Avertir le modérateur

04/01/2017

PoissySmartCity,PoissyWebCitoyen,FranceWebAsoo & MyNewsCenterNavigator, Ideas make a difference, How free market ideology perverts the vocabulary of democracy, Aeon is not-for-profit and free for everyone

 

Jason Stanley

is a professor of philosophy at Yale University in Connecticut. His latest book is How Propaganda Works (2015). 

 

Published in association with
Princeton University Press
an Aeon Partner

Brought to you by curio.io, an Aeon partner

1,200 words

Edited by Marina Benjamin

 
Republish
 
 
 

Can government support of the free market dampen its love of democracy?

38Responses
At the Maryland State House. <em>Photo Danny Huizinga/Flickr</em>
At the Maryland State House. Photo Danny Huizinga/Flickr

Citizens of the United States are quite taken with the vocabulary of liberal democracy, with words such as ‘freedom’ and ‘democracy’, which conjure key democratic values and distance the nation from the Old World taint of oligarchy and aristocracy. It is much less clear, however, that Americans are guided by democratic ideals. Or that ideology and propaganda play a crucial role in concealing the large gap between rhetoric and reality.

In truth, the Old World systems have proved extremely difficult to shrug off. In their 2014 paper, Martin Gilens and Benjamin Page argue that, as in an oligarchy, ordinary US citizens have no ‘substantial power over policy decisions [and] little or no independent influence on policy at all’.

Moreover, the US regularly subscribes to a form of managerial aristocracy. In Michigan, Governor Rick Snyder successfully replaced the mayors and city councils of several cities with ‘emergency managers’ supposedly able to negotiate financial emergencies better than elected officials. In the current presidential race, Hillary Clinton advertises her managerial expertise via the language of policy, while Donald Trump parades his via the language of business. Neither language is democratic. Neither invites self-governance.

Why is there no outcry about these oligarchical and aristocratic methods? Is it because plutocrats have power over the mechanisms of representation and repression? Is it, in short, about power? In my view, power can’t explain why voters are so enthusiastically voting for the very people who promise the least democratic outcomes. Nor are Americans knowingly rejecting democratic ideals. Instead, I see an anti-democratic ideology at work, inverting the meaning of democratic vocabulary and transforming it into propaganda.

Consider the example of mass incarceration in the US. Black Americans make up around 13 per cent of the population, but around 40 per cent of country’s ballooning prison population. Even if we assume, falsely, that black American crime rates justify this disparity, why is the state so punitive? Shouldn’t citizens instead be motivated to address the underlying socio-economic conditions that lead to such dramatic differences in behaviour between equals?

In The New Jim Crow (2010), Michelle Alexander argues that a national rhetoric of law and order has long justified mass incarceration. President Richard Nixon used it to crack down on black Americans under the cover of an epidemic of heroin use; this continued in the 1980s, as a merciless ‘war on drugs’ whose victims were all too often black men. In the US, the ideology of anti-black racism takes the view that blacks are violent and lazy, thereby masking the misapplication of the ideals of law and order.

Compare the ‘war on drugs’ to the current heroin crisis among middle-class white Americans, which has led to a national discussion of the socio-economic distress facing this class. Law and order doesn’t come into it. ‘The new face of heroin’ is new because, unlike the old face, it calls out for an empathetic response, rather than a punitive one. Now that heroin is ravaging white communities not black ones, the language of law and order (deemed appropriate to keep blacks in their place) has been retired. More significant still is that while the ideals of law and order preclude their unequal application, the propaganda of law and order does not: Americans were thus prevented from seeing the disguised gradient of law and order by racist ideology.

But what is the flawed ideology masking the misapplication of democratic ideals? Let’s bring it out by exploring the most cherished US democratic ideal, the ideal of freedom – popularly embodied in attacks on ‘big government’. Voters are repeatedly told that ‘big government’ is the primary source of coercion that limits freedom, which it certainly sometimes does, as the Patriot Act reminds us. But corporations also limit civic freedom in significant ways.

For example, corporations are leading direct attacks on the freedom to collectively bargain. Via outsourcing, free trade agreements allow corporations to move jobs to countries where labour is cheap; meanwhile, as a result of pressure from the conservative non-profit Citizens United, corporations can fund political candidates, thereby increasing corporate control of government. The weaker a government is, the more power corporations have over it. Across the political spectrum, there is anger that government is too influenced by industry lobbyists.

Voters concerned about government – as opposed to corporate – constraints on freedom are under the grip of what I will call a free market ideology. According to that ideology, the world of capital is by its nature free. All other substantial freedoms, including political freedom and personal freedom, are made possible by the freedom of markets.

Why do citizens who cherish freedom as an ideal vote to constrain their own freedoms by increasing the power of corporations? It’s because free market ideology masks the ways in which corporations deploy undemocratic modes of coercion. When a corporation bans employees from expressing, outside of work, opinions it disapproves of, this is seen as a legitimate protection of its economic interests. If workers have to sign non-disclosure contracts that silence them after they are employed elsewhere, it’s accepted as the cost of doing business.

The contradictions here are telling. If our most basic freedoms are self-expression and choiceful action, then corporations frequently limit our most basic freedoms. In liberal democratic theory, it is government that is regarded as the protector of such rights. But it’s precisely because government is attacked in the name of freedom that corporations have vastly greater power to constrain and shape it. 

Free market ideology uses democratic vocabulary as propaganda, obscuring a non-democratic reality. Take education. In a liberal democracy, education equips citizens with the tools and confidence to weigh in on policy decisions and play a role in their own self-governance. Hence, democratic education is at the very centre of democratic political philosophy, as the philosophies of Jean-Jacques Rousseau, W E B Du Bois, John Dewey and Elizabeth Cady Stanton attest. But the US rhetoric surrounding education is explicitly anti-democratic. Citizens prefer ‘efficient’ education systems that train children to perform vocational tasks, rather than education that fosters community, autonomy and civic participation.

The rhetoric politicians use when running for office is usually explicitly anti-democratic. Managerial culture is paradigmatically undemocratic: a CEO is like a feudal lord. But if markets are zones of freedom, then CEOs ought to be its representatives. Free market ideology also explains why, when politicians with great wealth run for office, voters are not put off by the threat of oligarchy: wealth is acquired in markets – which are the source of freedom. Finally, free market ideology explains why voters so easily give up their right to hold institutions accountable to experts who promise ‘efficiency’. Efficiency is the ideal of business, and business is the engine of the market – again the source of freedom.

Free market ideology has perverted democratic vocabulary, transforming it into propaganda that, in turn, obscures an anti-democratic reality. Yet there’s hope that voters have wised up to this and begun to challenge party elites. Such moments of awareness feel dangerous but offer great opportunities. Voters are using the proper tool – elections – to make their concerns heard. Will anyone listen?

 Ideas make a difference

If you enjoy Aeon, please show your support

23/11/2016

1946 : naissance du modèle social français, Il est inspiré à la fois du programme économique du Conseil national de la résistance, et des idées socialistes et communistes d’après-guerre.

Denis Kessler, ancien vice-président du MEDEF, écrit dans l'éditorial du magazine Challenges en octobre 2007 :

« Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s'y emploie. Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d'importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme... A y regarder de plus près, on constate qu'il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C'est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance10 ! »

Qu’est-ce que le modèle français ?

Publié le dans Histoire de l'économie
 

1946 : naissance du modèle social français

Publié le dans Histoire de l'économie
Notre modèle social est beaucoup plus récent qu’on ne le pense. Petite analyse de l’introduction du socialisme dans nos institutions

Par jean-Baptiste Noé.

Etat providence (Crédits H16, licence Creative Commons)On évoque souvent le modèle social français pour le louer ou le dénoncer. Mais alors que beaucoup le pensent créé depuis des temps immémoriaux, il est en réalité très récent puisqu’il fut bâti à l’issue de la deuxième guerre mondiale, et date, pour l’essentiel, d’une batterie de lois prises en 1946. Il est inspiré à la fois du programme économique du Conseil national de la résistance, et des idées socialistes et communistes d’après-guerre.

C’est notre État-providence, qui fait désormais quasiment l’unanimité de la classe politique. Ce modèle social repose sur une quintuple idée de l’État : entrepreneur, planificateur, protecteur, logeur, aménageur. Hormis Renault, nationalisé dès la Libération pour cause de collaboration avec l’ennemi, les grandes vagues de nationalisation ont été menées en 1946, sous le gouvernement du socialiste Félix Gouin. Parmi celles-ci, les mines, avec la création des charbonnages de France, le gaz et l’électricité, donnant naissance à EDF et GDF, Air France, et de nombreuses banques et assurances. Ainsi que la sécurité sociale, dont l’affiliation n’était pas obligatoire au moment de sa création en 1945 par le Général de Gaulle. L’État planificateur s’organise avec Jean Monnet, qui fonde le Commissariat au Plan, tentative française d’application d’une vision dirigiste d’une économie qu’il faut rebâtir suite aux nombreuses destructions de la guerre. L’État protecteur se manifeste dans l’organisation de l’État-providence, dont le modèle français suit l’exemple anglais du rapport Beveridge. L’État sort de son cadre régalien pour devenir la main invisible des personnes dans une société de plus en plus protégée.

L’État pense la vie. Deux ans plus tard, en 1948, c’est aussi la mise en place d’une politique du logement, malthusienne et centralisée. La fameuse loi de 48 maintient fixe les coûts de location. Elle a pour conséquence de ruiner les propriétaires qui, face à l’inflation, n’ont plus les moyens de faire les nécessaires travaux d’entretien de leurs biens. L’État logeur organise la politique des HLM, de l’organisation spatiale des populations, et du contrôle des constructions des communes. L’esprit de 46 souffle sur les nombreuses lois logement, dont les lois SRU et Duflot ne sont que les ultimes rejetons.

Autre charme de 1946, l’adoption du statut général des fonctionnaires, largement inspiré par Maurice Thorez, chef du PCF, qui se prolonge en 1947 avec la création des NMPP, qui obtiennent le monopole de la distribution de la presse à Paris, et un contrôle quasi permanent des quotidiens.

Le modèle économique et social qui nous gouverne encore est donc récent dans l’histoire du pays et, à ce titre, nous vivons dans la continuité des erreurs et des espérances de l’après-guerre. Il est exagéré de dire qu’il est lié au pacte républicain, car la république, datant de 1792 puis de 1875, n’a pas de lien direct avec ce modèle d’inspiration socialo-communiste datant de 1946. Fut-il efficace ? Certains historiens y voient les raisons du grand développement économique que connut la France, et que Jean Fourastié appela Trente glorieuses. Cela est assez contestable, car les difficultés que subit le pays dans les années 1970 sont largement dues à l’obsolescence de ce modèle, et c’est son démantèlement progressif, à partir des années 1980, qui permit à la France d’affronter les changements liés à la mondialisation, et à ses grands groupes de conquérir des sommets.

1agld1r.gifFrance, Quelle model social français dans 10 ans

Borlo

Je crains que dans le cas ou le FN aurait réellement des chances de prendre la tete du gouvernement, l’UMPS ne fasse le choix de la Suede et nous prive definitivement de la democratie…
Ce modèle Français est son cancer mais les medecins auto-proclamés craignent que l’ablation ne soit fatale et preferent tous attendre une mort qu’ils diagnostiqueront comme naturelle alors que leur mission est d’avoir le courage de trancher: poser le diagnostic ( comme ici sur contrepoint tous les jours!) Et expliquer au patient que l’ablation risque peut-être d’être fatale mais que ne rien faire l’est assurément. ..

il faut lire « La France injuste : 1975-2006 : pourquoi le modèle social français ne fonctionne plus » de Timothy Smith qui est socia démocrate, celui ci démontre comment le modèe social francais loin d’être redistributif envers les plus pauvres sert à certaines catégories de personnes (notamment les fonctionnaires). Cet ouvrage démontre, dans une perspective de centre gauche, que le modèle français est : premièrement, de manière générale, non redistributif envers les pauvres ; deuxièmement, il est lui-même la cause principale du chômage ; troisièmement, il est injuste pour les jeunes, les femmes, les immigrés et leurs descendants ; enfin, quatrièmement, il est intenable financièrement.»

Tout a été mis en place par le régime totalitaire fasciste de Pétain dès la fin de 1940. Depuis les quelques rares modifications mises en place n’ont fait qu’aggraver la situation.
La France est devenue depuis un pays totalitaire : l’individu n’a plus de liberté (voir les Libérés de la Sécu) et étouffe sous le poids de l’Etat voulu par Pétain dès ces années sombres. Mais on n’apprend pas cet aspect de l’histoire dans les écoles et personne n’ose en parler ouvertement, on se ferait taxer paradoxalement de « fasciste » … Merci à Contrepoints, l’un des rares sites honnête sur le web français !

01/10/2016

Les gagnants et les perdants de la mondialisation,Des débouchés dopés par la mondialisation,La mondialisation a également profité aux consommateurs, en particulier aux plus démunis, qui ont vu leur pouvoir d’achat ...

Les gagnants et les perdants de la mondialisation

Antoine d’Abbundo, le 22/09/2016 à 9h07

La globalisation des échanges a permis de faire sortir de la pauvreté des pays émergents. Mais elle a aussi fait des perdants dans les pays industrialisés.

Commissaire européen au commerce de 1999 à 2004, puis directeur général de l’OMC jusqu’en 2013, Pascal Lamy (1) est l’un de ceux qui ont été en première ligne de cette « globalisation » tant décriée. « Une phase historique d’expansion du capitalisme de marché qui a nourri la croissance et produit des effets de bien-être massifs », se défend-il.

i Pourquoi lire La Croix ?
  • La Croix choisit dans le flot de l'actualité des pépites à mettre en lumière, en privilégiant le recul et l'analyse.
  • La Croix vous explique, avec pédagogie et clarté, le monde qui vous entoure, afin que vous puissiez bâtir votre opinion.
  • La Croix met en lumière la dimension spirituelle des hommes et des événements.
  • La Croix vous offre une information de référence sur l'actualité religieuse.
  • La Croix s'efforce de donner des éléments de compréhension sur des sujets graves.
  • La Croix privilégie le débat serein et approfondi, entre chrétiens et avec ceux qui ne croient pas ou croient autrement.
  • La Croix vous donne la parole tant sur le papier (rubrique 'Courrier') que sur son site (blogs, réseaux sociaux, ...).
  • La Croix met en valeur les lieux ou les sujets où se joue la dignité des hommes et des femmes de ce temps.
  • La Croix va sur le terrain, et met en lumière des acteurs de l'actualité, célèbres ou modestes.
  • La Croix vous donne, au quotidien, des raisons d'espérer.
+
 

Le principal gain est sans doute à chercher dans la sortie massive de la pauvreté des pays émergents, Chine en tête, qui ont su faire valoir leurs « avantages comparatifs », en l’occurrence une main-d’œuvre abondante, habile et bon marché, pour s’imposer comme les « ateliers du monde ».

> Relire : Dans les pays émergents, les classes moyennes dopent la croissance

D’où la montée en puissance d’une classe moyenne cantonnée, hier encore, aux pays de la triade États-Unis, Europe, Japon. « En 2030, sur une population de 9 milliards d’habitants, 5 milliards appartiendront aux classes moyennes, dont 3 milliards vivront en Asie, en Amérique latine et en Afrique. Ce sont eux les grands gagnants de la mondialisation », précise Pascal Lamy.

Des débouchés dopés par la mondialisation

Les pays développés ont eux aussi largement bénéficié de cette intensification sans précédent des échanges. « Cela a dopé les entreprises les plus efficaces, accéléré le progrès technique, ouvert de formidables débouchés, notamment pour un petit pays comme la France qui a pu faire valoir sa forte image de marque à l’étranger dans des secteurs comme le luxe ou la production agricole », souligne Emmanuel Combe, professeur à l’université Paris 1 et à l’ESCP Europe.

> A lire : Peut-on rendre la mondialisation acceptable ?

La mondialisation a également profité aux consommateurs, en particulier aux plus démunis, qui ont vu leur pouvoir d’achat décupler. Une étude du Cepii, centre de recherche et d’études sur l’économie mondiale, montre ainsi que si la France se fermait à tout commerce avec les pays émergents, il en résulterait une perte évaluée entre 1 200 et 3 000 € par an et par ménage.

Mais si les riches sont devenus plus riches et les pauvres moins pauvres, la mondialisation a aussi fait des perdants. « Comme l’avait théorisé l’économiste Schumpeter avec le concept de destruction créatrice, la globalisation malmène les systèmes économiques et sociaux anciens pour en faire surgir de nouveaux. Mis en concurrence sur le marché mondial, les cols blancs et les cols bleus des pays développés peuvent s’estimer moins bien traités, ayant subi une stagnation, voire une baisse de leurs revenus », convient Pascal Lamy.

230 000 emplois perdus du fait des délocalisations

La question de l’emploi est l’autre élément qui explique la montée de l’anxiété et de la colère face à une mondialisation jugée néfaste. Un rapport de la Banque de France évalue ainsi à 230 000 le nombre d’emplois perdus du fait des délocalisations. Une autre étude, de la Commission européenne cette fois, estime que le simple fait d’accorder le statut d’économie de marché à la Chine, ce qui lèverait un frein à ses exportations vers l’Union, coûterait 300 000 emplois à l’Europe.

Un danger qu’Emmanuel Combe invite à relativiser. « En trente ans, la France a perdu 2 millions d’emplois, dont 20 % seulement, selon la direction du Trésor, sont imputables aux délocalisations. Ne faisons pas de la mondialisation le bouc émissaire de tous nos maux », plaide-t-il.

Antoine d’Abbundo

(1) Quand la France s’éveillera, Éd. Odile Jacob, 2014, 7,90 €

08:27 Écrit par franceweb dans 21CenturyWebArchive, 3B,Beau,Bon,Bien, Agregator, AlertInfo, ArchiveWeb21, Articles, Blog, Blogs, Business, Communication & relations médias, Consummateur, Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu, Evénements, Exposants, France, FranceWeb, e-Globalnetwork, International, Madeleine et Stefan Raducanu de FranceWeb, Monde, MyNewsCenterNavigator, OneGlobalLocal, Opinion, Organisation, Organisme, Poissy en poche, Poissy Ville Connectée, PoissyWebCitoyen, PoissyWorldWide, Pub, Réseau, Sharing, SmartCity, Social, Social Media Intelligence, Société, Stefand'Internet, Un être culturel, Web,Web,Web, Work, World | Tags : francewebasso, franceweb, poissywebcitoyen, poissysmartcity, mynewscenternavigator, stefanv.raducanuu, sru-electronics, sociétés du savoir, portails de travail collaboratif, gestion de connaissances, transformation de l'information, km, bi, b2b, b2x, ie, poissy, france, paris, monde, world, network, networking, onegloballocal, ask, belive, stefa de france, stefan le grand, newsletters, people, performance &pay, contact facilitator, newsagregator, business, content, connaissances partagées, participative transformation, francewebsharing, interactive business communities, knowledge, risk and profits, sociotechnical system humankind has over seen, competitive intelligence for you, beyond knowledge, micro-moments, construire des sociétés de savoir avec franceweebasso, mondialisation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu