Avertir le modérateur

06/03/2019

Une chronique du pionnier du Web français Bruno Walther.L'Internet était une promesse utopique, il est devenu notre cauchemar contemporain,

« Au lieu de rendre la planète plus intelligente, Internet développe une sous-culture de la médiocrité. »

L'Internet était une promesse utopique, il est devenu notre cauchemar contemporain, s'alarme le pionnier du Web français Bruno Walther. Hypnotisés par nos écrans, nous ne cherchons plus à changer le monde mais à le fuir. Et si l'on se reconnectait au réel ?

Gueule de bois. C’est le sentiment que nombre d’entre nous avons aujourd’hui. Nous avons fait la fête sur les promesses d’un nouveau monde. Nous pensions que les technologies en général et l’Internet en particulier signaient la promesse d’une nouvelle espérance. Nous imaginions que la technologie était par essence porteuse de sens. Qu’elle pouvait se substituer aux règnes des idéologies déchues. Internet était prophétique. C'était la multiplication des petits pains avec le porno en plus.

Puis vint l’impensable.

Nous pensions que les réseaux sociaux seraient la matrice d’une intelligence collective globalisée et nous avons eu Trump. Que le Net serait un espace pacifié et nous avons les cyberguerres et les fake news. Que Youtube serait un espace où la créativité bienveillante serait triomphante et nous avons eu Soral et les propagandistes d’AlQuaïda. Que la data permettrait de construire un monde plus transparent et nous avons eu Cambridge Analytica. Qu’internet serait la matrice d’une nouvelle croissance des savoirs plus durables et nous avons eu l’explosion d’un cyber-consumérisme qu’incarnent le Black Friday et l'obsolescence programmée comme mode de conception des produits.

Le réveil est rude.

Que s’est-il passé pour en arriver là ?

Le monde de l’Internet, à l’instar des communistes avant eux, a pensé que l’on pouvait faire du passé table rase. Que les lendemains qui chantent viendraient à bout des contingences humaines et morales. L’Homo numericus nouveau serait forcément bienveillant, ouvert au monde et respectueux de la nature.

Nous avons eu tort.

Nous nous sommes trompés sur un point essentiel : Internet n’est pas une utopie mais un outil.

Et pour comprendre cet outil nous devrions nous replonger dans les lectures d’Ivan Illich.

Philosophe et précurseur de l’écologie politique, Ivan Illich démontre que les outils ne sont pas neutres. Ils portent leur propre finalité. Ils sont la matrice qui modèle les rapports sociaux que les hommes nouent entre eux. La voiture, à l’origine simple objet technique permettant de transporter les gens, transforma les paysages et bouleversa les modes de vie.

Critique radicale de la société industrielle, Ivan Illich affirme que « lorsqu'une activité outillée dépasse un seuil, elle se retourne d'abord contre sa fin, puis menace de destruction le corps social tout entier ».

Pour lui dès qu’un outil est institutionnalisé et s’impose comme ce qu’il qualifie de « monopole radical », un outil dont personne ne peut se passer et dont l’usage devient une injonction de consommation, il devient dysfonctionnel et détruit l’objectif qu’il est censé servir. L’automobile fait perdre plus de temps qu’elle n’en fait gagner.

Internet, comme les réseaux sociaux, se sont imposés en une poignée d’années comme un monopole radical tel que l’on a rarement connu. Il est devenu quasiment impossible de vivre en mode déconnecté. Le digital a pris le contrôle de notre intimité, le mobile est devenu une prothèse, une hypertrophie de notre moi.

Le digital marque la victoire posthume d’Ivan Illich. Il illustre avec superbe ses démonstrations. En quelques années, Internet est devenu un objet mutant dysfonctionnel. Il était censé rapprocher les hommes, il les fracture. Au lieu de rendre la planète plus intelligente, il développe une sous-culture de la médiocrité.

La réalité est cruelle : la finalité de l’Internet est uniquement de croître, de s’imposer à tous.

Pour cela, il mute et impose le bovarysme comme un horizon indépassable.

Que vient faire Emma Bovary dans cette aventure ? Rappelez-vous de ce personnage de Flaubert, toujours insatisfait, qui cherche à échapper à tout prix à l’ennui, à la banalité et à la médiocrité de la vie provinciale. Il est caractéristique de l’usage que nous faisons de l’Internet. Sur les réseaux sociaux, la réalité n’est plus qu'une perception. On se construit un monde imaginaire fait de selfies, de margaritas sur des plages ensoleillées. La réussite sociale se compte en nombre de likes. L’enjeu n'est plus d'être ou d'avoir mais de paraître.

L'humanité numérique semble droguée aux mouvements. Le temps se rétrécit.

« Fuir dans le rêve l'insatisfaction éprouvée dans sa vie », telle est la définition que donnait Jules de Gaultier du bovarysme. Je n’en ai pas trouvé de meilleure pour décrire le temps présent.
Le digital, en proposant une réponse digitale à cette espérance bovaryste de quitter le monde de l’ennui pour basculer dans le mouvement perpétuel, a conquis le temps de cerveau disponible des humains.

L’emphase technologique qu'offre aujourd'hui le digital au bovarysme marque une révolution dans notre manière de vivre le monde.

Depuis la naissance de l’Homme, l’insatisfaction est le moteur du progrès. C’est elle qui nous permet de nous élever. De transcender le réel par l'effort et la créativité. De dépasser notre condition d’homme pour devenir des créateurs.

La figure du bovarysme que nous propose le digital aujourd’hui en est l'exact inverse.

C’est fuir la réalité plutôt que chercher à la transformer. C’est la recherche du mouvement incessant même le plus futile. C’est la peur panique de l’ennui. C’est préférer scénariser son existence que de la vivre. C’est la dictature de l'instant, la quête de la nouveauté. C’est l’illusion comme infini et le néant comme réalité.

Pour paraphraser Kant, cette société de l’illusion est un crime social et ontologique.

Crime social parce qu'il dénature la parole, fondement de toute relation sociale.

Nous écoutons notre prochain parce qu’implicitement nous croyons ce qu’il nous dit. La parole n’est qu’un engagement. Déconnectez le verbe de la réalité et la possibilité de croire en l’autre n’est plus. Vous coupez immédiatement la relation sociale. L'altérité devient une absurdité. Vous n'aimez plus l’autre mais une chimère.

Crime ontologique parce qu'il dénature ce qui nous différencie du monde végétal, la conscience.

« Un homme qui ne croit plus lui-même ce qu’il dit à un autre, régresse en deçà de la chose».

« Le mensonge est un crime contre soi-même, contre l'humanité », nous rappelle Kant.

C’est un constat un peu radical mais le digital bovarysé provoque une dénaturation de la conscience, une mystification intentionnelle. C'est la victoire de Bérénice sur Titus. De l'impétuosité absolue de la mystique du bonheur romantique sur les devoirs liés à sa charge ou à son héritage.

Je vais le dire directement mais le digital fait peser sur notre civilisation un risque mortel.

Une société où l’enjeu n’est plus de transmettre mais de paraître enfante des monstres. Ils se répandent sur les plateaux de la télé-réalité. Le ridicule et la médiocrité intellectuelle d’Emma Bovary deviennent un absolu et envahissent la Maison-Blanche. Symptômes de cette société postmoderne qui sanctifie la vulgarité.

La catastrophe n’est pas loin. Elle gronde.

À moins que nous options pour un changement de cap. Une rupture radicale.

La vie ne se mesure pas à l’entassement des objets mais plutôt à l’art de maîtriser ou plutôt de vivre le temps qui passe.

Rappelons-nous que le temps est ce que l’homme a de plus précieux. Nous pouvons conquérir l’espace, accumuler des choses mais le temps, lui, est unique. Les minutes que vous venez de passer à lire ce texte ne sont qu’à vous. Vous ne pourrez pas les racheter. Pas plus que vous ne savez combien de temps il vous reste à vivre. Il appartient au destin. Il est sacré.

Le temps, voilà le combat central que nous devrions tous, à notre échelle, mener. Reprendre son contrôle. Inscrire notre réflexion et nos actions dans le temps long. Consommer du temps avec nos proches plutôt qu’avec des écrans. Accepter de se perdre dans le visage de l’autre et non dans son avatar fantasmé.

Le jour où nous redeviendrons des bâtisseurs et non des destructeurs du temps, le digital ne sera plus un « monopole radical » mais redeviendra un espace d’échanges où des intelligences collectives et positives s'épanouiront à nouveau.

Une chronique du pionnier du Web français Bruno Walther.

PARCOURS DE BRUNO WALTHER

  • Entrepreneur et spécialiste de l’Internet français depuis plus de vingt ans, Bruno Walther a créé en 2009 Captain Dash avec Gilles Babinet, agence focalisée sur le Big Data et la génération de cockpit marketing à destination des directions marketing. En 2012, il obtient à New York, avec Gilles Babinet, le prix Global Entrepreneur of the Year Award pour le travail qu’ils réalisent avec Captain Dash pour rendre la planète plus intelligente.

Cet article est paru dans la revue 17 de L'ADN consacrée aux tendances 2019. Pour vous procurer votre numéro, cliquez ici.


POUR ALLER PLUS LOIN :

Nous sommes déjà dans la troisième guerre mondiale et elle est « cyber »

Bon anniversaire Facebook ! L'enfant terrible de Mark Zuckerberg fête ses 15 ans

INTRODUCTION

     juil 4nd, 2012

Les nouveaux principes de l’Histoire

    Il est remarquable que les drames qui ont ensanglantés le monde en 1914-1918 et 1939-1945 n'aient eu à peu près aucun écho philosophique en Occident. Les deux grandes doctrines qui étaient le fondement de la pensée occidentale contemporaine, à savoir la phénoménologie de Husserl (le terme ne doit pas être pris dans le sens hégélien) et l'existentialisme (Kierkegaard, Jaspers, Heidegger) sont nés avant la Première guerre mondiale et les bouleversements dans le monde ne les ont pas transformés. La philosophie de Jean-Paul Sartre n'a fait que reformuler la métaphysique de Martin Heidegger. L'Être dans le Temps à l'Être dans le Néant. Le déclin de l’Occident se retrouve d'une certaine façon dans la « Nausée » de J.P. Sartre. Un je ne sais ce que je suis !
Depuis les philosophes occidentaux tournent en rond dans le questionnement sur les fins ultimes de l'Histoire. Les deux Guerres mondiales, qui ont été des « Contingents historiques majeurs » que nous aurons à préciser et ont permis la libération de continents entiers, remettent en cause les présupposés concepts husserlien.  En séparant l’Europe des autres humanités comme l'unique peuple qui sache l'être et le vrai, Husserl voulait une Europe encore capable d'agir sur les autres humanités du monde. Il écrit que « par elle seule sera décidé si l'humanité européenne porte en soi une Idée absolue au lieu d'être un simple type anthropologique comme la Chine ou les Indes; et décidé du même coup si le spectacle de l'européisation de toutes les humanités étrangères annonce en soi la vaillance d'un sens absolu, relevant du sens du Monde et non d'un historique non-sens » (Krisis, § 6).
Le déclin de l'européanisation du monde, surtout à la fin du XXe siècle, et l'avènement de deux phénomènes « l'islamisation et la sinisation » sont devenus le contraire de la prédiction husserlienne qui était dès le départ entachée par l’euphorie et l’illusion que l'avancée occidentale dans la civilisation sur les autres civilisations a fait accroire. Faisant oublier dans l’ascension de l’Europe par ethnocentrisme que grandeur et décadence sont le lot des civilisations. Définissant comme sauvages ou barbares les civilisations des autres continents, oubliant que, par le passé, l’Occident était sauvage et barbare et que la civilisation à laquelle l’Occident est parvenue le doit beaucoup aux autres civilisations.
Il s'agit donc pour l'Occident au mieux de comprendre la situation pour sortir de ce préjugé que la civilisation occidentale est seule détentrice de la vérité civilisatrice. Si la philosophie occidentale naguère prolifique a baissé le rideau, le vide philosophique s’est trouvé combler par les experts de l’histoire, mieux armés pour analyser ce retour du temps. Ainsi la parole a été donnée à Oswald Spengler, Paul Kennedy, Samuel Huntington, Francis Fukuyama…  et d’autres non moins célèbres. Même des hommes politiques furent de la partie : Henri Kissinger, Zbigniew Brzezinski…
- Samuel Huttington recommande dans « The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order » (1996) le repli des États-Unis, de rendre plus lâche l'alliance avec l'Europe et d'abandonner les deux piliers stratégiques que sont le Japon et Israël parce qu'ils sont frappés d'altérité culturelle. Il conteste même l'universalisation de la langue anglaise. Et si ces recommandations sont « prémonitoires » ? En prenant en compte l’ « accélération de l’Histoire ».
- Paul Kennedy dans « The Rise and Fall of Great Powers » (1988), donne une vision d'une Amérique en déclin, attesté par les chiffres.
- Fukuyama émet l'hypothèse de la « Fin de l'Histoire ». S'inspirant de Hegel, il énonce que l’Amérique est partie du triomphe et va inexorablement vers l'inutilité pour les autres nations. Pour lui, la démocratisation en marche dans le monde mettra fin à l’hyperpuissance. Quant à l'effondrement de l’Union soviétique et des pays satellites, il ne serait qu'une étape dans la marche de l'humanité, succédant à l'étape que fut l'émergence de la démocratie en Turquie et dans les pays latino-américains dans les années 1980, précédée elle-même par la chute des dictatures de l'Europe du Sud, au Portugal, en Espagne et en Grèce, au milieu des années 1970. Il y a en effet dans cette hypothèse une dialectique dans l’histoire qu’il faut cependant l’étayer par la « Raison » dans l’Histoire.
Les trois approches ont beaucoup de points communs, et, en tout état de cause, parce que ce sont les événements politiques dans le monde et leur évolution qui les ont laissés transparaître. Cependant il y a aujourd’hui une situation inquiétante en Occident dans son refus d’accepter que ce qui a été considéré naguère de non-civilisations sont en fait des civilisations qui sont en train de se révéler et de « monter ». Mais ce que l’Occident oublie c’est que l’humanité avance en âge comme l’homme avance dans le temps. Celui-ci grandit, vieillit et meure pour laisser place aux autres générations. Il en va de même pour les civilisations. Comme les hommes ont le souvenir de leurs aïeux, les civilisations ont le souvenir de leur passé. Aujourd’hui, une marche inexorable de l’Histoire que l’Occident refuse est en cours, et cette menace fait planer un autre « Contingent historique majeur », à l’instar des deux « Contingents historiques » de la première moitié du XXe siècle.
Précisément, c’est dans l’étude dialectique des « Contingents historiques » que nous pourrions mieux saisir le développement du monde. Que les « Contingents historiques » ne sont en fait que les leviers de la « Nécessité » qui s’expriment dans le « devenir du monde » à l’insu des hommes. Si une explication logique pouvait ressortir, non seulement elle pourrait être utile pour l’homme, mais pourrait en touchant l’« essence des événements » telles les guerres et les crises permettre à l’entendement de l’homme d’aborder mieux le « sens » par exemple de cette puissance de l’Occident qui se développe dans l’impuissance. Et ce n’est là qu’un aspect des problèmes du monde, d’autres aspects pourraient apparaître permettant à l’homme de comprendre mieux son devenir.
C’est l’ambition de cette étude, qui n’est qu’en balbutiement, mais en cours... et dont quelques parties sont déjà exposées dans cet essai.  Et qui sera complété au fur et à mesure de son développement.

L’Auteur

N.B.

 “Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”

TTSO Time to Sign Off Find your dream remote job - Remotive Inscription à la newsletter - Influencia Growth Hacking France | La bible Vivante du GrowthHacking Newsletter Growth Hacking Planet Probablement la meilleure newsletter du monde Newsletter décrypte l'actualité digital et startup | Wydden Futur ! la newsletter d'Usbek & Rica | Usbek & Rica The Family Maddyness - Le Magazine des Startups Françaises Big Data Weekly Newsletter – Big Data News Weekly Email Newsletters - HBR Data Science News | Data Elixir Data Science Weekly Newsletter | Data Science Weekly Telling Impactful Stories with Data | The DataFace Data Eng Weekly Blog – The ODI Newsletter – Center for Data Innovation Weekly Newsletter — Autonomous NEXT FinTech Futures BlackFinTech weekly list Newsletters — FT.com | Financial Times Anna's Weekly Fintech Roundup by Anna Irrera Newsletters Sign-Up - IEEE Spectrum Live Science: The Most Interesting Articles, Mysteries & Discoveries Newsletters | Science News Axios Science - Axios Nature Briefing: essential round-up of science news, opinion and analysis. Deep Learning Weekly | Deep Learning Weekly | Deep Learning news from Inside AI | Inside Accelerate AI Archives - Open Data Science - Your News Source for AI, Machine Learning & more Artificial Intelligence and Deep Learning Weekly Import AI OpenAI Blog Artificial Intelligence News — Newsletter on Deep Learning & AI The Algorithm - MIT Technology Review Inside Design Blog | Thoughts on users, experience, and design Daily UI Downloads - Up Responsive Web Design | Knowledge Hub The Smashing Email Newsletter – Smashing Magazine — Smashing Magazine Sidebar ReallyGoodUX The UX Collective Newsletter UX Design Weekly - The Best UX Design Links Each Week Subscribe to our mailing list | dotdigital Engagement Cloud Subscribe | Schaefer Marketing Solutions: We Help Businesses {grow} Convince & Convert ON - the MOST RELEVANT email in digital marketing. | Convince and Convert: Social Media Consulting and Content Marketing Consulting Buffer's Social Media for Business Newsletter HubSpot Blogs | Marketing The Daily Carnage Newsletter - Carney  bobhoffmanswebsite | NEWSLETTERS Essays on network effects, growth hacking, and tech at andrewchen daphni Newsletter VC, PE and M&A News & Trends | PitchBook The Term Sheet | Newsletters Pro Rata - Axios Inside Venture Capital | Inside Sign Up! - StrictlyVC, LLC Andreessen Horowitz – Software Is Eating the World Feld Thoughts Both Sides of the Table Both Sides of the Table AVC howeverythingstarted MyNewsCenterNavigatr.Voici donc une liste de 100 newsletters (toutes gratuites) et choisies pour leur qualité éditoriale, leur réputation ou parfois simplement parce qu’elles sont LA référence sur un sujet particulier. : MyNewsCenterNavigator,Le beau blog du grand Stefan Raducanu,ArchiveFW21siècle,Bonheur,DU TEMPS QUI PASSE,Présent,Passé,Futur,Past,Present,Future,Un pour Tous,We’re community organizers,Institut for International Research>SRU-Electronics Accueil : MyNewsCenterNavigator,Le beau blog du grand Stefan Raducanu,ArchiveFW21siècle,Bonheur,DU TEMPS QUI PASSE,Présent,Passé,Futur,Past,Present,Future,Un pour Tous,We’re community organizers,Institut for International Research>SRU-Electronics MySelTab A philosopher argues that an AI can’t be an artist - MIT Technology Review (87) Robert Lafont 20 Minutes Cité>PoissySmartCity>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>PoissyWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">Connected Home Solutions for Wonderful Life "Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi", Une union nationale enfin retrouvée !La France et ses « gilets jaunes »jusqu’aux portes de l’Elysée : ce sont eux, la république en marche !« Comment réussir dans un monde d’égoïstes » : Cité>PoissySmartCity>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>PoissyWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">Connected Home Solutions for Wonderful Life MyNewsCenter.Dix grands défis mondiaux que la technologie pourrait résoudre..Les nouveaux réacteurs nucléaires plus sûrs qui pourraient aider à arrêter le changement climatique : MyNewsCenterNavigator,Le beau blog du grand Stefan Raducanu,ArchiveFW21siècle,Bonheur,DU TEMPS QUI PASSE,Présent,Passé,Futur,Past,Present,Future,Un pour Tous,We’re community organizers,Institut for International Research>SRU-Electronics Equilibrez vos trois vies."The secret of the success". "Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi" : MyNewsCenterNavigator,Le beau blog du grand Stefan Raducanu,ArchiveFW21siècle,Bonheur,DU TEMPS QUI PASSE,Présent,Passé,Futur,Past,Present,Future,Un pour Tous,We’re community organizers,Institut for International Research>SRU-Electronics « Bzzzzzz » Entreprendre, une belle connerie ? #2 - Maddyness - Le Magazine des Startups Françaises Les informations de l’écosystème à retenir ce 7 mars 2019 - Maddyness - Le Magazine des Startups Françaises Futures startuppeuses : votre guide de survie dans la jungle de l’entrepreneuriat - Maddyness - Le Magazine des Startups Françaises Les entrepreneures font moins appel au capital-risque mais lèvent de plus gros montants qu’avant - Maddyness - Le Magazine des Startups Françaises L’Amérique du Nord, futur marché pour votre startup ? Participez au programme Impact USA - Maddyness - Le Magazine des Startups Françaises OkDork.com | Noah Kagan's Blog About Marketing and More Tools and Tactics to 10x Your Per-Hour Output — Tim Ferriss The Macro Nicolas’s Insights and Latest Works First Round Review Sam Altman Essays Stratechery by Ben Thompson – On the business, strategy, and impact of technology. Page not found | The Hustle  Newsletter on startups, VC and emerging industries - CB Insights Newsletter — Benedict Evans Exponential View

La plupart des articles qui se trouvent dans ce site ont été publiés dans des quotidiens algériens, agoravox.fr, ou repris par de nombreux sites de différents horizons.

15/02/2019

TheGrid>PoissySmartCity>PPF>Past,Present,Future>FranceWebAsso,PoissyWorldWide & SRU-Electronics>> Les hubs de contenu devraient être un facteur de rentabilité et de leadership.Shaping Regional or Local Content Hubs in Global Content Strategies

FRANCEWEB launches partnership network, ‘The Grid,’ to help grow urban tech ecosystem. "Media Intelligence"-> "PoissySmartCity" 

We attract, motivate, develop, and retain the best group of diverse people.

"PoissyWorldWide"megaphone-clipart-3286thumbnail1.jpg.jpeg2 maini.jpg

FW-pour-vous-et-avec-vous.jpgPPF,Dipl.Ing.StefanV.Raducanu veille pour vous: économie,technologie, societal, Je pense que je peux donner de l'énergie aux gens grâce à ce que je fais.,UNE VAGUE D'INSPIRATION. Media Intelligence!

1AGLD2D.gif

Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble.

Partagez ce qui vous inspire :

A la rencontre d’initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique…

Le triangle de FranceWeb, integrateur de portail passe par une triple compétence: éditoriale, technologique, humaine. Une stratégie de partenariats. Entreprendre au Féminin.

Ne plus penser l'individu en tant qu'outil de production, mais penser l'épanouissement de sa personne et donc de la société.

Actifs dans leur apprentissage, ils puisent dans les ressources qui les entourent, que ce soit leurs pairs, leurs cours, Internet ou le professeur présent. Ils apprennent à collaborer, à communiquer, à avoir confiance. L'autre, ancien rival avec qui il était interdit de discuter ou de collaborer, devient un allié. Un décalage qui peut avoir de réelles répercussions dans leur vie quotidienne, dans et à l'extérieur de l'école.

La formation en petits groupes permet aussi d'étudier à des rythmes différents et en fonction des appétences de chacun. Elle répond en partie à une problématique majeure : le choix du niveau d'apprentissage. Avancer lentement au risque d'ennuyer les plus compétents, ou se caler sur ces derniers et provoquer le décrochage des autres ? L'apprentissage personnalisé à destination des adultes et des enfants offre une solution. Le contenu pédagogique accessible sur des applications ou plateformes s'adapte et évolue en fonction du niveau de chacun des apprenants, et ce, grâce à l'intelligence artificielle. L'un des exemples français est Lalilo, un service spécialisé dans la lecture et l'écriture et destiné aux professeurs de CP.

Permettre aux apprenants d'être acteurs enthousiastes de leur apprentissage implique un autre changement : la place de l'enseignant. Le professeur Vincent Faillet, du lycée Dorian à Paris, est devenu un facilitateur. Il ne trône plus face aux élèves. Il évolue parmi eux, les orientant dans leurs recherches, à leur demande. Dans les classes inversées, l'ancienne hiérarchie verticale est elle aussi bousculée. Le soir, seuls, les élèves découvrent les cours. La journée à l'école est dédiée à la mise en pratique par les exercices. Les professeurs sont là pour accompagner les élèves, les aider à résoudre des problèmes, à trouver des solutions et à éclairer les zones d'ombre. L'objectif ? Comprendre et non plus apprendre par cœur. Ce que favorisent aussi les enseignements par thématiques plutôt que par disciplines, comme en Finlande.

Jouer et expérimenter

« Dans des cadres ludiques, on peut apprendre assez facilement et avec plaisir tout ce qu'on veut, y compris les savoirs fondamentaux », témoigne Francois Taddei, qui met en valeur le jeu à travers les activités et événements organisés par le CRI (Centre de recherche interdisciplinaire de Paris). Jouer permet aussi d'expérimenter sans risque et d'intégrer l'échec comme une étape vers la réussite.

Forte de ce constat, l'école Viktor Rydberg de Stockholm utilise le jeu de construction libre Minecraft pour apprendre des notions d'urbanisme et aborder des questions environnementales. En France, l'école primaire Alice Cotteaux-Blin Péri de Leers a remporté le concours national de calcul organisé autour du jeu Mathador. Le jeu permet aussi de développer une compétence majeure : l'empathie. Le jeu de simulation RealLifeWorld propose de vivre la vie d'un autre individu, indien, mexicain ou américain, afin de mieux le comprendre et l'accepter. Une nécessité dans un monde qui compte plus de 65 millions de réfugiés.

Développer l'enthousiasme

Permettre aux enfants de se penser acteur du changement, telle est l'ambition de l'apprentissage par projet. Il valorise la collaboration, l'implication et l'action. À Kansas City, partant du constat que de nombreux enfants ne s'épanouissent pas à l'école mais ont un fort désir de faire, l'architecte Steve Rees a lancé un programme autour de l'entrepreneuriat. Fort de son succès dans les écoles, et à la demande des jeunes, il a créé Minddrive. L'association transforme des voitures anciennes en voitures électriques. Les jeunes sont ainsi formés aux sciences, aux nouvelles technologies, mais aussi à l'écoresponsabilité. Leur enthousiasme et leur engagement dans ce projet les éloignent du décrochage.

L'école primaire Grange, à Nottingham, en Angleterre, a souhaité associer la pratique à la théorie afin de développer l'enthousiasme des enfants. Elle a créé Grangeton, une véritable ville dans l'établissement, tenue par les élèves. Les nouvelles technologies peuvent aussi favoriser le développement de projets et d'actions dans le monde réel. Iris Lapinski a créé Apps for Good, une plateforme permettant aux adolescents d'imaginer des applications en relation avec des problématiques liées à leur communauté. Les plus pertinentes sont réellement développées. Les enfants n'ont d'ailleurs pas attendu pour s'emparer d'Internet et se penser mentors. En témoignent les nombreux tutoriaux qu'ils produisent et qui leur permettent d'apprendre entre pairs, sans la caution d'un adulte.

Afin de sortir l'école de l'isolement et de transmettre ses nouvelles valeurs à la société, des chercheurs se sont aussi intéressés à son architecture. Dans la ville d'Espoo, en Finlande, s'est développé le concept d'École comme Service (SaaS). Les habitants peuvent utiliser certains espaces de l'école Saunalahti, dont son gymnase et sa bibliothèque. Les élèves de secondaire de l'école Otaniemi se rendent dans les laboratoires de l'université d'Aalto pour étudier la physique et la chimie. La ville se rencontre et collabore. Ailleurs, d'autres relations se mettent en place entre école et communauté. À Seattle, aux États-Unis, la maison de retraite Providence Mount St. Vincent accueille une école maternelle pour promouvoir et développer les relations intergénérationnelles

Apprendre à tout âge

« Plus nous savons de choses, plus nous pouvons en apprendre. » François Taddei associe ici l'apprentissage au plaisir de la recherche, porte d'accès vers un monde infini de découvertes. La mise en lumière de la plasticité du cerveau par les neurosciences nous permet d'autant plus de nous penser apprenant à tout âge. Une chance et une nécessité, vue l'évolution rapide de notre société et de ses métiers.

Les Mooc, ces cours à distance accessibles en ligne, répondent à ces nouvelles capacités dévoilées et à ces nouveaux besoins. Ils peuvent être dispensés par les plus grandes universités comme Stanford, avec parfois un diplôme à la clé. Certains proposent des spécialisations, tel le Centre Pompidou en art moderne et contemporain ou la Khan Academy qui se focalise pour l'instant sur les sciences. D'autres s'intéressent à la démocratisation du savoir. La plateforme Open Culture donne accès à 1.300 cours, 1.150 grands classiques du cinéma international, 800 ebooks et des Mooc, tous gratuits.

ZeSchool, dirigée par Craig Vezina, souhaite « offrir des ressources et des formations gratuites aux personnes défavorisées ou éloignées des lieux d'apprentissage et les inciter à entreprendre en leur donnant la possibilité de partager leurs idées ». L'enseignant américain installé en France s'intéresse aussi au potentiel de la réalité augmentée dans la transmission de l'histoire d'un lieu, ce qu'il développe avec sa société RealCast. Et imagine un avenir radieux pour l'hologramme dans l'éducation.

« Grâce à cette technologie, un plus grand nombre de gens pourront étudier auprès des meilleurs enseignants. C'est déjà le cas en Corée du Sud. Les contraintes géographiques vont disparaître. »

Le rôle des neurosciences

Si nous ne connaissons pas encore les métiers de demain, nous pouvons former les adultes à ceux qui apparaissent, et notamment les personnes éloignées de l'emploi. En Belgique, Sirius-Liège coding school enseigne le codage informatique et le développement Web aux personnes réfugiées. La formation se complète par des cours de français orientés métier du codage, ainsi qu'une initiation au graphisme Web. Né en Californie pour accompagner les vétérans américains au retour à l'emploi, présent depuis en France, le programme Drones & Good développé par Inco, forme aux métiers de l'industrie du drone civil.

Pour que les expérimentations se déploient et se vulgarisent dans et hors des écoles, toutes les personnes impliquées dans la transmission doivent être formées, souligne Ross Hall, directeur de l'éducation chez Ashoka. En France, la psychothérapeute Isabelle Filliozat guide les parents vers la parentalité positive en s'appuyant sur les neurosciences. Cette approche valorise, comme les précédentes, l'éducation personnalisée, la bienveillance, l'empathie et les relations harmonieuses. En Inde, le programme Design for Change, destiné aux enseignants, propose des outils et méthodes pour favoriser l'autonomie et la confiance des élèves.

D'autres structures stimulent la collaboration entre esprits innovants et le développement de projets. Ashoka, ONG internationale fondée par Bill Drayton, révèle et soutient des expérimentations et rapproche les différents acteurs du changement, notamment dans le domaine de l'éducation. The Jefferson Education Exchange collecte et diffuse des informations autour de l'edtech.

François Taddei propose au ministère de l'Éducation français, dans son nouveau rapport remis en avril dernier, de créer « La fête de l'apprendre » pour valoriser la capacité de tous à apprendre et à être mentor. Un tel événement inciterait à réfléchir à ce que chacun a découvert dans l'année, à diffuser ses nouvelles compétences et à créer du lien social. Les conférences TedX, le film "Une idée folle" pour lequel Judith Grumbach a fait le tour de France des écoles innovantes, le livre "Explore the Future of Education" de Svenia Busson sont autant d'initiatives qui donnent de l'ampleur à des expérimentations disséminées.

« Dans une société apprenante, conclut François Taddei, lorsque quelqu'un a appris quelque chose, une autre personne peut l'apprendre plus facilement. Vous pouvez rencontrer des mentors en mettant sur pied un BlaBlaCar du mentoring. Nous pouvons créer un "Google map de la connaissance" permettant notamment d'apprendre grâce aux compétences de ses collègues. Mais il faut pour cela passer d'une culture de contrôle à une culture de confiance, d'une culture de compétition à une culture de coopération, capable de mêler bienveillance et exigence ».

Le Pays de FranceWebAsso,PESO,FranceWeb@Poissy, pour développer cette fameuse économie sociale et solidaire qui crée, notamment grâce aux associations et aux entreprises mécènes, de la valeur ajoutée sociétale il faut en parler,

Foulez les vastes espaces de savoirs sur le grand RESEAU et découvrez les blogs où nous produisons nos infos news appréciées dans le monde entier. Chacun a son propre caractère et un contenu riche à des informations minutieusement sélectionnés. Une abondance de savoirs à l'image de la vie.

Préparé à Poissy par notre partenaire Stefan

La qualité contre la quantité

Co-construction de la valeur des données de la Ville et à leur mise en commun. The Grid

ACCESSIBILITE, MOBILITE, ET SMARTCITY

FranceWeb  La nouvelle société du Savoir

Notre philosophie: Être les meilleurs dans ce que nous maîtrisons le mieux et ce que nous aimons faire.

Notre histoire est celle d'une réinvention permanente et de notre engagement pour vous offrir l'exceptionnel.

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Repenser notre modèle de société

Société de l’entrepreneuriat dans laquelle l’innovation et l’esprit d’entreprise sont normaux, réguliers et continus.

Ne sous-estimez pas votre opinion, vous pourriez changer le monde!

actualités,artisans,association,blog,blogs,citations,citoyen,collaborative,collectivité,communication & relations médias,community,conseil,culture,démocratie,dipl.ing.stefan v.raducanu,education,electeur,entrepreneurship,entreprises,exposants,femmes,france,franceweb,e-globalnetwork,francewebasso,innovation,international,internet,internet citoyen,invitation,lmathieuwebcollection,madeleine et stefan raducanu,métiers,mobile,monde,numérique,onegloballocal,opportunités,organisation,organisme,partenaires,poissyweb social network,poissywebcitoyen,recherche,réseau,seniors,smartcity,social media intelligence,sru-electronics,stefanwebcollectionCommencez dès maintenant en cliquant sur le bouton.actualités,artisans,association,blog,blogs,citations,citoyen,collaborative,collectivité,communication & relations médias,community,conseil,culture,démocratie,dipl.ing.stefan v.raducanu,education,electeur,entrepreneurship,entreprises,exposants,femmes,france,franceweb,e-globalnetwork,francewebasso,innovation,international,internet,internet citoyen,invitation,lmathieuwebcollection,madeleine et stefan raducanu,métiers,mobile,monde,numérique,onegloballocal,opportunités,organisation,organisme,partenaires,poissyweb social network,poissywebcitoyen,recherche,réseau,seniors,smartcity,social media intelligence,sru-electronics,stefanwebcollection

Nous avons le besoin urgent d’une vision, d’un projet commun, dans lequel chacun peut se sentir concerné, responsable et acteur. C’est que nous ne sommes pas en crise, mais en métamorphose. Il nous faut donc repenser notre modèle de société, dont nous sentons qu’il atteint des limites....

Des connaissances partagées sur le Web ouvert

Un homme produit: MyNewsCenterNavigator.

Vocation de mon entreprise: rendre l'information mondiale universellement utile et accessible.Stefan compte sur la capacité de MyNewsCenterNavigator à puiser dans la gigantesque base de données dont il dispose grâce à son moteur de recherche.

Un petit blog doré inspiré par Stefan . From Poissy with love !

Savoirs, Le pays de FranceWebAsso.pdf

Appel à CONTRIBUTION>PoissyWebSmartCity, Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble.

2 maini.jpgThe Grid,a member-based partnership network for urban tech community. The goal of the network is to link organizations, academia and local tech leaders in order to promote collaboration and the sharing of knowledge and resources.

In addition to connecting member companies and talent, The Grid will host various events, educational programs and co-innovation projects, while hopefully improving access to investors as well as pilot program opportunities. The Grid is launching with more than 30 member organizations — approved through an application and screening process — across various stages and sectors. FRANCEWEB (nonprofit dedicated to connecting urban tech leaders) wants to prove its initiatives are more than just “show-and-tell” projects and city officials believe that building a truly sustainable innovation economy is dependent on all its local resources working in conjunction, allowing entrepreneurship to permeate every arm of commerce. With an institutionalized network like The Grid,  hopes it can further fuse its pockets of innovation into one well-oiled machine, consistently producing transformative ideas. “The Grid represents a promising new way for FRANCEWEB to work across sectors to strengthen collaboration and innovation, first in Poissy City and hopefully soon in many more cities across the country and around the world,” said FRANCEWEB president and CEO Stefan Raducanu in a statement. “It signals that PoissyWorldWide is leading with a new approach to technology and startup culture, with a real focus on diversity, inclusion, equity, and community.”As one of the largest and most industrially diverse cities in the department, GPS&O has naturally placed a heightened focus on the growing sector of “urban tech” — which has been broadly categorized as innovation focused on improving city functionality, equality or ease of living. FRANCEWEB is also launching The Grid Academy, an adjacent academic group with the mission of creating applied R&D partnerships between local academic institutions and corporate sponsors.The Grid is the natural home for authors, editors, and societies. We are committed to providing the best possible service to all our publishing partners. Grid has forged strong partnerships with influential scholarly and professional societies and associations for nearly half a century. Current society members who are entitled to online access to a society or association journal as a benefit of membership can manage their access from this page.

 The Crucial Question : Is It for You ?

As partner, you have to be market-driven, not information -driven.

Where can you find the knowledge to expand your Internet experience ?

Join the SRU- e-Business Network for Total Web Site Enhancement.Not just Internet strategies. Web solutions. Global sources in all areas of Electronics

SRU-Electronics


"SRU-Electronics" is an impressive research portal that also provides an interactive component that draws from both social media and knowledge management processes."

Learn, Meet, Discover, Exchange, Collaborate, Connect, Anywhere, Anytime, Any device, the people..by the people, everything

Our events provide you with laser focused content, unique experiences, access to people & ideas that create innovation, relevant connections, & generate business.

StefanV.Raducanu,Webpiculteur...Le triangle de FranceWeb, integrateur de portail passe par une triple compétence: éditoriale, technologique, humaine. 3poles.png

Une stratégie de partenariats.

LIEU DE RENCONTRES D’INITIATIVES POSITIVES AU NIVEAU HUMAIN

Partagez ce qui vous inspire : Brisez la routine et faites quelque chose de différent aujourd'hui, cela vous fera du bien

Savoirs, Le pays de FranceWebAsso

FranceWeb, The Grid

PoissySmartCity, The Grid

PoissyWeb,The Grid

Tous, entrepreneurs de la connaissance

"The secret of the success"

Les hubs de contenu

Media Intelligence uses data mining and data science to analyze public social and editorial media content. It refers to marketing systems that synthesize billions of online conversations into relevant information that allow organizations to measure and manage content performance, understand trends, and drive communications and business strategy.

Media intelligence can include software as a service using big data terminology.[1] This includes questions about messaging efficiency, share of voice, audience geographical distribution, message amplification, influencer strategy, journalist outreach, creative resonance, and competitor performance in all these areas.

Media intelligence differs from business intelligence in that it uses and analyzes data outside company firewalls. Examples of that data are user-generated content on social media sites, blogs, comment fields, and wikis etc. It may also include other public data sources like press releases, news, blogs, legal filings, reviews and job postings.

Media Intelligence may also include competitive intelligence, wherein information that is gathered from publicly available sources such as social media, press releases, and news announcements are used to better understand the strategies and tactics being deployed by competing businesses.

Media Intelligence is enhanced by means of emerging technologies like semantic tagging, Natural Language Processing, sentiment analysis and machine translation.

Technologies used

Different media intelligence platforms use different technologies for monitoring, curating content, engaging with content, data analysis and measurement of communications and marketing campaign success. These technology providers, such as BuzzCovery Meltwater, Synoptos, Radian 6, or Sysomos may obtain content by scraping content directly from websites or by connecting to the API provided by social media or other content platforms that are created for 3rd party developers to develop their own applications and services that access data. Facebook's Graph API is one such API that social media monitoring solution products would connect to pull data from.[2] Technology companies may also get data from a data reseller, such as DataSift (acquired by Meltwater), Gnip (acquired by ), LexisNexis, or Dow Jones/Factiva.

Some social media monitoring and analytics companies use calls to data providers each time an end-user develops a query. Others archive and index social media posts to provide end users with on-demand access to historical data and enable methodologies and technologies leveraging network and relational data. Additional monitoring companies use crawlers and spidering technology to find keyword references, known as semantic analysis or natural language processing. Basic implementation involves curating data from social media on a large scale and analyzing the results to make sense out of it.[3]

References

  1. De, Shaunak; Maity, Abhishek; Goel, Vritti; Shitole, Sanjay; Bhattacharya, Avik (2017). "Predicting the popularity of instagram posts for a lifestyle magazine using deep learning". 2nd IEEE International Conference on Communication Systems, Computing and IT Applications (CSCITA): 174-177. doi:10.1109/CSCITA.2017.8066548.

"We can build hundreds of new products, we can develop new apps, we can do whatever, but ultimately all those new products are not going to help us if we don't get into a new mindset as organisations – if we don't tackle the core culture issues: the leadership style, the collaboration, how we engage with the readers, but also how we engage with one another in the organisation."Anita Zielina

Lire la suite

13/02/2019

PoissySmartCity,La bataille de l’influence,La bataille de l’esprit,La bataille de la visibilité,Par expérience #2,Avec l’avènement du web, les entreprises sont aujourd’hui à égalité de chances dans leur communication élémentaire.

Avec l’avènement du web, les entreprises sont aujourd’hui à égalité de chances dans leur communication élémentaire.

Élémentaire, car si l’enjeu est bien la visibilité — et par extension la notoriété —, la bataille se déroule dans un espace économique digital dont la porte d’accès est la même pour tous : les moteurs de recherche.
Il y a là une vraie réponse à la lancinante question de l’affectation du budget publicitaire :

1 - La bataille de la visibilité

Le référencement SEO n’est pas une finition technique, mais dorénavant une ligne comptable à prévoir pour assurer la permanence de l’entreprise dans le concert concurrentiel. Les marques combatives l’ont compris, la visibilité est leur levier de conquête primordial dans un espace digital fréquenté par 100 % des clients potentiels.

2 - La bataille de l’esprit

Si le référencement guide vers l’entreprise, celle-ci n’est jamais seule à apparaître dans la page de résultats ; c’est bien son style et la qualité de son argumentation qui lui permettront de se distinguer face à ses concurrents et de convaincre par la cohérence, la clarté et la valeur ajoutée démontrée.
Dans un site d’entreprise, l’expérience vécue par l’utilisateur est déterminante : elle cristallise l’esprit et la vision de l’entreprise.
Aussi, rien ne doit être laissé au hasard dans l’architecture de l’information et dans la thématique visuelle, qui donnent forme et fonction à l’organisation.

3 - La bataille de l’influence

Un site visible, une présentation convaincante… mais pas de vie…
C’est le sentiment que laisserait un site web sans actualités. Or, c’est bien par celle-ci que l’entreprise prouvera son dynamisme et des valeurs trop subtiles pour se fondre dans un texte commercial ; mieux encore, le partage d’informations fera d’elle un repère, une vision, une source d’inspiration bien au-delà de sa prestation de service. N’est-ce pas cela aussi, l’entreprise du 21e siècle ?

La présence Internet est plus que jamais un enjeu majeur, fort heureusement aussi économique qu’évolutif. Il faut le savoir, les nouvelles générations de clients considèrent le web comme la réalité du marché…à juste titre puisqu’il en est la porte d’accès.

Je me tiens à votre disposition pour une rencontre de découverte. Vous pouvez me joindre par email p.desboeufs@tandemadvertising.com ou par téléphone +41 22 795 10 90.

Pascal Desboeufs, directeur de l’agence Tandem.

 

Directeur - Tandem Advertising

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu