Avertir le modérateur

21/12/2017

PoissySmartCity>La déconnexion des élites « Condorcet avait deux siècles et demi d’avance »que « les citoyens montrent le chemin aux politiques »: l’individu doit avoir les moyens de dessiner sa vie comme il le souhaite et non selon la volonté des élites.

La déconnexion des élites : comment Internet dérange l’ordre établi

Publié le 5 avril 2015 dans Lecture

Alors que l’économie collaborative est en plein boom, Laure Belot constate un décalage criant entre le progrès et les élites.

Par Delphine Granier.

En 2013, Laure Belot publie dans Le Monde une enquête sur « Les élites débordées par le numérique ». L‘effet est immédiat, l’article suscite des centaines de milliers de réactions. « Quel nœud ai-je touché pour que les réactions soient à ce point épidermiques ? » C’est en réponse à cette question que Laure Belot a publié ce livre.

Les « doers » d’une France créative et invisible

« Leboncoin.fr est un ovni sur le territoire français. » L’exemple de Leboncoin.fr n’est pas cité en début de livre par hasard : cette entreprise française est le symbole de cette France créative et invisible qui entreprend, sans faire de bruit. Reposant sur un modèle simple d’échange spontané entre individus, rendu possible grâce à internet, Leboncoin.fr est un succès français retentissant : la start-up a dépassé eBay, son équivalent américain, en termes La désintermédiation, après avoir bouleversé de nombreux secteurs, arrive dans le domaine de la finance. Alors que la crise des « subprimes » a fait perdre au banquier son statut et l’image fiable qu’il renvoyait, le développement du « prêt entre particuliers » révolutionne le secteur. À l’image du succès du modèle de Prêt-dunion.fr (crédit aux particuliers), des startups similaires émergent dans beaucoup de pays en réaction aux taux pratiqués par les banques traditionnelles. « L’assurance et la banque ont vécu dans des systèmes de monopole ou d’oligopole très organisés et protégés. On ne sait même plus si les agences bancaires vont perdurer. » Même bouleversement dans le financement de projets avec la révolution du « crowdfunding » (financement de projets par des tiers). Selon la Banque mondiale, le marché du « crowdfunding » se chiffrerait à quasiment 96 milliards de dollars d’ici 2025. Outre le changement de paradigme, ces nouveaux modes de fonctionnement permettent certaines évolutions de fond. De nombreuses femmes, par exemple, jugent avoir plus de difficultés que les hommes à obtenir des sources de financement dans le milieu majoritairement masculin de la finance traditionnelle. Sur les plateformes de « crowdfunding », près de la moitié des créations d’entreprises financées sont portées… par des femmes.d’audience. Grâce à Internet, l’émergence de l’économie collaborative bouleverse nos habitudes et notre économie.

Les modes de consommation évoluent et créent une nouvelle façon de vivre et de nouvelles sociabilités. Depuis la crise de 2008, les gens souhaitent consommer de façon plus économique sans pour autant consommer moins, ils veulent consommer mieux. Le mode de consommation ne doit plus passer par l’endettement, la consommation devient « désintermédiée ». Leboncoin.fr l’illustre, on assiste à un retour à la notion de commerce. Cette désintermédiation progresse au fur et à mesure que les nouvelles technologies bouleversent les secteurs traditionnels : Airbnb, Uber, Monster et Keljob ont secoué l’hôtellerie, les taxis et les métiers intermédiaires des Ressources Humaines.

La désintermédiation, après avoir bouleversé de nombreux secteurs, arrive dans le domaine de la finance. Alors que la crise des « subprimes » a fait perdre au banquier son statut et l’image fiable qu’il renvoyait, le développement du « prêt entre particuliers » révolutionne le secteur. À l’image du succès du modèle de Prêt-dunion.fr (crédit aux particuliers), des startups similaires émergent dans beaucoup de pays en réaction aux taux pratiqués par les banques traditionnelles. « L’assurance et la banque ont vécu dans des systèmes de monopole ou d’oligopole très organisés et protégés. On ne sait même plus si les agences bancaires vont perdurer. » Même bouleversement dans le financement de projets avec la révolution du « crowdfunding » (financement de projets par des tiers). Selon la Banque mondiale, le marché du « crowdfunding » se chiffrerait à quasiment 96 milliards de dollars d’ici 2025. Outre le changement de paradigme, ces nouveaux modes de fonctionnement permettent certaines évolutions de fond. De nombreuses femmes, par exemple, jugent avoir plus de difficultés que les hommes à obtenir des sources de financement dans le milieu majoritairement masculin de la finance traditionnelle. Sur les plateformes de « crowdfunding », près de la moitié des créations d’entreprises financées sont portées… par des femmes.

Mais alors que le boom de ces startups du numérique et de l’économie collaborative illustre la vitalité de la société civile, et va à l’encontre du « French bashing » ambiant, force est de constater que très peu d’intellectuels – sociologues, économistes, experts –  s’y intéressent de près. Alors que « les citoyens montrent le chemin aux politiques », Laure Belot constate un décalage criant entre le progrès et les élites. Tout comme l’imprimerie de Gutenberg fut adoptée par les réformés et ignorée par les catholiques au pouvoir, nos dirigeants actuels rechignent au changement. Cette incapacité de l’élite à s’adapter rappelle la querelle qui opposait Rousseau à Condorcet, à propos du maintien ou non des ordres dans la société. Alors que Rousseau prônait une société où les choix individuels ne sont acceptables que si la société en a besoin, et où chacun doit ainsi rester à sa place, au besoin par la contrainte, Condorcet plaidait pour que les gens puissent faire ce qu’ils veulent faire : l’individu doit avoir les moyens de dessiner sa vie comme il le souhaite et non selon la volonté des élites.

« Condorcet avait deux siècles et demi d’avance » (Laurence Fontaine, historienne et chercheuse au CNRS) et aujourd’hui, les « doers » bousculent l’ordre établi. Dans l’éducation, où les enjeux sont essentiels puisqu’elle détermine que transmettre aux enfants pour vivre dans la société de demain, nombreuses sont les initiatives individuelles et indépendantes du monde académique qui émergent pour réformer le système. Dans tous les domaines, « l’innovation de rupture ne vient pas du cœur du réacteur mais des marges du système ».

 

Une mutation numérique pas assez pensée

Reprenant les mots de Martin Heidegger, l’enquête menée par Laure Belot révèle que « la science ne pense pas ». Déconnecté et refermé sur lui-même, le monde de la recherche n’a pas su être réceptif aux bouleversements majeurs en cours. Prises de cours, les institutions publiques accusent aujourd’hui un net retard. Toute une génération se trouve, par conséquent, coincée dans une société ankylosée, inadaptée à la révolution numérique. Le phénomène mondial de la « génération kangourou » ou « génération boomerang » en témoigne : en 2013, environ 28% des Européens de 25 à 34 ans ont habité chez leurs parents, cette année-là. Ce phénomène mondial, mais nuancé selon les pays, témoigne de la capacité d’adaptation des uns et des autres. Les pays scandinaves, par exemple, restent les plus épargnés avec seuls 4% des +25 ans retournés vivre chez leurs parents.

De ces blocages naissent de nouvelles initiatives issues de la société civile. L’émergence des think-tanks et do-tanks montre, une nouvelle fois, comment le renouvellement des idées se fait « par le bas ». Parfois accusée d’être désengagée, la jeunesse développe au contraire de nouvelles formes d’actions. Le succès du « crowdfunding » et des sites comme WeSignIt (site de pétitions en ligne) prouvent le dynamisme des uns et des autres. Les nouvelles technologies font apparaître de nouvelles formes de démocratie, plus participative, et accélèrent le rythme de la vie publique. La diffusion du mouvement des « Indignés » en témoigne : les revendications d’un mouvement local deviennent, par le biais des réseaux sociaux, rapidement mondiales. Aux politiques désormais de se saisir de ces outils numériques pour interagir et construire la démocratie participative de demain.

Aujourd’hui, une nouvelle élite mondiale, issue du numérique, se forme. Le phénomène des « king coders », ces « geeks » à barbe longue qui codent et font bouger les lignes, se propage. L’académie de Bill Gates et l’école 42 de Xavier Niel, par exemple, conscientes des enjeux du monde de demain, préparent la jeunesse à l’émergence des nouvelles compétences liées à la révolution numérique. Dans le monde de demain, tel que décrit par Ray Kurzweil, directeur de l’ingénierie de Google X, le transhumanisme et l’intelligence augmentée seront à notre portée. Ces prédictions d’un acteur privé comme Google, maître de l’innovation à travers le monde, illustrent la longueur d’avance des acteurs Internet sur les politiques. En France particulièrement, moins aux États-Unis, la technique a pris le pas sur le politique.

La toute puissance des GAFA – Google, Apple, Facebook, Amazon – pose de nouveaux défis. Que reste-t-il de la vie privée et de la neutralité du net face au Big Data et aux algorithmes ? Que devient la souveraineté des États dans un monde numérique sans frontière ? D’énormes interrogations face auxquelles la France doit faire face. Si le droit a toujours eu un temps de retard sur la société, les évolutions arrivent toutefois. Au sein des entreprises, l’émergence des Chief Data Officiers engage un processus de protection des données. Dans la vie publique, l’Europe tente depuis 2012 d’imposer aux États un règlement sur les données personnelles pour harmoniser les positions.

Le numérique joue le rôle de catalyseur : il nous force à réformer notre droit et à le penser en dehors du cadre strictement étatique. S’il n’est pas question de supprimer l’échelon étatique, une nouvelle répartition des compétences doit être pensée, entre le plan international et local, et les acteurs publics et privés. « Notre pays a donné le ‘la’ de la modernité politique il y a deux cent cinquante ans. » Sera-t-il à la hauteur aujourd’hui ?

Laure Belot, La déconnexion des élites : Comment Internet dérange l’ordre établi, Les Arènes, janvier 2015, 320 pages.

 Sur le web.

La Chine 3.0 ? Dans la tête de Xi Jinping

Par Thierry Godefridi.

La Chine 3.0, fusion de la Chine d’hier, d’aujourd’hui et de demain ? Quand vous rencontrez des chefs d’entreprise, des cadres et des employés chinois dans la vie professionnelle de tous les jours, en tête-à-tête ou non, en Chine ou ailleurs, il est des constantes : la piété familiale ; la conviction que, dans les circonstances, le régime en place est le meilleur qui soit pour la Chine ; l’égoïsme et l’idée que c’est une vie de chien mais demain sera un autre jour.

À l’heure où la démocratie occidentale paraît rencontrer quelques avatars, s’essouffler dans les aléas de l’égalitarisme et patauger dans les vicissitudes de l’étatisme, le régime à la fois marxiste et capitaliste de la Chine de Xi Jinping propose-t-il, aux pays asiatiques et autres si affinités, un modèle alternatif de gouvernement et en quoi consiste-t-il ?

C’est notamment à ces questions que tente de répondre François Bougon, ancien correspondant de l’AFP à Pékin et chef-adjoint du service international du Monde, spécialiste de l’Asie, dans son essai Dans la tête de Xi Jinping.

 Un dirigeant chinois promis à devenir, à court terme, l'homme le plus puissant du monde doit se prévaloir de solides convictions. Fort de ses ambitions colossales, mais toujours prêt à endosser les "habits neufs" du Grand Timonier, Xi Jinping, secrétaire général du Parti communiste chinois, est bien conscient que remplacer Les Citations du président Mao Tsé-ttoung, le fameux Petit Livre rouge, par les Entretiens de Confucius ne suffit pas. Le corpus idéologique doit être à la hauteur de l'enjeu. Selon Xi, "la tâche principale pour les sciences sociales et philosophiques est non seulement de maintenir le marxisme comme notre idéologie directrice, mais aussi de s'engager dans une critique significative des "valeurs universelles", du concept de "démocratie constitutionnelle", du néolibéralisme, du nihilisme historique, du socialisme démocratique et autres idéologies erronées. Nous devons avoir une foi infaillible dans le socialisme à caractéristiques chinoises". Ce marxisme droit dans ses bottes doit réussir sa synthèse avec la tradition chinoise illustrée par Confucius ou Mencius, mais aussi par Han Fei (mort en 233 av. J.-C.). Cette réhabilitation de la pensée du philosophe favori de Xi Jinping, concepteur du légisme, qui prône la primauté de la peur, de la force et du contrôle pour servir l'autorité, fait dire à certains que l'on assiste à l'avènement d'un "nouveau totalitarisme de marché", un totalitarisme adapté au XXIe siècle - le prix à payer pour le "rêve chinois". Ce qui donnerait enfin raison à Napoléon, qui aurait prédit en 1816 : "Laissez donc la Chine dormir, car lorsque la Chine s'éveillera le monde entier tremblera."

18/11/2017

Les AbeillesFranceWebAsso,C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !MyNewsCenterNavigator,Cristal Festival,Forum des Innovateurs,compétitions collaboratives,one-to-one Meetings,« Conférences, Compétitions et Networking »audace,« Marketing Innovation »

Cristal Festival : l’innovation mise à l’honneur à Courchevel

Du 13 au 16 décembre 2017 le Cristal Festival récompensera lors de sa 17ème édition les campagnes les plus créatives et innovantes avec pour maître mot « l’audace ».

Le Cristal Festival proposera de nombreuses nouveautés liées à ses 3 axes forts « Conférences, Compétitions et Networking » :

  • le Forum des Innovateurs permettra pour la première fois aux candidats dans la catégorie « Marketing Innovation » de défendre leur cas sur scène face aux marques sous forme de « speed pitching »;
  • afin de garantir les meilleurs conditions de networking et benchmark, le festival offre la possibilité de s’inscrire à des compétitions collaboratives sur 7 thèmes (Creative Effectiveness, Media, Brand Entertainment & Content, Sports Marketing, Luxury, Brand Culture, Corporate & PR). Les participants disposeront d’un siège dans le jury.
  • des one-to-one Meetings pourront être pré-organisés entre les annonceurs et leurs prestataires/agences membres de la Cristal Academy et ce depuis une plateforme en ligne. L’application Cristal Connect, valable pendant un an, permettra aux utilisateurs d’échanger et de classer les contacts qu’ils ont pu rassembler durant le festival, ainsi de que planifier leurs rendez-vous.
  • afin d’évaluer les campagnes (inscriptions des campagnes ici) et découvrir de nouveaux talents créatifs, des annonceurs seront conviés au Grand Jury, seuls ou accompagnés de leurs agences.

Les présidents du Jury

  • Michael Frohlich, CEO EMEA Ogilvy Public Relations (Londres), WPP Team Leader
  • Séverine Nubel, Global Brand ID Director, Orange (Paris)
  • Leslie SIMS, Chief Creative Officer North America, Y&R (New York)
  • Catherine Foster-Kenny, CEO EMEA, IPG Mediabrands (Londres)
  • James Temple, EVP & Chief Creative Officer EMEA, R/GA (Londres)

En savoir plus

Inscrivez-vous et venez assistez au Séminaire «Démystifions la Data et le Programmatique» au Cristal Festival les 14 et 15 décembre 2017

FranceWebAsso : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 

C'est notre capital !

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

 Partager l'article sur :

18/10/2017

VU SUR LE WEB« Confiance et croissance, l’avenir c’est la France ! »Paris 2024,Des communautés d'entraide aux allures d'experts,Attirance réciproque. Non, le blogging n’est pas mort. Il se porte à merveille. Et voici pourquoi…Aidez-nous à garder Wikipédia

PoissySmartCityWebCitoyen, Ville Connectée, eCitoyen dans l'action,

Management des générations ? Commencez par les X !

Les jeunes sont quasiment des vieux comme les autres

Les Y,Z ou autres sont des X comme les autres, mais on passe souvent sous silence tout ce qui tend à le prouver. Bien sur ils ont leurs particularités comme toutes les autres « nouvelles générations » avant eux mais pour le reste ils ont globalement les mêmes attentes que les autres sauf que leurs ainés, en vieillissant, en ont fait pour beaucoup leur deuil. Mais il est amusant de voir dans l’entreprise des « jeunes » pas si jeunes que ça et des « X » voire des boomers qui n’ayant plus rien à gagner ou à perdre se remettent à bousculer l’organisation.

Le bon sens n’est pas une affaire de générations

D’abord parce que si on demande aux plus anciens ils ont eu ou prou les mêmes choses à dire et pour cause : rendre l’entreprise plus vivable, plus réactive, moins compliquée, plus proche des codes de ses employés n’est pas une question générationnelle mais une question de simple bon sens. Et le bon sens (comme son absence) sont diffusés de manière très égale dans les différentes strates générationnelles.

Le départ d’une génération n’est pas une bonne chose

Pour toutes ces raisons l’approche souvent entendue qui revient à dire « mais qu’ils s’en aillent et place aux jeunes » est très court-termiste. On a vu beaucoup d’entreprises dernièrement qui ont ont vu une masse critique de « X » et de boomers céder à l’appel de la création d’entreprise, du freelancing ou de je ne sais quelle aventure personnelle. Une bonne chose pour certains qui étaient au bout du rouleau…mais pour ceux – la plupart – qui avaient encore beaucoup à donner, ce fut une grosse perte pour leur ancien employeur car transmettre le savoir, pérenniser une culture d’entreprise, transmettre des valeurs cela suppose des personnes en capacité de le faire. Et lorsque cela ne se fait plus c’est à terme toute l’organisation qui se délite.

Mais ça n’est pas tout. J’ai coutume de dire qu’un Y ou un Z sont des X qui n’ont pas fait le deuil de leurs attentes face à une entreprise qui elle ne peut plus leur proposer un deal de type « progression de carrière et emploi à vie contre silence ». A ce petit jeu les plus frustrés dans l’entreprise ne sont pas les jeunes qui mesurent l’écart entre la manière dont ils voient la vie en entreprise et la manière dont elle se passe réellement mais les plus anciens qui ont accepté de jouer le jeu, n’ont pas forcément eu ce qu’il leur a été implicitement promis en retour et ont accumulé 15, 20 ou 30 ans de frustrations.

Un blog conçu et brandé avec passion, pour vous,

francewebeglobal-avec-vous3.jpg

Un univers de possibilités,

 

Imaginez un monde dans lequel chaque être humain peut librement obtenir et partager des connaissances. Ceci est notre engagement.

STEFAN RADUCANU.JPGStefan de La Tournelle,

Découvrez Vos Nouvelles.., simplifiez-vous Poissy..avec FranceWebAsso,

RESEAU DE PARTENAIRES PLURIDISCIPLINAIRES POUR OPTIMISER LES PERFORMANCES DES ENTREPRISES, ADMINISTRATIONS ET COLLECTIVITES EN FRANCE ET DANS LE MONDE

  A la rencontre d'initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique...avec le n°1 de la collaboration en ligne.  FranceWebAsso accompagne la révolution des usages avec sa communauté tous les jours au services des collectivités. Venez nous rencontrer à l'Espace des mobinautes à PoissyWeb.

organisation-intelligence-collective.jpgInventons la ville de demain, "PoissyNumérique", Vous, Votre Ville,PLUS POUR VOUS ACCOMPAGNER. Evénement - Edition - Médias - Web, Local, Régional, National, International, avec e-GlobalNetWork, l’objectif commun est prioritaire.

 Conseils de lecture, VU SUR LE WEB,

VEILLE ET LIENS INTERESSANTS

Global4.gifPassionné par tous les sujets et problématiques de communication, ainsi que les questions relatives à la stratégie et à la gestion de marques, je dédie ce blog à tous ceux que ces disciplines et que l'actualité des marques intéressent. Retrouvez le fruit de ma veille perso #communication - #marketing - #branding - #réputation ainsi que mon profil sur les plateformes suivantes :

 

 C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 

C'est notre capital !

NewsCenter for everyone, everyway, everything, everyday..

SRU-Electronics

Stefan V. Raducanu, Président FranceWebAsso

Un blog pour explorer le futur !!!

Des Hommes - Des Entreprises -Des Technologies

Un blog pour changer d'époque !!!!!

La planète est mon village !

“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”

Entrez votre adresse e-mail pour être notifié(e) des prochaines publications...

Rejoignez d'autres abonnés. C'est grâce à vos abonnements que vous construirez votre fil d'actualité. Construire un bon fil est au cœur du fonctionnement de FranceWeb. En construisant un fil qui vous reflète ainsi que vos intérêts, vous verrez avec quelle rapidité FranceWeb devient une partie inestimable de votre vie.

VU SUR LE WEB    

Conseils de lecture

VEILLE ET LIENS INTERESSANTS

Les gardiens de nos médias CAC 40 ont une rhétorique bien rodée pour se garder de toute critique, et continuer à passer pour des héros des libertés publiques tout en oeuvrant à verrouiller le système d’information français. Demi-vérités, mythes éculés ou mensonges éhontés, certains de leurs arguments s’avèrent hélas encore très efficaces auprès du public. Voici comment s’armer intellectuellement contre ces pseudo-évidences en sept leçons. Parfois ce sont de pseudo-évidences en réalité erronées, parfois des mensonges éhontés, parfois des mythes consolateurs pour la profession, mais tous ont en tout cas un très fort pouvoir de neutralisation, et entretiennent le public dans l’idée que finalement, il y a quelques brebis galeuses dans ce métier, mais que globalement tout ne va pas si mal, que tout pourrait même être pire, et surtout que l’on ne voit pas comment cela pourrait aller beaucoup mieux. J’en ai listé sept au total. Il est absolument indispensable d’avoir ces sept idées trompeuses en tête, et de s’armer intellectuellement face à elles. Car désormais, c’est bien le drame, nous ne retrouverons pas une véritable vie démocratique tant que, d’une façon ou d’une autre, la situation dans les médias n’aura pas été déverrouillée.

 

Cette session 2017 du #HUBFORUM avait pour mot d'ordre : Accelerate. Alors, voici en accéléré mes 3 coups de cœur 2017. Il y est question de la souris de la transformation, de la coopération omnicanale et de la collaboration avec les startups.

Je suis persuadée que chacun a besoin de l’autre, les grands groupes pour se transformer et les startups pour accélérer leur croissance. Et pourtant, les échecs de collaboration sont nombreux. Pourquoi ?

La réussite de la synergie startup-grand groupe doit passer par la définition d’une nouvelle proposition de valeur. Il s’agit bien de travailler une proposition client commune différente de la proposition initiale de chacun et c’est généralement au grand de faire un pas de côté…

Mais attention, si vous n’avez pas développé les capacités techniques de cette future collaboration, le projet est voué à l’échec. Il est impératif de développer des API car la connexion technique est un prérequis à vos échanges business avec les startups.

Et vous, quelles sessions vous ont le plus inspiré ? Partagez vos coups de cœur en commentaires ! VU SUR LE WEB...

 

À tous nos lecteurs en France, J'irai droit au but : aujourd'hui, je vous demande d'aider Wikipédia. Afin de préserver notre indépendance, nous ne diffuserons jamais de publicité. Notre existence dépend de vos dons. Ils sont en moyenne de 10 €, mais seule une faible part de nos lecteurs fait un don. Si chaque personne qui lit ce message donnait 2 €, cela permettrait à Wikipédia de continuer à prospérer de nombreuses années. Le prix d’un café, c’est tout ce dont nous avons besoin. Lorsque j'ai décidé que Wikipédia serait un projet sans but lucratif, on m’a prévenu que j’allais le regretter. Plus de dix ans se sont écoulés et aujourd’hui Wikipédia est toujours, parmi les dix sites web les plus visités au monde, le seul à être géré par une organisation à but non lucratif et une communauté de bénévoles. Est-ce que je n'ai jamais pensé à l'argent qu'on aurait pu gagner si le site avait eu recours à la publicité ? Si, bien sûr. Mais ce ne serait pas pareil. Les gens ne lui feraient pas confiance. J’espère que vous considérez l’importance d’un accès illimité à des informations fiables et neutres. Aidez-nous à garder Wikipédia accessible en ligne et lui permettre de croître. Merci. — Jimmy Wales, Fondateur de Wikipédia

 

« Confiance et croissance, l’avenir c’est la France ! »

« À l’horizon 2020, une amélioration globale de la performance numérique des entreprises françaises pourrait représenter un gain de PIB de l’ordre de 2,7 points. »

Les Français ont fait leur révolution numérique. De manière parfois spectaculaire, les nouveaux usages du digital ont modifié leurs modes de vie et de consommation. Mais paradoxalement, les entreprises françaises sont à la traîne. C’est la révélation principale de l’Accenture Digital Performance Index, qui passe au crible la transformation digitale des 100 plus grandes entreprises françaises à travers 117 critères.

Non, le blogging n’est pas mort. Il se porte à merveille. Et voici pourquoi…

Cette semaine, j’ai eu la chance d’assister à la nouvelle édition du HubForum, invitépar les organisateurs en tant qu’influenceur (Découvrir l’impact des principaux influenceurs selon LinkFluence et MakeMeStats). Merci à Emmanuel Vivier, Vincent Ducrey, Mathieu Flaig pour l’invitation et à Alix Bourgeois de l’agence presse HopScotch pour sa disponibilité. Cette nouvelle édition de l’événement phare du Hub Institute avait pour thématique l’accélération de la transformation digitale en 2018. Une centaine d’intervenants de haut vol, experts en marketing et en innovation, se sont succédés sur la scène de la Maison de la Mutualité à Paris. Des représentants de grandes entreprises comme TF1, Orange, LaRedoute, Carrefour, Crédit Mutuelle, SNCF, La Poste, Air France KLM, AccorHotels, ainsi que des grands acteurs du digital et du Social Media comme Google, Facebook, Twitter étaient sur place… L’occasion d’échanger sur les best practices et tendances marketing pour les mois et années à venir. (#hubforum sur Twitter)

  • Accélérer : la solution !

Emmanuel Vivier, co-fondateur du Hub Institute, a d’abord présenté les 8 tendances qui marqueront la transformation digitale des entreprises et il a notamment mis en avant le rôle de l’Intelligence Artificielle (IA ou AI en anglais) en 2018. Une thématique qui m’intéresse particulièrement, vous le savez. « La transformation numérique continue sa progression, les entreprises encore à la traine n’ont désormais plus beaucoup de temps pour rattraper leur retard. Cette transformation amène dans son sillon l’intelligence artificielle : 2017 aura été l’année de l’IA ! Les envies de se transformer sont énormes mais très peu d’entreprises sont capables de connecter leur data à l’IA. Toutes les entreprises ne sont malheureusement pas prêtes à l’adopter. Une seule solution pour ne pas rester scotcher : accélérer ! ». Vous souhaitez découvrir dès maintenant les 7 autres tendances identifiées par Emmanuel Vivier et ses explications, je vous invite à télécharger son support de présentation en remplissant ce petit formulaire. Si vous préférez directement voir la vidéo de son intervention, rendez-vous sur YouTube. Et si vous souhaitez en savoir plus sur la tendance liée à l’IA, lisez la suite.

When Top-Down Change Isn’t Working, Hand the Keys to Frontline Staff A Q&A with the World Bank’s Kyle Peters

medium.com

Pour devenir une entreprise numérique, il n’était pas possible de se reposer uniquement sur les ressources humaines existantes. Aujourd’hui, 50% des quelque 300 000 employés de GE ont rejoint l’entreprise au cours des cinq dernières années. “Lorsque nous avons commencé notre transformation technologique, les hauts dirigeants de GE étaient plus souvent des avocats que des ingénieurs. Aujourd’hui, c’est le contraire”, explique Immelt.
Nous étions un conglomérat classique. Aujourd’hui, nous sommes une startup âgée de 125 ans (…) qui invente le futur de l’internet des objets
Convaincu qu’on ne peut se transformer en étant timoré — l’objectif de transformation doit, dit-il, devenir “une question de vie ou de mort” — il mise tout sur ce fameux “Internet industriel”
Enfin, GE développe une plateforme logicielle dénommée Predix pour la collecte et l’analyse des données provenant des machines connectées.
Show 5 more annotations

Le Club XXIème siècle soutient ViensVoirMonTaf !

logo_club21emeDepuis 12 ans, ce réseau promeut la diversité comme une opportunité pour le pays.
Le club soutient des dizaines de milliers de jeunes partout en France et en Europe.
 
Quelques uns de leurs programmes les plus connus : Financités, Talentcités, Les Entretiens de l’excellence, des dîners-débats avec des personnalités politiques (Najat Vallaud-Belkacem, Alain Juppé en octobre)…
 
Le Club a désigné un référent ViensVoirMonTaf pour guider ses adhérents dans l’accueil d’un stagiaire !
Pour en savoir plus : http://club21siecle.org/
 
 

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu