Avertir le modérateur

05/02/2019

Entre les murs" assassine la macronie culturelle. Sanglant.On dit : République populaire de Chine. On devrait dire : République bourgeoise de France.

       
 
TéléObs
Ô
Rue89
 

 

L'Obs en numérique

François Bégaudeau contre l'abominable bourgeois de gauche

François Bégaudeau contre l'abominable bourgeois de gauche
François Bégaudeau, en 2016 ((Joël Saget/AFP))

Dans "Histoire de ta bêtise", l'auteur d'"Entre les murs" assassine la macronie culturelle. Sanglant.

On n’emploie plus beaucoup le beau mot de «bourgeoisie». Dans la presse, on ne l’emploie même jamais, sinon pour écrire «grande bourgeoisie», ou «bourgeoisie de province», pour désigner des gens raides dans un salon Louis-Philippe, des Grands Anciens, des bourgeois de droite.

Mais la bourgeoisie qui occupe actuellement les lieux de pouvoir, celle qu’on croise par exemple aux heures de bureau dans le centre de Paris, on ne la dit pas bourgeoise. On note rarement que l’essentiel des romans, des films et des feuilletons télé se déroulent chez des bourgeois, et traitent de questions bourgeoises. Que les journalistes et ceux qu’ils interrogent sont des bourgeois. Que nos télévisions et nos radios sont des boîtes à bourgeois, comme il y a des boîtes à meuh. Que les politiciens, les hauts-fonctionnaires, les managers, les essayistes en vue, les décideurs culturels dans l’édition, la musique, l’art ou le cinéma sont des bourgeois. Que les bourgeois, qui ne sont pas tout le monde (il y a des non-bourgeois et ils sont même la majorité), règnent sur la France comme la minorité mbochi règne sur le Congo. On dit : République populaire de Chine. On devrait dire : République bourgeoise de France.

On n’emploie plus beaucoup le beau mot de «bourgeoisie». Dans la presse, on ne l’emploie même jamais, sinon pour écrire «grande bourgeoisie», ou «bourgeoisie de province», pour désigner des gens raides dans un salon Louis-Philippe, des Grands Anciens, des bourgeois de droite.

Mais la bourgeoisie qui occupe actuellement les lieux de pouvoir, celle qu’on croise par exemple aux heures de bureau dans le centre de Paris, on ne la dit pas bourgeoise. On note rarement que l’essentiel des romans, des films et des feuilletons télé se déroulent chez des bourgeois, et traitent de questions bourgeoises. Que les journalistes et ceux qu’ils interrogent sont des bourgeois. Que nos télévisions et nos radios sont des boîtes à bourgeois, comme il y a des boîtes à meuh. Que les politiciens, les hauts-fonctionnaires, les managers, les essayistes en vue, les décideurs culturels dans l’édition, la musique, l’art ou le cinéma sont des bourgeois. Que les bourgeois, qui ne sont pas tout le monde (il y a des non-bourgeois et ils sont même la majorité), règnent sur la France comme la minorité mbochi règne sur le Congo. On dit : République populaire de Chine. On devrait dire : République bourgeoise de France.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu