Avertir le modérateur

01/06/2017

Pluralisme : de quoi parle-t-on ?fast-thinker>je suis un webpiculteur, je contribue plus que tout autre avec MyBookmarks>Les informations diffusées par les médias sont très souvent des informations produites par d’autres médias. « circulation circulaire

Par Hocine − Mai 2017

http://p9.storage.canalblog.com/95/52/286730/113138216.jpg
Dans un système collectiviste, la coercition s’exerce au nom du bien. On peut comprendre la dictature du bien en lisant Aldous Huxley et son roman dystopique, Le meilleur des mondes.

Dans un système libéral, la coercition s’exerce au nom d’accords (contrats) librement consentis, ce qui est nettement préférable si l’on considère que la liberté est préférable à l’esclavage. Cependant, il existe un moyen d’extorquer le consentement à un accord, c’est la dette. Le corollaire de la dette c’est l’usure, qui est la mise en esclavage. Ce n’est pas pour rien que l’usure est interdite dans les trois religions du Livre. Les moyens classiques de créer une dette à grande échelle sont l’État providence et la guerre.

Journalisme En Marche arrière

Quiconque a suivi une fois dans sa vie grands et un peu moins grands de ce monde savent que l’essentiel de ces déplacements sont rarement d’un intérêt éditorial himalayen. Normal puisque le propos est surtout de resserrer la focale sur des candidats qui, même lorsqu’ils prennent l’avion, cherchent systématiquement à vous mener en bateau.

Soyons honnêtes : une prise de conscience, même tardive, vaut mieux qu’un aveuglement éternel. Bienvenue donc à ces nouveaux membres du club des grincheux qui semblent conclure à l’impossibilité d’un terrain d’entente entre journalisme et communication.

Un bon conseil la prochaine fois à ces confrères : restez à la maison ou au bureau. Et parlez-nous des programmes élaborés par ces responsables politiques, des lois qu’ils font voter, pointez du doigt leurs contradictions, leurs silences sur des sujets pourtant graves et « concernants » comme disent les apôtres de la comm’, dénoncez les atteintes à la démocratie qu’entraînent leurs actes.

Non seulement vous n’aurez plus à subir les effets négatifs des voyages de presse : décalage horaire, promiscuité avec des confrères dont la grosse tête ne pourrait même plus entrer dans un écran 16/9 de télévision... Ne vous faites pas les vecteurs de ce populisme dont on ne cessera de répéter le but visé : établir un contact direct avec le bon peuple. Autrement dit, en passant outre ces intermédiaires superflus que sont les journalistes. Les quoi ?

William Irigoyen

1agld1r.gifPluralisme : de quoi parle-t-on ?

par Henri Maler,

En d‘autres termes, pour peu qu’on ne confonde pas le pluralisme avec la multiplicité toujours souhaitable des médias et de leurs opérateurs, le pluralisme dans les médias, entendu de façon élargie et dans toutes ses dimensions, englobe ou devrait englober, en prenant soin de les distinguer, la pluralité des opinions, la diversité des informations, la variété des goûts et des cultures.

Lire : Pour une socioanalyse du journalisme, d’Alain Accardo

« Du journalisme considéré comme une fraction emblématique de la nouvelle petite bourgeoisie intellectuelle. »

Cadeau; ACRIMED MEDIACRITIQUE Misère du journalisme politique!!!

Citation du jour

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37

La provocation est une façon de remettre la réalité sur ses pieds.

Bertolt Brecht

FranceWebSharing >webpiculture, je contribue plus que tout autre>Pour paraphraser l'ineffable Rumsfeld et ses "known knowns", il y a les gens "Système système", les "Système antisystème", les "Antisystème système" et les "Antisystème antisystème" !

fast-thinker>je suis un webpiculteur, je contribue plus que tout autre avec MyBookmarks>Les informations diffusées par les médias sont très souvent des informations produites par d’autres médias. « circulation circulaire de l’information »

20150119_111633.jpg

1agld1r.gifCirculation circulaire et transnationale de l’information

par Roger Raemy,

Les informations diffusées par les médias sont très souvent des informations produites par d’autres médias. Cette « circulation circulaire de l’information » - pour reprendre, l’expression de Pierre Bourdieu [1] - est l’un des mécanismes qui contribuent à l’uniformisation de l’information elle-même. Cette circulation est de plus en plus transnationale. Présentation d’un exemple qui invite à poursuivre l’observation des médias de manière transnationale elle aussi.

Le phénomène de republication d’articles déjà parus dans un autre quotidien prend de l’ampleur. Le Temps (Suisse) republie Le Monde (France), le Guardian (Grande-Bretagne) recopie La Tribune (Belgique) ...

Et parmi les effets de la concentration des médias, celui-ci mérite une attention particulière : la nécessité pour certains petits journaux d’user de stratégies pour tenir dans cet univers hautement concurrentiel.

La Liberté, quotidien suisse qui n’appartient à aucun des deux principaux groupes du pays (Edipresse et Ringier) s’est associé à d’autres quotidiens régionaux suisses de même statut pour republier des articles sur des sujets régionaux. Ces accords régionaux ou internationaux pose le problème de la raréfaction des sources pour le lecteur et son corollaire : l’homogénéisation de l’information destine aux lecteurs. Bien entendu, la réduction des coûts invoquée tant par les entreprises privées et publiques que par les Etats donne à penser que ce phénomène ira encore en s’amplifiant.

Le vendredi 30 avril 2004, La Liberté, quotidien de langue française édité en Suisse à Fribourg, publie une interview de Colin Powell. La signature placée au début précise que l’entretien a été réalisé par Véronique Soulé à Berlin. Il faut porter son attention à la fin de l’entretien pour apprendre que ce dernier émane en fait du quotidien français Libération.

Cet entretien de Powell avec Soulé met en lumière un autre aspect du phénomène de circulation circulaire de l’information : les hommes d’influence n’ont plus qu’à s’adresser à une seule source pour obtenir une diffusion large, voire très large, de leurs propos. L’introduction de l’entretien est éclairante : « Le secrétaire d’Etat américain Colin Powell, (...), est revenu sur la situation en Irak lors d’une rencontre avec six journaux européens (Libération, Frankfurter Allgeneine, La Stampa, ABC, The Times et Interfax).  » Un journaliste par langue d’écriture suffit pour relayer le message de Powell.

Quant aux questions, il suffit de les citer dans l’ordre pour comprendre qu’elles n’ont pas d’autre fonction que de favoriser la communication sans risques du puissant interlocuteur :

- « Dans la nouvelle phase qui s’ouvre en Irak avec la mise en place d’un gouvernement souverain le 30 juin, qu’attendez vous de pays comme la France ? »
- « Le futur Gouvernement irakien aura-t-il la pleine responsabilité ou devra-t-il partager avec vous ? »
- « Pourquoi avoir tant attendu pour revenir à l’ONU et mettre en place une solution politique ? »
- « Voyez-vous un rôle aujourd’hui pour l’OTAN ? »
- « Attendez-vous des renforts britanniques ? »
- « Combien de temps encore les Américains vont-ils supporter les images des cercueils rentrant d’Irak ? »
- « Avez-vous des regrets sur votre présentation sur les ADM en Irak devant l’ONU en février 2003 ? »

Si les réponses vous intéressent, elles se trouvent dans Liberté. Liberté : exactement le mot qui manque dans les questions de la journaliste. Circulez gens de l’information. Circulez, il en restera sûrement quelque chose.

Roger Raemy

Lire : Pour une socioanalyse du journalisme, d’Alain Accardo

« Du journalisme considéré comme une fraction emblématique de la nouvelle petite bourgeoisie intellectuelle. »

Cadeau; ACRIMED MEDIACRITIQUE Misère du journalisme politique!!!

pourquoi fait-on la guerre aujourd’hui, et qui la fait ?

Harald Welzer : Les Guerres du climat. Pourquoi on tue au XXIe siècle

Lire la suite

31/05/2017

L’Etat voyou. « Si j’étais président, j’arrêterais en quelques jours les attaques terroristes contre les États-Unis. Définitivement.Le quatrième jour, je serais assassiné. »

L’Etat voyou « Informer n'est pas une liberté pour la presse mais un devoir »   SRU-International Researech.gif

William BLUM

Quatrième de couverture

« Si j’étais président, j’arrêterais en quelques jours les attaques terroristes contre les États-Unis. Définitivement.

D’abord, je présenterais mes excuses à toutes les veuves, aux orphelins, aux personnes torturées, à celles tombées dans la misère, aux millions d’autres victimes de l’impérialisme américain.

Ensuite, j’annoncerais aux quatre coins du monde que les interventions américaines dans le monde sont définitivement terminées, et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51e État des États-Unis mais dorénavant - chose curieuse à dire - un pays étranger.

Et puis, je réduirais le budget militaire d’au moins 90 %, utilisant le surplus à payer des réparations aux victimes. Ce serait plus que suffisant. Le budget militaire d’une année, soit 330 milliards de dollars, équivaut à plus de 18 000 dollars de l’heure depuis la naissance de Jésus-Christ.

Voilà ce que je ferais les trois premiers jours.

Le quatrième jour, je serais assassiné. »

William Blum

L’auteur vu par l’éditeur

Ancien fonctionnaire du département d État, Blum nous rappelle que, s’il n’y a pas dé justification au 11 Septembre, il y a certainement des raisons. L’État voyou démontre comment, sous couvert de liberté, de démocratie et de droits de l’homme, les États-Unis commettent des actes criminels barbares, et agissent de la façon la plus belliqueuse qui soit.

ISBN-10 : 2841900754

ISBN-13 : 978-2841900756

URL de cet article 14138
https://www.legrandsoir.info/l-etat-voyou.html

Un nom du présent ouvert sur l’avenir et les nouvelles générations»PoissySmartCity»« La meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le créer »La nouvelle société du savoir !»Société contributive»Repenser notre modèle de société

1agld1r.gifCombien va nous coûter notre futur député ?

Pour tenter de doper les achats de voitures électriques, Mme Royal a annoncé la mise en place d’un bonus prétendu « écologique » pouvant aller jusqu’à 10 000 euros pour qui abandonnerait une vieille voiture diesel. Il ne faut cependant pas oublier que, d’ores et déjà, l’Etat offre 6300 euros sans condition à tout acheteur de voiture électrique, ce bonus étant souvent complété par un autre venant de la Région.

Cela signifie que des lourdes sommes publiques sont gaspillées pour une démarche qui est inefficace sur le plan écologique et injuste sur le plan social  : l’argent de tous est offert aux industriels et aux gens aisés (car ce ne sont pas les ouvriers ou les smicards qui achètent des voitures électriques)

La nouvelle société du savoir !

Société contributive .

FranceWebAsso  c'est Moi, c'est Vous, c'est Nous !

« La meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le créer »

Définir le périmètre stratégique de la performance globale de la France

FranceWeb  La nouvelle société du Savoir

actualités,artisans,association,blog,blogs,citations,citoyen,collaborative,collectivité,communication & relations médias,community,conseil,culture,démocratie,dipl.ing.stefan v.raducanu,education,electeur,entrepreneurship,entreprises,exposants,femmes,france,franceweb,e-globalnetwork,francewebasso,innovation,international,internet,internet citoyen,invitation,lmathieuwebcollection,madeleine et stefan raducanu,métiers,mobile,monde,numérique,onegloballocal,opportunités,organisation,organisme,partenaires,poissyweb social network,poissywebcitoyen,recherche,réseau,seniors,smartcity,social media intelligence,sru-electronics,stefanwebcollectionun nom du présent ouvert sur l’avenir et les nouvelles générations.

Notre philosophie: Être les meilleurs dans ce que nous maîtrisons le mieux et ce que nous aimons faire.

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Privilégier l'esprit d'équipe, le partage des savoir-faire et la solidarité, à la fois en interne et dans nos partenariats.
Mettre chacun en situation de réussite. Contribuer par la qualité individuelle à la performance commune.

Services uniques à la pointe pour que vous soyez plus compétitif.

Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance est primordial pour notre pays dans l'avenir. Rénover la démocratie.

IMPLIQUER TOUS LES CITOYENS DANS LA SOCIETE DE L'INFORMATION

e-Collaboration , le travail en réseau et l’efficacité collective : modèle de développement pour la réussite

Tous, entrepreneurs de la connaissance

Le travail collaboratif n’est pas obligatoire, il est incontournable. Les méthodes et outils pour collaborer, intégrer, formaliser, organiser, représenter et disséminer ce savoir, cette expertise et ces connaissances existent.

FRANCEWEB est organisé pour vous permettre de maîtriser ces méthodes et outils et de placer ainsi la e-collaboration au coeur de la compétitivité, de la création de valeur et de l'innovation de l’entreprise. Illustré par de nombreux cas concrets et s'appuyant sur l'expérience des membres, FRANCEWEB s'attache à développer une pédagogie de partage et de formalisation pratique exemplaire qui fait le succès reconnu de ces espaces de travail collaboratif.

FRANCEWEB favorise les échanges économiques, sociaux et culturels d'entreprises et territoriaux, le travail en réseau et met à la disposition de ses membres tout le savoir, afin de les aider concrètement dans leur développement.
Repérer ces savoirs, les enrichir, les développer; organiser le partage, leur cross fertilisation, leur inter multiplication pour accroître la création de valeur au service de l'individu, entreprise ou territoire, voilà l'ambition du FRANCEWEB.

Cette grande ambition se concrétisera si chacun d'entre nous, élu, décideur, chef d'entreprise, enseignant, citoyen est capable de la prendre à bras le corps, faisant preuve d'audace sur le plan créatif et que nous engagions des actions encourageantes pour les générations futures.

Son Programme

Son programme, pragmatique et ambitieux, vaste chantier concernant les ressources humaines, s’inscrit dans le droit fil de la société de l’information, à travers les territoires, favorisé par l’approbation des usagers de l’Internet et les forces vives de la collectivité (habitants, associations, entreprises, structures, réseau de l’éducation etc.) : cette pluralité des acteurs économiques permettant la complémentarité des approches des savoir-faire et des modes d’intervention indispensables à une mise en œuvre opérationnelle du développement durable dans la nouvelle société du savoir et de la connaissance. FRANCEWEB est à la recherche de partenaires ayant une forte expérience, ainsi que des compétences gravitant autour de trois pôles : social, économique, technologique.

Le concept s’appuie sur trois axes en interactions

AGILITE, INNOVATION, EMPOWERMENT

Knowledge Sharing for a more agile, innovative and engaged organisation.

Des connaissances partagées sur le Web ouvert

La plateforme

 FranceWebAsso  c'est Moi, c'est Vous, c'est Nous !

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu