Avertir le modérateur

17/03/2018

Le temps s'en va, le temps s'en vient,Tout est nouveau, tout est ancien.Ce qu'est le mal, ce qu'est le bien, A toi de le savoir enfin,N'aie plus d'espoir et n'aie plus peur, Ce qui est vague,vague meurt;A tout appel,à tout appât,A méditer sans modération

La blockchain>FranceWebSharing & MyNewsCenterNavigator>FranceWebAsso>Les doctrines positives, qu'elles soient religieuses, philosophiques, de droit ou d'état, ne sont qu'autant de plaidoiries ingénieuses de l'esprit,

poissysmartcity,francewebasso,poissyvilleconéctée,stefanv.raducanu,francewebe-globalnetwork,poissy,france,culture,mihai eminescula blockchain>francewebsharing,mynewscenternavigatorpoissysmartcity,francewebasso,poissyvilleconéctée,stefanv.raducanu,francewebe-globalnetwork,poissy,france,culture,mihai eminescula blockchain>francewebsharing,mynewscenternavigator«Regardez le cadeau que ce pays m'a offert!»

Pour les travailleurs de l'état l'honneur, pour les soldats la gloire, pour les princes la....

Mihai Eminescu, il est utile de le rappeler tant il est peu connu en France, est considéré en Roumanie comme le génie national, un peu comme William Shakespeare en Angleterre ou Johann Wolfgang von Goethe en Allemagne. Les diacritiques roumains ne sont pas plus respectés qu'ailleurs et pour les expressions en grec et en latin, heureusement peu nombreuses,

.En 1883 Eminescu a écrit "Luceafărul" (Lucifer, ou Hypérion, ou L'étoile du Nord), poème devenu célèbre. Il était le premier écrivain roumain à publier dans toutes les provinces roumaines. Son génie littéraire, son engagement politique et l’intérêt qu'il portait aux problèmes des roumains de partout, l'ont consacré poète national de la Roumanie, de la République de Moldavie, et des roumains qui vivent en Ukraine.
Eminescu est consideré par l'historien roumain Nicolae Iorga le parrain de la langue roumaine moderne. Ses poèmes ont été traduits dans plus de 60 langues.

Lire la suite

Le pauvre Dionis. suivi de Cezara de Mihai Eminescu

Les doctrines positives, qu'elles soient religieuses, philosophiques, de droit ou d'état, ne sont qu'autant de plaidoiries ingénieuses de l'esprit, de cet advocatus diaboli forcé par le vouloir de les argumenter. Ce misérable avocat est forcé de tout mettre sous une lumière étincelante, et, l'existence étant elle-même misérable, est obligé d'orner de fleurs et d'un semblant de sagesse impénétrable la misère de l'existence, pour leurrer à l'école et à l'église ces petits toucans qui entrent à peine en scène sur la valeur de la vie réelle. Pour les travailleurs de l'état l'honneur, pour les soldats la gloire, pour les princes la magnificence, pour les savants le renom, pour les sots le ciel, et de la sorte une génération trompe celle qui suit par cet advocatus diaboli légué, par cet esclave contraint à la malice et aux sophismes, qui ici se lamente comme un pope, là prend une mine sérieuse de professeur, là-bas parlemente comme un avocat ou prend les traits misérables d'un mendiant ; le dernier pour un verre de vin dont il rêve in petto, les autres pour un titre, de l'argent, une couronne, mais tous au fond dans un moment d'ivresse.
Voilà ce que j'apprends de mes maîtres les abeilles: dans leur école, je prends conscience que nous sommes des ombres sans volonté, des automates qui faisons ce qu'il faut que nous fassions, et que, pour que le jouet ne nous lasse pas, nous avons cette poignée de cervelle qui voudrait nous prouver qu'en vérité nous faisons ce que nous voulons, que nous pouvons faire une chose ou pas… […]
La vie intérieure de l'histoire est instinctive; la vie extérieure, les rois, les popes, les savants, ne sont que lustre et que phrase; et, comme d'après l'habit de soie posé sur un cadavre on ne peut savoir en quel état se trouve celui-ci, de même d'après ces vêtements trompeurs on ne peut connaître le fin mot de l'histoire elle-même.
modele modele   29 juillet 2015
poissysmartcity,francewebasso,poissyvilleconéctée,stefanv.raducanu,francewebe-globalnetwork,poissy,france,culture,mihai eminescula blockchain>francewebsharing,mynewscenternavigator
GLOSE
Le temps s'en va, le temps s'en vient,
Tout est nouveau, tout est ancien.
Ce qu'est le mal, ce qu'est le bien,
A toi de le savoir enfin;
N'aie plus d'espoir et n'aie plus peur,
Ce qui est vague, vague meurt;
A tout appel, à tout appât,
Reste insensible, reste froid.

A méditer sans modération…

Sylvie Modele
Mihai Eminescu
ISBN : 2853992454
Éditeur : Publications de l'Université de Provence (01/01/1990)
Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Tandarica
Tandarica   15 février 2015  
   

Citation de Mihai Eminescu - La vie est un bien perdu pour celui qui ...

Mihai EMINESCU : Biographie, Tombe, Citations, Forum ...

Mihai Eminescu - Ses 2 meilleures citations

Toutes les citations de Mihai Eminescu - Evene - Le Figaro

Citations et Proverbes | Mes citations et proverbes trouvés au hasard ...

Mihai EminescuPremière Épitre, Mihai Eminescu
in Les Cing Epitres de Mihai Eminescu

Dans « Les pièges de l'histoire, l'élite intellectuelle roumaine (1930-1950) », la traductrice déclare dans sa note n° 2 de la page 56 : « Intraductibles, les poèmes de Mihai Eminescu ont pourtant de nombreuses traductions, toutes insuffisantes. Nous préférons ici le rendu littéral de ces quelques mots ». Il s'agit de la citation suivante : « Du Dniestr à la Tisza/Tout Roumain se plaint/De n'avoir plus de place/De tant d'étrangers/... Qui les aime tant/Que les chiens dévorent son coeur... ». Il s'agit des quatre premiers vers du poème Doïna, ainsi que de deux autres, plus éloignés : « De la Nistru pân' la Tisa/Tot Românul plânsu-mi-sa/Că nu mai poate străbate/De-atâta străinătate. » Je vous propose de comparer avec la traduction d'Elisabeta Isanos en 1993 : « De Nistrou jusqu'à Tissa/Plaintes roumaines ne cessent pas,/Car les chemins nous sont coupés/Par la foule des étrangers ». Je note que la rime est bien présente et que les différences de sens ne sautent pas aux yeux, c'est le moins que l'on puisse dire. Pour juger de la suite : « Cine-au îndragit străinii/Mânca-i-ar inima câinii » ou bien : « Qui chérit tous ces païens,/Que son coeur nourrisse les chiens ». Je suis simplement reconnaissante envers Elisabeta Isanos, dont le courage de s'attaquer à l'intraduisible et le dur labeur nous rendent accessible ce poète hors normes.
modele modele   29 juillet 2015
Très belle anthologie des plus beaux poèmes d'Eminescu en édition bilingue, roumain-français.
Voilà un livre à lire absolument et à offrir à toute personne intéressée par la littérature authentique.
Les éditions Non Lieu nous proposent sous une forme particulièrement réussie l'une des plus remarquables voix poétiques européennes, inaccessible jusque-là aux lecteurs français.
Elles ont fait ce qu'aucune autre maison d'édition n'avait eu le courage et la lucidité de faire pour le plus emblématique des écrivains roumains.
Sylvie Modele
 
Francharb3
Francharb3   05 novembre 2014  
Videos de Mihai Eminescu (3)   
La traduction de la poésie est déjà chose suffisamment délicate (c'est-à-dire qu'entre autres, il faut que ça rime et il éventuellement compter les pieds...) mais là il s'agit pour les Roumains du génie national. S'y attaquer est donc loin d'être une mince affaire. Je me garderai donc bien d'une prise de position quelconque et me contente de constater qu'il existe une traduction, qui est en même temps une sélection de poèmes d'Eminescu et que c'est déjà un grand mérite, dans la mesure où sans cela son oeuvre me serait en grande partie inaccessible.
Que rajouter : comme souvent dans ce type d'anthologie, c'est un peu une succession de morceaux de bravoure, l'unité n'est pas évidente. Mais il faut aussi relever que l'édition est bilingue, donc lorsque le français rend mal la musicalité originale, il est toujours possible de se référer au roumain. Pour le reste, Dieu sait que tout cela méritait en effet d'être traduit. Pour ceux qui réussiraient à trouver ce livre (car cela non plus n'est pas chose aisée), commencer par la fin : "Mai am un singur dor" (Un seul désir me reste), la dernière poésie est un si ce n'est le grand classique du génie national, à lire absolument.
 
evemartignac evemartignac   08 août 2015
D’ici à l’étoile qui paraît…

D’ici à l’étoile qui paraît
Le chemin est si long à franchir
Qu’il a fallu bien des années
À sa lumière pour venir.
Elle s’est peut-être éteinte avant
Dans le bleu profond des lointains
Tandis que son rayon ne vient
Briller à nos yeux qu’à l’instant.
L’image de l’étoile entrevue
Doucement monte au loin.
Vivante on ne la voyait point,
Lorsqu’on la voit, c’est qu’elle n’est plus.
De même, lorsque notre amour meurt
Et qu’il se perd dans la nuit,
La lumière de notre amour mort
Lui survit et nous poursuit.

De ce nu-mi vii ?

Vezi, rândunelele se duc,
Se scutur frunzele de nuc,
S-aşază bruma peste vii –
De ce nu-mi vii, de ce nu-mi vii ?
O, vino iar în al meu braţ,
Să te privesc cu mult nesaţ,
Să razim dulce capul meu
De sânul tău, de sânul tău !
Ţi-aduci aminte cum pe-atunci,
Când ne plimbam prin văi şi lunci,
Te ridicam de subsuori
De-atâtea ori, de-atâtea ori ?
În lumea asta sunt femei
Cu ochi ce izvorăsc scântei…
Dar, oricât ele sunt de sus,
Ca tine nu-s, ca tine nu-s !
Căci tu înseninezi mereu
Viaţa sufletului meu,
Mai mândră decât orice stea,
Iubita mea, iubita mea!

Tu ne viens pas, pourquoi, pourquoi ?

Tu vois, les hirondelles fuient,
Les feuilles tombent des noyers,
Les vignes rousses ont gelé,
Tu ne viens pas, pourquoi, pourquoi ?
Reviens te glisser dans mes bras,
Mes yeux ont tant besoin de toi,
Et mon visage de se sentir
Contre ton sein, de s’y blottir !
Est-ce qu’il te souvient d’autrefois,
Quand nous allions par champs et bois ?
Quand je te prenais dans mes bras,
Tout contre moi, tout contre moi ?
Il y a des femmes ici-bas
Dont les regards vous ensorcellent…
Aussi séduisantes soient-elles,
Tu es plus qu’elles, tu es toi !
C’est toi qui éclaircis le ciel,
Souvent troublé, de mes pensées,
Aucune étoile n’est plus belle,
Ô mon amour, ma bien-aimée !

Târzie toamnă e acum,
Se scutur frunzele pe drum,
Şi lanurile sunt pustii…
De ce nu-mi vii, de ce nu-mi vii ?

L’automne doucement s’éteint,
Les feuilles jonchent les chemins,
Les champs brusquement se sont tus,
Tu ne viens pas, tu ne viens plus ?
 
Francharb3   08 mai 2015
How then when upspinging passion,
Wild emotions in one rise,
How should one find sober judgement ?
How retain impassive eyes ?
(TO THE CRITICS)
Tandarica   08 mai 2015
Cupid, dreadfully spoiled rascal,
Many a hoax stored in his head,
With the children romps and scampers,
With the ladies sleeps in bed.
(Cupid...)
elybartha elybartha   20 septembre 2013
Les êtres humains se partagent en deux catégories: ceux qui cherchent durant toute leur vie et ceux qui trouvent mais ils ne sont pas contents.
elybartha   20 septembre 2013
Une bonne école est celle qui incite l'élève à accumuler plus des connaissances que la matière enseignée, qui lui permet de savoir plus que son enseignant.
elybartha   20 septembre 2013
L'idée de la valeur est toute relative, car chacun mesure en fonction de ses propres intérêts.

25/08/2017

PoissySmartCity -> Pourquoi la France veut-elle durcir les règles sur le travail détaché? Au lieu d'essayer d'imposer des changements au niveau européen, agissez en France d'abord !Ce que la France peut apprendre de la Roumanie, la flat tax (impôt à 16%)

1agld1r.gifOneGlobalLocal->FranceWebSharing..->Visite d'Emmanuel Macron à Bucarest, Ce que la France peut apprendre de la Roumanie, Au lieu d'essayer d'imposer des changements au niveau européen, agissez en France d'abord !

1agld1r.gifCe que la France peut apprendre de la Roumanie

  • Par Nicolas Lecaussin
  • Publié
En trois jours, Emmanuel Macron va rencontrer les dirigeants de cinq pays d'Europe centrale et orientale.

 

FIGAROVOX/TRIBUNE - Bogdan Calinescu, direct de l'IREF, voit dans la visite d'Emmanuel Macron en Roumanie une occasion de renouer avec un pays encore francophile mais qui s'éloigne de plus en plus de la France.


Bogdan Calinescu publie en France sous le pseudonyme de Nicolas Lecaussin. Il est Directeur de l'IREF et a écrit plusieurs essais dont Cet État qui tue la France, L'absolutisme efficace, Au secours, ils veulent la peau du capitalisme, L'obsession antilibérale française, Échec de l'État (coauteur)…


Monsieur le Président, vous allez visiter l'un des pays qui a le plus souffert du communisme mais qui est aujourd'hui en pleine croissance économique. Vous rencontrerez un président issu de la minorité des Saxons de Transylvanie, avec un prénom et un nom typiquement allemands, dont l'élection en 2014 a été largement saluée en Europe comme un bel exemple de démocratie… Par contre, méfiez-vous du Premier ministre et du gouvernement issu d'un parti de gauche avec de nombreux anciens apparatchiks dans ses rangs, certains déjà condamnés ou poursuivis pour corruption. Un parti qui a gagné les élections en décembre dernier surtout grâce à un taux d'abstention frôlant les 60 %...

La Roumanie a beaucoup de points communs avec la France mais aussi énormément de différences. Il est vrai, ça reste un pays francophone avec encore beaucoup de jeunes et d'intellectuels francophiles. Mais, malheureusement, cela se perd de plus en plus. Les étudiants préfèrent aller étudier à Londres, en Allemagne, au Canada ou aux États-Unis… Pour ce qui est du nombre, il y a environ 4 000 étudiants roumains en France, en baisse de plus de 7 % depuis 2010 (à titre de comparaison, la France accueille plus de 36 000 étudiants marocains), la Roumanie arrivant même en queue du peloton (19ème sur 20 pays d'origine des étudiants étrangers en France) selon le classement Campus 2017.

Il y a une grande différence que vous devrez comprendre Monsieur le Président. Contrairement à la France, la Roumanie est un pays qui croit énormément en ses racines chrétiennes (orthodoxes) et voit la laïcité comme une trahison de son Histoire. En Roumanie, vous verrez des jeunes faire le signe de la croix juste en passant devant une église, vous entendrez des messes en pleine rue ou au Parlement avant les sessions ou bien avant le coup d'envoi de certains matchs de foot! Vous verrez des milliers de personnes se marcher dessus lors des fêtes de certains Saints et aussi le baisemain fait aux popes (prêtres) en pleine rue. D'après plusieurs sondages récents, les Roumains ont peur des migrants musulmans malgré de nombreux étudiants originaires des pays du Moyen Orient qu'on peut apercevoir en période scolaire dans les grandes villes universitaires de Roumanie. Les pays de l'Europe de l'Est n'ont pas connu d'attentat et on s'assoit en terrasse ou l'on prend les transports en commun sans regarder inquiets à gauche ou à droite…

Pour ce qui est de son économie, vous devriez prêter attention à quelques réformes qui pourraient vous inspirer comme la flat tax (impôt à taux unique pour tout le monde) à 16 %, ce qui a rendu la vie des entrepreneurs et des contribuables beaucoup plus facile tout en augmentant les rentrées fiscales. La Roumanie connaît des taux de croissance (3-4 % par an et 5,7 % au dernier trimestre) qui feraient pâlir d'envie n'importe quel pays au monde (avec la Pologne, la Roumanie affiche les plus forts taux de croissance du PIB en Europe).

Vous souhaitez aborder le problème des travailleurs détachés en France en affirmant que vous souhaitez encadrer plus ce statut. C'est assez contradictoire avec vos convictions européennes et les principes de libre circulation. Comme vos prédécesseurs, vous invoquez le risque de «dumping social» tout en proposant une certaine «harmonisation sociale» européenne qui a, heureusement, très peu de chances d'aboutir. Les chefs d'entreprise français croulent sous les impôts, taxes et charges alors qu'un chef d'entreprise en Roumanie par exemple est imposé à 16 % (flat tax) tant en matière d'IR que d'IS... et à 5 % sur les dividendes. Les charges sociales représentent souvent en France presque l'équivalent du salaire net ; en Roumanie, elles n'en dépassent pas 50 %! Au lieu d'essayer d'imposer des changements au niveau européen, agissez en France d'abord! Ne faudrait-il pas s'attaquer plutôt à une vraie réforme du marché du travail en France accompagnée d'une baisse massive des impôts et charges qui étouffent les entrepreneurs français?

Monsieur le Président, la Roumanie est encore un pays francophile mais qui s'éloigne de plus en plus de la France. Votre visite est l'occasion de séduire à nouveau ce pays grâce aux notions de liberté, de civilisation et d'échanges.

FranceWebSharing->Au lieu d'essayer d'imposer des changements au niveau européen, agissez en France d'abord !Visite d'Emmanuel Macron à Bucarest : ce que la France peut apprendre de la Roumanie

Travailleurs détachés: Macron parie sur un accord avant la fin de l'année

VIDÉO - En déplacement en Roumanie ce jeudi, Emmanuel Macron n'a pas réussi à obtenir d'accord explicite sur une réforme de la directive des travailleurs détachés. Il reste néanmoins «persuadé» qu'un accord sera trouvé avant la fin de l'année.

Emmanuel Macron poursuit sa tournée en Europe de l'est sur le thème des travailleurs détachés. Après l'Autriche mercredi, le président français s'est rendu ce jeudi à Bucarest, en Roumanie, pour rencontrer le président Klaus Iohannis et échanger sur un éventuel durcissement des règles sur le travail détaché. Mais le président français, qui souhaite une «refondation en profondeur» de la directive, n'a pas réussi à obtenir d'accord avec son homologue roumain. Si Klaus Iohannis a estimé que la directive européenne sur le travail détaché devait en effet être améliorée, il n'a pas exprimé d'accord clair avec Emmanuel Macron sur la nécessité de le faire d'ici janvier et selon les termes du président français.

Emmanuel Macron s'est toutefois dit «persuadé» qu'un accord serait trouvé avant la fin de l'année, estimant que faute d'amendement, le dumping fiscal et social engendré par la directive mettrait en danger l'Union européenne. Si rien n'est fait, «ça éclatera», ce sera «un démantèlement de l'Union européenne», car «aucune opinion publique des pays fortement développés n'acceptera le système tel qu'il fonctionne», a estimé le chef de l'État français.

» VIDÉO - C'est quoi un travailleur détaché?

Espérant certainement convaincre son homologue roumain, il a ajouté qu'il soutiendrait l'entrée de la Roumanie dans l'espace Schengen, une fois que les règles de cet espace auront été rénovées. «Vous êtes en droit de demander votre intégration dans Schengen. J'y suis totalement ouvert» a-t-il indiqué. Par ailleurs, le président français a accepté de séparer la question des transporteurs routiers qui circulent en Europe, sujet très sensible en Roumanie: «Nous aurons ensuite une autre négociation sur le transport routier», a-t-il assuré.

» Lire aussi - Pourquoi la France veut-elle durcir les règles sur le travail détaché?

La veille, le chef de l'État était en déplacement en Autriche, où il a rencontré le chancelier Christian Kern. Là-bas, Emmanuel Macron n'a pas hésité à durcir le ton d'emblée. Selon lui, la directive des travailleurs détachés est une «trahison de l'esprit européen dans ses fondamentaux». Il a ajouté que «le marché unique européen et la libre circulation des travailleurs n'ont pas pour but de favoriser les pays qui font la promotion du moindre droit social». Emmanuel Macron fait ainsi de la refonte du système actuel une mesure indispensable pour lutter contre les arguments populistes. «C'est ce qui dans nos pays nourrit le populisme et érode la confiance dans le projet européen», a-t-il déclaré.

» Lire aussi - Emmanuel Macron à l'assaut sur le front des travailleurs détachés

Lors d'une conférence de presse commune mercredi, la France et l'Autriche ont indiqué avoir un «parfait alignement» de vues sur le dossier. Après avoir rencontré, lors de ce déplacement en Autriche, ses homologues tchèques et slovaques - qui refusaient a priori de toucher à cette directive, Emmanuel Macron a déclaré: «Nous avons des différences de situation mais je crois en l'Europe des bonnes volontés», avant de mentionner un «compromis» qui devrait se conclure aux alentours du mois d'octobre. En quête du même objectif, Emmanuel Macron se rendra vendredi en Bulgarie. La première ministre polonaise Beata SzydloPologne, opposée à une refondation de la directive, a néanmoins averti ce jeudi que le point de vue de Varsovie ne changerait pas: «Nous ne changerons pas de position. Nous la défendrons jusqu'au bout parce que c'est une position favorable aux intérêts des travailleurs polonais», a-t-elle déclaré à la presse.

08/02/2017

De 1982 à 1986, Claude Estier a entretenu des relations suivies avec la Securitate, la police secrète de Nicolae Ceausescu, comme le révèlent des documents inédits, récemment déclassifiés, que L'Express a pu consulter.

Quand Ceaucescu espionnait les Français

Pendant plus de quarante ans, les agents roumains en poste dans l'Hexagone ont surveillé des hommes politiques. Et les ont parfois recrutés. Plongée dans des archives tout juste déclassifiées de la Securitate.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu