Avertir le modérateur

04/05/2017

Biya a-t-il financé Marine Le Pen? Révélations…Le système mallette est donc toujours d’actualité pour les présidents qui veulent sécuriser leur fauteuil présidentiel…

Biya a-t-il financé Marine Le Pen? Révélations…

Biya Et Marine Lepen Photo montage CameroonWeb 2017

« On dit que la Françafrique est morte. Elle est plus vivante aujourd’hui ». Cette phrase a été lâchée par l’avocat Robert Bourgi, surnommé le « porteur de mallettes de la Françafrique » lors d’un entretien avec Jean Pierre Elkabach sur la chaîne de télévision française CNEWS.

Le système mallette est donc toujours d’actualité pour les présidents qui veulent sécuriser leur fauteuil présidentiel…Paul Biya du Cameroun, pourrait bien utiliser la vieille méthode avec les rivaux du second tour de la présidentielle en France. Son candidat serait Marine Le Pen.

Des candidats au second tour en France courtisés par les dirigeants de l’Afrique centrale.


Sur le plateau de CNEWS ce mercredi 3 mai, Robert Bourgi hésitant au premier abord a finalement révélé que les chefs d’Etats de l’Afrique centrale au nombre de 8 y compris Paul Biya courtisent les candidats à l’élection présidentielle française « Ceux qui sont en tête des sondages, ceux qui sont présents au second tous sont courtisés par certains dirigeants africains. Emmanuel Macron a opposé un véto immédiat à ces offres. Marine Le Pen a été approché par certains dirigeants de l’Afrique Centrale », confirme Robert Bourgi.



Le journal Afrique Times a dressé récemment un classement des 10 présidents africains les plus riches en 2017. Curieusement, 6 présidents du classement viennent de l’Afrique centrale avec des fortunes colossales.

L’Angolais Jose Eduardo Dos Santos (Angola), l’équato guinéen Téodoro Mbasongo N’Guema Obiang, le Gabonais Ali Bongo, le Congolais Joseph Kabila, le Camerounais Paul Biya et le Tchadien Déby Itno. Tous ont un truc en commun, conserver le plus longtemps le Pouvoir. Le système mallette peut bien servir à ses fins. « Marine Le Pen a été approché par certains dirigeants de l’Afrique Centrale », a déclaré Robert Bougi sans toutefois donner de précisions.

Selon le lanceur d’alerte Boris Bertolt, « l’écrivain camerounais Mongo Beti affirmait que Paul Biya avait à plusieurs reprises financé les candidats à l’élection présidentielle française. Comme par hasard, Marine Le Pen en campagne pour les élections de dimanche a rencontré les franco africains qu’elle considère pourtant comme les responsables de la crise identitaire en France. »




Plus loin, il affirme que « le candidat de Yaoundé était Alain Juppé avec lequel Paul Biya entretient une longue amitié. Après son échec aux primaires, ces présidents africains ont tenté de se contenter de François Fillon. Battu au premier tour, il reste à savoir s’ils ont participé au financement de la campagne de Marine Le Pen comme tente de l’indiquer Robert Bourgi. » Le président Camerounais, Paul Biya n’avait-il pas déclaré, « ne reste pas au pouvoir qui veut mais peut ».

Depuis le début du processus électoral en France, au premier comme au second tour, ces chefs d’Etat africains proposeraient de financer les campagnes des deux candidats au second tour.

Depuis le début du processus électoral en France, des candidats comme Emmanuel Macron, Marine Le Pen, Manuel Valls ont effectué des tournées dans des pays africains. La visite de la candidate du FN en Afrique remonte en mars dernier au Tchad, son père Jean Marie Le Pen a été vu du côté de la Guinée Equatoriale.



Celle d’Emmanuel Macron remonte en avril dans les pays notamment le Maroc, la Côte d'Ivoire, le Burkina, le Mali le Sénégal, la Tunisie.
Cette relation douteuse que la France entretienne avec ses anciennes colonies depuis 1960, connue sous le nom de Françafrique, caractérisée par des réseaux extra-diplomatiques, serait toujours maintenue.
Cette liaison n’est pas morte avec les défunts Omar Bongo, Gnassingbé Eyadéma qui en étaient les pionniers, elle se perpétue selon le « controversé » Robert Bourgi.

Néanmoins, l’ex Conseiller d’Omar Bongo très sûr de sa déclaration, nie par contre son implication dans ce réseau Françafrique malgré son titre criard de « porteur de mallettes». « Je ne suis ni acteur ni témoin », a-t-il déclaré.


06/04/2017

« Quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson », Confucius

 

FranceWeb  La nouvelle société du Savoir

francewebeglobal-avec-vous3.jpg

un nom du présent ouvert sur l’avenir et les nouvelles générations.

Notre philosophie: Être les meilleurs dans ce que nous maîtrisons le mieux et ce que nous aimons faire.

Notre histoire est celle d'une réinvention permanente et de notre engagement pour vous offrir l'exceptionnel.

Un rappel de ce qui fait notre force: L'ouverture et la collaboration.

Pourquoi Positive Planet

La mission de Positive Planet est, partout dans le monde, d’aider les femmes et les hommes à créer les conditions d’un monde meilleur pour les générations futures.

Positive Planet est née de la croissance et de la transformation de PlaNet Finance, dont le mandat initial depuis sa création en 1998 était de lutter contre la pauvreté par le développement de la microfinance. En 20 ans, l’inclusion financière a évolué. D’une série de petites initiatives, elle est aujourd’hui devenue un mouvement de grande ampleur offrant des services financiers et non financiers, améliorant la vie de centaines de millions de personnes.

Aujourd’hui, le défi de notre monde n’est pas tant le développement en lui-même que sa qualité et son orientation vers le long terme : qu’il soit équitable, que l’environnement soit sain, que l’eau soit distribuée, que l’énergie soit abondante et durable, que l’éducation et la santé soient accessibles à tous, et que le développement offre un toit à tous.

En savoir plus

Lire la suite

04/04/2017

L'absentéisme: un acte politique!? Les gouvernants sont obnubilés par la désertion des urnes par les citoyens. Or, voter - déposer un bulletin dans l'urne - est un acte éminemment politique.

L'absentéisme: un acte politique!?

Publié dans L'Expression le 04 - 04 - 2017

Les gouvernants sont obnubilés par la désertion des urnes par les citoyens. Or, voter - déposer un bulletin dans l'urne - est un acte éminemment politique. Par ce geste, simple, voire anodin, le citoyen pèse sur l'orientation du vote, sur le destin du pays. Alors quid de l'absentéisme? Il est ici question de l'absentéisme électoral. Un ancien ministre de l'Intérieur ne cessait de déplorer le fait que les Algériens préfèrent se rendre à la plage plutôt qu'aller voter. Mais sans doute que la question n'est point là. Alors pourquoi les citoyens algériens boudent-ils les urnes? Vaste question, vastes perspectives. En fait, quand le peuple est informé et s'exprime sans entraves, il est patent que ce sont les meilleurs - du moins conformes aux attentes des électeurs - qui émergent des urnes. L'élection présidentielle états-unienne nous en a donné un aperçu probant, démentant les pronostics et les analyses des médias. Une participation populaire, massive, moyenne ou nulle est donc fonction d'abord de la confiance des électeurs envers le processus électoral, pour les partis qui aspirent à gouverner, au regard des conditions dans lesquelles le vote s'effectue. C'est donc à ce niveau qu'il y a maldonne. Souvent, les élections s'apparentent à un parcours du combattant. A quelques exceptions, les postulants à la députation sont inconnus de même que leurs états de service, leurs parcours politiques à présenter aux électeurs dont ils sollicitent les voix. Les modalités dans lesquelles s'organise le vote ne sont pas toujours idoines. Il y a donc un contrat de confiance entre l'électorat et le gouvernant, entre ce dernier et les partis politiques d'une part, entre les candidats à un mandat électif et les citoyens d'autre part. De ce point de vue le déficit de confiance est évident et la défiance entre les acteurs électoraux de mise. De fait, au sein de l'Assemblée populaire nationale, les députés ont mauvaise presse, ne justifiant à aucun moment leur représentation du peuple, se dissociant des électeurs qui leur ont ouvert les portes de l'APN. Le fait aggravant est que le mandat des députés algériens est national, donc ceux-ci ne sont pas tenus de rendre compte à ceux qui les ont élus. Dans un système politique aussi quadrillé, le choix des hommes est restreint, ce qui fausse la donne politique. Ainsi, le taux de participation est devenu - d'une élection à l'autre - la quadrature du cercle pour le gouvernement qui relance à tout-va les électeurs les incitant à faire leur devoir électoral. En réalité, le seul vainqueur des élections, ces dernières années, a été le parti des absentéistes. C'est d'ailleurs tellement vrai, que le gouvernement use de toutes les solutions pour inverser la donne. Or, ce qui ne semble pas être pris en compte est que s'abstenir est devenu un acte politique. Une manière pour les citoyennes et les citoyens de dire que politiquement ils existent, ils ont un avis à donner. Aussi, comment un parti politique qui s'est signalé ces dernières années par la succession de «redressements» et «putschs scientifiques» peut-il être aussi sûr de sa victoire, alors que la campagne électorale n'a pas encore commencé? A moins que... N'est-ce pas là une sorte de mépris pour l'intelligence des Algériennes et des Algériens que de penser qu'ils ne réfléchissent pas ou seraient prêts à donner leurs voix à des inconnus, qui n'ont pas l'élégance de se faire connaître et faire connaître leur capacité à servir le pays? Et puis, ce n'est pas le moindre, ces Algériennes et Algériens ont pu suivre en live les campagnes électorales britanniques (Brexit), états-uniennes (présidentielle) ou actuellement française (présidentielle) où des femmes et des hommes s'expliquent face à leurs concitoyens, plaident pour ce qu'ils veulent entreprendre, acceptent avec fair-play le verdict. Or, sans autre forme de procès, un chef de parti peut affirmer que son parti aura la majorité absolue. En se basant sur quoi? Assurément, sans le vouloir, M. Ould Abbès patron du FLN, résume on ne peut mieux, plus certainement, sans réellement l'imaginer, le paradoxe qui marque le champ politique national. Un champ politique rudimentaire, peu mature, qui fonctionne en vase clos, déconnecté de la réalité et singulièrement proche de ses intérêts que ceux, bien compris, de la nation. Peut-on oublier que ce sont les députés - représentants par défaut du peuple - qui ont voté contre la loi anticorruption? Les citoyennes et les citoyens ne sont pas dûpes au point de ne pas voir que ces gens qu'ils envoient à l'APN sont loin d'être politiquement corrects. A cela s'ajoute la fraude, thème récurrent des débats électoraux. Dès lors, l'abstention peut s'expliquer du fait que les Algériennes et les Algériens ne se sentent pas concerné(e)s par ces scrutins, induisant cette étrangeté qui fait des absentéistes le premier parti du pays. Les serments et autre paternalisme n'y changeront rien!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu