google-site-verification: googlecefa9497ae54ff6a.html

Avertir le modérateur

15/05/2018

Pour la Société Française,ce qui manque à la France : une démocratie (vraie et participative, modèle suisse), une logique prospective pour le 21 siècle, basé sur concertation pas sur confrontation, avec l’homme de la nature, l’homme de l’homme, multiple «

FranceWebAsso, SocSav21, Ecran FranceWeb21,FRANCE WEB, " Association des utilisateurs francophones du Web, pour le développement durable de la société en réseau et de l’économie de la connaissance".Venez nous rejoindre,

Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance est primordial pour notre pays dans l'avenir.

e-Collaboration , le travail en réseau et l’efficacité collective : modèle de développement pour la réussite

Développer des réseaux de savoirs

Accroître les compétences ...Valoriser l'économie

Le développement de la société en réseau, de l'économie du savoir et de la connaissance, au niveau local, régional, national et international, par une dynamique individuelle, nous a propulsés dans la mobilisation de l'intelligence collective. Tant à l'échelle des entreprises ou des administrations qu'à celle des régions ou même des nations, la tension vers l'intelligence collective supposant une attention nouvelle portée à l'humain en tant que tel. Lorsque l'on fait appel à toutes les ressources affectives et intellectuelles des personnes, quand on doit susciter des capacités d'écoute et d'attention à l'autre, si l'interconnexion planétaire et les rétroactions sociales suscitent des jeux où l'on gagne d'autant plus que le partenaire gagne, alors la concurrence se déplace sur le terrain éthique. Il faut organiser des programmes d'apprentissage interne pour stimuler la prise de conscience, la culture et l'enthousiasme stratégique ; infuser des valeurs organisationnelles et des principes éthiques à l'appui .

FRANCEWEB et le Développement Durable.

L’engagement de chacun, condition d’une stratégie pour tous.

FW-pour-vous-et-avec-vous.gif " Association des utilisateurs francophones du Web, pour le développement durable de la société en réseau et de l’économie de la connaissance".

  "RÉSEAU DE PARTENAIRES PLURIDISCIPLINAIRES POUR OPTIMISER LES PERFORMANCES DES ENTREPRISES, ADMINISTRATIONS ET COLLECTIVITÉS EN FRANCE ET DANS LE MONDE".

Venez nous rejoindre , afin de participer à cette mobilisation et de stimuler le plein emploi de l'intelligence générale des individus faisant appel à la connaissance du monde.

L'Internet c'est Vous ! Rencontrer, découvrir, dialoguer, entreprendre, partager, préparer l'avenir...  

Tisser la toile, accompagner les entreprises en mutation, les collectivités territoriales, les organismes publics, partager les meilleurs usages internationaux de l'Internet et du e-business, approfondir la compréhension des technologies les plus avancées et promouvoir leur ouverture, agir pour permettre leur accès au plus grand nombre, sensibiliser la France entière aux enjeux de la société en réseau, faire partir d'un réseau de confiance, débattre sans tabou des vraies questions de l'e-transformation avec les meilleurs experts, intégrer en permanence la créativité, développer compétitivité et innovation dans une société mondiale en réseau.

Bringing People Closer Together

"Agis de telle sorte que tu traites l'humanité toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen."

N'attendez pas votre place, créez-la!

FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 C'est notre capital !

Veuillez envoyer vos manifestations d’intérêt à Stefan Raducanu  - Président-Fondateur FRANCE WEB

Mobiliser l’intelligence collective 

Le Mot du Président

Simple e-citoyen

Stefan Raducanu. Président . Tél : +33 1 39 65 50 34.   Contact : stefanraducanu@yahoo.fr

Sensibiliser, informer, promouvoir...

Groupe d'intérêts.jpgPour Vous et avec Vous!

Un projet ambitieux, humain, imaginatif, hors normes, réunit 3 pôles est sera tourné vers une approche de bien-être collectif et individuel, grâce à son architecture, à l'intégration de la nature et aux services proposés. Laisser les groupements d'opérateurs faire preuve d'imagination. Même s'il s'agit d'un exercice difficile, nous invitons les groupements à laisser libre cours à leur imagination tout en leur demandant d'intégrer ce modèle de société.

Explorer le futur !!!

Des Hommes - Des Entreprises -Des Technologies

Un projet pour changer d'époque !!!!!

FranceWeb213ARWD1.GIF: La nouvelle société

3poles.pngEncourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir..En fait, la seule chose qui est nuisible, et qui est à rejeter par le sage, ce n’est pas telle ou telle partie ou caractéristique du monde, ou tel ou tel événement. C’est un comportement précis de l’homme, celui qui consiste justement à se rebeller, se lamenter ou refuser un événement.Le cours des événements, est donc non seulement déterminé par une nécessité de fer, mais aussi juste : Souviens toi que tout ce qui arrive arrive justement. Je ne dis pas seulement : arrive selon la suite, mais encore selon la justice.

Porter un regard sur les façons de faire de notre groupe comme modèle de société..

21CenturyWebArchive : FranceWebAsso > Société du Savoir ...

idfregionconnectee.20minutes-blogs.fr/actualites/ -
FranceWebAsso, numérique des lumières, Créer un monde auquel chacun souhaite appartenir>Préparer le capital humain dans l'économie de la ...

21CenturyWebArchive : eCitoyenSmart@PoissyWebtCity >Vision ...

lascalaapoissy.20minutes-blogs.fr/actualites/
 
 Le premier Web Citoyen,numérique de lumières Pour Vous et avec Vous, Web participatif, Annoncez-vous: Informer, Diffuser vos Communiqués, Collaborer, .

FWVAG21>21CenturyWebArchive @FranceWebAsso > Société du ...

bonheur.20minutes-blogs.fr/.../21centurywebarchive-francewebass...
 
Mar 22, 2018 - 21CenturyWebArchive : FranceWebAsso > Société du Savoir ..numérique des lumières.FWVAG21 La planète est mon village ! BUSINESS ..

Edition - Médias - MyWeb -> c'est Moi, c'est Vous, c'estNous >Humain ...

lascalaapoissy.20minutes-blogs.fr/archives/category/.../index-249.ht...
 
C'EST LA VIE, MediaCity, Le média citoyen, Pour Vous et avec Vous, Web participatif, Annoncez-vous: Informer, Diffuser vos Communiqués, Collaborer, Réussir ..

21CenturyWebArchive : eCitoyen>Poissy,numérique de lumières ...

lascalaapoissy.20minutes-blogs.fr/archives/category/.../index-242.ht...
 
Vous avez décidé d'entreprendre des travaux électriques ou vous avez besoin d'une borne de charge Z.E. Ready (wallbox). En utilisant l'annuaire du Réseau ...

Internet citoyen - eCitoyen>Poissy,numérique de - 20minutes-blogs

lascalaapoissy.20minutes-blogs.fr/archives/category/.../index-320.ht...
 
Etre utile, transmettre sa passion, se faire plaisir, vivre de grands moments, découvrir des personnes différentes de soi, faire profiter les autres de ses .

FWVAG21>21CenturyWebArchive : FranceWebAsso > Société du ...

idfregionconnectee.20minutes-blogs.fr/.../21centurywebarchive-fra...
 
Mar 22, 2018 - SRU-Electronics >21CenturyWebArchive>WebinafewWords>Everything we know about price formation is wrong.>FranceWebSharing ...

FWVAG21>21CenturyWebArchive> La blockchain ...

idfregionconnectee.20minutes-blogs.fr/.../la-blockchain-francewebs...
 
Mar 25, 2018 - MyNewsCenterNavigator. NewsCenter for everyone A Day in the World....Discover the World ! News You Can Use At Your Fingertips, Is Just A..

Archives - 21CenturyWebArchive : MyNewsCenterNavigator ...

bonheur.20minutes-blogs.fr/archives/category/.../index-944.html
 
Bonheur de construire, Le blog de la tranquillité. La récompense, c'est le Voyage ! Espace de mutualisation des connaissances, carrefour de rencontres, ...
SRU International Research.gif

Institut for International Research>SRU-Electronics ...

Cessons les cocoricos...Pour la Société Française

Ce qui manque à la France : une démocratie (vraie et participative, modèle suisse), une logique prospective pour le 21 siècle, basé sur concertation pas sur confrontation, avec l’homme de la nature, l’homme de l’homme, multiple « polyactif » le pivot de ce nouveau monde, des individus et de groupes (énergie collective), instinct de dépassement (se dépasser soi-même) , faim de savoir, l’appétit d’aller plus loin, réussir avec le travail dans le 21 siècle afin de transformer les idées et le savoir-faire en moteurs de l’économie. Le projet FranceWebAsso, montre une société en mutation, en renaissance, encore en conflit avec les anciens systèmes, basée sur la logique du travail coopératif que favorisent les NTIC, une nouvelle solidarité où les filières professionnelles organisées en réseaux brisent les castes sociales traditionnelles qui ne sont plus simplement des classes sociales en voie de disparition, mais qui s’inscrivent à des niveaux de co-responsabilité dans l’exercice du droit du travail. FranceWebAsso propose une analyse impressionnante et originale des impacts des nouvelles technologies sur le monde du travail, sans s’abstraire du contexte économique, social et politique des temps à venir. Le projet explique comment la part de la richesse créée par notre économie, et par nos gains de productivité, est structurellement confisquée à la force du travail par un Etat de plus en plus endetté et une sphère mondiale de plus en plus puissante. D’où des effets pervers qui affectent tout autant le pouvoir d’achat des familles que la capacité de la plupart des entreprises à créer de l‘emploi et à se développer.

Avec FranceWebAsso @ PoissyWebCitoyen> "Le bonheur est souvent la seule chose qu'on puisse donner sans l'avoir et c'est en donnant qu'on l'acquiert"

La France : et si on changeait tout ? Venez nous rejoindre , afin de participer à cette mobilisation et de stimuler le plein emploi de l'intelligence générale des individus faisant appel à la connaissance du monde.

L'Internet c'est Vous ! Rencontrer, découvrir, dialoguer, entreprendre, partager, préparer l'avenir...  

Tisser la toile, accompagner les entreprises en mutation, les collectivités territoriales, les organismes publics, partager les meilleurs usages internationaux de l'Internet et du e-business, approfondir la compréhension des technologies les plus avancées et promouvoir leur ouverture, agir pour permettre leur accès au plus grand nombre, sensibiliser la France entière aux enjeux de la société en réseau, faire partir d'un réseau de confiance, débattre sans tabou des vraies questions de l'e-transformation avec les meilleurs experts, intégrer en permanence la créativité, développer compétitivité et innovation dans une société mondiale en réseaux

"Agis de telle sorte que tu traites l'humanité toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen." Marc Aurèle.

"Les héros, ou simplement les gens bien, sont à la fois un modèle et un encouragement. Nous en avons besoin !" Dipl.Ing.StefanV.Raducanu

Intelligence, Still Artificial

About: Catherine Malabou, Métamorphoses de l'intelligence. Que faire de leur cerveau bleu ?, PUF
by Tristan Fournier [10-05-2018]

At a time when artificial intelligence is the focus of growing public attention, the philosopher Catherine Malabou questions the increasingly porous boundaries between the human brain and the synthetic brain. In doing so she traces the development of the concept of intelligence.

Of Trees and Signs

About: Eduardo Kohn, Comment pensent les forêts : Vers une anthropologie au-delà de l'humain, Zones Sensibles
by Martin Fortier [14-05-2018]

Trees think, explains E. Kohn, because they have the ability to represent the world and today's anthropology can help us go beyond the distinction between the human and the non-human. The risk here, though, is giving a weak definition of thinking.

Amours et colères médiévales

À propos de : Damien Boquet et Piroska Nagy, Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l'Occident médiéval, Seuil
par Didier Lett [17-05-2017]

Étudiant le répertoire des émotions au Moyen Âge, deux historiens montrent l'importance de la vie affective dans la construction du sujet et des relations sociales. Plongée dans l'intimité des

La lutte politique des étudiants

par Julie Le Mazier [08-05-2018]

Le blocage des universités est accusé de n'être qu'un désordre public, organisé par des militants rompus à l'exercice. J. Le Mazier montre pourquoi ce jugement ne reflète pas ce qui se passe sur les campus.

L'ostentation, tout en nuance

À propos de : Elizabeth Currid-Halkett, The Sum of Small Things. A Theory of the Aspirational Class, Princeton University Press, 2018
par Ève Sihra [09-05-2018]

Les classes dominantes affichent traditionnellement leur supériorité par le faste de leurs dépenses. Selon Elizabeth Currid-Halkett, l'affirmation statutaire est en pleine mutation et passe désormais par des signes beaucoup plus discrets, où la distinction vient remplacer l'ostentation.

L'Europe d'après

À propos de : Ivan Krastev, Le Destin de l'Europe. Une sensation de déjà-vu, Premier Parallèle
par Nicolas Leron [10-05-2018]

Ivan Krastev envisage la désintégration de l'Union européenne, à partir de la double fracture qui oppose l'est et l'ouest et le peuple et les élites. L'Union européenne a-t-elle un avenir ? Le politiste croit le discerner dans l'adoption d'une attitude plus conciliante envers les revendications des pays est-européens.

La nouvelle puissance chinoiseEntretien avec Juliette Genevaz

par Émilie Frenkiel [11-05-2018]

Lors du XIXe congrès du Parti communiste chinois en octobre 2017, Xi Jiping a révélé une vision ambitieuse et idéologique de l'avenir de la Chine. Juliette Genevaz revient ici sur la particularité de ce modèle politique et sur les objectifs de développement économique et de politique étrangère.

Mourir ou trahir

À propos de : J.-M. Chaumont, Survivre à tout prix ? Essai sur l'honneur, la résistance et le salut de nos âmes, La Découverte
par Frédérique Leichter-Flack [15-05-2018]

Que serait-on prêt à faire pour survivre en situation extrême ? Le sociologue J.-M. Chaumont nous emmène voir de près en quels termes s'est posé ce dilemme pour trois catégories de survivants. Et montre comment on peut venir à croire que la vie sauve s'obtient parfois au prix du salut de l'âme.

La résistance des images

À propos de : Benito Bermejo, Le Photographe de Mauthausen. L'histoire de Francisco Boix et des photos dérobées aux SS, Territoires de la Mémoire
par Frédéric Rousseau [14-05-2018]

En 1943, un photographe espagnol sauve de la destruction les photographies prises par les SS de Mauthausen. Au delà du quotidien du camp, l'exceptionnelle « collection Boix » documente la condition concentrationnaire. Elle éclaire l'importance de la photographie pour l'histoire — et vice versa.


Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,FranceWeb21,SocSav21,WTMW,Why Do You Love the Web?Getting Started With Workplace Communication Governance,Start With Strategy,Talk About Your Toolset,Remember the Audience,Set Criteria for New Functionality,Create, Listen,Publish

Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu,WelcomeToMyWorld,IMMORTALITY,StefanWebCollection, Conçu pour les geans pas pour le profits, EGLOBALNETWORK,Tous Président avec FranceWebAsso@ PoissyWebCitoyen>Société du Savoir>MyNewsCenterNavigator, Capture, collect, and share

Une discussion avec des amis pourra vous apporter des informations de premier ordre ! A l'occasion d'une réunion, où des sujets de toutes natures seront abordés, vous récolterez de quoi mieux gérer l'un de vos projets personnels. Mais attention aussi à ne pas trop vous laisser influencer ensuite par tous ces avis qui finalement ne sont bons à prendre qu'en partie... Piochez ce qu'il y a d'intéressant, et faites clairement le tri

20130720_160102.jpgWelcome To My World

Bringing People Closer

3ALWD1.GIF

"Live, enjoy, invest, follow the guide"3ARWD1.GIF

SRU-Electronics


Recension Politique

L’Europe d’après

À propos de : Ivan Krastev, Le Destin de l’Europe. Une sensation de déjà-vu, Premier Parallèle


 

Ivan Krastev envisage la désintégration de l’Union européenne, à partir de la double fracture qui oppose l’est et l’ouest et le peuple et les élites. L’Union européenne a-t-elle un avenir ? Le politiste croit le discerner dans l’adoption d’une attitude plus conciliante envers les revendications des pays est-européens.

 

Dans cet ouvrage, Ivan Krastev nous offre quelque chose de précieux et de finalement assez inattendu : son regard de l’Est qui éclaire la question européenne d’un jour nouveau à nos yeux. Certains détails négligés du tableau de la crise européenne se retrouvent soudain au centre de l’attention. Certaines considérations un peu honteuses pour l’Européen de l’Ouest policé sont ici abordées sans fard, avec franchise et mordant.

Politiste bulgare, I. Krastev s’est fait une certaine place dans le milieu fermé des penseurs lus et écoutés de l’Europe politique. Cela tient pour partie à sa volonté de penser, non pas à rebours, mais à l’avant-garde de la doxa des études européennes. Là où d’autres se contentent d’envisager les limites de l’intégration européenne, I. Krastev ose entreprendre une théorie de la désintégration, entendue comme déconstruction des institutions européennes et dissolution du projet politique européen. L’objet du Destin de l’Europe n’est pas d’identifier les vices d’architecture de la construction européenne, ni d’analyser les contradictions internes du système juridico-politique de l’Union européenne (UE), mais de savoir dans quelle mesure et à quelles conditions l’Europe institutionnelle peut survivre au processus sous-jacent d’éclatement dont la cause principale réside dans la « crise migratoire ». Car aux yeux d’I. Krastev, c’est cette crise, et non la crise des dettes souveraines, qui menace de mettre un terme au projet européen.

Une autre désintégration

I. Krastev n’est pas le seul à aborder de face la question de la désintégration. La politiste états-unienne Karen Alter envisage par exemple la possibilité qu’un contrecoup vienne inverser le processus d’intégration juridique européenne [1]. La théorie néofonctionnaliste dont elle s’inspire repose en effet sur l’idée que l’UE, comme nouvelle structure d’opportunité instituée par les traités européens, pousse les acteurs non gouvernementaux à se saisir à leur profit du droit européen, que ces acteurs soient non étatiques (institutions européennes indépendantes, entreprises et groupes d’intérêts) ou étatiques (juridictions nationales notamment). En jouant le jeu du droit européen, ils renforcent celui-ci qui assoit alors progressivement son emprise sur les ordres juridiques des États membres. Cette dynamique immanente à l’architecture juridico-institutionnelle de l’UE, relativement hors de portée des gouvernements nationaux, pourrait selon K. Alter, à la faveur d’une dégradation de la structure d’opportunité — en raison d’un choc exogène ou d’un point de contradiction interne —, s’inverser en dynamique de désintégration.

L’idée de désintégration européenne est également développée par le politiste allemand Fritz Scharpf. Tandis que le droit du marché intérieur s’approfondit sous l’action des institutions européennes indépendantes, les règles de décisions à l’unanimité et à la majorité qualifiée au sein du Conseil tendent à favoriser le statu quo [2]. Les États membres qui tirent avantage, au sein du marché intérieur, d’une fiscalité compétitive ou d’un droit du travail plus flexible peuvent en effet facilement faire échec à tout projet d’harmonisation européenne qui irait en ce sens. La situation de concurrence réglementaire dans laquelle se trouvent les États membres les conduit en retour à s’engager dans une course vers le moins-disant, c’est-à-dire à développer des politiques de l’offre, voire de dévaluation interne. Le système ne trouvant jamais d’équilibre statique, sa dynamique est négative et continue : elle accroît lentement mais sûrement la concurrence règlementaire des États membres, jusqu’au point prédictible de rupture. D’où la certitude structurelle d’un « crash » et la nécessité de penser la situation qui surviendra « après » [3].

I. Krastev s’écarte sensiblement de ces analyses. Délaissant les approches centrées sur les configurations d’intérêts et l’acteur rationnel, sa pensée puise dans la théorie politique, l’histoire et la littérature. L’intérêt s’efface derrière l’identité. La structure d’opportunité du jeu juridico-institutionnel de l’UE ou encore l’instabilité macroéconomique de la zone euro sont ramenées à des variables secondaires. Se surimpose désormais la crise migratoire qui vient réactualiser la double fracture entre l’Est et l’Ouest et entre les gagnants et les perdants de la mondialisation.

Le migrant comme nouvelle figure de l’histoire

Le migrant constitue aux yeux d’I. Krastev le nouvel acteur de l’histoire, le moteur d’une révolution des individus qui marchent pour changer de pays, et non plus de gouvernement. Ce n’est plus la lutte des classes, mais la lutte entre nationaux et migrants qui travaille les sociétés. Face à l’afflux de migrants, l’argument des droits fondamentaux tend en effet à se retourner : la question de la capacité de l’État à garantir l’effectivité des droits fondamentaux prend le pas sur leur idéal juridique.

Plus dramatiquement, la crise migratoire fait planer sur les sociétés européennes le sentiment d’une menace normative : celui d’une mise en danger de l’intégrité de l’ordre moral. L’imaginaire démocratique des majorités menacées se transforme en insécurité démographique. La démocratie se replie alors sur elle-même et se dénature : d’un régime d’inclusion des minorités, elle se mue en régime d’exclusion. L’exigence démocratique se dresse contre l’ordre libéral et se confond avec l’appel à défendre sa communauté d’appartenance. C’est ce qu’I. Krastev appelle « le retour des régimes majoritaires » [4].

La révolte des perdants de la mondialisation

L’erreur de l’Europe est celle de Fukuyama : elle s’est méprise comme lui sur le sens historique de la chute du communisme et de la naissance concomitante de la mondialisation connectée. Loin d’un monde postmoderne occidental où la valeur libérale de la liberté supplante les intérêts matériels de classe, nous assistons, d’après I. Krastev, à un nouveau désordre mondial, dont l’épicentre se situe sur le vieux continent.

Le nouveau jeu de la mondialisation n’est à somme positive que pour les gagnants ; les perdants s’en rendent compte et donnent chair à un populisme de frustration, mélange de nostalgie pour un passé idéalisé (un « nous » préservé de l’extérieur) et de fatalisme face à un futur qui ne peut que s’assombrir (la poursuite de la dissolution de ce qui reste du « nous »). Les populations tenues à l’écart du mouvement de la mondialisation — les « gens du quelque part », captifs de leur lieu d’existence, par contraste avec les « gens du n’importe où » — tendent à former, si ce n’est une majorité, à tout le moins un bloc électoral qui empêche la poursuite du jeu d’alternance régulier entre les partis de gouvernement pro-européens et acquis à l’économie libérale [5].

I. Krastev s’appuie sur les analyses de Dani Rodrik qui concluent à l’impossibilité de renforcer concomitamment la compétitivité économique internationale, la démocratie mondiale et la souveraineté nationale [6]. Le « trilemme de Rodrik » porte en lui le risque d’enfanter un monstre doux fait d’une démocratie sans choix, d’une souveraineté évidée et d’une mondialisation sans légitimité politique. À cet égard, l’UE se trouve face à une situation particulièrement malaisée, elle dont le principe de justification repose sur l’idée d’une citoyenneté universelle qui n’est pleinement réalisable en pratique, nous dit I. Krastev, que par la libre circulation absolue des peuples, ou par la pleine résorption des disparités socioéconomiques entre les pays ; deux conditions irréalisables.

Comprendre l’Européen de l’Est

L’Europe de l’Est, qui a vécu la fin soudaine de l’empire soviétique, nourrit d’après I. Krastev une profonde amertume face à l’incompréhension de l’Europe de l’Ouest. Son absence de passé colonial et le souvenir de l’internationalisme communiste expliqueraient son « déficit de compassion », son anti-cosmopolitisme chevillé au corps. À la différence de l’Europe de l’Ouest où la mémoire des migrations extra- et intra-européennes demeure vivace, l’Europe de l’Est s’est en effet reconstruite au lendemain de 1945 autour d’une homogénéisation ethnique sous le couvercle de l’URSS.

Alors que faire ? Sauver l’essentiel, nous dit I. Krastev : la libre circulation, les élections pluralistes et l’État de droit. Éviter la « poutinisation » de l’Europe en somme. Et pour cela, il prie les Européens de l’Ouest de mieux comprendre l’Europe de l’Est, concrètement de se montrer plus conciliants vis-à-vis des gouvernements hongrois et polonais, d’oser le compromis et, surtout, de se départir de tout surplomb moralisateur. Car l’Europe de l’Est est traversée par une mélancolie existentielle, accentuée par la crainte démographique d’une dépopulation croissante. Les droits fondamentaux et autres réglementations imposés de Bruxelles sont traduits en droits des minorités et perçus comme une injustice envers les majorités menacées. Cette mise en balance stratégique des droits fondamentaux et de l’État de droit pourra déconcerter le lecteur ouest-européen.

Le point aveugle du regard érudit

Et pourtant, il y a paradoxalement dans l’analyse d’I. Krastev quelque chose de daté et de presque consensuel. Cette dernière se fond en effet, et sans précaution particulière, dans la nouvelle doxa politologique qui relève avec obsession le glissement du centre de gravité des démocraties nationales, d’un clivage gauche-droite à une opposition entre des camps mondialisateur ou nativiste, ouvert ou fermé, pluraliste ou autoritaire. La crise migratoire, à ce titre, est comprise comme un puissant moteur ou catalyseur de la recomposition politique européenne, et non comme l’effet d’une cause qui serait autre : une crise de l’impuissance publique.

I. Krastev note pourtant la contradiction entre l’« Union sans cesse plus étroite des peuples européens » et l’impératif d’approfondissement de la démocratie. Peut-être faudrait-il partir de là, de ce qui affaiblit la démocratie au sein même des États membres et l’empêche de faire face à une crise, qu’elle soit migratoire ou financière. Mais I. Krastev invoque davantage ce qui vient de l’extérieur : la mondialisation, le surgissement d’une nouvelle force historique (les migrants), le réveil des Etats-continents endormis. Son érudition et sa verve littéraire peuvent séduire ; elles semblent comme affleurer la surface des choses, sans pénétrer les tréfonds de l’ordre européen, ses dynamiques immanentes.

Si la crise migratoire est davantage un effet qu’une cause première, quelle serait alors celle-ci ? Elle est pour partie à trouver dans l’ordre politique de l’Europe, sa Constitution économique et monétaire. On regrettera qu’I. Krastev n’engage que du bout des lèvres la discussion avec les différentes théories juridico-politiques de l’UE comme avec celles sur l’architecture problématique de la zone euro. La pluridisciplinarité n’est ici qu’éclectisme ; et la pensée d’I. Krastev ne fait pas système. Elle n’y prétend pas d’ailleurs. Mais ce défaut d’ambition théorique, recouvert par la verve de l’érudit, pourra laisser certains lecteurs insatisfaits.

Recensé : Ivan Krastev, Le Destin de l’Europe. Une sensation de déjà-vu, Paris, Premier Parallèle, 2017, 160 p., 16 €.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu