Avertir le modérateur

19/11/2018

« Event Chain »SocSav21,PSCVC,PSCFW,FranceWebAsso,MySelTab,MyNewsCenterNavigator,La méthodologie PMI / PMBOK,

Vous avez un projet web ? Une idée digitale pour vous lancer dans cette fabuleuse aventure qu’est le site web ? Malheureusement, vous ne savez pas comment vous y prendre et quelles sont les différentes étapes à mettre en place. Il est vrai qu’un projet web comporte des multitudes de facettes et souvent, on ne sait pas par où commencer. Ne vous inquiétez pas, nous vous avons préparé un article complet sur la gestion de projets web : de la définition, au rôle des différents acteurs, jusqu’à plusieurs méthodologies, détaillées pas à pas, afin que vous puissiez vous y retrouver et choisir la meilleure façon de vous lancer dans la gestion de projets web. Vous êtes prêt ? Let’s go !

Qu’est-ce que la gestion de projets web ?

Comme dans l’approche de chaque notion inconnue, il est nécessaire d’en connaître la définition mais aussi ses origines. En ce qui nous concerne, afin de bien comprendre ce qu’est une gestion de projets web, il est nécessaire d’assimiler l’expression gestion de projets. Dans l’inconscient collectif, souvent nous sommes tentés de penser que la gestion de projets est une activité récente. Et pourtant, il est bon de reconnaître que nos ancêtres ont très souvent excellé dans la gestion de projets. Il suffit d’ouvrir les yeux et d’être attentif pour s’apercevoir des infrastructures réalisées : les aqueducs, la Tour Eiffel, les ponts, les Pyramides... Pensez-vous réellement que les édificateurs de ces magnifiques constructions n’ont jamais réfléchi à leur projet et à leur gestion ? Évidemment, la réponse est négative.

 

Comment mettre en place une équipe pour la gestion de projets web ?

 

Néanmoins, nous ne parlerons que bien après de la discipline de gestion de projets, puisqu’elle apparaîtra dans les années 1950, lorsque de nombreuses entreprises structurent leur production et leur management. Par exemple, la « Méthode du Chemin Critique », qui permet de planifier dans le temps les différentes étapes d’un projet et donc de prioriser les tâches est mise en place en 1957. Il faudra cependant attendre 1988 pour voir les méthodes de gestion de projets se standardiser avec la parution de l’ouvrage A Guide to the Project Management Body of Knowledge, publié par le Project Management Institute. Evidemment, avec la révolution des Nouvelles Technologies de l’Information, ces normes ont évolué et la vision que l’on pouvait avoir de cette activité s’est largement transformée. Une date symbolise ce changement : en 2012, la 5e édition du Guide PMBOK est publiée, et diffuse au plus grand nombre, la manière de manager les parties prenantes (dites stakeholders). Désormais, la personne nommée pour gérer un projet web doit démontrer différentes compétences et doit être habile avec des notions comme la stratégie, la gestion de la relation client, ou encore le coaching… Mais réellement, que fait un chef de projets web ?

Le rôle du chef de projets web

Comme son nom l’indique, le chef de projets web est en charge de la conception et de l’exécution d’un projet. Il doit donc planifier, budgétiser, et piloter son projet de A à Z. Il est également le lien direct entre la direction de l’entreprise et les parties prenantes à la gestion du projet. Voici, de façon détaillée, quelques exemples de rôles que peut jouer le chef de projets web :

  • Identifier les ressources nécessaires : en début de mission, le chef de projet doit absolument identifier toutes les ressources fondamentales dont il aura besoin, afin d’atteindre son objectif : masse salariale, outils techniques…
  • Constituer son équipe : autour de lui, le chef de projet a besoin d’une équipe compétente. Il peut, soit, prendre la tête d’une équipe déjà existante soit, convaincre ses supérieurs d’un besoin de sang neuf et de nouveaux talents. Une fois sa team constituée, il doit mettre en place des outils intuitifs afin de cadrer les différentes tâches à réaliser à ses collaborateurs (par exemple : Trello),
  • Gérer le temps : grâce à ces différents moyens, le chef de projets web pourra donc gérer le temps. Il doit donc assigner à chacun de ses collaborateurs, une deadline à respecter pour réaliser telle ou telle tâche,
  • Gérer son budget : ici, le chef de projet doit prendre en compte deux informations : premièrement, il peut produire une estimation de son budget, réaliste évidemment. Dans un second temps, il devra suivre au quotidien ses dépenses et les comparer à son budget prévisionnel afin de ne pas avoir de mauvaises surprises !
  • Gérer les problèmes et les risques : le chef de projets web doit savoir anticiper les différents problèmes qui pourraient entraver la bonne marche à suivre de son plan. Il doit être très réactif quand un problème se pose et y apporter des solutions,
  • Communiquer avec ses équipes : enfin, en bon leader, le chef de projets web doit être à l’écoute de son équipe, de ses besoins et de ses doutes. Il est nécessaire de réaliser des réunions régulières afin de voir l’avancée de chacun et de rassurer ceux qui ont des doutes.

Cette marche à suivre peut vous aider dans la préparation de votre projet web.

 

Comment budgétiser la gestion d’un projet web ?

 

Quelle méthode appliquer dans la gestion de projets web ?

Maintenant que vous avez pris connaissance de certains critères fondamentaux, il est important d’évoquer les différentes méthodes que vous pouvez appliquer dans la gestion de projets web.

1. Les méthodes dites traditionnelles

Parmi ces différents processus, trois d’entre eux sont qualifiés de traditionnels. Premièrement, la méthode la plus classique, nommée « Waterfall », consiste à séquencer les tâches dans le temps. Ici, la tâche en cours d’exécution doit être terminée pour pouvoir passer à la suivante. Si vous débutez dans la gestion de projets web, cette méthode est efficace.

Il existe également la méthode du « chemin critique », développée dans les années 50. Elle est basée sur l’idée qu’il existe parfois des tâches qui ont un lien de dépendance et qu’il est parfois impossible de terminer une tâche sans en commencer une. Ici, il est également nécessaire d’identifier les tâches indispensables à la réussite de votre projet et donc de prioriser les événements.

Enfin, il existe une 3ème méthode dite classique et appelée la méthodologie de la « chaîne critique ». Ici, il faut porter toute son attention sur les ressources nécessaires pour accomplir votre projet et commencer par construire un emploi du temps afin d’identifier ce qui est prioritaire.

2. La méthodologie PMI / PMBOK

De nombreuses entreprises utilisent cette méthode facile à mettre en place puisqu’elle se séquence en cinq étapes :

  1. L’objectif du démarrage est de définir le projet et de formaliser les ressources nécessaires ainsi que les compétences requises,
  2. Il faut désormais planifier les tâches et réaliser un plan d’action cohérent,
  3. Ici, il est nécessaire de réaliser les actions planifiées et y apporter des corrections éventuelles,
  4. Cette étape est très importante puisqu’ici il faut surveiller et maîtriser l’avancement du projet,
  5. Dernière étape : la clôture où il est nécessaire de formaliser l’achèvement du projet et d’évaluer la satisfaction des parties prenantes.

3. Une des méthodologies agiles

Très prisées par les startups, ces méthodologies dites agiles sont déclinées sous plusieurs noms et bien adaptées à la gestion de projets web. Par exemple, une d’entre elles, qui est la plus populaire se nomme « Scrum » : simple à mettre en place et à implanter. Il suffit de nommer un Scrum Master, un chef de projet, qui aura pour objectif de surmonter les obstacles et d’y apporter les solutions. Son équipe doit travailler selon un schéma prédéfini : des cycles courts et deux semaines appelées « sprints ». Chaque jour, les membres de l’équipe se réunissent avec le Scrum Master pour faire le point sur les priorités. Cette méthode permet un développement rapide et convient particulièrement aux petites équipes.

SocSav21,PSCVC,PSCFW,"Chacun pour Soi": dans l’évolution humaine, la clé de la survie n’a pas été l’intelligence, mais l’appartenance à un groupe

Transformation organisationnelle: Entre défection et prise de parole, une troisième voie?

 

4. Les méthodologies adaptatives et « business »

Enfin, il existe encore deux méthodes à mettre en place lorsqu’on démarre dans la gestion de projets web. Les méthodologies dites adaptatives se concentrent sur les changements de management, comme la méthode « Event Chain ». Ici, le chef de projet doit prendre en compte les risques potentiels portant sur des éléments extérieurs au projet. Il pourra alors anticiper tout événement inattendu et en apporter la solution.

En ce qui concerne la méthodologie « business », trois d’entre elles sont utilisées : « Lean », « Six Sigma » ou encore « Lean Six Sigma ». La première consiste à se concentrer sur l’optimisation des coûts. La première étape consiste donc à décomposer les étapes du projet afin d’identifier les gaspillages. La « Six Sigma », elle, est basée sur la statistique, l’analyse des nombres dans le but d’améliorer l’efficacité du processus mis en place en identifiant les défauts du projet. Enfin, la dernière, combine les deux précédentes. « Lean Six Sigma » se focalise sur l’élimination des ressources ou tâches inutiles afin de rendre le processus plus efficace et moins coûteux.

Dmitry Itskov, "2045" Initiative,The future of civilization is in our hands! Address to supporters of the Movement's ideas.Make a Mark in History. Address to Members

Vous l’aurez compris, il existe de nombreuses méthodes pour réaliser la gestion d’un projet web. Il est fondamental en amont de déterminer vos objectifs, vos contraintes mais aussi vos ressources nécessaires à la réalisation de votre projet. Une équipe soudée à vos côtés sera une énorme plus-value. A vous de vous en donner les moyens !

Decideo

Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...
 

Adresse de votre abonnement : franceweb@gmail.com - Modifiez votre abonnement : Cliquez ici

Si vous ne parvenez pas à lire cette newsletter : Cliquez ici

Faire suivre à un collègue : Cliquez ici - Twittez cette newsletter : Cliquez ici

 

Sans l’analytique basée sur l’intelligence artificielle, point de salut pour l’entreprise 5.0

Selon Maurizio Canton, CTO EMEA chez TIBCO Software, le leader international de l’intégration, de l’analyse de données, et de la gestion d’API, la déferlante de données a annoncé une ère nouvelle marquée par plus de complexité mais aussi d’opportunités. Comme son nom l’indique, le Big Data est depuis toujours une question d’étendue, d’ampleur et de volume. Le volume de données était considéré comme indispensable pour la prise de décision jusqu’à ce que se pose la question de la qualité.


La qualité contre la quantité

Sans l’analytique basée sur l’intelligence artificielle, point de salut pour l’entreprise 5.0
Au fur et à mesure que le Big Data devenait la norme, les entreprises ont commencé à adopter une approche plus stratégique afin de tirer davantage des informations inondant les systèmes d’informations via des canaux toujours plus nombreux. Beaucoup de structures ont constaté à leurs dépens qu’en matière de décisionnel, quantité de données ne rime pas toujours avec qualité et que le pourcentage de « déchet » est conséquent. La donnée brute, tel que le pétrole auquel elle a été tant comparée, n’est rien sans être traitée. En l’état, elle peut même être préjudiciable lorsqu’il s’agit d’adopter des stratégies nécessitant un maximum de discernement et un sens de l’à-propos.

Ainsi, et peut-être sans surprise, une tendance a récemment pris de l’ampleur au sein des entreprises. Elle est le fruit d’un changement drastique d’état d’esprit qui reposait sur la simple collecte d’informations et qui a pris un tournant sans précédent en adoptant des méthodes rétrospectives d’analyse des données en profondeur pour en faire ressortir des détails pertinents. L’utilisation de l’analytique avancée permet aux entreprises d’extraire « la substantifique moelle » de la data, permettant de faire plus avec moins. Cette approche offre des marges d’exploitation toujours plus importantes et assure aujourd’hui aux entreprises la garanti de prendre l’ascendant sur la concurrence.

Maurizio Canton, TIBCO Software

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu