Avertir le modérateur

21/12/2015

Time For a Brand Check Up?The goal is simple: to define your brand's unique positioning. We explore the why, philosophy, history, culture, and mindset of your company - together.

It All Begins With Turning The Telescope™


The first step is our brand discovery session, "Turning the Telescope™". It's an informal, interactive conversation that brings to light the heart and soul of your company. The goal is simple: to define your brand's unique positioning. We explore the why, philosophy, history, culture, and mindset of your company - together.  We work with you to find the essence of your brand. In the end, we consolidate everything we've learned about your company and what it stands for into one equation:

This now becomes the statement that defines your business. It's the one thought that helps your customers choose you and that your employees point to for guidance. This is the thought that builds perceived value for your brand. It differentiates your product or service from being more than just a commodity.​

Time For a Brand Check Up?

With so much recent press about the importance of brand, and that it involves internalizing a brand, you may be starting to think more about your own brand. Are you growing your brand? Is it working for you? Do all, yes, all of your employees know your brand?  Do they understand the role they play in delivering upon your brand promise? Is it time to invest in a round of brand development?

There are research tools, such as the Brand Insight AssessmentTM, which can help you determine the state of your brand. But there also are clues, admittedly unscientific but easy to spot, which may indicate that, yes, now is the time to focus on brand development. Many of the clues are related, so they’ll usually crop up in bunches.

If your answer is “yes” to more than a couple of the following questions, this could be the right time to seriously consider brand development and a renewed branding initiative.

Have you lost market position? If your company was number one 10 years ago and number three now, there may be a number of things to fix. Tinkering around the edges won’t get you back to the top spot. Start with your brand.

Are your marketing investments delivering diminishing returns? No matter how much you spend, you get just about the same results. Sure, the world of media is changing. But could the big problem be your message? New executions and new media won’t fix it. Time to pay attention to your brand.

Has your senior management restructured? Brands belong to the people, but brand development begins at the top of the hierarchy. When there’s a lot of change at the top, there’s bound to be some confusion in the ranks. A strong brand development process is a great way to get everyone on the same page.

So where does your company stand? Healthy brand or unhealthy? For most successful companies, working on brand building – understanding it, delivering on it, communicating it, measuring it – is an all-the-time thing. If your organization has a clear vision of your brand and is acting on it, you probably haven’t read this far. If you have, you’ll probably find yourself nodding yes to a number of the clues. It may be time.

Has there been change in your business strategy? Your brand strategy is the “face” of your business strategy. So it almost goes without saying that a significant change in business strategy should provoke a long, hard look at your brand.

Have you acquired new companies or shed divisions? When your company acquires new ones or divides, it may mean a shift in business strategy. Or it may not. Regardless, it may mean you’ve left your brand behind.

Has your market changed around you? Lots of new players, new developments and new customers in your market? Your brand may be well-positioned to take advantage of emerging circumstances. Or not. Time to figure it out.

Ad Agency Principals…Tell Your Clients That You Can’t Build Their Brand

Advertising doesn’t build brands, the brand is built by the organization and the promise is then communicated by the advertising.

David Ogilvy said: “What you say in advertising is more important than how you say it.”

I couldn’t agree more. Sort of. Here is where we differ. Consumers ain’t dumb…in fact, they’re smarter than ever as a result of today’s information-centric world. When they shop, they arrive armed…for the most part…with information, comparative pricing, consumer reviews, etc. And the challenge to brands, manufacturers and retailers alike is to be prepared, flexible, honest and efficient dealing with the customer. And that is true in the business-to-business world as well as the business-to-consumer world.

So yes, Mr. Ogilvy, what you say in advertising is more important than how you say it. But you can’t stop there. Or even start there.

You see, advertising doesn’t build brands.

Heresy? Not at all. It plays a critically important part of the communications stream…whether it’s a webmail, an outdoor campaign, post or tweet or a television spot. Advertising informs, alerts, inspires, reacts, communicates, announces, excites, pleases, annoys and lots of other things – but it does not build the brand.

And that’s where most companies fall flat on their faces.

A brand is built from the inside out and the delivery of that identified and committed-to brand promise is handled by employees. Think not?

Once an organization has discovered its brand promise and identified what it aspires to be, all the advertising in the world is not going make the difference, especially for the long term. In fact, without the support of engaged, enthused, empowered employees, the promise made by the tactical communications is going to hurt more than help, because what the consumer is expecting (or led to expect)…is not being delivered.

According the Nunwood Top Brands Report of 2011 the organization ranked the top ten brands based on customer excellence. The results are all steeped in delivery by and from the associates of these best brands:

Common among all these leading brands:

Excellence is achieved:

By managing complex branded customer experiences

By doing more than just listening to customers

By consistently and dramatically wowing their customers

By managing word of mouth, both offline and on.

“Brand Culture” Is The Root Of Excellence:

  • Employees Who Genuinely Care
  • An Experience That Feels Personal
  • Customer-based Innovation
  • An Ethical Approach To All Things Customer
  • A recognition that things can go wrong – but when this             happens, the situation needs to be corrected in extra-fast time.

  http://us.nunwood.com/top100us/Home.aspx

As agency principals, we need to seek out and work with clients that want to (or have) built the brand from the inside out. Where the “why” of the organization exists – the brand’s unique, distinctive deliverable aspects live there anyway, so work from this vantage point first. Internalize, then externalize. That’s where you build the brand.

That’s what the Brand Establishment is all about. Teaching agency principals how to guide the brand discussion with their clients.

Is Brand Juice Worth the Squeezing? Let’s Talk ROI.

These days, it seems that any business recommendation provokes the same response: “What’s the return on investment?” And—where brand issues are concerned—the question is often met with uncomfortable silence or a snide remark about “our disco-era logo.”

In fact, it IS difficult to account for the return in brand development costs. Which makes it much easier to find the budget for lead generation, or direct marketing, or even—could it be possible?—traditional advertising. Because even though we know “half the money is wasted” on those things, we don’t know which half. And at the end of the day we may have a few more leads, sales, or awareness, all of which may eventually make the cash register ring.

But brand development, what’s that about? “Don’t know how to manage it, measure it, or fit it into the marketing budget. Take dollars out of my lead generation program and put it into brand development?  Why don’t I just get in line at the unemployment office right now?”

Okay, take a deep breath and repeat after me: “Brand development is not a marketing initiative; it is a corporate initiative.”  Your brand is not an advertising campaign or a lead generation tactic. It can—and should—energize those efforts, but it is not “a marketing thing.” It is the essence of your company. It’s reflected in your structure, your operations, in everything your company does. It’s whatever your customers and prospects think of when they hear your company’s name or see your disco-era logo. And—unlike leads—it has real cash value.

How much?

Well, if you work for Maytag, your company brand is worth about 97% of your company’s total value. (That’s right, 97%!) If you work for Dell, about 92%. Oracle? 91%. Where do those numbers come from? They represent the value of those companies’ intangible assets: the difference between their market cap (total value) and their book value (tangible assets). They’re the cash value of those companies’ perceived ability to fulfill customers’ expectations into the future. They are the value of those companies’ brands.

But how do I measure the ROI on my brand?

First of all, let me say that obsessing about every penny of ROI is not the best way to go about developing a brand. Well-developed brands pay out in many ways over the course of time: in stronger sales, higher margins, more focused operations, and more effective marketing, just for starters. There’s plenty of return to be gained here. But because most of these secondary effects will be measured within the context of regular investments in marketing, sales, etc., they shouldn’t really be “double counted” as return on the brand development investment, itself.

Those are returns on operating income anyway. And as we’ve seen, a brand is an asset, albeit an intangible one. So the return on the brand development investment is measured not in operating income, but in the improvement in the value of the brand as an asset, the Brand Value.

With that said, let me point out that The Brand Establishment has a pretty nifty tool called the BIA (Brand Insight AssessmentTM) that nicely measures how an organization is delivering upon its brand promise.

Why Brands Need Enculturation

A company’s brand should extend beyond surface level internal and external recognition. It should live within the organization – within every department, from engineering, human resources, manufacturing and finance to business services, customer service, sales, distribution and marketing. The Brand Establishment’s Enculturation™ process is exactly what companies need to achieve complete success with their brand development initiatives.

Too often we see organizations get excited about their new brand identity only to watch the leadership and employees lose site of the brand promise, fading back into old practices. Then the brand promise gets lost. Through the Enculturation process, companies identify all the ways to better “walk the talk” and get everyone marching to the brand beat.

The first step in launching an Internal Brand Adoption initiative is for the COO and executive leadership from all areas to gain understanding of the importance of Enculturation and the value it brings to the organization. The executive team also learns the processes that must be hardwired to ensure that the internal brand is sustained.

Since Enculturation is an organization-wide initiative, there is tremendous value to having each department participate in the investment of Internal Brand Adoption, not just human resources or marketing.  The process includes a discussion around the organization’s existing internal brand adoption challenges as well as potential growth scenarios. From there, discussions turn toward how the organization can implement a strategic internal brand initiative.

Part of the process is to identify a Brand Champion. This person frequently resides within the marketing area but can come from another area within the organization. Of paramount importance is that the whole organization knows the Brand Champion has the full endorsement of the COO. Once the Brand Champion is identified, we develop the Brand Pillar.

The Brand Pillar, led by the Brand Champion, is a group of key individuals from each company area who have the authority to ensure that the internal brand initiatives that the Brand Pillar adopts are hard-wired and put in place within their areas. Initially, the Brand Pillar meets weekly to develop the Internal Brand Initiatives. Once the initiatives have been launched, the Brand Pillar moves to monthly meetings for the first six months, and then eventually moves to quarterly meetings as they review the brand adoption initiative and make necessary adjustments.

By stepping outside their silos and working together, employees help build the internal processes that ensure everyone within the organization is delivering upon the brand. When employees truly engage with the brand, the results can be powerful!

As one of just a few Certified Brand Strategist firms in North America, we provide counsel, proven processes and creative brand development strategy programs that transform your brand identity into a valuable asset.                   

Our Brand Strategist Philosophy

Brand Savvy

«La Russie n'a pas pour objectif de recréer l'URSS», a assuré le président russe Vladimir Poutine dans un documentaire diffusé dimanche par la télévision publique russe, regrettant que «personne ne veuille (le) croire»

1agld1r.gifUn rideau de fer ne tombera pas sur l'Europe.

«La Russie n'a pas pour objectif de recréer l'URSS», a assuré le président russe Vladimir Poutine dans un documentaire diffusé dimanche par la télévision publique russe, regrettant que «personne ne veuille (le) croire». «Concernant l'Ukraine et l'espace post-soviétique, je suis convaincu que la position de nos partenaires occidentaux n'est pas liée aux intérêts de l'Ukraine: elle est liée à leurs tentatives d'empêcher le rétablissement de l'URSS», a-t-il déclaré dans ce documentaire intitulé «L'Ordre mondial».

«Mais personne ne veut nous croire, ne veut croire que nous n'avons pas comme objectif de recréer l'Union soviétique», a poursuivi Vladimir Poutine, dont l'interview pour ce documentaire a été tournée jeudi, après sa conférence de presse annuelle.

Depuis le début de la crise ukrainienne, qui a vu le président pro-russe Viktor Ianoukovitch être chassé du pouvoir après plusieurs mois de manifestations pro-européennes sur la place Maïdan à Kiev, la diplomatie russe reproche aux Occidentaux de poursuivre la «politique d'endiguement» mise en place par les Etats-Unis contre l'URSS pendant la Guerre froide.

Dans ce contexte, Vladimir Poutine s'est inquiété de la présence et de la «modernisation (...) dangereuse» des armes nucléaires américaines installées en Europe. «C'est bien sûr dangereux. Pourquoi? Parce que nos armes nucléaires tactiques n'ont pas de caractère stratégique pour les Etats-Unis, elles n'atteignent pas leur territoire. Mais les armes américaines en Europe peuvent atteindre notre territoire», a poursuivi le président russe.

«Quand il faut prendre ses responsabilités, il n'y a plus personne».

«En ce sens, elles représentent pour nous un caractère stratégique et un grand danger», a-t-il ajouté. «La Russie, qui fait partie des grandes puissances nucléaires du monde, doit essayer de moderniser cette arme», a-t-il insisté. Evoquant les opérations militaires menées au cours de la dernière décennie par des armées occidentales en Afghanistan, en Irak ou en Libye, Vladimir Poutine a également dénoncé l'attitude de l'Occident, qui se croit «infaillible» tandis que lui a toujours «eu pour position d'agir soigneusement».

«Il ne faut pas mettre en avant, de façon automatique ou mécanique, ses propres représentations de la démocratie, du bien et du mal, à d'autres pays et d'autres peuples qui ont d'autres cultures, religions ou traditions», a-t-il assuré.

Mais selon le président russe, personne ne l'a jamais écouté car, « quand il faut prendre ses responsabilités, il n'y a plus personne».

Tourné par la chaîne de télévision publique Rossiya 1, ce film documentaire qui fait aussi intervenir l'ancien patron du FMI Dominique Strauss-Kahn ou l'ex-président pakistanais Pervez Musharraf, a été diffusé dimanche soir à Moscou, après l'avoir été plus tôt dans la journée dans l'est de la Russie.

Poutine rend hommage à Jacques Chirac dans un documentaire

Jacques Chirac possède un «savoir encyclopédique» et avait prévu la situation actuelle au Moyen-Orient, a assuré dimanche le président russe Vladimir Poutine dans un documentaire diffusé dimanche par la télévision publique russe. Evoquant la guerre en Irak menée par les Etats-Unis, et le refus de l'Allemagne, de la France et de la Russie d'y prendre part, Vladimir Poutine explique avoir eu des contacts appuyés avec ses homologues de l'époque, Jacques Chirac et le chancelier allemand Gerhard Schröder.

«Chirac, qui a des relations proches, intimes avec la partie sunnite du Moyen-Orient --d'ailleurs, il possède un savoir encyclopédique--, avait déjà prévu ce que provoquerait» cette guerre, a assuré le président russe, dont l'interview pour ce documentaire a été tournée jeudi, après sa conférence de presse annuelle. «Il avait prévu la destruction de ces Etats (la Libye et la Syrie, ndlr), que le terrorisme prospérerait, des attentats comme on en a vu à Paris. Chirac pensait à tout ça à l'époque, et il avait raison», a-t-il poursuivi.

Chef de l'Etat de 1995 à 2007, Jacques Chirac avait été le chef de file du «camp de la paix» contre la guerre en Irak en 2003, déclenchée par le président américain George W. Bush. L'ex-président a été hospitalisé le 9 décembre dernier «afin de faire un contrôle général de son état de santé», selon sa fille cadette Claude Chirac.

20/12/2015

Ils se prétendent différents, ils sont pathétiquement identiques

SociétéAucun commentaire

1agld1r.gifIls se prétendent différents, ils sont pathétiquement identiques

Sortis des dernières élections, nous avons la tête encore pleine de tous ces gens qui demandaient nos suffrages au motif de leur originalité, de leur prétention à nous gouverner autrement, de leur compétence prétendument avérée sur ce sujet.

Qu’en est-il vraiment ? Est-il une différence entre Mélanchon et son ramassis de soi-disant gauchistes, Le Pen et le sien de supposés extrémistes de droite, pseudo-fascistes, ou encore les bien-pensants d’Hollande ou de Sarkozy, ceux des Bové et consorts plus écolos que la planète elle-même ? Non, définitivement non.

La problématique pour tous est la même : ils prétendent être les seuls capables de faire en sorte que des êtres humains regroupés, volontairement ou contre leur gré, puissent vivre ensemble sans s’égorger les uns les autres.

Notons qu’ils se réclament tous de la laïcité, de la république, qu’ils jouent petit bras, que ceux qui, en plus, prennent pour référence Dieux ou les Dieux les écrasent de toute leur superbe.

Je ne me sens pas très impliqué dans tout ce bazar, mais comme aucun de ces énergumènes ne nous lâche la grappe, nous sommes bien obliger de réfléchir au problème.

Voici mon opinion, avec toute la relativité qu’elle implique, évidemment.

La situation se présente de la façon suivante :

Plusieurs milliers ou millions d’individus, ici ou ailleurs, se retrouvent en situation de devoir vivre en communauté, soit qu’ils ont échoué par hasard sur le même territoire ou dans le même groupe, soit qu’ils partagent les mêmes objectifs, les mêmes passions, ou encore des méthodes de vie similaires.

Le fait d’être ainsi regroupé implique un minimum d’organisation afin que la promiscuité qui en découle soit supportable. Immédiatement, un ou des usurpateurs réclament que leur soit confié le pouvoir d’organisation.

Dans ce but, ils prétendent être les seuls à connaître les règles infaillibles qui vont harmoniser les désordres liés naturellement au fait pour chacun de trouver sa place personnelle dans le groupe.

La méthode la plus ancienne consiste à prétendre qu’une intelligence invisible, inaccessible, appelée Dieu ou les Dieux, dicterait à des “élus” les règles bonnes pour chacun de nous. A charge par eux, ces “élus”, de nous inculquer ces règles par tout moyen, la force comprise.

Sous tous les cieux, cette méthode a fait la démonstration de sa stupidité. Mais aussi, tout particulièrement, de sa malhonnête perversion.

In fine, les “élus” s’avèrent de vulgaires escrocs, dont certains finissent par croire à leurs fadaises, qui au motif des règles révélées abusent de la crédulité de ceux qui sont sous leur domination et en font des esclaves, voire les tuent.

L’exemple typique actuel est évidement le monde musulman. Nous nous croyons à l’abri d’une telle simplicité, mais prenons garde le nouveau pape donne des signes d’interventionnisme évidents, qui nous ramèneraient facilement à la case départ de ce genre de sport.

La méthode en cours chez nous actuellement consiste à prétendre qu’une abstraction appelée “peuple” serait elle-même l’intelligence supérieure capable de dicter les bonnes règles pour tous.

Cette abstraction, telle le père Noël, ne prend vie que dans la croyance que l’on a en elle, laquelle est directement liée aux rituels et affirmations péremptoires qui la portent. Du vent tout cela, du vent.

La réalité est bien plus prosaïque, pas d’intelligence supérieure du “peuple”, mais, cachée derrière le vocable, une simple bande d’usurpateurs identiques aux précédents qui fabriquent et imposent des règles qui leur permettent de profiter du pouvoir.

Le fait qu’ils attribuent la genèse de celles-ci au “peuple” est simplement leur marque de fabrique, pendant que le fonctionnement de leur système est absolument identique aux précédents. L’originalité pourrait être dans le fait que ce n’est pas par la crainte du pêché que la population est tenue, mais par le tour de magie du bulletin de vote, escroquerie suprême.

De tout cela il découle

Qu’il n’y a aucune différence entre le front de gauche, Le Pen, Sarkozy, Hollande et les autres. Pas non plus de différence entre eux et Daech, Poutine, ou n’importe quel tricheur se prétendant investi par un ordre supérieur pour emmerder ses semblables.

Alors que

Il est quand même clair que la place de chacun dans le groupe est de la responsabilité de chacun, qu’il s’agit d’un ordre naturel.

Il est bien quelques tricheurs qui tentent de prendre une place qu’ils ne méritent pas, mais, sauf s’ils s’appuient par la force sur des règles iniques, très rapidement ils sont en échec.

Nul ne peut abuser les autres régulièrement sans être l’objet de représailles en retour. En clair, l’humanité a les ressources naturelles nécessaires pour pouvoir vivre – sans mandataire — collectivement en cas de besoin. S’il fallait une preuve de cette faculté, le développement naturel mondial d’internet en serait une.

La raison de chacun est le seul rempart à la folie de tous.

C’est le grand apport philosophique des lumières, l’étape ultime de l’introduction, par Descartes, de la raison dans l’organisation sociale.

Cette façon de penser, la seule respectueuse de l’homme, est l’apanage du libéralisme, un courant dont personne ne veut, mais aussi, et c’est bien le pire, qui ne peut pas dominer par le seul fait que son but ultime est la suppression de la domination pour laisser sa place à l’individu, à son épanouissement et à sa liberté.

Nous aurons donc — sauf quelques fenêtres de temps improbables qui suivent des tempêtes sociales mortelles – toujours et en tout lieux des escrocs qui tenteront de nous emprisonner dans leur filets moraux, au nom du bonheur pour tous qui justifierait la destruction du bonheur de chacun.

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas.jpgA propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

Notre Association : l’AVF

L’association que nous allons créer ensemble s’appelle : “Aide aux Victimes Fiscales”.  (L’A.V.F.)

Elle est immatriculée à La Préfecture de Montpellier.

Consultez les statuts de l’association

FRANCEWEB "Mobiliser l'intelligence collective"

Bonjour,

Nous avons le plaisir de vous présenter FRANCEWEB , ASSOCIATION  FRANCOPHONE  DES UTILISATEURS  DU  WEB, POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE  DE LA SOCIÉTÉ EN RÉSEAU ET DE L’ECONOMIE DE LA CONNAISSANCE

 FRANCEWEB  est un RÉSEAU DE PARTENAIRES PLURIDISCIPLINAIRES POUR OPTIMISER LES PERFORMANCES DES ENTREPRISES, ADMINISTRATIONS ET COLLECTIVITES EN FRANCE ET DANS LE MONDE.

 FRANCEWEB  mobilise l’intelligence collective dans le but de préparer la France à l’économie du savoir pour développer une dynamique collective.

FRANCEWEB  c’est PARTAGER, INFORMER, DÉCOUVRIR, CONSEILLER, ACCOMPAGNER, RÉUSSIR, POUR VOUS ET AVEC VOUS!.

Créée en Juillet 2002 FRANCEWEB   est désormais, aujourd'hui, l'institution de référence et d'intermédiation, en France, dans le champ de l'Internet.

L’année 2005 présente de nouvelles perspectives sur l’évolution de la société de l’information. L’avancée des technologies permet la mise en place de nouvelles applications déterminantes pour la croissance. Les mutations permanentes de la société imposent une réflexion sur l’économie globale, ses aspects sociaux et culturels.

FRANCEWEB  a pour but d’aider au développement durable par les TIC au travers de la société francophone en réseau et de l’économie de la connaissance.

FRANCEWEB  souhaite

  • agir sur les orientations à prendre en permettant à des acteurs de différents secteurs de la société d'aborder et de partager leur point de vue.
  • Converger vers des accords de coopération inter organisations et entreprises.

FRANCEWEB  réunit de ce fait

  • des experts politiques, financiers et juridiques,
  • des industriels des télécommunications,
  • du monde du Multimédia,
  • des institutionnels et industriels de la Société de l'Information,
  • des responsables de réseaux, de satellites,
  • des fournisseurs de contenus,
  • des sociétés de télé services,

des représentants d'usagers, de villes, de régions de différentes parties du globe

Pour Vous et avec Vous !

La création d'un réseau d'intelligence collective

Ensemble créons de la valeur

C’est encore plus facile ensemble !

Je vous invite dès à présent à devenir partenaire de FRANCEWEB , puissance significative de l'économie numérique,  représentant 20.000.000  utilisateurs potentiels du Web  en France, et à participer à cette mobilisation en faveur de la compétitivité numérique des entreprises françaises. Au cours de mon  mandat, je m'engage, avec  notre conseil d'administration, à travailler avec tous les acteurs, qu'ils soient professionnels de l'informatique, représentants des organisations professionnelles, administrations, collectivités territoriales, prestataires, pouvoirs publics, grandes entreprises et aussi petites et moyennes entreprises qui représentent un tissu potentiel de progrès, de faire en sorte que  FRANCEWEB soit un facteur essentiel et déterminant de progrès de l'économie de la connaissance.  FRANCEWEB rassemblera les acteurs européens, nationaux et régionaux afin de coordonner et de dynamiser les activités de soutien à l’e-business pour les PME.  A cette fin, FRANCEWEB entend intensifier le dialogue entre les promoteurs des différentes initiatives, en matière BtoBtoCtoX, au niveau européen, pour créer la confiance et permettre à de plus en plus d'acteurs, de s'engager sur le Web pour y développer du business et donc des emplois.

FRANCEWEB : « créativité collective »  « l’économie collaborative »

FRANCEWEB encourage les manifestations d’intérêt de la part des participants potentiels au réseau global de soutien à l’e-business pour les petites et moyennes entreprises (PME).

S’inscrivant dans le cadre du plan d’action « Favoriser l’esprit d’entreprendre en France », le réseau rassemblera les acteurs européens, nationaux et régionaux afin de renforcer et de coordonner les activités de soutien à l’e-business pour les PME. Il permettra aux experts en la matière  de partager les expériences et les bonnes pratiques en aidant les PME à utiliser l’Internet comme un outil du travail. A cette fin, ce réseau entend aussi intensifier le dialogue entre les promoteurs des différentes initiatives de politique en matière d’e-business à un niveau mondial.

FRANCEWEB  « Le réseau moteur de la e.fertilisation »

 C’est donc dans cet esprit de communauté que nous souhaitons dédier un espace privilégié aux entreprises.

Pour ce faire FRANCEWEB  souhaite développer des partenariats avec des sociétés proposant des produits et/ou services destinés aux entreprises françaises. Son objectif, est d’être un « facilitateur » de business : informer, faciliter les prises de contacts, partager les compétences et connaissances, accélérer les démarches.

Les décideurs locaux, régionaux et nationaux sont invités à rejoindre le réseau pour mieux identifier les besoins particuliers des PME en matière d’e-business, partager les informations et les documents de sensibilisation et organiser des événements spécifiques pour l’échange de points de vue sur des problèmes fréquents.

Transformer de l’information individuelle en connaissance collective, sensibiliser des dirigeants aux pratiques du travail collaboratif, provoquer des alliances et des partenariats entre acteurs : voici les objectifs qu’ont su atteindre les animateurs de FRANCEWEB qui vous proposent de partager leurs bonnes mais aussi leurs moins bonnes pratiques.
Améliorer la productivité des services, augmenter la qualité des productions, favoriser l’innovation sont les objectifs clés d’une démarche innovante et complexe réussie par
FRANCEWEB. Instaurer une culture de partage dans une organisation très cloisonnée tout en utilisant des technologies de dernière génération : voilà un des défis qu’à su relever FRANCEWEB !

Veille et capitalisation des connaissances valorisent l’information et la placent au coeur de la compétitivité durable de l’entreprise.

Créer de la valeur et des richesses pour les entreprises et pour un territoire grâce au KM :
FRANCEWEB, l’e-communautés des acteurs économiques de FRANCE. FRANCEWEB  un cadre de cohérence unique et partagé.

Produire, travailler, innover, vendre autrement. accélérer sa croissance au plan international grâce au FRANCEWEB.

Si vous disposez d’une offre pouvant intéresser les utilisateurs FRANCEWEB , n’hésitez pas et devenez partenaire de FRANCEWEB , vous y gagnerez en notoriété et développement d’affaires.

OBJECTIFS

Tous, entrepreneurs de la connaissance

Aujourd'hui la grande majorité de la population active est composée de professionnels de l'information. Des professionnels qui s'ignorent mais qui pourtant lisent, analysent, transfèrent et échangent au quotidien des masses considérables d'information que chacun "traite" dans son propre contexte pour ses objectifs de "résultats et de performances", les transformant ainsi en connaissances.
Le travail collaboratif n’est pas obligatoire, il est incontournable. Les méthodes et outils pour collaborer, intégrer, formaliser, organiser, représenter et disséminer ce savoir, cette expertise et ces connaissances existent.
FRANCEWEB est organisée pour vous permettre de maîtriser ces méthodes et outils et de placer ainsi la e-collaboration au coeur de la compétitivité, de la création de valeur et de l'innovation de votre entreprise. Illustré par de nombreux cas concrets et s'appuyant sur l'expérience des animateurs, FRANCEWEB s'attache à développer une pédagogie de partage et de formalisation pratique exemplaire, qui a fait le succès reconnu de ces Communautés .

PUBLIC CONCERNÉ

Responsable RH, Responsable fonctionnel, Responsable de formation, Directeur Organisation, Directeur d'unité, Responsable Veille & Intelligence Economique, Responsable d’Equipe R&D, Chef de projet SI et KM, Responsable de la Fonction Publique et des Collectivités Territoriales, Responsable intranet et Webmestre senior.

PROGRAMMES

L'e-collaboration, le travail en réseau et l'efficacité collective : modèle de développement et conditions de la réussite
• Les enjeux de la e-collaboration,
• Production de valeur, mutualisation, confiance et réciprocité.
• La structuration de l'information, écrire pour être lu et compris. La publication dynamique.
• Comment organiser, animer et modérer une communauté. Les étapes et les règles à suivre.
• Méthode, outils et dispositifs pour faire vivre et développer une communauté.
• Les règles du jeu : le CoP Master et les animateurs de communauté.
• Former ses collaborateurs à l'outil, à de nouvelles attitudes et favoriser l'émergence d'un nouveau mode de management.
• Retour sur investissement : la création de valeur et les performances d'une communauté.
• Les freins, résistances et échecs à connaître et maîtriser.
 

Les méthodes, outils et plate-formes de e-collaboration
• Panorama et prospectives des solutions de e-collaboration.
• Modèle économique et modèle de développement logiciel : P2P, ASP, logiciel libre.
• Comment passer de la communication à la collaboration ?
• Les outils et fonctionnalités incontournables.
• Quels sont les écueils et les risques principaux ? Les meilleurs leviers ?
 

Nous vous remercions de l’intérêt que vous porterez à notre association.

Veuillez envoyer vos manifestations d’intérêt à Stefan Raducanu  - Président-Fondateur FRANCEWEB

Contact : Stefan Raducanu : +33 (0)1 39655034   +33 (0)6 21974799

15:49 Écrit par franceweb dans 21CenturyWebArchive, ArchiveWeb21, Articles, Blog, Citoyen, Electeur, France | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu