Avertir le modérateur

22/05/2019

Vivatech ... l’incarnation faite salon de l’ambition de la France dans la tech.Fact-checking de Vivatech 2019. beaucoup de startups, de politiques en maraude, de grands groupes en recherche d’une seconde jeunesse…

Géopolitique.Dimension de Vivatech.124 000 visiteurs pour l’édition de 2019 vs 105 000 en 2018,des startups venues du monde entier, des ténors de la tech mondiale dans les keynotes .Tous les thèmes.. le B2B le B2C.la smart city et des fintechs.

Géopolitique et fact-checking de Vivatech 2019

Publié le 20 mai 2019 et mis à jour le 21 mai 2019 - 4 commentaires -

PDF Afficher une version imprimable de cet article

Stefan V.Raducanu, batisseur FranceWeb20130720_160042.jpg

"Ce que j’entreprends doit me survivre."

Bringing People Closer Together

StefanV.Raducanu,  l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres. Bâtisseur de communautés.

"Agis de telle sorte que tu traites l'humanité toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen."

Un outil de travail et de réflexion

FranceWeb  un média dans lequel l’utilisateur doit être actif, un système de réciprocité, le média qui explore le futur.

Tous les futurs : ceux qui nous font peur et ceux dont on rêve.

La nouvelle société du savoir !

"Société pionnière"

Pour Vous et avec Vous.

Un univers de possibilités : 1n

 

FranceWebAsso: C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

2021.jpg

 

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"

 

 SocSav21,FranceWeb,Solidage verge d'or,  1n

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

N'attendez pas votre place, créez-la!

Dipl.Ing.StefanV.Raducanu veille pour vous: économie,technologie, societal

Exploiter les atouts de chaque portail FranceWebAsso

UNE VAGUE D'INSPIRATION

Collaborer ! Anticiper ! Innover !

3ARWD1.GIF''NewsCenterNavigator''

Je pense que je peux donner de l'énergie aux gens grâce à ce que je fais.

Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel

La chose la plus importante, est de s'assurer que vous êtes heureux.

E-GLOBALNETWORK » To preserve our knowledge base and cultures, we must find a way to save digital content for future generation.People, Regions, Countries, Firms, Departments, Knowledge, Business, Networks, You ! Know why, Know who, Know where, Know what.

Working together to ensure sustainable growth

Global4.gifmegaphone-clip-art-9cp4KXRcE.jpegRegardez avec moi

Collaborer ! Anticiper ! Innover !

21CenturyWebArchive»Ing.StefanV.Raducanu

FranceWebAsso,RESEAU de l'apprendre>2 maini.jpgModèle

Exploiter les atouts de chaque portail FranceWebAsso

 "The secret of the success"

Une stratégie de partenariats.

Exploiter les atouts de chaque portail FranceWebAsso

FranceWebAsso La nouvelle société du savoir... - Data.gouv.fr

VivaTech 2019 : meilleur démarrage sur les réseaux sociaux !

VivaTech 2019 : l’innovation au service de la quatrième révolution industrielle et du mieux vivre

La 4e édition de VivaTech s’achève, et elle était encore plus impressionnante que les précédentes, portée par un marché et des acteurs en pleine transformation digitale. Nous sommes en effet au coeur de la quatrième révolution industrielle, une révolution initiée par le numérique et stimulée par l’innovation. Si les nombreux participants donnaient l’impression de ne pas savoir pourquoi ils étaient là dans les éditions précédentes, tout le monde semblait avoir les idées claires cette année : la révolution numérique est en marche, rien ne pourra l’arrêter ou la ralentir, autant donc en profiter pour essayer de mieux faire les choses.

Passé le côté foire fouille, VivaTech reste un événement très impressionnant de par sa taille et le nombre de projets et initiatives qui y sont exposés. Comme le disait fort justement Jack Ma, le fondateur de Alibaba dans son intervention : « Si vous voyez la révolution technologique comme un problème, c’est un problème qui ne fait que commencer. Si vous la voyez comme une opportunité, alors l’opportunité ne fait que commencer !« . Comprenez par là que vous pouvez voir le verre à moitié vide ou à moitié plein, mais que le verre est bien là (La transformation numérique entre dans une phase exponentielle).

Bon ceci étant dit, le numérique a plutôt mauvaise presse en ce moment. Le web nous a en effet apporté toutes les connaissances du monde, tous les services possibles et imaginables, des outils de communication gratuits et extrêmement sophistiqués… tout ça pour quoi ? Pour harceler les plus faibles, pour propager des fake news, pour diffuser des théories alternatives (flat earth, antivax…). Le numérique est omniprésent, il ne va pas disparaitre, et dans la mesure où nous avons touché le fond (du moins j’espère), il est largement temps de donner un second souffle à l’innovation technologique pour la mettre à notre service et non plus la subir. Non, je ne suis pas en train de vous tenir le discours habituel des bisounours 2.0 (« Making the world a better place« ), mais de trouver des solutions communes pour mieux nous comprendre, pour mieux nous parler, pour mieux cohabiter.

Nouvel article sur Philippe Silberzahn

Mobiliser l’entrepreneuriat au service de la transformation organisationnelle: oui mais comment?

par Philippe Silberzahn

La question de la transformation organisationnelle continue de représenter un défi qui semble parfois insurmontable pour les grandes organisations confrontées aux changement profonds de leur environnement. Elles sont conscientes qu'il faut changer, font d'importants efforts pour cela mais souvent sans grand résultat. Ces dernières années, ayant fait le constat que les grands plans stratégiques soigneusement […]

Lire la suite

Gilets jaunes aux Molières: ceci n'est pas une «prise d'otage»

En tant que Gilets jaunes, nous luttons pour plus de justice sociale, plus de justice fiscale, pour plus de démocratie, contre Macron et son monde. Et pas seulement dans le milieu de la culture, bien que nous évoluions dedans. Nous invitons le plus grand nombre à nous rejoindre, et à « gilet-jauner » cet été les festivals, lieux et événements qui préféreraient s’en passer.

Le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple.

Le blog de Gilets jaunes intermittent.e.s chômeur.euse.s précaires

Fouille en dedans:Devenir une machine à contenus.Miser sur l’écoute sociale.

Créer de nouveaux outils.Les portails FranceWebAsso sont perçus de manière différente !

Les outils collaboratifs qu’il vous faut!

Préparer notre avenir: développer une stratégie commune pour les technologies clés génériques dans l’UE

francewebeglobal-avec-vous3.gifExploiter les atouts de chaque portail FranceWebAsso

Ensemble créons de la valeur 

FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 FWmultilingue.jpgFranceWeb en un clic de sourisC'est notre capital !

Collaborer ! Anticiper ! Innover !

Les outils pour entreprendre.Une mutation 4 opportunités : SOCIALE, SOCIETALE, TERRITORIALE, INTERNATIONALE. Service gagnant..FranceWebAsso

La Boîte de Ressources>>Ing.StefanV.Raducanu »SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebBack

UNE VAGUE D'INSPIRATION

 

FranceWebAsso,RESEAU de l'apprendre>2 maini.jpgModèle

 "The secret of the success"

FW-pour-vous-et-avec-vous.gif

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"

0GR3TXHD_400x400SR.jpgImaginez ce que nous pouvons faire ensemble

FRANCEWEB group

FranceWeb Planète

RECHERCHER, OBSERVER, METTRE EN LIEN, DIFFUSER

FranceWebAsso La nouvelle société du savoir..

Ensemble créons de la valeur 

FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 C'est notre capital !

FranceWeb en un clic de souris,...

N’est-il pas un poil naïf de croire que nous avons besoin d’algorithmes pour nous lover dans des petites bulles de connivence ?

En France, on est 63% à ne pas faire confiance aux journalistes et aux infos qu’ils délivrent, 69% à nous méfier tout particulièrement de ce qu’on lit sur Internet. Et pourtant, ça reste notre deuxième source d’information préférée, derrière la télé, à laquelle on ne se fie pas beaucoup plus. On fait davantage confiance à la radio et pourtant, on l’écoute moins. Alors prenons les paris : en 2017, le mot de l’année 2017 sera-t-il « bonne foi » ? Mouais, on n’y croit pas trop. C’est quand même vachement moins catchy que « post-vérité ».

Des « blagues » pas toujours amusantes

La victime du « prankster » ne s’amuse pas toujours de la blague. Parfois, il peut s’agir d’une véritable humiliation, lorsqu’elle hurle ou qu’elle fond en larmes par exemple. L’exposition publique de ces réactions peut être très mal vécue par la victime. Sa vie privée se retrouve alors sur YouTube et les autres réseaux sociaux, sans son consentement et à son insu. Rappelons que le respect de la vie privée doit être appliqué dans la vie comme sur Internet. Par ailleurs, si celle-ci sert régulièrement de cobaye dans des « pranks », il peut y avoir un effet de cyberharcèlement particulièrement perturbant.

Comme le décrit une enquête récente menée, en France, par l'association Génération Numérique, les enfants et adolescents exposés à du contenu choquant sur Internet, qu’il s’agisse de « pranks » ou autres mises en scène, ne disposent pas toujours tous du recul nécessaire à la juste compréhension des images. La plupart considèrent alors ce qu’ils voient comme la réalité. Si les adolescents sont friands et en recherche active de ces vidéos sur la toile, les enfants de moins de 10 ans tombent dessus généralement par hasard. Ils se retrouvent confrontés à un contenu qui n’est pas adapté à leur âge. Celui-ci peut être choquant, voire traumatisant. Souvent, les enfants ne comprennent pas ce qu’ils voient et ne saisissent pas qu’il s’agit seulement de mises en scène.

Accompagnez vos enfants sur Internet

BEE SECURE vous conseille de discuter des contenus pouvant être vus sur Internet avec vos enfants et adolescents. Il est important de les accompagner afin de leur donner accès à des contenus adaptés à leur âge et de leur donner les clés pour intérpréter correctement les choses qu’ils verraient.

Les enfants de moins de 10 ans ne devraient pas naviguer seuls sur Internet. En effet, le contrôle parental ne suffit pas toujours à les protéger de contenus douteux en ligne. Le seul moyen de s’assurer qu’un enfant ne tombe pas sur une vidéo à caractère haineux, raciste ou violent est de rester près de lui lorsqu’il utilise l’ordinateur, la tablette ou le Smartphone et de fixer des règles et limites dans sa navigation sur la toile.

Pour les plus grands, il faut leur expliquer de faire preuve d’esprit critique et de prendre ses distances avec le contenu des vidéos publiées sur Internet. Même lorsqu’elle sont partagées par des amis.

0GR3TXHD_400x400SR.jpgEt maintenant, un petit clic , et vous voici sur le Net

Les métiers du futur - avocat augmenté, éducateur de robots, éthicien de l'IA, médecin numérique, neuro-manager... Prospectives et paroles d'experts Broché – 4 avril 2019

 

Stefan V.Raducanu, batisseur FranceWeb >>Les entrepreneurs sont-ils des explorateurs?>Mobiliser l’entrepreneuriat au service de la transformation organisationnelle: oui mais comment?

Regardez avec moi

"The secret of the success" La planète est notre village !

Dans le monde avec moi>

Fouille en dedans.PoissySmartCity:Devenir une machine à contenus.Miser sur l’écoute sociale.Adopter une stratégie cohérente.Jive, Podio, Slack, HipChat, We're Creating a Movement

Bookmarks 23 Mai 2019

Windows 10 : la mise à jour April 2018 Update est disponible, voici comment l'obtenir rapidement Windows 10 : la mise à jour majeure de Mai 2019 est disponible, voici ce qu'elle apporte Château-Gaillard, une forteresse imprenable : 22/05/2019 à 20h50 sur RMC Découverte - Télé-Loisirs Du vent dans mes mollets de Carine Tardieu (2012), synopsis, casting, diffusions tv, photos, videos...- Télé-Loisirs Personal Shopper de Olivier Assayas (2016), synopsis, casting, diffusions tv, photos, videos...- Télé-Loisirs Programme TV par Télé-Loisirs, le programme télévision tnt, adsl, satellite et grandes chaines simple et rapide SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect 3613529794.6.gif (Image GIF, 479 × 213 pixels) France-Monde About SRU : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect Argumente împotriva Uniunii Europene ! - Razboiul Informational Cimitirul din Valea Uzului și Agresiunea lui George Simion - Razboiul Informational După pakistanezi vor să ne aducă vietnamezi, nepalezi, indieni şi nigerieni! - Razboiul Informational Mulțime de musulmani arunca Cărămizi împotriva lui Tommy Robinson - Razboiul Informational Mesaj șovin la adresa românilor; CNCD nu se autosesizează ? - Razboiul Informational Poliţia Gândirii: U.E. se pregătește să instaureze cenzura! - Justitiarul - revista de investigatiiJustitiarul – revista de investigatii „Corectitudinea Politică” cenzură pierderea libertății Arhive - Justitiarul - revista de investigatiiJustitiarul – revista de investigatii Alain Delon, veșnicul rebel, în colimatorul globaliștilor progresiști - Justitiarul - revista de investigatiiJustitiarul – revista de investigatii Măreția lui Alain Delon a distrus ideologia „corectitudinii politice” - Justitiarul - revista de investigatiiJustitiarul – revista de investigatii Alexandru Cumpănaşu preşedinte al Asociaţiei pentru Implementarea Democraţiei (AID) Arhive - Justitiarul - revista de investigatiiJustitiarul – revista de investigatii ONG (44) Alexandru Cumpanasu - À propos Alexandru Cumpanasu - À propos TRANSILVANIA ÎN „COLIMATOR” (XLII): Jugul austriac - Justitiarul - revista de investigatiiJustitiarul – revista de investigatii Liberalii domină topul celor mai bogați candidați de la alegerile europarlamentare - Justitiarul - revista de investigatiiJustitiarul – revista de investigatii Iohannis a vrut să oblige posturile de televiziune, prin intermediul CNA, să-i difuzeze videoclipul pentru promovarea referendumului său ridicol - Justitiarul - revista de investigatiiJustitiarul – revista de investigatii Cotroceni all inclusive: Iohannis, la miting cu șefa de protocol - Justitiarul - revista de investigatiiJustitiarul – revista de investigatii SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi>I,We,You.. justitiarul, Autor la Justitiarul - revista de investigatiiJustitiarul – revista de investigatii Romania; adevărul despre politicienii monarhiei,1940,(Arhiva Istorică Centrală; fond Preşedinţia Consiliului de Miniştri, Cabinet I. Antonescu, dos. 61/1940, f. 88-221),Maniu, Brătianu,trinitatea Tătărescu – Urdăreanu – Lupeasca : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi>I,We,You.. Un colosal document de arhivă: adevărul despre politicienii monarhiei, cei pe care epigonii lor îi ridică azi în slăvi - Justitiarul - revista de investigatiiJustitiarul – revista de investigatii FRANCE : Jean-Jacques Quang se met à l'alerte La Journée Africaine de l'Intelligence Economique 2019 sous le signe « des victoires à portée de main » - Toute l'actualité sénégalaise en temps réel "Once Upon a Time in Hollywood" : un Tarantino virtuose et tordu - Les Inrocks François Ruffin et le journal “Fakir” ont été espionnés par LVMH - Les Inrocks Socialism Promises a Utopia, but Delivers Suffering  Think Summit IBM Evènements - Inscription: Think Summit Outils et solutions d'analyse pour votre entreprise – Google Analytics Mobiliser l’entrepreneuriat au service de la transformation organisationnelle: oui mais comment? | Philippe Silberzahn  Les entrepreneurs sont-ils des explorateurs? | Philippe Silberzahn Philippe Silberzahn | Innovation, entrepreneuriat, ruptures: l'incertitude nous rend libres Mobiliser l’entrepreneuriat au service de la transformation organisationnelle: oui mais comment? | Philippe Silberzahn MyNewsCenterNavigator.MySmartCity,SocSav21,FranceWebAsso,Optimiser la vente d’espace publicitaire sur les supports digitaux.Construire une proposition commerciale..Elaborer une offre publicitaire digitale et un tarif : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect MySmartCity>GlobalVillage>La Ville Ouverte>l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable> "Un avenir partagé, une action concertée, un développement commun".Collaborer,Anticiper,Innover! Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble. [Nouvel article] Mobiliser l’entrepreneuriat au service de la transformation organisationnelle: oui mais comment? - franceweb@gmail.com - Gmail Datasanté, fooding, bien-être, quand la tech s’attaque au care - Futur.e.s Google announces a new $999 Glass augmented reality headset - The Verge Rewild a quarter of UK to fight climate crisis, campaigners urge | Environment | The Guardian  - The Washington Post - The Washington Post The Fourth Industrial Revolution: what it means and how to respond | World Economic Forum La transformation digitale accélère la quatrième révolution industrielle – FredCavazza.net La transformation numérique entre dans une phase exponentielle – FredCavazza.net VivaTech 2019 : l’innovation au service de la quatrième révolution industrielle et du mieux vivre – FredCavazza.net Comment les marques de luxe communiquent en digital ? Triller, l'application pour millennials qui veut concurrencer TikTok L‘optimisation d‘une fiche produit pour le SEO Flint Facebook’s Work With Phone Carriers Alarms Legal Experts  Flint NASA’s full Artemis plan revealed: 37 launches and a lunar outpost | Ars Technica Tout savoir sur les Fake News Ressources | Visibrain Visibrain et La Netscouade veillent les Européennes sur les Réseaux Sociaux Les élections Européennes vues par les réseaux sociaux : épisode 2 Blog | Visibrain | l'actualité du social media et de l'e-reputation Tweets avec des réponses de Qwant (@Qwant_FR) | Twitter Qwant (@Qwant_FR) | Twitter Johan Lelièvre sur Twitter : "Imaginez que les futurs smartphones Huawei ne soient plus sous Android, plus de Play Store.... https://t.co/OWAtmaIOKr" Johan Lelièvre sur Twitter : "Imaginez que les futurs smartphones Huawei ne soient plus sous Android, plus de Play Store.... https://t.co/OWAtmaIOKr" Helene Li ✨ߍ? (@helene_wpli) | Twitter Antonio Grasso (@antgrasso) | Twitter Antonio Vieira Santosߧ?ߏ?‍♂️#VivaTech #DigitalEdge (@AkwyZ) | Twitter Cédric O (@cedric_o) | Twitter Jean-Baptiste Lefevre #VivaTech (@jblefevre60) | Twitter Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) | Twitter Presse-citron (@pressecitron) | Twitter VivaTech 2019 : meilleur démarrage sur les réseaux sociaux ! Bercy pour ce moment | Le Club de Mediapart Le blog de Gilets jaunes intermittent.e.s chômeur.euse.s précaires | Le Club de Mediapart Canal+, Bollore, des patrons vraiment exemplaires... Ils m'ont déclaré la guerre ! | Le Club de Mediapart Gilets jaunes aux Molières: ceci n'est pas une «prise d'otage» | Le Club de Mediapart Notre dossier «gilets jaunes»: la révolte des oubliés | Mediapart Affaire Vincent Lambert: des juges valident l’acharnement thérapeutique - Page 1 | Mediapart 1er Mai à la Pitié-Salpêtrière: les mensonges du pouvoir - Page 1 | Mediapart Quand France Télécom se débarrassait des «fruits trop mûrs ou pourris» - Page 1 | Mediapart «On va tout péter», les ouvriers de GM&S sur la Croisette - Page 1 | Mediapart Dans l’Yonne, le «vote utile» contre Macron fait son chemin - Page 1 | Mediapart Castaner, à coups de com’ et de matraques - Page 1 | Mediapart Les gilets jaunes bousculent l’agenda des européennes - Page 1 | Mediapart «La Voix du Nord» et «Le Télégramme» refusent d’obtempérer à la «convocation» de Macron - Page 1 | Mediapart Le non-lieu qui clôt l’affaire Bettencourt - Page 1 | Mediapart Le match installé par Macron a asséché la campagne des européennes - Page 1 | Mediapart A l’université, la parole se libère enfin - Page 1 | Mediapart  Flint Géopolitique et fact-checking de Vivatech 2019 Twitter / Autoriser une application (14) LinkedIn LinkedIn LinkedIn Vivatech ... l’incarnation faite salon de l’ambition de la France dans la tech.Fact-checking de Vivatech 2019 : MySmartCity>GlobalVillage>La Ville Ouverte>l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable> "Un avenir partagé, une action concertée, un développement commun".Collaborer,Anticiper,Innover! Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble. (13) LinkedIn LinkedIn (15) LinkedIn LinkedIn LinkedIn Publier sur Facebook Publier sur Facebook  La nouvelle société du savoir : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi>I,We,You.. PSCFW,PSCVC,Building Global Community, SocSav21,FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous ! C'est notre capital !Une entreprise 2.0 = Des hommes:"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"...PSCFW,FranceWeb,Solidage verge d'or, 1n∞ : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect Géopolitique.Dimension de Vivatech.124 000 visiteurs pour l’édition de 2019 vs 105 000 en 2018,des startups venues du monde entier, des ténors de la tech mondiale dans les keynotes .Tous les thèmes.. le B2B le B2C.la smart city et des fintechs. : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi>I,We,You.. Les blogs 20 Minutes AFRIQUE/AFRIQUE CENTRALE/AFRIQUE DE L'OUEST : Les analyses "volatiles" du Quai d'Orsay In Normandy In Normandy In Normandy In Normandy In Normandy In Normandy Contacts | Sciences Po | MedialabSciences Po | Medialab Une seconde mère de Anna Muylaert (2015), synopsis, casting, diffusions tv, photos, videos...- Télé-Loisirs Elections européennes : l'Union touchée au coeur : 21/05/2019 à 20h50 sur Arte - Télé-Loisirs (12) Shopping Feed : Présentation | LinkedIn  In Normandy Rechercher un évènement In Normandy RDDZ In Normandy Accueil - L'Aura Des Villes In Normandy Contact Trial — OpenDataSoft Iot et Smart City Opendatasoft - Make your data bright In Normandy 50 000 entreprises françaises bénéficient de financements européens - Le Journal des Entreprises Le Journal des Entreprises - Normandie In Normandy Liziweb - Agence web, création de site internet au Havre et applications In Normandy Linkt : Fournisseur et opérateur de Solutions Telecoms Entreprises et Collectivités In Normandy KerNel Biomedical | KerNel Biomedical In Normandy Site Web Hébus In Normandy Réactive by Lacoding & Handyjob In Normandy FastPoint, le premier service de VOD à emporter In Normandy Eye Eure Prod, Contactez-nous Eye Eure Prod, Drone et Productions audiovisuelles en Normandie In Normandy LAIA : le robot d'accueil client / HOPE : le compagnon de santé ! Achetez notre nouvelle génération de robots assistants humanoïdes pour accueillir vos clients dès maintenant ! In Normandy Digiworks, agence digitale engageante Contact - Digiworks, agence spécialisée dans l'engagement Agence - Digiworks, agence spécialisée dans l'engagement In Normandy DGTools | Contact DGTools | Accueil In Normandy DFM DFM In Normandy Accueil - Devolis In Normandy Stefan Raducanu | LinkedIn cathe kabore | LinkedIn Fabien Delcourt | LinkedIn Eva Guchard | LinkedIn AMINE MICHEL | LinkedIn Borath Yun | LinkedIn Maria Rodriguez | LinkedIn Jacques-Antoine Normandin | LinkedIn (12) LinkedIn (23) LinkedIn (26) D-Impulse  : Présentation | LinkedIn LinkedIn LinkedIn: Log In or Sign Up  Expert du Marketing Prédictif - D-ImPulse D-Impulse agence spécialiste du Marketing Prédictif & Big Data In Normandy Autopartage de véhicules électriques | Recharge intelligente In Normandy Recherche | EuroQuity Le Service Web Créé Par Bpifrance | EuroQuity EuroQuity - Outil d'aide à la recherche d'investisseurs - CCI Store CCI Paris Ile-de-France - CCI Store Enviroveille - Service d'aide à la veille règlementaire - CCI Store Enviroveille - Service d'aide à la veille règlementaire - CCI Store CCI Store : Logiciels, applications et e-services pour votre entreprise  In Normandy Créateur de solutions digitales à l'air de l'intelligence artificielle In Normandy Informatique à Rouen et Evreux | ABR Copieur et matériel informatique Rouen 76 Evreux 27 | ABR In Normandy  In Normandy In Normandy In Normandy Hebergeurs - Prenons rendez-vous ! Activitour - Écosystème touristique In Normandy In Normandy In Normandy « l’accès au bonheur » pour tous>>MyNewsCenter,MySmartCity,MySmartTourism,MySmartEntreprise,MySmartBusiness,.. >>IN NORMANDY propose une nouvelle façon de découvrir les innovations : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect Accueil : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect 2272486070.pdf Deauville : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect - industry-links Facebook Facebook Roland-Garros 2018. Caroline Garcia, Rafael Nadal.... : où et quand voir les mat... - Télé Star Bâtisseur de communautés,MySmartCity,vente mon compte Twitter.Un marché « sous le radar »Mais demain ? Devrai-je déclarer mes cessions de comptes socialmedia ? Un fil Twitter pourra-t-il être considéré comme un actif ?Reste à créer la marketplace qui ... : MySmartCity>GlobalVillage>La Ville Ouverte>l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable> "Un avenir partagé, une action concertée, un développement commun".Collaborer,Anticiper,Innover! Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble. SMX® West | January 30-31, 2019 | Search Marketing Expo SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect - stefanwebcollection Google+  SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect - stefanwebcollection Françoise Héritier : "Nous sommes les seuls parmi les espèces où les mâles tuent les femelles" Suivre une lettre, un Colissimo ou un envoi Chronopost - La Poste  Flint L'agriculture biologique : priorité nationale ou alibi ? - Libération Flint How we might protect ourselves from malicious AI - MIT Technology Review Polytechnique Lausanne cultive l’innovation - Challenges Burn-out: alerte rouge sur le "management à la française" - Challenges Structure de l’espace public numérique | Sciences Po | MedialabSciences Po | Medialab Sciences Po | Medialab | Tirer profit de la masse de données numériques pour nourrir la recherche en sciences socialesSciences Po | Medialab | Tirer profit de la masse de données numériques pour nourrir la recherche en sciences sociales Les Veilleurs de Jean-Luc BIZIEN (ActuSF) | Editions ActuSF La science-fiction, un « genre » en voie de déghettoïsation Miroslav Radman : « Le cerveau est un terroriste » « Le jugement éthique est une affaire d'humains, pas de robots » Ce que nous enseignent les moines médiévaux pour préserver notre attention World Wide Web — Wikipédia Usbek & Rica | Usbek & Rica Culture numérique : la maîtriser pour ne pas la subir? Actualités Européennes: Budget européen: quelle action dans les territoires ? Accueil : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi>I,We,You.. Building Global Community - 3195910750.pdf A propos du Réseau : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi>I,We,You.. MyNewsCenterNavigator.MySmartCity,SocSav21,FranceWebAsso,Optimiser la vente d’espace publicitaire sur les supports digitaux.Construire une proposition commerciale..Elaborer une offre publicitaire digitale et un tarif.Les opportunités publicitaires offerte : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi>I,We,You.. MySmartCity,Optimiser la vente d’espace publicitaire sur les supports digitaux : MySmartCity>GlobalVillage>La Ville Ouverte>l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable> "Un avenir partagé, une action concertée, un développement commun".Collaborer,Anticiper,Innover! Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble. Le jour où j’ai mis en vente mon compte Twitter Sur Twitter, « Internet of Shit » ridiculise l'Internet des objets... merdiques | Usbek & Rica Les éboueurs du Web, modérateurs invisibles des réseaux sociaux | Usbek & Rica Amazon.fr : Isabelle ROUHAN : Livres Amazon.fr : Isabelle ROUHAN : Livres Amazon.fr : Clara Doïna SCHMELK : Livres Amazon.fr : Clara Doïna SCHMELK : Livres Amazon.fr - Les métiers du futur - avocat augmenté, éducateur de robots, éthicien de l'IA, médecin numérique, neuro-manager... Prospectives et paroles d'experts - Isabelle ROUHAN, Clara Doïna SCHMELK - Livres Colibri Talent : recrutement dirigeants & métiers du futur Isabelle ROUHAN : sa biographie, son actualité, ses livres | Lisez! « On va passer de l'emploi à vie à l'employabilité à vie » DICO DU FUTUR (@dicodufutur) | Twitter Anne-Caroline Paucot - Les Propulseurs ★ MAMMA M'IA : imaginons les futurs de l'intelligence artificielle BBC iPlayer - Adam Curtis - HyperNormalisation BBC - Adam Curtis, HyperNormalisation Comment empêcher les mineurs de moins de 16 ans d’aller sur Facebook? Le Télégramme - Guerlédan - Saint-Joseph. Génération numérique Huawei : les restrictions américaines n’effraient pas la firme - BDM Born Social 2018 : les usages des moins de 13 ans sur les réseaux sociaux - BDM Snap is launching an accelerator to invest in new media businesses - Vox NBCUniversal to Produce Snapchat Shows for ‘The Voice,’ ‘SNL’ and More – Variety Jean-Guillaume Santi sur Twitter : "Achievement unlocked. @lemondefr fête son million d’abonnés à son édition Snapchat Discover ߍ?… " Snap CEO Evan Spiegel: Facebook can copy our features, but ‘our values are hard to copy’ - Vox 8 évènements qui ont marqué l’histoire de Snapchat | La Revue des médias  Pourquoi les collégiens préfèrent-ils Snapchat et ses messages fantômes ? | La Revue des médias  Factsheet: Droit à l'image | BEE SECURE Share Respect - Dossier sur les fausses informations sur Internet | BEE SECURE Deep Fakes : des vidéos contrefaites mais réalistes | BEE SECURE Youtube n'est pas un babysitter : ne pas laisser les enfants seuls devant la plateforme | BEE SECURE Âge minimum : à partir de quel âge les enfants peuvent-ils utiliser WhatsApp, Instagram & Co. ? | BEE SECURE Les « pranks » : blagues inoffensives ou tendance douteuse ? | BEE SECURE Word of the Year 2016 is... | Oxford Dictionaries Bye bye vérité, bonjour mauvaise foi | Usbek & Rica « Les trolls participent amplement à l’accroissement de la post-vérité » | Usbek & Rica Guy Debord — Wikipédia Cannes : les terrasses ont la cote  Martine à vélo. A 70 ans, une haut-savoyarde fait son 3e Tour de France pour la bonne cause - France 3 Bretagne  Etats-Unis : enceinte de 9 mois, elle est assassinée et éventrée afin de lui voler son bébé - midilibre.fr Nîmes : prévenir de la noyade à la piscine Nemausa - midilibre.fr Appel à témoins : vous louez votre bien sur AirBnB, nous avons besoin de votre témoignage - midilibre.fr Gard : François Cluzet et Patrick Timsit sur le tournage de Mon ami Poly à Montclus - midilibre.fr Attention aux "prédateurs sexuels" sur TikTok, le réseau social adulé des pré-ados - midilibre.fr PoissySmartCity,Outils#BackPack : Top 8 des bases de données gratuites d’images libres de droit.Fouille en dedans.FranceWebAsso La nouvelle société du savoir..C'est Nous ! : MySmartCity>GlobalVillage>La Ville Ouverte>l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable> "Un avenir partagé, une action concertée, un développement commun".Collaborer,Anticiper,Innover! Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble. MyNewsCenter, FranceWebAsso, des usines intelligentes pour optimiser et personnaliser la production.Google raffole des données.. : MySmartCity>GlobalVillage>La Ville Ouverte>l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable> "Un avenir partagé, une action concertée, un développement commun".Collaborer,Anticiper,Innover! Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble. FranceWebAsso&PoissySmartCity,La Nuit des Musées dans les Yvelines,La culture, un levier d’insertion cher au Département. 5 000 collégiens à Versailles : MySmartCity>GlobalVillage>La Ville Ouverte>l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable> "Un avenir partagé, une action concertée, un développement commun".Collaborer,Anticiper,Innover! Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble. Apprentissage.Réussir en entreprise.FranceWeAsso&PoissySmartCity: Comment faire passer vos idées en douceur et mieux convaincre. Résilience et optimisme : les clés du succès de l’entrepreneur. : MySmartCity>GlobalVillage>La Ville Ouverte>l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable> "Un avenir partagé, une action concertée, un développement commun".Collaborer,Anticiper,Innover! Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble. Un air d'Italie : L'Opéra de Paris de Louis XIV à la Révolution 350 ans - Opéra national de Paris À venir E Exposition du 28 mai au 1 sept. 2019 bibliothèque-musée de l'opéra | palais garnier O : MySmartCity>GlobalVillage>La Ville Ouverte>l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable> "Un avenir partagé, une action concertée, un développement commun".Collaborer,Anticiper,Innover! Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble. SmartCity.Nature communication.” Nanomédecine régénérative”...permet de régénérer les cartilages en cas de lésions importantes des articulations ou d’arthrose débutante : MySmartCity>GlobalVillage>La Ville Ouverte>l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable> "Un avenir partagé, une action concertée, un développement commun".Collaborer,Anticiper,Innover! Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble. Le Festival de Cannes, c’est la montée des marches dans le crépitement des flashes, les déjà stars ou presque starlettes s’arborant sur la Croisette, les palaces intemporels, le soleil, la Méditerranée : MySmartCity>GlobalVillage>La Ville Ouverte>l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable> "Un avenir partagé, une action concertée, un développement commun".Collaborer,Anticiper,Innover! Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble. Optimiser la vente d’espace publicitaire sur les supports digitaux - Comundi Optimiser la vente d’espace publicitaire sur les supports digitaux - Comundi Formation : Marketing Big Data - Comundi Cycle certifiant Social Media Management en partenariat avec l’Université Paris-Dauphine - Comundi Formation : Culture digitale pour non spécialiste - Comundi Formation : Stratégie de communication sur les réseaux sociaux - Comundi Formation : E-Marketing et E-Communication - Comundi Formation : Créativité & Stratégie de Communication - Comundi Comundi et ses experts en formation - Stratégies formations Comundi et ses experts en formation - Stratégies formations Les toqués de TikTok - Stratégies Faut-il avoir peur de TikTok, l’appli préférée des ados ? TikTok, l’application chinoise à la conquête des ados du monde Eurovision. Les Pays-Bas remportent la 64e édition : revivez la finale Ce qu’il faut retenir de l’Eurovision : les Pays-Bas au top, Madonna fait flop et Bilal Hassani finit 14e MotoGP. Intouchable sur le circuit Bugatti, Marc Marquez remporte le Grand Prix de France Sarthe. Un mort et dix blessés après le Grand Prix de France moto TikTok. 5,7 millions de dollars d’amende : quatre questions sur l'appli controversée des ados Génération Numérique - Articles de presse Accueil : MySmartCity>GlobalVillage>La Ville Ouverte>l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable> "Un avenir partagé, une action concertée, un développement commun".Collaborer,Anticiper,Innover! Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble. MySmartCity>GlobalVillage>La Ville Ouverte>l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable> "Un avenir partagé, une action concertée, un développement commun".Collaborer,Anticiper,Innover! Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble. Contactez notre association - Génération Numérique CYCLE PEDAGOGIQUE SELON LES COMPETENCES DES ELEVES - Génération numérique Génération Numérique - Présentation de notre association Génération Numérique - Découvrez notre association Connexions, la première exposition interactive proposée par Facebook | Facebook Newsroom France « Facebook, c’est pour les vieux » HomePod - Apple (FR) Echo & Alexa - Amazon Devices - Amazon Official Site Google Home – Enceinte intelligente et assistant pour les maisons connectées – Google Store Facebook lance son assistant personnel (et il fait peur à tout le monde) Un internaute a compressé toutes les œuvres de Shakespeare en un tweet These six corporations are financing the war on women in six states E.P.A. Plans to Get Thousands of Deaths Off the Books by Changing Its Math - The New York Times Jean-Paul Kauffmann : « Ecrire est une manière d’exister sans être vu » beta.gouv.fr (@BetaGouv) | Twitter Recherche - POP POP - Plateforme Ouverte du Patrimoine - Ministère de la Culture Plateforme Ouverte du Patrimoine — Enseigner avec le numérique Whats New — Matplotlib 3.1.0 documentation Flint Taskworld : Le travail d’équipe devient un plaisir La transformation digitale et les générations X, Y, Z Nouvelles vidéos faciles à comprendre sur le vote publiées - Article - Valtioneuvosto Google Traduction (36) Vaalit.fi - Accueil  Finland is winning the war on fake news. Other nations want the blueprint Flint Google updates Search Quality Evaluator Guidelines - Search Engine Land SEO : les critères utilisés par Google en 2019 pour évaluer la qualité des pages web et la pertinence des résultats de recherche - BDM Banque Populaire et Maddyness dévoilent les 10 finalistes du Prix Next Innov ! - Maddyness - Le Magazine des Startups Françaises Banque Populaire et Maddyness dévoilent les 10 finalistes du Prix Next Innov ! ZenyPass password manager, open source, MacOS Windows Linux ChromeOS iOS Android Silkpay.cn Blog — Silkpay Marketing — Silkpay Paiement — Silkpay Silkpay RollingFunds – La révolution du crédit instantanné aux TPE / PME Oohee, les talents expatriés au service des entreprises françaises Votre assistant comptable 24/7 eLamp - Révélez et analysez les compétences de votre entreprise eLamp - Révélez et analysez les compétences de votre entreprise eLamp - Révélez et analysez les compétences de votre entreprise L'Agent de Recouvrement Intelligent L'application collaborative qui simplifie le travail en équipe | Atolia Gestion du transfert ponctuel de collaborateurs | Andjaro Garder contact et tire le meilleur profit de votre réseau Garder contact et tire le meilleur profit de votre réseau Garder contact et tire le meilleur profit de votre réseau Garder contact et tire le meilleur profit de votre réseau Les technologies médicales confirment leur santé éclatante cette semaine - Maddyness - Le Magazine des Startups Françaises Les technologies médicales confirment leur santé éclatante cette semaine Weglot traduit votre site internet - Maddyness - Le Magazine des Startups Françaises Weglot traduit votre site internet L’intrapreneuriat pour motiver ses salariés et innover plus rapidement - Maddyness - Le Magazine des Startups Françaises L’intrapreneuriat pour motiver ses salariés et innover plus rapidement Les entrepreneurs européens sont confiants en l’avenir - Maddyness - Le Magazine des Startups Françaises L’omerta en entreprise, une réalité - Maddyness - Le Magazine des Startups Françaises L’omerta en entreprise, une réalité In Normandy In Normandy In Normandy In Normandy FRANCEWEB ASSO>>COOPERER - INTEGRER - ECHANGER – RENFORCER >> la certitude de contribuer à intégrer chacun dans un monde d'information réellement partagée. : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect La Boîte de Ressources>>Ing.StefanV.Raducanu »SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebBack : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect Ing.StefanV.Raducanu,MySelTab,MyNewsCenter.Comment rendre le monde meilleur. : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect FranceWebAsso,RESEAU de l'apprendre>>Tous Président avec FranceWebAsso21> C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous ! Paradox>SocSav21"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi">Un groupe,des 4> Modèle d'un monde auquel chacun souhaite appartenir : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi>I,We,You.. La communauté sinon rien ! FranceWebAsso,MySmartCity,L’art de convaincre...Mais que diable allions-nous faire dans cette galère ? : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect Bonheur : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect In Normandy In Normandy  Vivez l'expérience INNormandy | CCI Normandie La SMART Economy normande en démonstration CCI Normandie CCI Business - Normandie CCI Business - Sous-traitance industrielle CCI Business - Grand Paris CCI Business - L'annuraire des projets d'investissement - CCI Store CCI.fr : portail des Chambres de commerce et d'industrie - CCI.fr Training Seminar "Cities and Regions: New Actors of Change in Europe" | Assembly of European Regions AER Autumn Bureau Meeting 2017 | Assembly of European Regions Programmes 2014-2020 ~ Europe en France, le portail des Fonds européens Programmes 2014-2020 ~ Europe en France, le portail des Fonds européens Programmes 2014-2020 ~ Europe en France, le portail des Fonds européens Programmes 2014-2020 ~ Europe en France, le portail des Fonds européens Partenariats en innovation France-Taiwan : nouvel appel à projets | Bpifrance servir l'avenir INNOV AVENIR ENTREPRISES Agenda des appels à projet - Les-aides.fr Les Aides - Identificateur d'aides utiles à l'entreprise - CCI Store Charte de la diversité | Charte de la diversité Collaboration for Impact: Maturity and integration of sustainability in European sector associations | CSR Europe Internal Social Media Platform - Internal Communication about CR | CSR Europe Solutions database | CSR Europe Solutions database | CSR Europe Get equipped | CSR Europe Permission denied | CSR Europe  Ile-de-France | Les entreprises pour la Cité Connexion | Plateforme des développeurs Erasmus+ Connexion | Plateforme des développeurs Erasmus+ Demande d'accès | Développeurs Erasmus+ UP Magazine - 20 Mai: Médicaments et vaccins : à quoi servent leurs nanoparticules ? UP Magazine - Les arbres à la rescousse de la biodiversité et des rendements agricoles UP Magazine - Les arbres à la rescousse de la biodiversité et des rendements agricoles Votre Tweet a été envoyé ! Partager un lien sur Twitter  contacting Twitter ... Sharing Success! Publier sur Facebook contacting Facebook ... Publier sur Facebook contacting Facebook ... UP Magazine - Ces yachts de milliardaires commettent un écocide caractérisé en Méditerranée Siemens has re-structured itself into three operating companies and separate joint venture operations to capitalise on the move to smart city infrastructure and power. : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect The secret of the success" >AllianceNetWork>WorldNewsCenter>FranceWeb,eGlobalNetWork> We are the human Network, Serving the Planet with Breaking News : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect AI smart battery maker raises £8.6m ... Security flaws in Intel processors ... Volvo deal for batteries ... $15m for edge IoT supercomputer startup : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect Siemens restructures for power and smart infrastructure Puces: une alliance européenne pour contrer la production américaine et asiatique | Les Echos https://trib.al/oR6Acmp Les Echos (@LesEchos) | Twitter A quoi ça sert l’Europe ? A vivre et étudier à l’étranger - La Story | Pippa for podcasts A quoi ça sert l’Europe ? A se protéger des Chinois et des Américains - La Story | Pippa for podcasts Moi, Daniel Blake de Ken Loach (2016), synopsis, casting, diffusions tv, photos, videos...- Télé-Loisirs Babel de Alejandro González Iñárritu (2006), synopsis, casting, diffusions tv, photos, videos...- Télé-Loisirs Sully de Clint Eastwood (2016), synopsis, casting, diffusions tv, photos, videos...- Télé-Loisirs Partager un lien sur Twitter Règles victoriennes de la "bonne vieille Angleterre"..«Oh, c'est probablement un aristocrate. Nous avons ces éviers sont seulement pour les classes supérieures! " : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi>I,We,You.. Accueil : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi>I,We,You.. (48) Stefan Raducanu SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi>I,We,You.. Кремль определился с датой очередной «прямой линии» с Путиным | В России | Политика | Аргументы и Факты Аргументы и Факты: новости России и мира AK&M информационное агентство: новости бизнеса, предприятия, рынок акций, курсы валют, рейтинги TASS Russia News Agency: CONFLICT IN SYRIA TASS: Society & Culture - This week in photos: Pitt, DiCaprio at Cannes, Zelensky sworn in and Game of Thrones ends TASS Russian News Agency Тереза Мэй объявила об отставке - Международная панорама - ТАСС Новости в России и мире - ТАСС Интерфакс: новости Google Traduction Ex-U.S. Marine Held in Russia Says His Espionage Case Is Politically Motivated Google Traduction May Governed in ‘Very Difficult’ Time for Russia-U.K. Ties – Kremlin The Moscow Times Lenta.ru - Новости России и мира сегодня cortex préfrontal Cortex préfrontal - Définition - Santé-Médecine Le cortex préfrontal et le processus d'apprentissage : caractérisation d'un rôle critique | Cairn.info Cortex cérébral — Wikipédia Tronc cérébral — Wikipédia Thalamus — Wikipédia Cortex préfrontal — Wikipédia  cortex préfrontal gauche - Recherche Google cortex préfrontal gauche - Recherche Google LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! cortex préfrontal gauche - Recherche Google 'Start Here': $44 million from Weinstein's studio, $16 billion for farmers, Trump v. Pelosi - ABC News Texas to approve $1.6 billion for teacher raises - ABC News UK Prime Minister Theresa May resigns in wake of mismanaged Brexit - ABC News UK Prime Minister Theresa May resigns in wake of mismanaged Brexit - ABC News ABC News – Breaking News, Latest News, Headlines & Videos La Nasa détaille Artémis, son programme de retour sur la Lune Elections européennes: Pourquoi vous aurez peut-être à imprimer vous-mêmes vos bulletins Elections européennes: «Les utilisateurs de la Boussole hésitent et ne savent pas encore pour qui voter» Comment la problématique du bien-être au travail est abordée dans les grandes écoles Affaire Hervey Weinstein: Un accord à 44 millions de dollars pour solder les poursuites au civil VIDEO. Elections européennes: Des fêtes d'eurocrates à Molenbeek, on a cherché «l'esprit de l'Europe» à Bruxelles Elections européennes 2019 Elections européennes: Les travaillistes remporteraient, à la surprise générale, le scrutin aux Pays-Bas « l’accès au bonheur » pour tous>>MyNewsCenter,MySmartCity,MySmartTourism,MySmartEntreprise,MySmartBusiness,.. >>IN NORMANDY propose une nouvelle façon de découvrir les innovations : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect Bonheur : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect Images,Stefan V. Raducanu,batisser du FranceWeb - Recherche Google Stefan V.Raducanu, batisseur FranceWeb >>Les entrepreneurs sont-ils des explorateurs?>Mobiliser l’entrepreneuriat au service de la transformation organisationnelle: oui mais comment? : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect Qu’est-ce que le numérique ? | Cairn.info Qu’est-ce que le numérique ? | Cairn.info Saurons-nous préserver notre identité dans les espaces sociaux virtuels ? | "Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi", Une union nationale enfin retrouvée !La France et ses « gilets jaunes »jusqu’aux portes de l’Elysée : ce sont eux, la république en marche !« Comment réussir dans un monde d’égoïstes » : MySmartCity>GlobalVillage>La Ville Ouverte>l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable> "Un avenir partagé, une action concertée, un développement commun".Collaborer,Anticiper,Innover! Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble. MyNewsCenterNavigator & SRU-Electronics, Baratta un soggiorno in B&B in cambio di beni o servizi!,Roma Firenze Venezia Milano Lecce Napoli Bologna Verona Palermo Torino Genova Siracusa Ravenna Pescara Cagliari Agrigento Perugia Reggio Calabria Trieste Rag : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect Accueil : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect

10/05/2019

FranceWebAsso,Le défi du XXI e siécle.L'humanisme numérique.Ce texte reproduit une conférence, légèrement modifiée,.Le monde,La vie,Langues, civilisations, littérature, arts, cinéma, Les cultures,L'humanité, La Terre,L'Histoire, Relier les connaissances

1500x500.jpegDipl.Ing.StefanV.Raducanu veille pour vous: économie,technologie, societal

Le travail est l'amour rendu visible. Et si vous ne pouvez travailler avec amour mais seulement avec dégoût, il vaut mieux abandonner votre travail...et vous asseoir à la porte du temple et recevoir l'aumône de ceux qui oeuvrent dans la joie.

Car si vous fait le pain avec indifférence, vous fait un pain amer qui n'apaise qu'a moitié la faim de l'homme. Et si même vous chantez comme les anges et n'aimez pas le chant, vous fermez les oreilles de l'homme aux voix du jour et aux vois de la nuit. 20130720_160042.jpg

Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble

FRANCEWEB group, FranceWeb Planète

RECHERCHER,

FranceWebAsso La nouvelle société du savoir..I AM A MUSEUM

Musées du XXIe siècle  Visions, ambitions, défis..

« Ce qui constitue FRANCE WEB c’est d’avoir fait ensemble de grandes choses dans le passé et de vouloir en fairé dans l’avenir. »

C'est bâtir une maison avec affection, comme si votre bien-aimé devait demeurer en cette maison.

Ing.StefanV.Raducanu,MySelTab,MyNewsCenter.Comment rendre le monde meilleur.

FranceWebAsso,RESEAU de l'apprendre>2 maini.jpgModèle

 "The secret of the success"

 

FW-pour-vous-et-avec-vous.gif

Digital Workplace FranceWeb Solutions Collaboratives

Les outils pour entreprendre.Une mutation 4 opportunités : SOCIALE, SOCIETALE, TERRITORIALE, INTERNATIONALE. Service gagnant..FranceWebAsso, Prendre le virage serviciel...

Dipl.Ing.StefanV.Raducanu

Au-delà des problématiques économiques ou politiques, c’est en effet la question du Moi que l’auteur invite à poser : qui sommes-nous ? Davantage que des serviteurs d’un dieu ou d’un pays, qu’un corps physique ou que des connexions cérébrales, sans aucun doute.

C’est bien ce même jeu entre le social et l’individuel aujourd’hui nourri par le numérique qui constitue la cohérence et la pertinence de l’humanisme.

FranceWebSharing ->Connect&Share>>Networking the World

Join the millions who trust  MyNewsCenterNavigator.

"Ensemble tout est possible"

La nouvelle société du savoir !

"Société pionnière"

Pour Vous et avec Vous.

Un univers de possibilités : 1n

 

FranceWebAsso: C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

2021.jpg

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"

 

 SocSav21,FranceWeb,Solidage verge d'or,  1n

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Mutualisons nos connaissances pour imaginer, créer et innover

« Donnant-donnant »

Parce qu’une économie de la connaissance est une économie de l’innovation, elle se place en rupture par rapport aux anciens schémas pour proposer un modèle de société créative, responsable et solidaire. Une économie de polarisation des savoirs et des liens sociaux pour cultiver tous les maillages possibles au développement d’un écosystème harmonieux et durable.

Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance est primordial pour notre pays dans l'avenir. Rénover la démocratie.

e-Collaboration , le travail en réseau et l’efficacité collective : modèle de développement pour la réussite

2 maini.jpg« Comment réussir dans un monde d’égoïstes »

Chaque choix que nous faisons correspond à la satisfaction d’un besoin à l’instant T. Nous prenons des décisions en fonction de ce qui nous semble être le mieux pour nous au moment où nous les prenons. Mais la vie est un mouvement, une évolution constante. Ce qui était valable hier ne l’est peut-être déjà plus aujourd’hui, alors demain ?Tous, entrepreneurs de la connaissance

Le concept s’appuie sur trois axes en interactions

AGILITE, INNOVATION, EMPOWERMENT

Knowledge Sharing for a more agile, innovative and engaged organisation.

FRANCEWEB un instrument d’intelligence collective ! 

Une attitude face à Internet, aux bases de données, à l'accès à l'information.

Une attitude face au progrès et à l'avenir.

FRANCEWEB n'est pas seulement un portail, un annuaire, un moteur de recherche, une communauté virtuelle, un forum, un site de marques, simple interface, ou un magnifique outil de marketing personnalisé...C’est tout en un. C’est un état d’esprit…Réussir l’impossible.

Le pisciacais Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,L'Humain demain,La nouvelle société du savoir !Pour Vous et avec Vous. Société contributive, projet architectural majeur du 21ème siècle

Avec le n°1 mondial de la collaboration en ligne

21centurywebarchive,a day in the world of francewebasso,a propos du réseau,about sru,about us,accueil,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,amour,annonces,annonceurs,archive 21 siècle,archiveweb21,art de vivre,articles,blog,bonheur,bonheurologie,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,coach,collaboratif,collections,consulting,culture,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,entreprise,e-global,events,...,exposants,faisons connaissance,femmes,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebasso,initiatives,innovation,international,internet,invitation«La terre est notre Communauté virtuelle»

Stefan V.Raducanu et son temps -> créateur du nouveau monde..

Je forme une entreprise qui n'a jamais eu d'exemple, et dont l'exécution n'aura point d'imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans tout la vérité de la nature; et cet homme, c'est moi.

L'entreprise ressemble à une réserve naturelle, comme une île au centre de l'Europe, ou une espèce protégée vit- plutôt bien - à l'abri du chômage et des désordres politiques et sociaux. Aucun autre Etat au monde ne pratique en même temps la démocratie directe, le fédéralisme, la neutralité, la paix du travail et le compromis systématique. C'est le modèle "Nouvelle société du savoir, société du XXIe siècle"

Nouveaux savoirs, nouveaux savoir-faire: les compétences du XXIe ...

parisinnovationreview.com/article/les-competences-du-xxie-siecle
 
L'économie de la connaissance requiert d'enseigner un ensemble rénové de compétences, en partie différent de celui développé à l'ère industrielle.

Présentation du livre: Relier les connaissances Le défi du XXI e siécle

pedagopsy.eu/livre_morin_relier_connaissances.html
 
Il s'agissait de montrer qu'il était possible de répondre aux deux grands défis que la connaissance devra affronter de plus en plus au cours du troisième ...
 

2013

  • Pages : 64
  • ISBN : 9782130627180
  • Éditeur : Presses Universitaires de France

Chapitre précédent Pages 5 - 55 Chapitre suivant

  • Ajouter à ma bibliographie
  • Voir en mode feuilletage
  • Version imprimable

1

Le numérique est un mot qui est passé rapidement dans notre vocabulaire. Mais que désigne-t-il à proprement parler [1][1] Ce texte reproduit une conférence, légèrement modifiée,... ? Comment comprendre et définir cet objet, ce phénomène qui semble destiné à transformer notre quotidien et à reconfigurer notre réalité ? Les dictionnaires restent un peu perplexes devant le numérique, et leurs définitions ne renvoient souvent qu’à l’aspect étymologique et technique – un secteur associé au calcul, au nombre – et surtout aux dispositifs opposés à l’analogique. Dans notre usage, le numérique nomme bien autre chose. Si je me pose la question, c’est qu’il me semble qu’elle soulève une difficulté particulière et à mes yeux inédite, et qui est inhérente au numérique dans son déploiement actuel, mais une difficulté éclairante car elle est capable de nous permettre de mieux cerner cette complexité. Une difficulté à la fois épistémologique, institutionnelle et sociale, voire économique et politique (presque tous les secteurs – publics ou privés, institutions culturelles, etc. – sont concernés). Que tous les domaines de nos sociétés soient touchés par le numérique et contraints de repenser leurs méthodes et surtout leurs valeurs n’est qu’un symptôme de la mutation globale portée par le numérique.

2

Il va de soi que je n’ai pas l’intention de proposer une quelconque définition programmatique du numérique. Par contre, il me semble que la notion d’humanisme numérique, en partie à cause de sa fluidité et de son ancrage historique – son inscription dans la longue durée –, est capable de nous permettre de mieux apprécier la transformation culturelle induite par le numérique, surtout dans un contexte dans lequel il est de plus en plus difficile de trouver un point de repère qui permette un regard à la fois prospectif et vigilant. Cette difficulté est constitutive de la culture numérique. Elle reflète le fait que le numérique par sa nature même opère des ruptures dans une continuité apparente, portant sur des valeurs, des objets et des pratiques culturelles, nous offrant ce qui semble de simples reprises ou de modestes modifications ou transpositions de formes ou de formats (le cas du livre imprimé est ici exemplaire de cette propriété du numérique à doubler, au moins dans un premier temps, tout ce qu’il convertit). Cette conversion continue et, en raison de la socialisation des pratiques numériques, émane en grande partie du statut complexe du code informatique dans l’état actuel de notre civilisation.

3

Le code, agent et vecteur de cette nouvelle civilisation, on l’a bien dit, constitue une rupture avec certaines de nos pratiques lettrées ; il fragilise radicalement nos traditions juridiques, nos modèles économiques et notre rapport avec l’écriture et tout ce qu’elle a autorisé et rendu possible. L’humanisme numérique est, dans ce contexte, un effort pour penser la transformation culturelle du calcul et de l’informatique en général en ce que l’on a choisi de désigner en français par le nom de « numérique ». C’est dire qu’il se démarque nettement des ambitions d’une « science » du net (comme la Web Science [2][2] Pour la Web Science, voir http ://webscience.org/web-science/about-web-science/... voulue par Tim Berners-Lee) ou d’une science de la culture (comme celle formulée jadis par les néo-kantiens et leurs héritiers et aujourd’hui par certains tenants d’une sémantique généralisée et largement confortée par le formalisme inhérent à l’informatique actuelle) dont le projet consisterait à formaliser et à saisir, par le calcul informatique et ses abstractions, les gestes et les vécus culturels de nos sociétés. Car l’informatique a cette propriété d’encourager (pour ne pas dire de forcer) le passage et l’expression de toute activité en ses propres termes. Une tendance qui accompagne et éclaircit son histoire. C’est l’une des raisons pour lesquelles il faut revisiter et relire les textes fondateurs de l’informatique afin d’en dégager les spécificités et surtout de montrer leurs valorisations culturelles au-delà des usages qui en ont été faits par les sciences dites dures.

Informatique et numérique

4

Un premier pas sur cette voie consisterait à reprendre la distinction entre informatique et numérique. Pourquoi ? Parce qu’elle nous invite à évaluer à la fois l’évolution de nos rapports avec cet invisible du numérique qu’est souvent le code, et en même temps à localiser les confrontations valorisantes entre les conventions socio-politiques et les contraintes introduites par l’informatique dans l’ordre social. Ensuite, parce qu’elle saisit une spécificité parfois oubliée de l’informatique. Si l’informatique a commencé comme une branche des mathématiques, elle a rapidement trouvé son autonomie et son statut de nouvelle science à part entière. Puis, chose relativement rare dans l’histoire des sciences, elle s’est transformée en industrie (il n’y a, historiquement, que la chimie qui ait réussi une telle mutation et, de nos jours, la biologie et les sciences du vivant, mais la dimension industrielle des sciences du vivant est de plus en plus indissociable de l’informatique). Fait unique, elle est également devenue, depuis au moins une vingtaine d’années, une culture. Et c’est bien cette spécificité culturelle, cette orientation sociale qui caractérise et en fin de compte définit en quelque sorte le numérique. Mais, bien plus qu’une simple association avec une notion vague de la culture, le numérique nous montre quelque chose d’essentiel et qui a été occulté : la culture est avant tout partage. Sans partage il ne peut y avoir de culture, peu importe la définition qu’on en donne. Partage du patrimoine et de l’histoire, partage du savoir et du savoir-vivre, et finalement, partage des moyens de production et transmission de ces expériences et de ces savoirs.

5

Ainsi, ce n’est pas un hasard si les premières crises occasionnées par le numérique ont été associées aux pratiques de partage. Et ce n’est pas une surprise si le partage reste le point névralgique des négociations économiques et politiques, difficiles et parfois saugrenues, autour des moyens de gérer les effets engendrés par ce partage sur le lien socio-politique et ses économies. Dans ce contexte, on peut dire que l’informatique, avec sa capacité à la fois à encourager le partage et à le contrôler (ou du moins à le contourner), se singularise, en partie, et surtout se caractérise par un accès plus large et des modes d’échange qui souvent occultent, en tout cas à l’ère des plates-formes et des applications mobiles, la dimension informatique en quelque sorte perdue depuis le passage vers des interfaces graphiques du numérique qui ne tend qu’à se nourrir et à alimenter toutes les pratiques du partage. Cette simple réalité culturelle explique que le numérique soit devenu le site de conflits de plus en plus prononcés, opposant souvent des conceptions radicalement distinctes concernant le statut et l’engagement du citoyen et ses façons, héritées d’une autre époque et fondées sur des valeurs largement dépassées par le numérique. La valeur économique est de nos jours soumise aux écarts entre un retour en force du domaine public, du bien commun portés par le partage et l’accès devenu droit grâce au numérique (des notions qui ont une longue histoire et surtout une autre dynamique de valorisation économique et sociale) et le marché tel qu’on l’a connu depuis la fin des Lumières [3][3] Pour une nouvelle perspective économique plus adaptée....

6

La dimension industrielle de l’informatique est inséparable de sa transformation culturelle, car elle repose sur la tension entre la naturalisation des pratiques culturelles du partage et les infrastructures qui les accompagnent (et parfois, pour ne pas dire souvent, les exploitent). La chimie comme industrie est aujourd’hui au cœur de nos débats écologiques, de nos rapports avec notre environnement et la nature. Mais le développement durable est indissociable de l’infrastructure informatique, surtout à l’âge du Cloud Computing. La biologie quant à elle, et en grande partie grâce à une convergence avec le numérique (ou si l’on veut, l’informatique), est actuellement en voie de devenir une industrie à l’échelle de l’informatique et de la chimie. Et la biologie ou les sciences du vivant façonnent également l’informatique, de la conception des algorithmes, la gestion de la mémoire, à la conception des interfaces, et suscitent des interrogations éthiques dans leur manière de modifier nos idées concernant le vivant et l’humain. Elles promettent en même temps une mutation inédite dans la perception et la « gestion » du vivant.

7

Le numérique, à son tour, nous invite à nous interroger sur ces questions touchant à la fois aux individus et au collectif, mais également sur d’autres aspects globaux car il est devenu indissociable de presque toutes les activités humaines, du moins dans les sociétés occidentales. Ainsi, on retrouve les questions éthiques, les problèmes écologiques (les matériaux utilisés dans la fabrication des outils et gadgets, les Data Centers et leurs effets sur l’environnement, etc.). Mais on est également confronté à des difficultés juridiques (par exemple, notre gestion de la propriété intellectuelle), économiques (pour tout ce qui concerne la notion même de propriété, fragilisée dans sa version traditionnelle et consacrée par la nature même du code et de l’objet numérique), à de nouvelles réalités politiques (Wikileaks entre autres et l’activisme hacker, le vote électronique et les difficultés qu’il soulève, le rôle des réseaux sociaux dans les campagnes électorales, etc.), historiques (dans nos rapports avec le patrimoine, l’héritage en voie de numérisation et sa différence avec le numérique lui-même) et sociales (l’émergence des villes intelligentes, pour s’en tenir à un seul exemple impliquant l’aménagement du territoire et les compétences spatiales des citoyens [4][4] De la page d’accueil (Home Page) à la ville et la maison....).

8

Cette richesse, partagée entre une tendance algorithmique à forte dose normative et une dynamique de l’efficacité des usages, explique en grande partie la dimension véritablement globale de la culture numérique. La présence globale du code ne doit pas nous faire oublier sa diversité, ses déclinaisons diverses, sa capacité à peupler les sites et les lieux les plus épars. Mieux encore, elle rend compte du fait que le numérique est devenu en quelque sorte un mot ambivalent signifiant à la fois une chose précise et des activités variées. Le numérique, en bref, n’est pas encore (et peut-être ne le sera-t-il jamais) une discipline académique autonome, car il implique une radicale modification du paysage intellectuel (de même qu’il redessine notre paysage social) comme de nos rapports avec la spatialité et la temporalité.

Le code, un être culturel

9

Souvenons-nous que le code n’est pas simplement et exclusivement normatif : c’est un être culturel qui véhicule des présupposés et des préjugés et qui, dans son déploiement, concrétise des imaginaires et produit des espaces habitables et habités, peuplés par nos concitoyens et leurs doubles, dans des mondes inventés et modifiés par les usages effectifs. C’est dans ce sens, et au-delà d’une esthétique de l’élégance mathématique, que l’on peut évoquer une poétique et une politique du code. Car le code, surtout depuis le virage vers les API (Application Programming Interface), la circulation des données (Big Data) et les modes d’accès qui les accompagnent, est devenu une sorte de vulgate, de littérature, une littérature comme il se doit hybride, mais portée notamment par une forme d’écriture lettrée [5][5] Donald E. Knuth, Literate Programming, Stanford, Center... jamais purement individuelle, toujours nécessairement collective ou participative car elle ne peut exister et prendre sens à travers une modification sans précédent du contexte, de tout contexte numérique ou numérisé.

10

Contexte modifié veut également dire autre façon de lire. Le contenu en soi, dissocié de sa forme, de son format et de son inscription dans un système d’écriture permet une première discrimination. Celle de la valeur de tel ou tel énoncé ou discours, trace ou inscription, surtout dans un double contexte de surabondance et de contraintes économiques. Ce qui explique en partie les mutations dans l’espace des grandes institutions culturelles et dans leurs missions pédagogiques, qui est aussi un rappel à l’essentiel : les archives et les institutions culturelles, vouées à la préservation et la transmission de la mémoire collective, ont pour mission première l’accès le plus ouvert et le plus souple au contenu. Au lieu de la structure, au lieu des monuments, il faut inventer des accès qui, sans mettre en danger l’objet historique, permettent une consultation des pratiques numériques citoyennes. Le contenu est comme le sang qui circule dans le corps et qui fait vivre le système. Et l’accès au contenu est la condition de toute liberté de penser et de toute démocratie. Une première forme de littératie est ainsi nécessaire, celle de la maîtrise des enjeux éthiques et politiques de l’accès, voire de la neutralité du net. Mais, bien au-delà de cette première dimension, c’est la forme et l’environnement de la transmission et des formations qui sont à réimaginer en fonction des effets de l’environnement numérique.

11

Le code a une biographie, une généalogie. Il se comporte parfois comme un individu. C’est là un lieu commun qui mérite une vraie interrogation. Car ce vocabulaire naturalise l’informatique et inscrit son évolution et son statut dans un cadre de référence, un contexte qui nous est si familier qu’il voile les déplacements induits par une telle naturalisation. Il a une capacité remarquable de survie car il est le produit d’une pensée de l’information et de la transmission. Ce n’est pas un hasard si, pour décrire son déploiement, on reprend des figures de la contagion, de la contamination, de la propagation, c’est-à-dire des figures de l’animation et de la circulation, voire de la reproduction du vivant. La technique, l’informatique, dans sa production et ses usages, constitue ainsi un corps, et ce corps forme, dans sa réalité sociale, le numérique. Un corps textuel et discursif, un corps social et un corps imaginaire mais incarné. Un corpus résultant des rapports dynamiques entre code, interfaces, et usages. C’est bien ce corps, à la fois social et humain, algorithmique et abstrait, hybride donc, qui introduit les nouveaux agents de la culture numérique, de l’avatar à la convertibilité généralisée. Ce corpus façonne le regard de l’humaniste numérique. On se retrouve ici sur un terrain qui nous est familier, celui des rapports entre l’évolution de pratiques culturelles ou scientifiques (car la science, toute science, est une configuration culturelle) et le déroulement de la vie humaine (un modèle qui n’est pas simplement théologique mais qui a également servi les scientifiques, de Pascal à Newton). S’il est vrai que le code vieillit, il est également vrai que la culture qu’il produit est en quelque sorte dans une enfance ininterrompue. Cette enfance infinie de la technique informatique, qui ne cesse de se réinventer et de convertir (comme un organisme qui ne cesse de s’adapter à son écosystème), au fur et à mesure, une plus grande partie des activités humaines, est un point déterminant de la mythologie du numérique, de ses promesses et de ses défis. À la fois innocence et potentiel sans limites, elle devient le lieu de la ruse, d’une métis induite par la technique (certains parlent d’une « blessure technique », mais c’est un autre sujet). Une mythologie nourrie de science-fiction, et qui abrite les aspects « traditionnels » pour reprendre l’expression de Claude Lévi-Strauss, c’est-à-dire tout ce qui échappe à la rationalité algorithmique de l’informatique, au calcul et tout ce qui se dérobe à toute forme de mesure et de précision rationnelle. Pour rester encore un instant avec l’anthropologue, la société numérique, dans sa volonté de tout saisir, de tout mesurer, de tout tracer, s’inscrit dans ces gestes d’exclusion auxquels il faut résister et qu’il faut détourner. La tendance absolutiste du numérique nous incite à développer des stratégies et des politiques plus adaptées aux réalités des contraintes implicites de l’environnement numérique. Il ne s’agit point ici de faire appel à un privilège du réel et du concret contre un virtuel simplifié, mais plutôt d’une invitation à penser l’échelle de la conversion numérique en ce qu’elle est incapable de mettre en œuvre et de représenter. La machine fait rêver, mais c’est bien l’homme qui rêve. Et le numérique ne cesse de quêter le rêve de la machine elle-même avec ses transformations de l’humain.

La confiance sociale

12

L’informatique est la science de l’information et du discret, et le numérique, dans sa dimension socio-culturelle, modifie l’empirique, l’insérant dans une logique génétique qui façonne le passage de l’information à la trace et finalement aux données. C’est dans ce premier sens que la dynamique informatique-numérique explique la mutation de la nature de l’expérience – dans le sens d’un vécu, du concret – qui est en cours aujourd’hui. L’ère des données, avec ses défis et promesses, ses pièges et ses utopies, ne fait qu’exprimer cette transformation du quotidien au sein de l’environnement numérique et de ses mesures. L’identité numérique, individuelle autant que collective, est de plus en plus soumise à cette contrainte des données et de leur puissance économique. Plus encore, l’identité numérique participe, en raison de la nature de l’environnement numérique actuel, à une nouvelle économie cognitive, celle de la trace et de la donnée (personnifiée le plus souvent par les moteurs de recommandation) qui, elle, est symptomatique de la conversion, plus importante encore, des intentions, des volontés, bref du comportement, et de leur mesurabilité selon des critères internes au numérique. Cette conversion met en lumière un double mouvement : d’une part, une convergence entre un paradigme de la recherche, de l’index, valorisé par ses propres critères d’adéquation et de pertinence, et d’autre part, un principe radicalement différent, celui de la recommandation, exploitant l’extensibilité de la proximité et du voisinage (géographique, sémantique, social, etc.) et se fondant sur une instrumentalisation de la sociabilité. La recommandation implique une transformation de la culture de l’algorithme elle-même car elle effectue le passage ou du moins le mariage de la recherche classique avec l’injonction des repères dits sociaux. Certes, l’algorithme PageRank incorporait déjà une première version du social, mais cette dimension était secondaire dans la validation du résultat de la recherche [6][6] Sur PageRank, voir les travaux de Dominique Cardon,.... Aujourd’hui, la géolocalisation, la langue, l’historique social (devenu par ailleurs inévitable) sont des facteurs dotés d’une plus grande importance permettant une diversification des résultats, déclinés en fonction des identités, de leur point d’accès et de leur réseau social s’il est accessible au moteur de recherche.

13

En l’occurrence, le cas de Google est exemplaire, surtout par ses efforts pour s’adapter et adopter le social dans ses services. Google Instant, par exemple, illustre cette volonté de « simplifier » la recherche : il l’inscrit, si l’utilisateur l’accepte, dans le cadre d’un contexte dit social, qui traduit une forme de confiance partagée avec les participants dans l’espace d’une convivialité tracée et censée être plus pertinente. Le contexte change et avec ce changement advient un nouvel ordre, celui des données et de leurs interprétations par les divers modèles de classement algorithmique. On est tenté de voir dans ce tournant une variation numérique sur le « fait social total » introduit jadis par Marcel Mauss [7][7] Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, Puf,.... Car c’est bien ce désir de totalité, cette quête d’exhaustivité qui anime la survalorisation des données. L’enjeu ici est de taille puisqu’il s’agit du passage d’une maîtrise de la prévision à un usage subreptice de la prescription.

14

En fin de compte, c’est la notion même de contexte qui est en mouvement permanent. Et ce mouvement nous est en effet présenté comme le retour de l’humain, le triomphe de la personnalisation et le résultat du social numérique. Big Data et plus récemment Long Data sont une forme collective de l’intensité de la relation dans sa version mesurable et quantifiable. La relation comme un lien, mais aussi comme une unité de mesure. Le passage de l’informatique au numérique a rendu possible l’association d’une version de ce qu’est un calcul avec ce qui est calculable. Autrement dit, c’est la raison computationnelle, qu’il ne faut cesser d’interroger et de renvoyer à son histoire et son archéologie, ses mythes fondateurs, qui impose un chemin amenant à de l’information, à la relation et au bout du chemin à la valeur. Ainsi, le calcul ne fait que mettre en relief des manières de faire monde avec les traces et les données, il ne fait que produire des récits (qui nous sont souvent présentés comme les dernières innovations technologiques). Il ne s’agit point de nier ici la nouveauté de l’accès aux données ni de leur ôter leur importance et leur pertinence. Mais il reste qu’il nous faut élucider les manières de lire et d’interpréter ces données et la façon dont ces méthodes pèsent sur nos sociétés.

15

Ce statut émergent de l’information, des données et des nouveaux contextes de leur collecte et de leur divulgation nous invite à revisiter les modèles constitutifs de cette herméneutique de l’information. Les concepts et les modèles fondateurs (on pense ici aux textes d’Alan Turing, John Von Neumann, Norbert Wiener, Claude Shannon, etc.) ne sont pas nécessairement déterminants dans la mesure où ils façonnent toujours nos rapports avec cette exploitation du calcul, mais ils restent éclairants quant aux choix qui ont été faits dans les premiers développements de l’informatique et à leurs déplacements dans le monde numérique. La matière première, pour ainsi dire, n’est plus la même, et le concret, le vécu, l’empirique ne sont plus non plus facilement dissociables du numérique. Ainsi, l’informatique se traduit par la transformation de l’interface qu’est le numérique en une recomposition du monde, de notre habitat et de nos identités. Du discret au continu, dans le mouvement d’une conversion de plus en plus triomphante, de plus en plus transparente.

16

Dans cette perspective, on peut proposer une première approximation de ce qu’est le numérique : un écosystème dynamique animé par une normativité algorithmique et habité par des identités polyphoniques capables de produire des comportements contestataires. Cette dualité fait écho, nous semble-t-il, à un dualisme originaire, celui qui a motivé le développement informatique : le calcul et le penser. Quelles sont les relations entre les deux, quels sont les liens entre la calculabilité et la pensée ? C’est bien cette interrogation qui semble inspirer le mythe premier de l’informatique générale, celui de l’intelligence.

17

Mais au-delà de ce clivage, on retrouve une condition qui nous est familière. C’est celle de l’écart, en Occident, entre un universalisme de la raison, d’une forme de rationalité absolue, associée le plus souvent aux sciences, et un relativisme culturel qui, lui, privilégie une diversité de manières de voir et de faire. La tension productrice entre informatique et numérique, entre une science et une culture, n’est que le retour de ce clivage déterminant. L’humanisme numérique est en quelque sorte l’expression de cette condition de l’individu occidental devant une science devenue une industrie et qui est en train de radicalement transformer les objets, et surtout les objets culturels, selon ses propres critères formalistes et de mesurabilité, et la circulation, le partage des héritages et des valeurs au-delà de tout calcul. L’imaginaire social constitue l’enjeu premier de la culture numérique.

18

Ainsi, c’est bien cette dimension imaginaire, un imaginaire de l’intelligent et de l’intelligence, un imaginaire de la fiction technique et de ses pratiques (écriture et lecture) qui est le moteur de la grande mutation numérique. Pour en donner un exemple, j’aimerai évoquer quelques éléments de cette écriture. Cette écriture se déploie tout d’abord par la lecture, par une lecture, pour reprendre l’expression d’Alain Giffard, industrielle [8][8] Alain Giffard, Critique de la lecture numérique, Bulletin... mais qui est aussi automatique (« untouched by a human hand » comme le disait fièrement le premier slogan de Google News). Cependant, à la différence de l’écriture automatique des premiers surréalistes en quête de l’inconscient et des mystères du langage poétique, la lecture automatique est largement normative. Elle transforme la mesurabilité en une nouvelle forme de persuasion sociale, modifiant les repères argumentatifs et les critères de pertinence. La mesurabilité s’érige inéluctablement comme critère : à la fois unité et pertinence dans un contexte défini par les traces et les données supposées représenter sinon des intentions au moins des repères efficaces (la sémantique s’érige comme l’actualisation des liens entre traces et intention, alors que le sémantique, pour reprendre la distinction cruciale d’Émile Benveniste [9][9] Émile Benveniste, Dernières leçons, 1968 et 1969, Paris,..., désigne le contexte qui fait sens).

19

Ainsi en témoigne une nouvelle construction de la confiance sociale fondée en grande partie sur cette dimension auto-industrielle et s’autorisant de la puissance croissante des algorithmes et des données partagées. Lecture sociale et lecture industrielle sont les produits des algorithmes et de la nécessité d’automatiser des pratiques d’écriture (comme dans le cas de Wikipedia) et de lecture (comme dans le cas des moteurs de recherche). Cette automatisation est en même temps une nouvelle autonomie, inhérente à la logique de la recommandation qui se légitime dans sa survalorisation du facteur social tel qu’il investit le numérique et ses plates-formes comme vecteur de pertinence, qui n’est souvent que variation sur la proximité (géographique, relationnelle ou sémantique). Le voisinage n’est plus simplement sémantique, incorporant des concentrés de comportements et de traditions, il est surtout mesure : identification et mesure de traces censées incarner des intentions et refléter des choix discrets, volontaires et toujours pertinents. La mesurabilité est le moteur d’une redéfinition des catégories constitutives de la culture portée par la lecture automatique. La mesurabilité modifie l’argumentation (on le constate de plus en plus par le biais des visualisations) et subrepticement instaure de nouveaux critères de pertinence et de légitimité. C’est ainsi que la sociabilité numérique est une nouvelle façon de faire société : lecture automatique de soi (en fonction des catégories du profil et de ses modulations), l’identité se construit dans un échange entre fragments discursifs et actions en réseau. Des interventions, des associations, des rapprochements, des rencontres fortuites, portées par les similarités et les liens de parenté d’un type nouveau, entre catégories et position sur un réseau et finalement des formes d’association productrices de sens et de pertinence, ce sont les particules élémentaires de l’identité numérique. Et cette identité appelle une autre manière d’informer et de former.

20

Ces problématiques s’illustrent parfaitement dans les jeux vidéo (pour ne pas évoquer la mode des Serious Games et leurs usages possibles comme modèles dans tous les domaines), qui sont devenus (mais c’était déjà le cas avec le premier Tron…) des lieux d’expérimentation dans tous les sens du terme. Dans cet environnement, l’humain se transfère au monde virtuel car les vrais enjeux, le véritable conflit se joue dans le nouvel espace, à l’intérieur même de la machine. Transfert, certes, mais également transformation du code en extension, en augmentation de l’humain. Si Tron avait déjà construit ce paradigme, après des modèles plus anciens et plus biologiques (The Fantastic Voyage[10][10] Film réalisé par Richard Fleischer et sorti en 196...), ce sont maintenant les romans contemporains, comme ceux de Neal Stephenson ou d’autres, qui exploitent ce va-et-vient continu et de plus en plus transparent entre l’espace ludique et le réel. L’intérêt de ces méditations résident à mon sens dans une domestication de l’humain au sein même de l’espace de la machine. Si j’insiste sur ces échanges entre les espaces réels et virtuels, entre le corps humain et le corps technique, c’est que ce sont les interfaces entre ces formes de corporéité qui organisent et forment les articulations de la culture numérique. Une culture qui a produit un tout nouveau contexte : entre le principe de la vie biologique (survie, reproduction, évolution) et l’intelligence du contexte historique. S’adapter, adapter et faire adapter, tels sont les mots d’ordre du nouveau contexte. Dans cette évolution, c’est le monde qui se transforme lentement mais sûrement en interface généralisée au numérique.

Transhumanismes

21

Comme on le voit, on est sans cesse en train de naviguer entre sciences et culture. C’est cette inévitabilité qui nous a conduit à formuler l’humanisme numérique. Peut-être faut-il dire ici quelques mots sur ce choix d’« humanisme numérique ». Sans reprendre ce que j’ai essayé de dire dans le passé [11][11]  Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil, « La..., il a toujours été pour moi crucial d’opposer l’humanisme numérique aux différentes écoles transhumanistes, post et cyberhumanistes qui sont aujourd’hui les prophètes d’une nouvelle humanité, pleine de promesses et bénie de tous les bonheurs. Cette utopie d’un âge d’or sans précédent, portant parfois le nom de Singularité, et qui repose sur une convergence prochaine et inévitable, nous dit-on, du vivant et de l’intelligent, de l’homme et de la machine, veut effacer, souvent inconsciemment, l’héritage troublant des rapports entre les sciences et leur usage parfois violent, souvent meurtrier. La sélection artificielle, par exemple, se transforme ici en une potentielle sélection universelle. Mais, à regarder de près le discours transhumaniste, on retrouve rapidement des éléments familiers : un double héritage des Lumières, une émancipation de l’individu et une croyance dans le pouvoir presque absolu de la science. Entre les deux se dessine un partage fondamental qui ne cesse d’agiter les débats autour de l’avenir du genre humain. Entre, d’une part, le choix individuel, devenu droit, et d’autre part, une idéologie de la science qui a le potentiel de réinventer le déterminisme (déterminisme porté par un formalisme inhérent à l’informatique), se profilent des orientations religieuses et des idées politiques. Une simple définition générique du transhumanisme (ce nom désigne en effet des groupes divers avec des idées parfois assez divergentes) : le transhumanisme cherche la libération et l’amélioration de l’individu, non plus exclusivement grâce à l’éducation et au perfectionnement de la raison selon le modèle kantien, mais grâce aux technologies informatique et génétique. Ainsi, le « même » [profession de foi] transhumaniste déclare qu’il est à la fois éthique et désirable de perfectionner la vie et les corps des humains avec l’aide des nouvelles technologies.

22

Dans le cas des transhumanistes américains (fondateurs), on trouve une autre dimension, religieuse : non pas les religions monothéistes, mais plutôt les religions de l’Asie, surtout le bouddhisme et le zen. Rien n’est surprenant ici, car on navigue dans un milieu New Age qui ne cesse de chercher la convergence entre une éthique universelle et une idéologie de la science. Ainsi, les Lumières (dans le sens français du terme) sont assimilées à ces autres pratiques qui, en anglais, portent le même nom : Enlightenment. On parle même de Lumières 2.0 (Enlightenment 2.0) comme on parle du Web 2.0. Il va sans dire que ces discours, mais aussi ces recherches (car on a affaire à une communauté qui fait aussi la science) n’ont pas conscience de l’histoire religieuse de ces pratiques, ni de certains de leurs enjeux. Au lieu de surestimer l’histoire, ces transhumanistes veulent tout simplement l’oublier. Mais, au-delà même de cet oubli, c’est surtout le retour du religieux, d’un religieux facilement polythéiste contre un héritage occidental foncièrement monothéiste qui appelle notre regard critique. Car cette dimension religieuse n’est pas neutre. Elle s’inscrit dans une continuité et une extension des méthodes comparatives premières associées à la naissance des sciences sociales et surtout religieuses au xix e siècle.

23

Pour l’anthropologue, les moyens de communication modernes, tout en intensifiant les relations, accentuent l’inauthenticité des échanges en introduisant une couche bureaucratique, une sorte d’éloignement et de fragmentation inscrits dans un cadre à la fois administratif et global. Dans L’Anthropologie face aux problèmes du monde moderne, Claude Lévi-Strauss identifie cette condition comme politique car elle caractérise les rapports modernes entre les citoyens et le pouvoir. C’est en partie ce qui explique son intérêt pour la première théorie de la communication, développée par Norbert Wiener et John von Neumann. L’échelle globale des structures de communication et de ce qu’on a choisi plus tard d’appeler la société de l’information invite l’anthropologue à repenser, au moins en partie, les concepts et les catégories premières de son travail. Le terrain, la méthode, les formes d’échanges et surtout les manières de tisser le lien social sont à revoir. Ainsi, on n’est pas surpris d’apprendre que l’anthropologue est plus à l’aise dans un village ou même dans un quartier de ville que dans une grande métropole. Pourquoi ? Parce que, nous dit Lévi-Strauss, « cinquante mille personnes ne constituent pas une société de la même manière que cinq cents. Dans le premier cas, la communication ne s’établit pas principalement entre des personnes, ou sur le modèle des communications interpersonnelles. La réalité sociale des “émetteurs” et des “receveurs” (pour parler le langage des théoriciens de la communication) disparaît derrière la complexité des “codes” et des “relais” [12][12] Claude Lévi-Strauss, L’Anthropologie face aux problèmes... ». Le lien personnel reste ainsi un élément déterminant de la spécificité du regard anthropologique, un regard qui scrute, à travers les sociétés dites authentiques, l’articulation et l’apport de la pensée mythique. Dans ce contexte, les intermédiaires contemporains (systèmes de communication, technique, etc.) viennent approfondir l’abîme séparant mythe et histoire, sociétés authentiques et sociétés inauthentiques.

24

Cette perspective explique aussi l’identification par Lévi-Strauss de l’anthropologie comme la discipline humaniste et surtout comme l’aboutissement des humanismes qui ont marqué l’histoire et l’évolution des sociétés occidentales. L’anthropologie n’est pas une science nouvelle ni une discipline récente. Pour Lévi-Strauss, les trois humanismes ont toujours été anthropologiques. Déjà, dans une note de 1956 rédigée pour l’UNESCO, il identifiait les trois humanismes en conclusion à ses analyses des rapports entre les sciences et les sciences sociales. L’humanisme de la Renaissance, ancrée dans la redécouverte des textes de l’Antiquité classique, l’humanisme exotique, associé à la connaissance des cultures de l’Orient et de l’Extrême-Orient, et finalement l’humanisme démocratique, celui de l’anthropologue qui fait appel, dans ses analyses, à la totalité des activités des sociétés humaines. Soulignons que ces trois humanismes sont liés à des découvertes : dans un cas des textes, dans l’autre des cultures et leurs expressions multiples et, enfin, de l’ensemble des faits humains comme objet d’étude (mythe, oralité, etc.). Dans chaque cas, les nouveaux champs d’investigation ont donné lieu à la fois à des méthodes et à des mises en question de valeurs associées à des documents ou à des pratiques culturelles et savantes. Pour le premier humanisme, il suffit de rappeler l’exemple de Lorenzo Valla et sa démonstration philologique concernant la Donation de Constantin [13][13] Lorenzo Valla, La Donation de Constantin, Paris, Les.... La philologie permet, dans ce cas, le remplacement d’un concept par un autre, rendant possible une transformation de tout premier ordre (passage de l’apocryphe et l’authentique à l’établissement de la vérité de l’énoncé sur des bases critiques et objectives). De l’authenticité d’un document à la vérité de ce qu’il énonce, la distance est énorme. Mais il ne faut non plus oublier la diversité des langues (grec et latin) qui ont fourni la base comparative essentielle pour le développement des méthodes critiques. La maîtrise des langues, le savoir historique, la critique interne fragilisent l’autorité d’une institution aussi puissante que l’Église. Pour l’humanisme exotique, les cultures de l’Orient, en favorisant le comparatisme, donnent lieu à de nouvelles sciences et nouvelles disciplines (linguistique, etc.). Le troisième humanisme, celui de l’anthropologue, a conduit, entre autres, à la méthode structurale.

25

Ces trois humanismes sont aussi des évolutions politiques : le premier, aristocratique, car restreint à un petit nombre privilégié, le deuxième, bourgeois, car il accompagne le développement industriel de l’Occident, et le troisième, démocratique, car il n’exclut aucune personne, aucune culture et surtout, aucun fait ou geste humains. Ainsi, l’histoire de l’anthropologie comme discipline est également l’histoire de l’Occident moderne et de l’ensemble de ses ambitions et tribulations. L’humanisme anthropologique est universel car il emprunte, pour sa méthode, à toutes les autres disciplines, tout en œuvrant à une réconciliation de l’homme et de la nature. Et c’est bien cette dimension universelle qui m’a amené récemment à proposer un quatrième humanisme, un humanisme numérique.

26

L’humanisme numérique est ainsi le résultat d’une convergence inédite entre notre héritage culturel complexe et une technique devenue un lieu de sociabilité sans précédent. Une convergence qui, au lieu de simplement renouer l’antique et l’actuel, redistribue les concepts, les catégories et les objets, tout comme les comportements et les pratiques qui leur sont associés, dans un environnement nouveau. L’humanisme numérique est l’affirmation selon laquelle la technique actuelle, dans sa dimension globale, est une culture, dans le sens où elle met en place un nouveau contexte, à l’échelle mondiale. Une culture, car le numérique, et cela malgré une forte composante technique qu’il faut toujours interroger et sans cesse surveiller (car elle est l’agent d’une volonté économique), est en train de devenir une civilisation qui se distingue par la manière dont elle modifie nos regards sur les objets, les relations et les valeurs, et qui se caractérise par les nouvelles perspectives qu’elle introduit dans le champ de l’activité humaine.

27

Un seul exemple suffirait ici. Il s’agit du statut du corps dans l’environnement numérique. Il faut ici reprendre les analyses de Marcel Mauss dans son essai « Les techniques du corps [14][14] Marcel Mauss, « Les techniques du corps », in Techniques,... ». Les travaux de Mauss montrent qu’il existe un lien entre la position du corps, c’est-à-dire la manière dont le corps se déploie dans l’espace social et la nature, et la fonction des objets culturels. Dans ce contexte, on peut dire que la culture numérique est en pleine évolution. Jusqu’à présent, elle a été une culture assise, une culture du bureau et de la chaise, alors qu’elle est en train de se transformer en une culture mobile. Ce passage de la fixité vers la mobilité semble accompagner l’hybridation à la fois des objets, du temps et de l’espace. Il s’ensuit que les pratiques culturelles sont aussi modifiées : gestes, écriture, lecture et communication. Dans l’analyse de Mauss, la technologie joue un rôle essentiel : elle transmet une technique du corps, incite souvent une imitation et modifie la culture locale en fonction de la présence et de l’accessibilité de l’outil technique. La familiarité, l’uniformité des pratiques et des comportements sont ici identifiées en noyau dans les rapports entre les spécificités culturelles et le pouvoir de la technique de les transformer et d’hybrider les cultures. On n’est plus dans une civilisation seulement technique, on est aussi en pleine culture numérique.

28

Avec le numérique, la question qui se pose est celle de l’espace habité ou, plus précisément, de la mutation des espaces habitables. Mais habitables en partie avec les interfaces et les plates-formes numériques. Ainsi, pour reprendre une expression chère à Claude Lévi-Strauss, on est en train de muter de la terre habitée – le territoire de l’ethnologue et de l’anthropologue – vers une spatialité élargie, hybride et en mouvement. La terre habitée n’est plus ce qu’elle était : de nouveaux lieux émergent sans cesse et invitent à un regard autre, à une grille de lecture et d’analyse qui prend en compte à la fois la dimension urbaine et anthropologique, mais également les spécificités et les contraintes induites par la nature numérique de ces lieux.

29

Lévi-Strauss parle de la « totalité de la terre habitée » pour identifier le terrain de l’anthropologie – une expression qui rappelle celle qui a jadis séduit les utopistes et leurs avatars, la « terre connue ». Quant à sa méthode, elle ne peut que reproduire cet universalisme : elle « rassemble des procédés qui relèvent de toutes les formes du savoir [15][15] Claude Lévi-Strauss, op. cit., p. 53. ». Or le numérique modifie d’une manière inédite la notion même de terrain et de territoire comme celle de savoir et d’habitat. Le virtuel, le contributif, le participatif, bien qu’ils fassent souvent appel à des dynamiques connues, font aussi émerger une série de pratiques associées qui sont en effet les lieux d’une mutation concernant l’identité et ses représentations et ses liens à la fois avec la généalogie (le sang) et avec la géographie (le sol, la terre).

Digi Fictions

30

Dans un tel contexte, le « retour au virtuel », tant discuté au début de l’ère numérique, mérite quelques réflexions sur les liens structurants entre le virtuel comme contexte au sens large du terme et les formes d’action inscrites dans les mondes possibles mis en place par les industries du simulacre. Contexte qui est lui-même habité par des tensions, voire des contradictions caractéristiques d’une réalité souvent perçue ou présentée comme ou bien excessive ou bien défaillante. Une sorte d’oscillation se poursuit entre, d’un côté, le trop de réalité porté par des environnements immersifs et des prototypes d’augmentation et, de l’autre, une supposée pauvreté de cette même réalité, appartenant comme elle le doit à l’ordre du simulacre et de la simulation et peuplée par un éloignement du concret, du vrai ou du moins de la vraie réalité. Dans cette perspective, le retour au virtuel ne serait qu’un symptôme d’une négociation continue avec les contraintes issues d’une banalisation et d’une généralisation des moyens non pas seulement de participer au virtuel mais plutôt de le créer. Tendance qui nous est familière car elle participe à une mouvance habituelle au sein de l’écosystème numérique actuel. Les industries du simulacre reposent de plus en plus sur une forme participative invitant les acteurs à modifier le monde qu’ils peuplent dans une sorte de mise en abîme du virtuel. Mieux encore, ces espaces virtuels communiquent de plus en plus avec le « réel ». Qu’il s’agisse de transferts de données ou de valeurs (monétaires ou autres) entre les deux, ou bien de dissémination de données, de valeurs ou d’identités.

31

Dès lors, pourquoi choisir de parler d’habitus ? Le mot comme le concept sont tellement investis par la réception de la pensée de Pierre Bourdieu (en tout cas en France) qu’il est devenu presque impossible de les dissocier. Je n’ai ni les compétences ni l’intention de récapituler et poursuivre ce débat méthodologique. Ce qui m’intéresse dans l’habitus, c’est tout simplement la coexistence des usages savants et des usages populaires [16][16] Voir l’excellent texte de de François Héran, « La seconde.... Cette cohabitation se traduit également dans le passage du mot latin en anglais et en français : habit comme costume et habit comme habitude. Si l’adage latin exprimait déjà cette parenté : Sicut vestis corpus, it habitus vestit (L’habitus habille l’âme comme le vêtement le corps), les jeux vidéo, en tout cas certains d’entre eux, nous permettent de suivre, dans un milieu ordonné, cette dynamique de l’habitus. C’est en ce sens que dans le virtuel et ses industries, l’habitus rend possible l’inscription du corps dans une pratique essentiellement imaginaire, mais qui est implicitement une interactivité, naguère implicite, et aujourd’hui visible. Souvent la première action consiste à habiller son corps. Dans SecondLife, l’avatar est nu et neutre : il faut lui donner une identité, et cette identité se construit dans ses premiers gestes par les vêtements. Dans des jeux comme Halo, les vêtements sont en effet des uniformes qui spécifient des identités de groupe, des allégeances, des pouvoirs et surtout des choix explicites. La hiérarchie dans une grande partie de jeux participatifs est signifiée par les costumes et les pins, des marques de distinction qui délimitent le champ d’action du joueur.

32

Un autre élément frappant de ces liens entre l’habit et le virtuel est, bien sûr, les outils, en tout cas les premiers outils de la réalité virtuelle. Nous avons tous à l’esprit ces gadgets, ces objets d’augmentation qui permettaient naguère à l’individu d’interagir, par le corps, avec le virtuel ou ce que l’on a choisi de nommer la réalité virtuelle. Des gants, des casques, des tissus servaient comme d’interface entre le réel et le virtuel. La simulation se jouait dans l’acte, dans une forme du faire portée par le corps et ses gestes. L’habit était le moyen d’actualiser dans un espace dit virtuel. Il me semble important de revisiter cette itération du virtuel car elle mettait en place une forme primitive d’un dispositif qui explicite des formes implicites, intériorisées, d’action et de médiation. La force de l’habitus comme interface réside précisément dans cette circulation entre des formes d’action ordinaires et des actions émergentes. Reste à savoir si ces formes émergentes seront ouvertes au libre choix ou bien si elles seront soumises à des exploitations intelligentes des habitudes et des coutumes formées par les mondes virtuels. De ce point de vue, l’opinion de Jaron Lanier, l’inventeur de la Virtual Reality, est éloquente : « You are not a gadget [17][17] Jaron Lanier, You Are Not a Gadget. A Manifesto, New.... »

33

Dans son analyse de la dérive collective liée au virtuel, Lanier identifie un élément qui nous intéresse ici sans que nous partagions nécessairement toutes ses conclusions : les effets formatants et normatifs des espaces virtuels. Ses réflexions posent une question décisive, celle de la tension fondatrice entre efficacité structurante et écarts déterminants. Au fond, il s’agit d’interroger, dans le cadre de ces environnements virtuels, les rapports entre un déterminisme incarné par le formalisme du code, et par les algorithmes, et les configurations de dissemblance efficaces possibles. La tendance vers le collectif dans le jeu comme dans la sociabilité numérique remet en question la nature des liens entre l’individu et la collectivité car elle émane, dans ses déclinaisons, de pratiques qui sont façonnées par cet habitus virtuel. En d’autres termes, ce sont des formes d’intelligence qui semblent être en conflit ici. Intelligence collective, intelligence de groupe et intelligence de masse, d’une part, et une sorte d’intelligence de l’individu et de la singularité, voire de la distinction, d’autre part, qui se trouve valorisée d’autant plus que le contexte général semble soumis aux exigences d’une communauté.

34

Les enjeux sont à l’évidence importants surtout si l’on pense aux exploitations commerciales de ces relations. Mais ils sont également considérables dans la mesure où ils concernent une manière de penser les données, certaines données, et les liens entre traçabilité et mémoire. Si la traçabilité est l’incontournable de l’environnement numérique, elle est en même temps, dans le contexte des mondes virtuels et des jeux vidéo, une variation sur la mémoire qui met en scène corporéalité, présence et action. Les données sont ici, à la différence des traces ordinaires, souvent associées à des intentionnalités émanant de l’univers du jeu, des intentionnalités susceptibles de fonder des croyances et de communiquer des finalités. C’est bien ce glissement qui est, en fin de compte, une résultante d’un déplacement d’ordre diégétique qui me semble important, surtout dans un regard sur le virtuel tel qu’il se déploie de nos jours dans l’environnement numérique.

35

Il faut à ce stade, me semble-t-il, retourner vers les premières ébauches de cette « virtualisation » de la représentation de l’intelligence dans l’informatique et le numérique. Rappelons-nous que les deux textes fondateurs de l’intelligence artificielle comme moteur de l’informatique moderne, ceux de Von Neumann et de Turing, avaient pour objectif la construction d’une mémoire informatique capable d’accueillir les opérations et les résultats des instructions d’un ordinateur. Dans les deux cas, une forme de mimésis se révèle décisive. Pour Von Neumann, la structure des circuits de l’ordinateur théorique (EDVAC) reproduit et imite les structures des neurones. Von Neumann suggère que la transmission de l’information dans le système ressemble au télégraphe et que, à terme, il serait possible de reconstituer les mécanismes mémoriels au sein d’une machine. Il n’est pas question pour lui de spéculer sur une forme de pensée ou d’intelligence au sens fort du terme dans le contexte de la description de l’ordinateur. Pourtant, l’imitation occupe une place cruciale dans la conception comme dans la mise en œuvre de sa machine. Turing en revanche, tout en insistant sur la fonction de l’imitation, va construire un jeu dont le but premier est de permettre une évaluation des opérations de l’ordinateur, une évaluation qui est comparative. C’est par là qu’il innove car il rend possible, en dépassant les difficultés classiques posées par les définitions à la fois de la pensée et de l’intelligence, un espace ludique. Dans le cadre du jeu, les qualités ne sont pas absolues : elles sont plutôt relatives puisque les perceptions des joueurs, ou les résultats, déterminent les conclusions. Ainsi, dans sa version la plus simple, le Turing Test est une estimation et un dénombrement de ce qu’est, au cours d’une conversation, la reconnaissance de l’humain. Ce qui importe ici, c’est que l’ordinateur ou la machine est déjà un joueur, que c’est bien le jeu qui autorise son intelligence. Le contexte n’est pas seulement un prétexte ; il est un ancrage : il répond à une forme délibérative, il organise des échanges qui activent la mémoire sociale (reconnaître une homme ou une femme, dans le cas de Turing) en vue d’une appréciation de l’intelligence. L’interactivité, élémentaire en ce cas, est devenue aujourd’hui plus ample et surtout plus complexe et plus riche dans les environnements de divertissements numériques.

36

Le texte de Turing [18][18] Pour une version française des textes d’Alan Turing,... est d’autant plus révélateur qu’il met en scène le provisoire et l’éphémère comme modèle non pas de l’intelligence mais de l’apprentissage et de la pensée. La validité éphémère, c’est bien la condition de l’évolution algorithmique. Le numérique, dès ses premières origines, a toujours ainsi été l’expression d’une volonté de dépasser le calcul, tout calcul orienté vers des fonctionnalités précises, vers une connaissance du monde, un savoir sans limites. Une telle orientation implique un engagement continu dont la visée principale est le dépassement d’un certain inconnu, l’élimination progressive de l’ignorance. Ignorance de la réalité, de ses objets ; ignorance des comportements, des coutumes et des cultures. Ainsi, le numérique, dès son enfance, est habité par cette ambition portée par ce que Turing désigne comme la « validité éphémère » des règles constitutives du code informatique. Le code, on le sait aujourd’hui, est un discours, une dynamique d’apprentissage, qui ne cesse de modifier le contexte, tout contexte, et au fur et à mesure, de nous modifier. Déjà, chez Turing, la machine (il faudrait dire les machines, car le pluriel est essentiel, dans la mesure où Turing, dans ce texte fondateur, ne parle jamais de la machine sauf pour désigner ou bien son enfance ou bien son versant humain – « the human computer », l’humain), sa machine pensante, échappe aux règles, comme elle échappe à l’homme conçu, dans un premier temps, comme enseignant et instituteur. Une sorte de conversion numérique de la reconnaissance (l’élément déterminant du « jeu de l’imitation » à l’origine de la conception de ces machines), de la mimésis comme fondement de l’éducation et de l’apprentissage. Le codage est bien un dressage, mais dressage de l’humain. C’est en ce sens que le code, dans son déploiement actuel au sein des environnements numériques, réinvente l’habitus classique.

37

Ce premier jeu, d’une simplicité décevante, n’est en effet qu’un leurre. Comment passer de la première interrogation, de cette première question qui semble un défi philosophique et technique (les machines peuvent-elles penser ?), à ce déplacement sans fin qui ne cesse de modifier le statut de la pensée ? Comment expliquer aujourd’hui, dans le contexte de la naissance de l’informatique, que cette qualité tant désirée qu’est l’intelligence est le résultat d’une mise en scène d’un échange (ou de la simulation logique d’un tel échange), d’un dialogue, d’une conversation (encore une fois, une sociabilité dès les premiers pas du numérique) qui débouche sur une reconnaissance, une identification on ne peut plus primordiale : homme ou femme ? Ce qu’il importe de retenir pour notre propos, c’est que la conception de ces machines pensantes procède par une transformation radicale du monde : le monde est bel et bien un jeu, mais il est surtout une interface soumise aux exigences des machines. Ainsi va la conversion numérique, comme le jeu imaginé par Turing : des interfaces locales, avec des buts bien définis, on passe à la mutation du monde lui-même en interface, mais interface vers l’univers des machines pensantes, des machines apprenantes. L’humain n’est ni le modèle ni le paradigme ; il n’est qu’un point de départ, un trébuchement. Car ce qui caractérise la pensée, toute pensée, c’est bien cette capacité de sonder et de produire de l’imprévu, de découvrir de l’imprévisible. Les machines pensantes, ces enfants qui sont presque des tabula rasa, profitent de cette « validité éphémère » des règles afin d’habiter le monde hybride qu’elles ont en grande partie produit.

38

Cette vision, il s’agit d’insister sur ce point, n’est ni anti-humaniste ni transhumaniste. Elle n’est que la conséquence de la spécificité de l’informatique dans sa mutation en numérique. L’éphémère, l’imprévu, l’inconnu sont les agents de l’évolution du code et de sa participation au monde. Ainsi, le code n’est pas une simple exécution d’instructions (malgré leur complexité), ni exclusivement normatif, mais plutôt interactivité agissante, une sorte de pédagogie inversée, une éducation sans fin. Penser de nos jours la technique, c’est surtout et avant tout penser le code. Ce qui nécessite un nouveau regard sur la notion même de technique ancrée telle qu’elle l’est souvent dans des visions métaphysiques ou bien des pensées de médiation, alors que le numérique appelle une interprétation humaniste, mais au sens, pour reprendre l’expression de Turing, de l’ordinateur humain (« the human computer »). La « raison computationnelle », en tout cas pour Turing, n’est pas associée exclusivement à une exploitation mathématique ou statistique des données disponibles, ni à un formalisme dérivé de procédures logiques. Elle se nourrit des modifications créatrices permises par le jeu des « validités éphémères », par les tribulations de l’apprentissage, par l’émergence d’une culture, d’une civilisation fondée sur la paideia (l’« éducation »). C’est pour ces raisons que le numérique ou bien ces machines pensantes ne sont ni des monstres ni un Golem. Chez Turing, elles participent de l’imagination (le mot revient sans cesse dans le texte), elles sont en quelque sorte le produit d’une naturalisation effectuée par l’éducation et l’apprentissage. Dans ce contexte, les considérations actuelles sur le rôle ou le statut du numérique dans la formation souffrent en partie des faiblesses d’une conception trop technique.

39

Cette généalogie me semble révélatrice car elle explique en partie les orientations actuelles à la fois de la réalité virtuelle et de certains jeux vidéo. Comme on l’a vu rapidement avec l’habitus et l’habit, les périphériques de certains jeux incorporent les deux fonctions. Dans un premier temps, le modèle était celui de l’augmentation. Vint ensuite l’interface et on s’approche là de ce que l’on pourrait qualifier d’extension. Une augmentation pour que les fonctionnalités se projettent et s’amplifient dans l’espace d’un virtuel. L’interface est une phase transitoire, puis, avec la Wii et la Xbox 360, c’est la position et la mobilité du corps qui sont intégrées à l’espace virtuel. On retrouve ici des caractéristiques de l’habitus dans la manière dont il saisit à la fois l’apparence symbolique du corps dans un espace social hiérarchisé et l’expression de formes implicites de socialisation intégrées dans le paraître. Cette réalité rend compte également d’un changement de vocabulaire important, le passage de la « réalité virtuelle » vers le Métavers [19][19] http://fr.wikipedia.org/wiki/Métavers (traduction du « Metaverse » de Neal Stephenson dans Snow Crash[20][20] Un des avantages du Metavers est qu’il évite les débats...). Ce Méta-Univers (comme le dit Stephenson : « Le métavers est une invention de ma part, qui m’est venue à l’esprit quand j’ai réalisé que les mots existants (comme réalité virtuelle) étaient trop inadéquats pour être employés ») est censé réunir tous les éléments participant à notre réalité actuelle. Stephenson, qui avait déjà revisité les héritages de Von Neumann et de Turing dans Cryptonomicon, est pionnier dans l’articulation entre la fiction et la technique. Son Métavers, devenu synonyme de mondes virtuels persistants, illustre ce passage continuel entre la fiction et le numérique, qui nourrit à la fois l’imaginaire informant la construction des espaces sociaux et les utilisations les plus diverses des mondes persistants.

40

Pour mieux apprécier l’apport des romans de Neal Stephenson, il nous faudrait traverser toute son œuvre. Mais un regard rapide sur son dernier roman, Reamde, suffira car il participe d’une nouvelle tendance de la science-fiction et qui à mes yeux est aujourd’hui de l’ordre de la digi-fiction (je suis tenté de parler de Digital Fiction dans le sens où l’on parle de Digital Humanities, un nouveau genre qui s’élabore, au-delà du Cyberpunk et de ses dérivés, dans un dialogue avec l’écosystème numérique dans toutes ses dimensions). Digi Fiction désigne un genre émergent qui, pour la construction narrative, s’autorise des jeux vidéo, des personnages virtuels afin de nourrir la narration. Ce genre, dans ses usages les plus prometteurs, met en scène une réciprocité entre les mondes dits virtuels (jeux, mondes persistants, etc.) et la réalité décrite par la fiction. Si cette tendance n’est pas nouvelle, elle est de plus en plus marquée car elle rend visible les enjeux concernant le statut de la narration et surtout celui de la clôture narrative dans l’environnement numérique. L’exemple récent de la dernière version de Mass Effects  [21][21] Pour les détails de la controverse, voir l’article... est éloquent : le choix de la « conclusion » du jeu ne pouvait pas ignorer les options mises en œuvre par les joueurs. C’est bien la cohérence narrative du jeu qui était l’objet des polémiques, et la vie des personnages animés par les joueurs devaient décider des conclusions possibles du jeu.

41

Le passage de plus en plus prononcé entre fiction et jeux, entre numérique et vécu, entre informatique et numérique ne peut que se conjuguer avec les nouvelles formes de sociabilité et les rapports entre l’individu et le collectivité. De nos jours, si le village est devenu global et les moyens de communication universels, le local reprend ses droits et son autorité au nom de la nouvelle géographie humaine portée par la géolocalisation et ses effets sur l’environnement et les usages numériques. Le numérique modifie et la ville et le village ; il dessine un nouvel espace partagé entre réel et numérique. L’espace hybride de la culture numérique constitue une nouvelle manière de faire société, avec ses mythes, ses inédits et ses utopies. L’humanisme numérique est une manière de penser cette nouvelle réalité. Lévi-Strauss a déjà perçu à sa manière cette mutation à travers le regard comparatif qu’il porte sur l’Occident et le Japon. Dans un chapitre intitulé « Sengai. L’art de s’accommoder au monde », il remarque : « Dans la France d’aujourd’hui, seuls mériteraient d’être appelés calligraphes les auteurs d’inscriptions dites “tags”, lisibles pour les initiés sur les murs et les voitures du métro [22][22] Claude Lévi-Strauss, op. cit., p. 50.. » Nouveaux auteurs, nouvelle forme de calligraphie, portés par des signes et des lectures en mutation. C’est bien ce même jeu entre le social et l’individuel aujourd’hui nourri par le numérique qui constitue la cohérence et la pertinence de l’humanisme.

Nouvelle éthique ?

42

Le numérique est certes un produit occidental, mais il est aujourd’hui une réalité globale. Les modèles qui sous-tendent le fonctionnement du numérique sont tous ou presque tous dérivés de l’expérience occidentale : le document et ses évolutions comme ses valeurs, la notion de personne et d’identité, le concept de patrimoine et d’archive, les représentations visuelles des manipulations et de leurs symboles (icônes, etc.). Tous ces éléments devenus la vulgate de notre expérience quotidienne, y compris la notion d’amitié, simplifiée et transformée en agent constitutif de la sociabilité numérique, sont les produits de l’exploitation technique des catégories historiques et socio-culturelles occidentales. Une question demeure : comment, dans ce contexte, imaginer l’évolution de l’environnement numérique, selon des chemins qui ne seront plus exclusivement ceux de l’Occident et de ses concepts et ses catégories ? Les pratiques démocratiques elles-mêmes semblent être modifiées par le numérique, ainsi que l’illustre le cas du Printemps arabe.

43

Si l’on cherche un regard philosophique sur cet humanisme, il nous faut relire, dans le contexte actuel, le texte de Husserl prononcé en 1935 sous le titre (français) de La Crise de l’humanité européenne et la philosophie[23][23] Traduction française du texte de Husserl disponible.... L’argument de la « Krisis » se déploie autour d’une problématique qui articule trois humanismes : un humanisme fondateur, abstrait et théorique et issu du savoir et de la philosophie grecque, un humanisme théorique développé à partir de la Renaissance et ses savoir-faire, et, enfin, un humanisme européen (il faut entendre ici occidental), celui de la crise de la première moitié du xx e siècle. Husserl, à sa manière, pose le problème fondamental qui est le nôtre aujourd’hui avec la culture numérique et ses ambitions universelles : les trois humanismes identifiés par Husserl montrent que la crise vient du clivage de plus en plus prononcé entre les sciences dites exactes et les sciences de l’esprit. En d’autres termes, l’écart entre des paradigmes d’exactitude et de mesurabilité, et leurs formes de rationalité, et des valorisations d’ordre culturel. Les analyses de Husserl mettent en question l’universalité de la rationalité scientifique et technique, et nous ajouterons, de nos jours, numérique en rappelant le rôle fondateur de la communauté dans la production et le partage du savoir. Ce qui explique sa conclusion, renvoyant à la paideia grecque, dans son sens le plus simple mais le plus efficace et pour nous le plus pertinent : une transmission du savoir qui élimine, théoriquement, le non-savoir. Une pédagogie qui est une responsabilité collective, inscrite dans la structure même de la polis. Une pédagogie nous invitant à revisiter les liens entre sciences et cultures et à favoriser ce que j’ai choisi de nommer humanisme numérique [24][24] Une autre vision des liens entre l’humanisme et le....

44

Cet humanisme numérique est en quelque sorte une anthropologie philosophique non pas du virtuel mais tout simplement du numérique dans toute sa diversité et sa densité. Pour l’anthropologue, les moyens de communication modernes, tout en intensifiant les relations, accentuent l’inauthenticité des échanges en introduisant une couche bureaucratique, une sorte d’éloignement et de fragmentation inscrits dans un cadre à la fois administratif et global. L’échelle globale des structures de communication et de ce qu’on a choisi plus tard d’appeler la société de l’information invite l’anthropologue à repenser, au moins en partie, les concepts et les catégories premières de son travail. Le terrain, la méthode, les formes d’échanges et surtout les manières de tisser le lien social sont à revoir.

45

Cette conversion de nos sociétés appelle de nouvelles compétences, de nouvelles littératies. Il ne suffit plus de savoir lire et de savoir écrire, il nous faut maintenant d’autres savoirs et de nouvelles pédagogies. Des savoirs issus du numérique, de ses critères émergents et de ses repères propres. Il est certes possible de voir dans le numérique une nouvelle convergence entre l’humanité et la technologie. Si tel est le cas, il ne s’agit nullement de renouer avec les divers discours et théories transhumanistes, apôtres d’une utopie du progrès. Loin de là. Il s’agira au contraire de déployer une pensée pragmatiste et politique : accepter les mutations introduites par le numérique et insister sur l’indissociabilité de nos valeurs et de l’accès au contenu ne sont que les premiers pas dans notre aventure avec cette nouvelle technologie devenue partie intégrale de notre existence. Le numérique est une nouvelle manière de fabriquer de la mémoire et de l’interpréter. En ce sens, il nous oblige à repenser nos rapports avec ce qui est déjà mémorisé mais également à imaginer de nouvelles façons de préserver et exploiter nos productions purement numériques. Les enjeux sont énormes car nous vivons une période de transition dans laquelle la gestion de cette mémoire, des écrits comme des identités est floue et indécise. Notre défi est de travailler ensemble sur les modalités d’une nouvelle forme de gestion de la mémoire, de l’identité et du savoir, et d’élaborer une éthique.

46

Et cette éthique est à inventer car elle se situe entre les deux éthiques identifiées par Max Weber, celle de l’homme politique et celle du savant. Deux éthiques, l’une animée par la conviction, la seconde par la responsabilité. Les conflits d’autorité et de légitimité, tout comme les pratiques émanant du code, nous incitent à trouver une autre voie. C’est bien là le projet d’un humanisme numérique.

Notes

[1]

Ce texte reproduit une conférence, légèrement modifiée, prononcée à l’Institut Français de l’Éducation en mai 2012. Je tiens à remercier Yves Winkin pour son chaleureux accueil.

[2]

Pour la Web Science, voir http ://webscience.org/web-science/about-web-science/ et pour une idée des projets associés à cette science émergente : http ://webscience.org/web-science/studying-web-science/ Et un exposé de Tim Berners-Lee : http ://www.w3.org/2007/Talks/1018-websci-mit-tbl/#(1)

[3]

Pour une nouvelle perspective économique plus adaptée aux réalités de l’environnement numérique, voir les travaux en ligne de Philippe Aigrain autour des « échanges non marchands », et surtout « non sharing » [http ://www.sharing-thebook.com].

[4]

De la page d’accueil (Home Page) à la ville et la maison. Disons la demeure. C’est le nouveau paysage qui se dessine avec le numérique aujourd’hui. La ville intelligente (Smart City), terre promise qui semble conjuguer gestions de données, participation citoyenne et interactivité, n’est, en fin de compte, en tout cas dans sa version la plus idéale et la plus complète, qu’un reflet de la conversion de la manière dont on a commencé à vivre dans l’environnement numérique. Sur ces questions, je me permets de renvoyer à mon livre L’imaginaire de l’intelligence (Paris, Seuil, à paraître en 2014).

[5]

Donald E. Knuth, Literate Programming, Stanford, Center for the Study of Language and Information, 1992.

[6]

Sur PageRank, voir les travaux de Dominique Cardon, « Dans l’esprit du PageRank, Une enquête sur l’algorithme de Google », Réseaux, 2013, 177, p. 63-95. Disponible en ligne [http://halshs.archives-ouvertes.fr/].

[7]

Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, Puf, « Quadrige », 1950, rééd. 2013, et l’introduction de Claude Lévi-Strauss qui note déjà, en renvoyant aux pères de la science de l’information, que « le problème ethnologique est donc, en dernière analyse, un problème de communication… » (p. XXXII).

[8]

Alain Giffard, Critique de la lecture numérique, Bulletin des Bibliothèques de France, 2011, tome 65, no 5. En ligne [http ://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2011-05-0071-013].

[9]

Émile Benveniste, Dernières leçons, 1968 et 1969, Paris, Seuil/Gallimard, « Hautes Études », 2012, p. 109 et p. 114.

[10]

Film réalisé par Richard Fleischer et sorti en 1966.

[11]

Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil, « La Librairie du xxi e siècle », 2011.

[12]

Claude Lévi-Strauss, L’Anthropologie face aux problèmes du monde moderne, Paris, Seuil, « La Librairie du xxi e siècle », 2011, p. 42.

[13]

Lorenzo Valla, La Donation de Constantin, Paris, Les Belles Lettres, 1993, tr. J.-B. Giard.

[14]

Marcel Mauss, « Les techniques du corps », in Techniques, technologie et civilisation, Paris, Puf, « Quadrige », 2012.

[15]

Claude Lévi-Strauss, op. cit., p. 53.

[16]

Voir l’excellent texte de de François Héran, « La seconde nature de l’habitus. Tradition philosophique et sens commun dans le langage sociologique », Revue française de sociologie, 1987, vol. 28, n° 3, p. 385-416.

[17]

Jaron Lanier, You Are Not a Gadget. A Manifesto, New York, Vintage Books, 2011. Le livre a donné lieu a de multiples polémiques. Lanier est, dans un sens très précis, l’héritier de Norbert Wiener, surtout dans la perspective de son essai God & Golem, Inc (Cambridge, Ma., MIT Press, 1966), disponible en ligne [http://luisguillermo.com/diosygolem/god_and_golem_inc.pdf].

[18]

Pour une version française des textes d’Alan Turing, voir La Machine Turing, Paris, Seuil, « Points », 1995, édition de Jean-Yves Girard.

[19]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Métavers

[20]

Un des avantages du Metavers est qu’il évite les débats autour du mot virtuel, son histoire et ses usages philosophiques dans le cadre de l’environnement numérique. Neal Stephenson, Snow Crash, Bantam Spectra Books, [1992] 2000 et pour la traduction française, Le Samouraï virtuel, Paris, Librairie générale française, 2000.

[21]

Pour les détails de la controverse, voir l’article de Wikipedia disponible en ligne [http://fr.wikipedia.org/wiki/Mass_Effect_3].

[22]

Claude Lévi-Strauss, op. cit., p. 50.

[23]

Traduction française du texte de Husserl disponible en ligne [http ://www.ac-grenoble.fr/PhiloSophie/file/husserl_depraz.pdf].

[24]

Une autre vision des liens entre l’humanisme et le technologique se retrouve chez Gilbert Simondon, dans le cadre de l’encyclopédisme et de l’émergence de la technique. Voir par exemple, Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier, 2001.

Plan de l'article

  1. Informatique et numérique
  2. Le code, un être culturel
  3. La confiance sociale
  4. Transhumanismes
  5. Digi Fictions
  6. Nouvelle éthique ?

Chapitre précédent Pages 5 - 55 Chapitre suivant Avec le soutien du Avec leur soutien

Cairn.info

  • À propos de Cairn.info
  • Institutions clientes
  • Services aux éditeurs
  • Services aux institutions
  • Services aux particuliers
  • Conditions d’utilisation
  • Conditions de vente
  • Droit de rétractation
  • Vie privée

English version

Outils

Mon Cairn.info

  • Créer un compte
  • Me connecter
  • Mon panier

Cairn.info utilise des cookies à des fins de statistiques. Ces données anonymes nous permettent ainsi de vous offrir une expérience de navigation optimale. En continuant votre visite vous acceptez de recevoir ces cookies. Vous pouvez toutefois les désactiver dans les paramètres de votre navigateur web. En savoir plus

© 2010-2018 Cairn.info

01/05/2019

DiffuserVision 21,Un nouveau grand défi>Comment connecter plus de personnes avec un accès à Internet et à la technologie, quels que soient leur âge, leur emplacement, leur formation ou leurs capacités?

0GR3TXHD_400x400SR.jpgLearn, Meet, Discover, Exchange, Collaborate, Connect, Anywhere, Anytime, Any device, the people..by the people, everything

Vision 21, making a difference to lives, through learning & work placements.

Digital Workplace FranceWeb Solutions Collaboratives

FranceWebAsso Travail collaboratif

Dipl.Ing.StefanV.Raducanu

FranceWebSharing ->Connect&Share>>Networking the World

Join the millions who trust  MyNewsCenterNavigator.

"Ensemble tout est possible"

La nouvelle société du savoir !

"Société pionnière"

Pour Vous et avec Vous.

Un univers de possibilités : 1n

 

FranceWebAsso: C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

2021.jpg

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"

 

 SocSav21,FranceWeb,Solidage verge d'or,  1n

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Mutualisons nos connaissances pour imaginer, créer et innover

« Donnant-donnant »

Parce qu’une économie de la connaissance est une économie de l’innovation, elle se place en rupture par rapport aux anciens schémas pour proposer un modèle de société créative, responsable et solidaire. Une économie de polarisation des savoirs et des liens sociaux pour cultiver tous les maillages possibles au développement d’un écosystème harmonieux et durable.

Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance est primordial pour notre pays dans l'avenir. Rénover la démocratie.

e-Collaboration , le travail en réseau et l’efficacité collective : modèle de développement pour la réussite

2 maini.jpg« Comment réussir dans un monde d’égoïstes »

Chaque choix que nous faisons correspond à la satisfaction d’un besoin à l’instant T. Nous prenons des décisions en fonction de ce qui nous semble être le mieux pour nous au moment où nous les prenons. Mais la vie est un mouvement, une évolution constante. Ce qui était valable hier ne l’est peut-être déjà plus aujourd’hui, alors demain ?Tous, entrepreneurs de la connaissance

Le concept s’appuie sur trois axes en interactions

AGILITE, INNOVATION, EMPOWERMENT

Knowledge Sharing for a more agile, innovative and engaged organisation.

FRANCEWEB un instrument d’intelligence collective ! 

Une attitude face à Internet, aux bases de données, à l'accès à l'information.

Une attitude face au progrès et à l'avenir.

FRANCEWEB n'est pas seulement un portail, un annuaire, un moteur de recherche, une communauté virtuelle, un forum, un site de marques, simple interface, ou un magnifique outil de marketing personnalisé...C’est tout en un. C’est un état d’esprit…Réussir l’impossible.

Le pisciacais Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,L'Humain demain,La nouvelle société du savoir !Pour Vous et avec Vous. Société contributive, projet architectural majeur du 21ème siècle

Avec le n°1 mondial de la collaboration en ligne

21centurywebarchive,a day in the world of francewebasso,a propos du réseau,about sru,about us,accueil,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,amour,annonces,annonceurs,archive 21 siècle,archiveweb21,art de vivre,articles,blog,bonheur,bonheurologie,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,coach,collaboratif,collections,consulting,culture,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,entreprise,e-global,events,...,exposants,faisons connaissance,femmes,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebasso,initiatives,innovation,international,internet,invitation«La terre est notre Communauté virtuelle»

Stefan V.Raducanu et son temps -> créateur du nouveau monde..

Je forme une entreprise qui n'a jamais eu d'exemple, et dont l'exécution n'aura point d'imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans tout la vérité de la nature; et cet homme, c'est moi.

L'entreprise ressemble à une réserve naturelle, comme une île au centre de l'Europe, ou une espèce protégée vit- plutôt bien - à l'abri du chômage et des désordres politiques et sociaux. Aucun autre Etat au monde ne pratique en même temps la démocratie directe, le fédéralisme, la neutralité, la paix du travail et le compromis systématique. C'est le modèle "Nouvelle société du savoir, société du XXIe siècle"

0GR3TXHD_400x400SR.jpg20150119_111926.jpgLa planète est mon village !

Building Global Community

The World is our Workplace. Let's work togheter.

Collaborate, Communicate, Connect...24/7/365.

The Infinite Archive. Storing bits for 100 years.

myarchive21century,today's headlines,francewebasso*,mynewscenternavigator,breaking news from around the world,economie,technologie,sciences,sports,loisirs,politics...better access to all sources... FRENCHY ASSOCIATION FRANCE WEB

Social Media Management Platforms, The Intelligent Social Workflow, Competitive Analytics Platforms.

ASSOCIATION  FRANCOPHONE  DES UTILISATEURS  DU  WEB, POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE  DE LA SOCIÉTÉ EN RÉSEAU ET DE L’ÉCONOMIE DE LA CONNAISSANCE

N'attendez pas votre place, créez-la!

Beau, Bien, Bon, programmez votre cerveau pour le bonheur

Mobiliser l’intelligence collective 

Je souhaite que FranceWeb soit une communauté virtuelle ouverte et tournée vers l'avenir et à ce titre , qu'elle s'enrichisse de l'apport d'autres cultures, d'autres expériences. Dans une société mondialisée, ou la communication est plus que jamais facilitée par les TIC, vous avez à votre disposition tous les moyens pour établir des contacts à l'autre bout de la planète.

StefanV.Raducanu,Président FranceWeb

Profitez de notre innovation

La Gestion des Connaissances

Le Travail au XXI siècle.jpgEt si, plutôt que d'être la source de tous nos maux, les nouvelles technologies de l'information et de la communication créaient des emplois et annonçaient des évolutions favorables pour les travailleurs? C'est la thèse de ce blog qui ouvre des perspectives optimistes mais réalistes sur l'avenir du monde du travail, bientôt composé d'entreprises virtuelles dont les employés se retrouveront sur réseau. -- Idées clés, par Business Digest

Nous identifions les signaux faibles et les tendances de fond en matière de leadership et de conduite d’affaire dans le monde ; Avec notre comité scientifique et notre réseau d’experts nous sélectionnons les meilleures idées.

Un observatoire, dénicheur d’idées et tendances

Your instant Connection to Local, Regional, National and World News 1 clic

''MyNewsCenterNavigator''

One destination used by 5 millions of people.

 All global sources in one app!  Newspapers, Radio, Tv, in local, regional, national , international . A quick way to browse and read Global News.

 LOCAL -  REGIONAL -  NATIONAL -  INTERNATIONAL

 WEB PAGES, NEWSPAPERS, ARTS, ARTICLES, NEWSGROUPS, BLOGS, BRIEFING, BUSINESS, CULTURE, ECONOMIY, ENTREPRENEURS, EDUCATION, FINANCE, IDEAS, HEALTH, MARKETS, LEADERSHIP, LIFE, LIVING, MULTIMEDIA, OPINION, SPORTS, TECHNOLOGY, TECH, WORLD, WHEATHER,  POLITICS,  PUBLIC DATABASES, MAILING LISTS AND MORE...

Comment rendre le monde meilleur

Place à la vie...dans les espaces où vous en avez besoin. Posez-vous la question : qu'est-ce que j'aime faire le plus ? Puis sautez le pas et regardez notre site en conséquence. Peut-être avez-vous besoin d'espace pour un nouveau départ, une passion retrouvée ou simplement pour le plaisir de regarder votre blog préféré pendant des heures. Chaque jour, nous vous accueillons dans un univers où vous trouverez l'inspiration pour faire place à ce que vous désirez et à ce qu'il vous faut vraiment dans la vie.

Trouvez l'inspiration en ligne

À quoi voulez-vous accorder plus de place dans votre vie ? C’est la philosophie de ce blog, attendu avec impatience comme chaque jour. Visitez notre site pour trouver encore plus d'inspiration grâce à des informations, des astuces et des idées. Enregistrez vos articles favoris sur votre support en deux clics et partagez-la avec votre famille et vos amis, partout dans le monde avec 

1agld1r.gifMY NEWS CENTER NAVIGATOR.

Ne ratez rien à l'actualité

Abonnez-vous à ce site pour recevoir par e-mail l'actualité. Venez participer et apporter votre expertise sur PoissySmartCity

Nous sommes au bord d'une révolution technologique qui modifiera fondamentalement notre façon de vivre, de travailler et de tisser des liens les uns avec les autres. De par son ampleur, sa portée et sa complexité, la transformation sera différente de tout ce que l’humanité a connu auparavant. Nous ne savons pas encore comment cela va se dérouler, mais une chose est claire: la réponse doit être intégrée et globale et impliquer toutes les parties prenantes du système politique mondial, des secteurs public et privé aux universités et à la société civile.

La première révolution industrielle utilisait de l'eau et de la vapeur pour mécaniser la production. La deuxième utilisait l'énergie électrique pour créer une production de masse. La troisième utilisait l’électronique et les technologies de l’information pour automatiser la production. Maintenant, une quatrième révolution industrielle s'appuie sur la troisième, la révolution numérique en cours depuis le milieu du siècle dernier. Il se caractérise par une fusion de technologies qui brouille les frontières entre les sphères physique, numérique et biologique.

Il y a trois raisons pour lesquelles les transformations d'aujourd'hui ne représentent pas simplement un prolongement de la troisième révolution industrielle, mais plutôt l'arrivée d'une quatrième et distincte: l'impact sur la vitesse, la portée et les systèmes. La vitesse des percées actuelles n'a pas de précédent historique. Comparée aux révolutions industrielles précédentes, la quatrième évolue à un rythme exponentiel plutôt que linéaire. En outre, cela perturbe presque toutes les industries dans tous les pays. Et l'ampleur et la profondeur de ces changements annoncent la transformation de systèmes entiers de production, de gestion et de gouvernance.

Les possibilités offertes à des milliards de personnes connectées via des appareils mobiles, avec une puissance de traitement, une capacité de stockage et un accès au savoir sans précédent, sont illimitées. Et ces possibilités seront multipliées par les percées technologiques émergentes dans des domaines tels que l'intelligence artificielle, la robotique, l'Internet des objets, les véhicules autonomes, l'impression 3D, la nanotechnologie, la biotechnologie, la science des matériaux, le stockage de l'énergie et l'informatique quantique.

Déjà, l’intelligence artificielle nous entoure, des voitures et drones autonomes aux assistants virtuels, en passant par les logiciels qui traduisent ou investissent. L'intelligence artificielle a considérablement progressé ces dernières années, grâce à l'augmentation exponentielle de la puissance de calcul et à la disponibilité de vastes quantités de données, des logiciels utilisés pour découvrir de nouveaux médicaments aux algorithmes servant à prédire nos intérêts culturels. Les technologies de fabrication numérique, quant à elles, interagissent quotidiennement avec le monde biologique. Des ingénieurs, des concepteurs et des architectes associent conception informatique, fabrication additive, ingénierie des matériaux et biologie synthétique pour créer une symbiose entre les microorganismes, notre corps, les produits que nous consommons et même les bâtiments que nous habitons.

Défis et opportunités

À l'instar des révolutions qui l'ont précédée, la quatrième révolution industrielle a le potentiel d'augmenter les niveaux de revenus mondiaux et d'améliorer la qualité de vie des populations du monde entier. À ce jour, ceux qui en ont le plus profité sont les consommateurs qui ont les moyens d’acheter le monde numérique et d’y accéder; La technologie a rendu possibles de nouveaux produits et services qui augmentent l'efficacité et le plaisir de nos vies personnelles. Commander un taxi, réserver un vol, acheter un produit, payer, écouter de la musique, regarder un film ou jouer à un jeu - tout cela peut maintenant être fait à distance.

À l'avenir, l'innovation technologique conduira également à un miracle de l'offre, avec des gains d'efficacité et de productivité à long terme. Les coûts de transport et de communication diminueront, la logistique et les chaînes d'approvisionnement mondiales deviendront plus efficaces et le coût du commerce diminuera, ce qui ouvrira de nouveaux marchés et stimulera la croissance économique.

Dans le même temps, comme l'ont souligné les économistes Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, la révolution pourrait générer une plus grande inégalité, notamment en ce qu'elle pourrait perturber les marchés du travail. Alors que l’automatisation remplace le travail dans l’ensemble de l’économie, le déplacement net de travailleurs par des machines pourrait exacerber l’écart entre les rendements du capital et les rendements du travail. D'autre part, il est également possible que le déplacement de travailleurs par la technologie se traduise, globalement, par une augmentation nette du nombre d'emplois sûrs et enrichissants.

À ce stade, nous ne pouvons prédire quel scénario est susceptible d’apparaître, et l’histoire suggère que le résultat sera probablement une combinaison des deux. Cependant, je suis convaincu d'une chose: à l'avenir, le talent, plus que le capital, représentera le facteur critique de la production. Cela créera un marché du travail de plus en plus séparé en segments «faiblement qualifiés / faiblement rémunérés» et «hautement qualifiés / hautement rémunérés», ce qui entraînera une augmentation des tensions sociales.

En plus d'être une préoccupation économique clé, les inégalités représentent la plus grande préoccupation sociétale associée à la quatrième révolution industrielle. Les principaux bénéficiaires de l'innovation ont tendance à être les fournisseurs de capital intellectuel et physique - les innovateurs, les actionnaires et les investisseurs -, ce qui explique l'écart de plus en plus grand entre les personnes dépendantes du capital et du travail. La technologie est donc l’une des principales raisons pour lesquelles les revenus ont stagné, voire diminué, pour la majorité de la population des pays à revenu élevé: la demande de travailleurs hautement qualifiés a augmenté tandis que la demande de travailleurs moins scolarisés et moins qualifiés a diminué . Le résultat est un marché du travail avec une forte demande dans les hauts et les bas, mais un creux du milieu.

Cela aide à comprendre pourquoi tant de travailleurs sont déçus et craignent que leurs revenus réels et ceux de leurs enfants continuent de stagner. Cela aide également à expliquer pourquoi les classes moyennes du monde entier éprouvent de plus en plus un sentiment d'insatisfaction et d'injustice omniprésent. Une économie gagnante qui n'offre qu'un accès limité à la classe moyenne est la recette du malaise démocratique et de la négligence.

Le mécontentement peut également être alimenté par l'omniprésence des technologies numériques et la dynamique de partage de l'information caractérisée par les médias sociaux. Plus de 30% de la population mondiale utilise désormais des plateformes de médias sociaux pour se connecter, apprendre et partager des informations. Dans un monde idéal, ces interactions fourniraient une opportunité pour la compréhension et la cohésion interculturelles. Cependant, ils peuvent également créer et propager des attentes irréalistes quant à ce qui constitue le succès d'un individu ou d'un groupe, et offrir des opportunités de diffusion d'idées et d'idéologies extrêmes.

L'impact sur les affaires

Un thème sous-jacent dans mes conversations avec les chefs de la direction et les dirigeants d’entreprise du monde entier est que l’accélération de l’innovation et la vitesse de perturbation sont difficiles à comprendre ou à anticiper et que ces facteurs constituent une source de surprise constante, même pour les mieux connectés et les mieux informés. . En effet, dans tous les secteurs, il apparaît clairement que les technologies qui sous-tendent la quatrième révolution industrielle ont un impact majeur sur les entreprises.

Du côté de l'offre, de nombreuses industries voient l'introduction de nouvelles technologies qui créent de toutes nouvelles manières de répondre aux besoins existants et perturbent considérablement les chaînes de valeur de l'industrie existante. Les perturbations proviennent également de concurrents agiles et novateurs qui, grâce à l'accès à des plateformes numériques mondiales de recherche, développement, marketing, vente et distribution, peuvent se débarrasser plus rapidement que jamais de fournisseurs déjà établis en améliorant la qualité, la vitesse ou le prix auxquels la valeur est livrée.

Des changements importants se produisent également du côté de la demande, alors que la transparence croissante, l'engagement des consommateurs et les nouveaux modes de comportement des consommateurs (de plus en plus fondés sur l'accès aux réseaux mobiles et aux données) forcent les entreprises à adapter leur manière de concevoir, de commercialiser et de fournir des produits et services. .

Une tendance clé est le développement de plates-formes basées sur la technologie qui combinent à la fois la demande et l’offre pour perturber les structures industrielles existantes, telles que celles que nous voyons dans l’économie du «partage» ou «à la demande». Ces plates-formes technologiques, rendues faciles à utiliser par le smartphone, rassemblent des personnes, des actifs et des données, créant ainsi de toutes nouvelles façons de consommer des biens et des services. En outre, ils permettent aux entreprises et aux particuliers de créer des richesses, modifiant ainsi l’environnement personnel et professionnel des travailleurs. Ces nouvelles entreprises de plate-forme se multiplient rapidement pour inclure de nombreux nouveaux services, allant de la lessive au shopping, des tâches ménagères au parking, des massages aux voyages.

Globalement, la quatrième révolution industrielle a quatre effets principaux sur les affaires: sur les attentes des clients, sur l'amélioration des produits, sur l'innovation collaborative et sur les formes organisationnelles. Qu'il s'agisse de consommateurs ou d'entreprises, les clients sont de plus en plus au centre de l'économie, ce qui consiste à améliorer les services fournis aux clients. De plus, les produits et services physiques peuvent maintenant être améliorés avec des fonctionnalités numériques qui augmentent leur valeur. Les nouvelles technologies rendent les actifs plus durables et résilients, tandis que les données et les analyses transforment la manière dont elles sont gérées. Un monde d’expériences client, de services basés sur des données et de performance des actifs grâce à l’analyse requiert de nouvelles formes de collaboration, en particulier compte tenu de la rapidité avec laquelle l’innovation et les bouleversements se produisent. Enfin, l’émergence de plates-formes mondiales et d’autres nouveaux modèles commerciaux signifie que le talent, la culture et les formes d’organisation devront être repensés.

Globalement, le passage inexorable de la numérisation simple (troisième révolution industrielle) à une innovation reposant sur une combinaison de technologies (la quatrième révolution industrielle) oblige les entreprises à réexaminer leur manière de faire des affaires. Toutefois, l’essentiel est le même: les dirigeants d’entreprise et les cadres supérieurs doivent comprendre l’évolution de leur environnement, remettre en question les hypothèses de leurs équipes opérationnelles et innover sans cesse et sans cesse.

L'impact sur le gouvernement

Alors que les mondes physique, numérique et biologique continuent de converger, les nouvelles technologies et plateformes permettront de plus en plus aux citoyens de dialoguer avec les gouvernements, d'exprimer leurs opinions, de coordonner leurs efforts et même de contourner le contrôle des autorités publiques. Simultanément, les gouvernements disposeront de nouveaux pouvoirs technologiques pour renforcer leur contrôle sur les populations, grâce à des systèmes de surveillance omniprésents et à la capacité de contrôler les infrastructures numériques. Dans l'ensemble, toutefois, les gouvernements seront de plus en plus confrontés à la nécessité de modifier leur approche actuelle en matière d'engagement du public et d'élaboration des politiques, à mesure que leur rôle central dans la conduite de la politique diminue en raison de nouvelles sources de concurrence, de la redistribution et de la décentralisation du pouvoir que les nouvelles technologies permettent.

En fin de compte, la capacité d'adaptation des systèmes gouvernementaux et des autorités publiques déterminera leur survie. S'ils s'avèrent capables de s'adapter à un monde de changements perturbateurs, en soumettant leurs structures aux niveaux de transparence et d'efficacité qui leur permettront de conserver leur avantage concurrentiel, ils persisteront. S'ils ne peuvent pas évoluer, ils devront faire face à des problèmes croissants.

Cela sera particulièrement vrai dans le domaine de la réglementation. Les systèmes actuels de politique publique et de prise de décision ont évolué parallèlement à la deuxième révolution industrielle, lorsque les décideurs ont eu le temps d'étudier un problème spécifique et d'élaborer la réponse nécessaire ou le cadre réglementaire approprié. L'ensemble du processus a été conçu pour être linéaire et mécaniste, en suivant une approche stricte «du haut vers le bas».

Mais une telle approche n'est plus réalisable. Compte tenu de la rapidité avec laquelle la quatrième révolution industrielle évolue et de ses vastes répercussions, les législateurs et les régulateurs sont confrontés à un défi sans précédent et se révèlent, dans la plupart des cas, incapables de faire face.

Comment, alors, peuvent-ils préserver l'intérêt des consommateurs et du grand public tout en continuant à soutenir l'innovation et le développement technologique? En adoptant une gouvernance «agile», tout comme le secteur privé a de plus en plus adopté des réponses agiles au développement de logiciels et aux opérations commerciales en général. Cela signifie que les régulateurs doivent continuellement s'adapter à un nouvel environnement en mutation rapide, se réinventer pour pouvoir vraiment comprendre ce qu'ils réglementent. Pour ce faire, les gouvernements et les organismes de réglementation devront collaborer étroitement avec les entreprises et la société civile.

La quatrième révolution industrielle aura également un impact profond sur la nature de la sécurité nationale et internationale, affectant à la fois la probabilité et la nature du conflit. L’histoire de la guerre et de la sécurité internationale est l’histoire de l’innovation technologique, et aujourd’hui ne fait pas exception. Les conflits modernes impliquant des États sont de plus en plus «hybrides», combinant des techniques de champ de bataille traditionnelles et des éléments précédemment associés à des acteurs non étatiques. La distinction entre guerre et paix, combattant et non combattant, et même violence et non-violence (pensez cyber guerre) devient de plus en plus floue.

Au fur et à mesure que ce processus se déroulera et que les nouvelles technologies telles que les armes autonomes ou biologiques deviendront plus faciles à utiliser, les individus et les petits groupes se joindront de plus en plus à la capacité des États de causer des dommages massifs. Cette nouvelle vulnérabilité entraînera de nouvelles craintes. Parallèlement, toutefois, les progrès technologiques permettront de réduire l’ampleur ou l’impact de la violence, par le développement de nouveaux modes de protection, par exemple, ou par une précision accrue du ciblage.

L'impact sur les gens

La quatrième révolution industrielle, enfin, changera non seulement ce que nous faisons mais aussi qui nous sommes. Cela affectera notre identité et tous les problèmes qui y sont associés: notre sens de la vie privée, nos notions de propriété, nos habitudes de consommation, le temps que nous consacrons au travail et aux loisirs, et comment nous développons notre carrière, cultivons nos compétences, rencontrons des gens, et entretenir des relations. Cela change déjà notre santé et conduit à un soi «quantifié», et plus tôt que nous ne le pensons, cela peut conduire à une augmentation humaine. La liste est interminable car elle n’est liée que par notre imagination.

Je suis un grand enthousiaste et un adepte précoce de la technologie, mais je me demande parfois si l'intégration inexorable de la technologie dans nos vies pourrait réduire certaines de nos capacités humaines par excellence, telles que la compassion et la coopération. Notre relation avec nos smartphones en est un exemple. Une connexion constante peut nous priver de l’un des atouts les plus importants de la vie: le temps de faire une pause, de réfléchir et d’engager une conversation enrichissante.

La protection de la vie privée est l’un des plus grands défis des nouvelles technologies de l’information. Nous comprenons instinctivement pourquoi c'est si essentiel. Pourtant, le suivi et le partage des informations nous concernant sont un élément crucial de la nouvelle connectivité. Les débats sur des questions fondamentales telles que l'impact sur nos vies intérieures de la perte de contrôle sur nos données ne feront que s'intensifier dans les années à venir. De même, les révolutions en cours dans la biotechnologie et l'IA, qui redéfinissent ce que signifie être humain en repoussant les seuils actuels de durée de vie, de santé, de cognition et de capacités, nous obligeront à redéfinir nos limites morales et éthiques.

Entrevoir l'avenir

Ni la technologie ni la perturbation qui en découle ne constituent une force exogène sur laquelle les humains n’ont aucun contrôle. Nous sommes tous responsables de guider son évolution, dans les décisions que nous prenons quotidiennement en tant que citoyens, consommateurs et investisseurs. Nous devrions donc saisir l’opportunité et le pouvoir dont nous disposons pour façonner la quatrième révolution industrielle et la diriger vers un avenir qui reflète nos objectifs et nos valeurs communes.

Pour ce faire, cependant, nous devons développer une vision globale et partagée de la manière dont la technologie affecte notre vie et restructure notre environnement économique, social, culturel et humain. Il n’ya jamais eu de période aussi prometteuse ni de péril potentiel plus grand. Cependant, les décideurs d'aujourd'hui sont trop souvent pris au piège de la pensée linéaire traditionnelle ou trop absorbés par les multiples crises qui exigent leur attention, pour penser de manière stratégique aux forces de rupture et d'innovation qui façonnent notre avenir.

En fin de compte, tout se résume aux personnes et aux valeurs. Nous devons façonner un avenir qui fonctionne pour nous tous en donnant la priorité aux gens et en leur donnant les moyens d'agir. Sous sa forme la plus pessimiste et la plus déshumanisée, la quatrième révolution industrielle pourrait bien avoir le potentiel de «robotiser» l’humanité et donc de nous priver de notre cœur et de notre âme. Mais, en complément des meilleurs éléments de la nature humaine - créativité, empathie, intendance -, elle peut également élever l'humanité dans une nouvelle conscience collective et morale fondée sur un sens partagé du destin. Il nous incombe à tous de faire en sorte que ce dernier l'emporte.

Cet article a été publié pour la première fois dans Foreign Affairs

Auteur: Klaus Schwab est fondateur et président exécutif du Forum économique mondial

2021.jpg

Un nouveau grand défi

Voici une partie de la réponse: Définissons l'objectif et offrons un million de dollars en prix. Créons un nouveau grand défi.

À l'initiative MIT sur l'économie numérique, que j'ai co-fondée avec Andy McAfee, nous avons eu l'idée du défi de l'innovation inclusive . Il existe déjà de nombreux prix pour motiver les ingénieurs à créer des technologies étonnantes. C'est génial. Mais pourquoi ne pas créer un prix pour inciter les chefs d’entreprise et les spécialistes des sciences sociales à réfléchir à de meilleurs moyens d’utiliser ces technologies étonnantes?

Nous avons défini quatre domaines dans lesquels nous pensons que le leadership du secteur privé aidera à utiliser la technologie au profit des nombreux et non des quelques-uns.

1. Comment permettons-nous aux gens de réussir et d'accéder aux opportunités de travail du futur?

2. Comment connecter plus de personnes avec un accès à Internet et à la technologie, quels que soient leur âge, leur emplacement, leur formation ou leurs capacités?

3. Comment assurons-nous la sécurité et la stabilité financières pour davantage de personnes? Comment permettre à plus de gens d'accéder aux avantages des services financiers?

4. Comment faire en sorte que les travailleurs gagnent des revenus suffisants et croissants pour atteindre une qualité de vie et un niveau de vie satisfaisants? Comment réinventons-nous les industries en difficulté et créons-nous de nouvelles opportunités de travail?

Nous avons recueilli des fonds en récompensant des personnes telles que Eric et Wendy Schmidt, Brad Feld et Amy Batchelor et Joe Eastin, de The Joyce Foundation et The Rockefeller Foundation, de la NASDAQ Foundation et d'Accenture Digital, entre autres. Nous avons recruté un panel de juges experts. Nous avons reçu plus de 250 entrées. Les applications étaient incroyablement impressionnantes. Il y a quelques mois, nous avons annoncé les gagnants de la première année.

Ils incluaient une société appelée 99Degrees Custom, qui ramène des emplois dans le secteur manufacturier à Lowell, dans le Massachusetts. Cela ne se trouve qu'à environ 30 miles du campus du MIT, mais c'est un endroit très différent - une ville construite sur l'industrie du textile, où la classe ouvrière a été durement touchée par les emplois automatisés et délocalisés.

Ces vieux emplois ne reviennent jamais. Mais nous pouvons créer de nouveaux emplois dans le secteur de la fabrication grâce aux technologies de pointe telles que celles utilisées par les employés de 99Degrees Custom pour fabriquer des produits textiles hautement personnalisés. Ces emplois sont meilleurs que les anciens emplois en usine - plus intéressants et mieux rémunérés - et ils offrent aux travailleurs des compétences de fabrication de pointe transférables.

Iora Health est un autre gagnant. Ils emploient des coachs de santé et les mettent en contact avec des patients pour travailler sur des choses simples, comme aider le patient à suivre le régime recommandé par son médecin, ou à suivre un programme d'exercices, ou juste de ne pas oublier de prendre ses médicaments. Des études montrent que cette approche peut améliorer les résultats et réduire les coûts de 15 à 20%, faisant ainsi la différence entre un patient en convalescence ou les frais d'un autre séjour à l'hôpital.

Diffuser les avantages de la technologie

Ces entraîneurs ne sont pas du personnel médical qualifié et se situent au bas de l'échelle des revenus. Mais ils ajoutent une valeur réelle en utilisant le type de compétences humaines que les robots ne vont pas acquérir de si tôt, si jamais - empathie, compétences de motivation, intelligence émotionnelle.

Bien entendu, pour que les avantages de la technologie se répandent, il faut que les gouvernements fassent preuve de leadership - dans des domaines tels que l'éducation, les infrastructures, les réglementations, les impôts et la protection sociale - ainsi que les individus qui assument la responsabilité de développer leurs compétences. Mais ce sont là d'excellents exemples de la façon dont le leadership dans le secteur privé peut aider à façonner la manière dont la technologie redéfinit la société.

Les changements ne se feront pas du jour au lendemain. Lors de la première révolution industrielle, plusieurs décennies après l’invention de la machine à vapeur, des changements sociétaux se sont produits. Après la généralisation de l’électricité, il a fallu encore environ trois décennies aux industriels pour repenser complètement leurs usines, leurs modèles commerciaux et leurs structures organisationnelles.

De même, il faudra probablement plusieurs décennies pour que les impacts sociaux de nombreuses technologies émergentes actuelles disparaissent - des voitures autonomes aux soins de santé, en passant par la fabrication et les services financiers. Dans de nombreux secteurs, nous sommes maintenant à un point de levier pour repenser notre façon de faire. Les choix que nous faisons maintenant vont, dans un sens très littéral, façonner l'avenir.

Je souhaite donc encourager tous les lecteurs de cet article à réfléchir au type de monde dans lequel vous souhaitez que la technologie soit créée. Sachez que votre vision ne se produira pas automatiquement. Que pouvez-vous faire? Pourquoi ne pas nous rejoindre pour créer une prospérité largement partagée? Peut-être participez-vous à la prochaine étape du défi de l'innovation inclusive. Ou définissez votre grand défi personnel.

As-tu lu?

Les applications développées pour l'utilisation de l'intelligence artificielle, de la robotique, du Big Data et de l'Internet of Everything ont des conséquences extrêmement importantes. Pourtant, les effets perturbateurs de l'innovation ne sont pas nouveaux: l'ouvrier agricole, transporté dans une usine industrielle dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, aurait connu des niveaux de dévastation dans leur vie et dans la société qui rendent les changements actuels moins importants en comparaison. Ces changements, qui se sont poursuivis pendant plus d'un siècle, ont provoqué des réactions négatives chez les Luddites, ferment révolutionnaire de Karl Marx, et ont inspiré la plainte de Benjamin Disraeli selon laquelle la Grande-Bretagne était devenue «deux nations» presque irrémédiablement divisées.

Destruction créative - ou piège de la pauvreté?

Alors que la société a fait des transitions dans le passé, la réalité contemporaine est extrêmement gênante. Selon une étude de l'Université d'Oxford , 47% des emplois aux États-Unis sont menacés par l'informatisation. Les contrats occasionnels ou à zéro heure constituent une menace pour beaucoup. Une grande partie des chômeurs ont entre 40 et 50 ans, et il faudra attendre des décennies avant de pouvoir prétendre à une pension. Un nouveau piège à la pauvreté est peut-être en train de s'ouvrir. Le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney, met en garde contre la "première décennie perdue" en matière de croissance des salaires "depuis les années 1860", lorsque "Karl Marx écrivait dans la British Library".

Comme Joseph Schumpeter l'a expliqué il y a 75 ans, l'innovation est un processus de destruction créatrice. Le défi social et politique est d’accentuer les créatifs et d’atténuer les destructeurs.

Nous devons équilibrer le débat qui célèbre les vertus du changement rapide, de l'agilité et de l'entrepreneuriat; en tenant compte de la manière dont les sociétés et leurs citoyens font face aux turbulences considérables engendrées par les changements technologiques et en tirent parti. Le trumpisme et le Brexit sont à l'origine de la répercussion politique de ce manque de préoccupation comparé. La mondialisation, la productivité et l’innovation sont peut-être la devise de leurs bénéficiaires, mais pour beaucoup d’entre eux, ils se traduisent par des pertes d’emplois, des efforts plus importants et une incertitude croissante au travail.

Image: Forum économique mondial, analyse Accenture

Les défis sont immenses. Prenons l’industrie automobile: elle est responsable de plus de 50 millions d’emplois et peut-être d’avantages économiques plus vastes et incalculables. Pourtant, ses produits polluent et plus d'un million de personnes meurent chaque année sur les routes.

Nous pouvons avoir une solution: voitures électriques et sans conducteur. Mais le plus grand groupe d’emploi aux États-Unis est constitué de chauffeurs de camions, de fourgonnettes et de taxis, dont beaucoup perdraient leur emploi.

Si vous possédez une voiture Tesla nécessitant un entretien, le problème est souvent résolu par une mise à jour logicielle du jour au lieu de l'emmener au garage voisin. La société taïwanaise d'électronique contractuelle Foxconn, fabricant de l'iPhone, a remplacé la moitié de ses effectifs par des robots depuis le lancement de l'iPhone 6. Accentuer le créateur et atténuer le destructeur dans de telles circonstances est extrêmement confrontant.

Il existe de nombreux points de vue pessimistes sur les assauts de la technologie, certains suggérant que seuls les emplois les plus créatifs et les plus habiles sont menacés - bien que les ordinateurs soient formés pour assumer des fonctions créatives et même artistiques, comme l'explique Martin Ford dans The Rise of les robots .

Les emplois peuvent être protégés temporairement et coûteux du progrès technologique, mais au final, ce qui compte, c’est l’ajustement social. La technologie est un artefact de la société qui la crée et l'utilise, et son impact résulte de sa coévolution avec les citoyens et les institutions. Les algorithmes ne sont pas impartiaux, mais des produits de la culture, de la politique et de la société - les mêmes choses qui façonnent les humains qui les conçoivent et les utilisent.

Les étudiants en innovation montrent comment les effets perturbateurs des vastes vagues de mutations technologiques intervenues depuis la révolution industrielle sont accompagnés de mutations sociales, notamment de nouvelles compétences, de relations professionnelles et de réglementations. À la différence de ces perturbations passées, la conjoncture actuelle se caractérise par une prospérité sans précédent dans de nombreuses régions du monde.

La vision de Keynes d'une semaine de 15 heures

Il convient de rappeler ici John Maynard Keynes: en 1930, lorsqu’il écrivait sur les «possibilités économiques pour nos petits-enfants», il reconnaissait la nécessité d’une réadaptation douloureuse au chômage technologique. Il parle de la peur et de la "dépression nerveuse" dans la société, alors que les gens en subissent les conséquences néfastes, et explique qu'il s'agit «d'un problème effrayant pour un citoyen ordinaire, sans talent particulier».

Keynes évoque également les défis d'une période de prospérité: la confrontation, pour la première fois, de la libération des soucis économiques; et des quarts de travail de trois heures et des semaines de 15 heures. Pour y parvenir, il faut «honorer ceux qui peuvent nous apprendre à cueillir l’heure et le jour avec vertu» et «à occuper le loisir (…) de vivre sagement et agréablement bien».

La vraie question est de savoir comment nous ajustons à un monde avec beaucoup moins de ce que nous appelons le travail. Les entreprises ont le devoir d'utiliser leur expertise en matière de perturbations pour faire face à cet énorme bouleversement social.

Les bouleversements technologiques exacerbent les inégalités sociales et nous devons parler sérieusement des vertus d'un salaire social. Nous devons financer les personnes qui travaillent sans avoir nécessairement un emploi, de manière à leur permettre d’aider les autres ou de mettre en pratique leurs compétences de manière significative et enrichissante.

À cette fin, l'éducation doit cesser de préparer les gens à occuper un emploi (probablement inexistant) pour les préparer à créer un travail défini par eux-mêmes.

Intégrer le codage dans le programme d’études est une bonne chose, mais il ne nous mène que jusqu’à présent. Les systèmes éducatifs doivent rejeter la barbarie incarnée par le programme scolaire national du Royaume-Uni, qui n'inclut plus l'étude de l'histoire de l'art, de la civilisation classique ou de l'archéologie. Compte tenu de l’influence culturelle du Royaume-Uni sur la scène internationale, ces initiatives sont remarquablement à courte vue.

Dans un monde où les emplois classiques disparaissent, mais où nous avons davantage de possibilités de «vivre sagement», cite le dicton de TS Eliot, selon lequel la culture est ce qui fait que la vie vaut la peine d'être vécue, est un guide important.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu