbus et cinq autres firmes créent la Seamless Air Alliance,> Au Sénat, grand coup de rabot sur le registre numérique de lobbyistes,>Huawei, Nokia, Samsung,conférences du MWC 2018 dès 14h

Airbus et cinq autres firmes créent la Seamless Air Alliance,> Au Sénat, grand coup de rabot sur le registre numérique de lobbyistes,>Huawei, Nokia, Samsung,conférences du MWC 2018 dès 14h

Airbus et cinq autres firmes créent la Seamless Air Alliance

En plus du constructeur européen, l'alliance comprend la compagnie Delta, les opérateurs de télécommunications Sprint (USA) et Airtel (Inde), le spécialiste de la connectivité aérienne Gogo et le projet OneWeb.

Rendre les systèmes de connectivité en vol plus faciles et moins coûteux à installer. C'est un des buts essentiels de la Seamless Air Alliance (ndlr : Alliance aérienne "sans fil"), qui vient d'être créée par le constructeur Airbus, la compagnie aérienne Delta, les opérateurs de télécommunications Airtel et Sprint, le fournisseur de connectivité en vol Gogo et le projet OneWeb. Pour mémoire, OneWeb est un projet, mis en place à partir de 2014 (sous le nom de WorldVu), de "constellation" d'environ 650 satellites circulant sur orbite basse visant à fournir aux particuliers un accès mondial à Internet à haut débit à compter de 2022. En juillet 2015, OneWeb a conclu avec Arianespace pour la mise sur orbite d'un ensemble de satellites via des lanceurs Soyouz. Les satellites doivent être lancés à partir de cette année et couvrent chacun une surface au sol de forme elliptique dont la plus grande longueur est de 1500 km. Les satellites sont assemblés par une coentreprise créée entre Airbus Defence and Space et Oneweb baptisée "Airbus-OneWeb-Satellite". 

La Seamless Air Alliance, qui espère attirer de nouveaux opérateurs industriels au delà des fondateurs, vise à éliminer les coûts immenses et les obstacles communément associés à l'acquisition, l'installation, l'intégration et la certification des systèmes, proposer des spécifications ouvertes pour l'interopérabilité, développer l'accessibilité pour les passagers et mettre un système de facturation simple et intégré.    

Seamless Air Alliance : cinq sociétés (dont Airbus) veulent proposer ...

Airbus: création de la 'Seamless Air Alliance' - Bourse en ligne ...

Airbus, Delta, OneWeb, Sprint et Airtel annoncent la formation de ...

Seamless Air Alliance to provide streamlined inflight connectivity ...

Seamless Air Alliance aims to improve in-flight connectivity - New Atlas

Introducing The Seamless Air Alliance: 5G In-Flight Connectivity ...

Airbus, Delta, OneWeb, Sprint, Airtel Announce the Formation of ...

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu