Avertir le modérateur

04/01/2017

PoissySmartCity,PoissyWebCitoyen,FranceWebAsoo & MyNewsCenterNavigator, Ideas make a difference, How free market ideology perverts the vocabulary of democracy, Aeon is not-for-profit and free for everyone

 

Jason Stanley

is a professor of philosophy at Yale University in Connecticut. His latest book is How Propaganda Works (2015). 

 

Published in association with
Princeton University Press
an Aeon Partner

Brought to you by curio.io, an Aeon partner

1,200 words

Edited by Marina Benjamin

 
Republish
 
 
 

Can government support of the free market dampen its love of democracy?

38Responses
At the Maryland State House. <em>Photo Danny Huizinga/Flickr</em>
At the Maryland State House. Photo Danny Huizinga/Flickr

Citizens of the United States are quite taken with the vocabulary of liberal democracy, with words such as ‘freedom’ and ‘democracy’, which conjure key democratic values and distance the nation from the Old World taint of oligarchy and aristocracy. It is much less clear, however, that Americans are guided by democratic ideals. Or that ideology and propaganda play a crucial role in concealing the large gap between rhetoric and reality.

In truth, the Old World systems have proved extremely difficult to shrug off. In their 2014 paper, Martin Gilens and Benjamin Page argue that, as in an oligarchy, ordinary US citizens have no ‘substantial power over policy decisions [and] little or no independent influence on policy at all’.

Moreover, the US regularly subscribes to a form of managerial aristocracy. In Michigan, Governor Rick Snyder successfully replaced the mayors and city councils of several cities with ‘emergency managers’ supposedly able to negotiate financial emergencies better than elected officials. In the current presidential race, Hillary Clinton advertises her managerial expertise via the language of policy, while Donald Trump parades his via the language of business. Neither language is democratic. Neither invites self-governance.

Why is there no outcry about these oligarchical and aristocratic methods? Is it because plutocrats have power over the mechanisms of representation and repression? Is it, in short, about power? In my view, power can’t explain why voters are so enthusiastically voting for the very people who promise the least democratic outcomes. Nor are Americans knowingly rejecting democratic ideals. Instead, I see an anti-democratic ideology at work, inverting the meaning of democratic vocabulary and transforming it into propaganda.

Consider the example of mass incarceration in the US. Black Americans make up around 13 per cent of the population, but around 40 per cent of country’s ballooning prison population. Even if we assume, falsely, that black American crime rates justify this disparity, why is the state so punitive? Shouldn’t citizens instead be motivated to address the underlying socio-economic conditions that lead to such dramatic differences in behaviour between equals?

In The New Jim Crow (2010), Michelle Alexander argues that a national rhetoric of law and order has long justified mass incarceration. President Richard Nixon used it to crack down on black Americans under the cover of an epidemic of heroin use; this continued in the 1980s, as a merciless ‘war on drugs’ whose victims were all too often black men. In the US, the ideology of anti-black racism takes the view that blacks are violent and lazy, thereby masking the misapplication of the ideals of law and order.

Compare the ‘war on drugs’ to the current heroin crisis among middle-class white Americans, which has led to a national discussion of the socio-economic distress facing this class. Law and order doesn’t come into it. ‘The new face of heroin’ is new because, unlike the old face, it calls out for an empathetic response, rather than a punitive one. Now that heroin is ravaging white communities not black ones, the language of law and order (deemed appropriate to keep blacks in their place) has been retired. More significant still is that while the ideals of law and order preclude their unequal application, the propaganda of law and order does not: Americans were thus prevented from seeing the disguised gradient of law and order by racist ideology.

But what is the flawed ideology masking the misapplication of democratic ideals? Let’s bring it out by exploring the most cherished US democratic ideal, the ideal of freedom – popularly embodied in attacks on ‘big government’. Voters are repeatedly told that ‘big government’ is the primary source of coercion that limits freedom, which it certainly sometimes does, as the Patriot Act reminds us. But corporations also limit civic freedom in significant ways.

For example, corporations are leading direct attacks on the freedom to collectively bargain. Via outsourcing, free trade agreements allow corporations to move jobs to countries where labour is cheap; meanwhile, as a result of pressure from the conservative non-profit Citizens United, corporations can fund political candidates, thereby increasing corporate control of government. The weaker a government is, the more power corporations have over it. Across the political spectrum, there is anger that government is too influenced by industry lobbyists.

Voters concerned about government – as opposed to corporate – constraints on freedom are under the grip of what I will call a free market ideology. According to that ideology, the world of capital is by its nature free. All other substantial freedoms, including political freedom and personal freedom, are made possible by the freedom of markets.

Why do citizens who cherish freedom as an ideal vote to constrain their own freedoms by increasing the power of corporations? It’s because free market ideology masks the ways in which corporations deploy undemocratic modes of coercion. When a corporation bans employees from expressing, outside of work, opinions it disapproves of, this is seen as a legitimate protection of its economic interests. If workers have to sign non-disclosure contracts that silence them after they are employed elsewhere, it’s accepted as the cost of doing business.

The contradictions here are telling. If our most basic freedoms are self-expression and choiceful action, then corporations frequently limit our most basic freedoms. In liberal democratic theory, it is government that is regarded as the protector of such rights. But it’s precisely because government is attacked in the name of freedom that corporations have vastly greater power to constrain and shape it. 

Free market ideology uses democratic vocabulary as propaganda, obscuring a non-democratic reality. Take education. In a liberal democracy, education equips citizens with the tools and confidence to weigh in on policy decisions and play a role in their own self-governance. Hence, democratic education is at the very centre of democratic political philosophy, as the philosophies of Jean-Jacques Rousseau, W E B Du Bois, John Dewey and Elizabeth Cady Stanton attest. But the US rhetoric surrounding education is explicitly anti-democratic. Citizens prefer ‘efficient’ education systems that train children to perform vocational tasks, rather than education that fosters community, autonomy and civic participation.

The rhetoric politicians use when running for office is usually explicitly anti-democratic. Managerial culture is paradigmatically undemocratic: a CEO is like a feudal lord. But if markets are zones of freedom, then CEOs ought to be its representatives. Free market ideology also explains why, when politicians with great wealth run for office, voters are not put off by the threat of oligarchy: wealth is acquired in markets – which are the source of freedom. Finally, free market ideology explains why voters so easily give up their right to hold institutions accountable to experts who promise ‘efficiency’. Efficiency is the ideal of business, and business is the engine of the market – again the source of freedom.

Free market ideology has perverted democratic vocabulary, transforming it into propaganda that, in turn, obscures an anti-democratic reality. Yet there’s hope that voters have wised up to this and begun to challenge party elites. Such moments of awareness feel dangerous but offer great opportunities. Voters are using the proper tool – elections – to make their concerns heard. Will anyone listen?

 Ideas make a difference

If you enjoy Aeon, please show your support

23/11/2016

Que faire ? FranceWebAsso, Nous sommes l'Eternité, l'Infini, et l'Amour..«La terre est notre Communauté virtuelle».Présentation des projets de la nuit du numérique, « Le lien associatif est à l’origine des mutations de la société »

.Présentation des projets de la nuit du numérique

 

FW-pour-vous-et-avec-vous.gifPourquoi FranceWebAsso

Art de la photo_musical

FRANCEWEB un instrument d’intelligence collective ! Un état d'esprit

FRANCEWEB c’est d’abord et avant tout une attitude.

FWmultilingue.jpg

Une attitude face à Internet, aux bases de données, à l'accès à l'information.

Une attitude  face à nos membres et à nos partenaires. Une attitude face au progrès et à l'avenir.

1agld1r.gifVous devez créer une expérience utilisateur, imaginer des services dédiés pour engager une communauté, sourcer des informations auprès des internautes du monde en utilisant les réseaux sociaux.

Pour continuer de se développer, elle fusionne désormais avec le festival des idées. Plus grand, plus impertinent, plus percutant, le festival des idées est là pour challenger nos idées reçues et susciter un débat sur les transformations numériques de notre monde. 3poles.png

Devenez acteur de la transition numérique… participez au festival des idées Paris!

20150119_111932.jpg

Le sociologue Roger Sue est ­professeur à l’université Paris-Descartes - Sorbonne, et membre du Centre de recherche sur les liens sociaux (Cerlis). Il est aussi président du comité d’experts du réseau associatif Recherches & solidarités. Dans son dernier livre, La Contre-Société (Les liens qui libèrent, 250 p., 17 €), il explique ­notamment que l’explosion d’Internet et des réseaux sociaux est la conséquence de l’associativité dans la société.

Dans votre dernier essai, vous ­affirmez que c’est le lien associatif qui est à l’origine des profondes ­mutations de la société : de la multiplication des plates-formes numériques à la fragmentation du travail. N’est-ce pas l’inverse ?

Non. L’histoire industrielle montre que les technologies ne s’imposent jamais par hasard. Les tiroirs débordent de technologies qui n’ont jamais fonctionné, car elles ne correspondaient pas à des aspirations ou des besoins sociaux suffisamment ­développés.

La technologie Internet elle-même dormait un peu depuis une cinquantaine d’années. Elle avait été développée pour des raisons militaires et, tout d’un coup, elle émerge, embrase et sature un marché en très peu de temps, alors que c’est une technologie nouvelle, complexe et qui coûte cher. Et tout flambe, car le média met en relation les gens sur la forme, sur le mode dans lequel ils souhaitent échanger : le réseau, autrement dit l’associativité.

Le réseau est une conception ancienne. Saint-Simon est un associationniste du XIXe siècle. Un de ceux qui pensent l’associationnisme...

François Taddei

Clôture de la journée numérique
17 novembre à 17h30
Où : Université Paris Descartes, 21 rue de l’école de médecine, 75006 Paris, amphithéâtre Farabeuf

Biographie

Ingénieur devenu généticien, François Taddei, dirige une équipe Inserm à l’université Paris Descartes qui travaille sur l’ingéniérie des systèmes et les dynamiques évolutives. Il est un spécialiste reconnu de l’évolution et milite pour des approches interdisciplinaires tant dans la recherche que dans l’éducation.
Diplômé de Polytechnique, il est ingénieur en chef des Ponts, des Eaux et des Forêts, docteur en génétique et directeur de recherche à l’Inserm. Il est l’auteur de nombreuses publications dans des revues scientifiques internationales telles que Nature, PNAS, PLoS ou Science4. Participant à différents groupes de travail sur l’avenir de la recherche et de l’enseignement supérieur, François Taddei a notamment contribué à « France 2025 » (Diagnostic stratégique : dix défis pour la France), aux réflexions de la Commission européenne sur le rôle de la créativité dans l’éducation, à l’élaboration de la stratégie nationale de l’enseignement supérieur et au conseil d’orientation stratégique de France Universités Numériques.
Dans un rapport sur l’éducation remis à l’OCDE, François Taddei indique qu’au xxie siècle tout le monde doit avoir appris à apprendre, à coopérer, et à utiliser tous les savoirs disponibles, notamment ceux rendus accessibles par les nouvelles technologies. Il propose que les systèmes éducatifs s’inspirent de la « culture du questionnement », une nouvelle maïeutique 8, de meilleures pratiques internationales, et il soutient la création de lieux et d’outils dédiés au partage de l’expérience entre innovateurs. Il propose d’utiliser les nouvelles approches de science participative et de jeux de découvertes scientifiques pour ouvrir au plus grand nombre la formation par la recherche.
Fondateur avec Ariel Lindner du Centre de Recherches Interdisciplinaires, dédié aux échanges aux frontières entre disciplines, il y dirige une chaire de l’Unesco et de Sorbonne Paris Cité sur les sciences de l’apprendre, soutenue par un financement IDEFI des investissements d’avenir et dédiée à former ceux qui souhaitent réinventer les manières d’apprendre, d’enseigner et de faire de la recherche. Il dirige l’école doctorale Frontières du Vivant des universités Sorbonne Paris Cité, Paris Diderot et Paris Descartes qui accueille les étudiants désireux d’explorer les frontières entre disciplines et qui s’ouvre désormais aux frontières de l’apprendre et aux frontières des découvertes permises par le développement des nouvelles technologies. Avec Ange Ansour, il a initié le projet « savanturiers », à l’école de la recherche qui est déployé dans 20 écoles de la mairie de Paris depuis la rentrée 2013.
Pour ses recherches sur l’évolution et le vieillissement des bactéries, il a obtenu divers prix dont celui de l’Inserm, de la Fondation Bettencourt et le prix EURYI (European Young Investigator). Il est devenu Ashoka Fellow pour son rôle de porteur de changement dans le domaine de l’éducation et a été invité à faire de nombreuses conférences sur l’éducation comme à TEDxParis. Il a été nommé dans le dernier Haut Conseil de l’Éducation le 4 avril 2012 par le président du Conseil économique social et environnemental et siège dans les conseils scientifiques de la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire et d’Universcience.
Source : Wikipedia

1agld1r.gifContre le mur

L’événement transmédia

1agld1r.gifConférences

Les conférences partenaires

1agld1r.gifLa nuit du numérique, qu’est ce que c’est ?

1agld1r.gifJNUM 2015 - Présentation des projets de la nuit du numérique 1/2

1agld1r.gifJNUM 2015 - Présentation des projets de la nuit du numérique 2/2

Présentation des projets de la nuit du numérique par les étudiants

Liste des projets réalisés

Limi (grand prix du jury) est un système utilisant la réalité virtuelle afin de dé-dramatiser l’expérience des enfants dans les services de pédiatrie des hôpitaux : l’enfant est à tout moment accompagné d’un compagnon virtuel qui l’aide à appréhender les soins médicaux sans stress.

Trust your hand (prix technologique du jury) propose d’améliorer la formation continue des chirurgiens en instaurant un système de coaching en live des praticiens grâce à l’utilisation de lunettes en réalité augmentée.

Tildia (prix spécial du jury) est un plugin qui s’ajoute aux réseaux sociaux pour permettre aux étudiants de valoriser leurs expériences extra-scolaires en rassemblant toutes les traces de ces activités grâce au signe tilde.

Digital Village (prix du public) est un jeu vidéo social à l’échelle des résidents d’un immeuble : chacun des habitants incarne un personnage du jeu et reçoit des missions qui le mettront en contact avec ses voisins.

Power cup part du principe de mettre en concurrence les résidences universitaires pour leur permettre de réduire leur facture énergétique. La résidence du campus qui consomme le moins gagne la coupe imprimée en 3D qui retrace le suivi de sa consommation !

Minority RePresque est une plateforme permettant de collecter et de partager des tutoriels. Couplée avec des lunettes de réalité virtuelle, elle permet à l’utilisateur de fabriquer lui même ce dont il a besoin en étant aidé à chaque étape.

Can est une application mobile permettant de scanner les produits et ainsi d’avoir des informations sur l’empreinte écologique de ceux-ci.

1agld1r.gifLe festival des idées Paris – qu’est-ce que c’est ?

1agld1r.gifJNUM 2015 - HP Classe Mobile pour l'université

30 experts pour des solutions concrètes

Et si l’on agissait au lieu de s’agiter ? En matière d’inégalités, l’écart entre les discours et les actes est trop grand. L’ouvrage de l’Observatoire des inégalités donne la parole à des chercheuses et chercheurs qui travaillent au quotidien sur ces questions depuis des années. Certains viennent de publier leurs premiers travaux, d’autres y ont consacré toute leur carrière professionnelle. De l’école aux revenus, en passant par les services publics, la santé ou les inégalités entre les femmes et les hommes, ils dessinent leur champ des possibles.

Économistes, sociologues, juristes, philosophes, démographes : l’ouvrage « Que faire contre les inégalités ? 30 experts s’engagent » rend justice à des travaux trop souvent méconnus des responsables politiques. Des chercheurs qui « trouvent », on en trouve pour peu que l’on cherche. Si ces femmes et ces hommes étaient autant écoutés que les pseudo-experts des plateaux télé, leurs propositions pourraient nourrir des politiques publiques plus conformes aux attentes de la population et redonner du sens à la politique.

A quelques mois de l’élection présidentielle, ce « Que faire ? » n’est pas un bréviaire du militant de l’égalité, un discours-programme de parti politique. Ses contributeurs ne se sont pas concertés, ne sont pas toujours d’accord entre eux et l’Observatoire des inégalités ne partage pas nécessairement chacune des idées avancées. Mais ils partagent le sentiment qu’il est urgent de faire un pas en avant et de débattre sur les moyens d’avancer. Nous avons voulu ouvrir une boîte à idées, qui demande à être complétée au gré de l’avancée des travaux des spécialistes, de l’actualité des inégalités. Ce nouvel ouvrage s’adresse à toutes celles et ceux qui souhaitent plus d’égalité dans les faits. Et, bien sûr, à celles et ceux qui nous gouvernent et qui ont les moyens d’agir.

18/11/2016

MyNewsCenterNavigator & PoissySmartCity, FranceWezbSharing, An MBA can get you access to hot internships, sprawling alumni networks, and the most desirable jobs in the market.

Best Business Schools 2016

Full-Time MBA: U.S.

Rank School Employer survey rank (35%) Alumni survey rank (30%) Student survey rank (15%) Salary rank (10%) Job placement rank (10%) Ranking index score
1 Harvard 1 3 17 2 35 100.0
2 Stanford 20 1 22 1 57 90.6
3 Duke (Fuqua) 6 11 8 13 15 90.5
4 Chicago (Booth) 3 36 6 7 14 90.0
5 Dartmouth (Tuck) 8 7 28 6 13 89.7
6 Pennsylvania (Wharton) 4 10 30 4 21 89.7
7 MIT (Sloan) 2 25 25 3 29 89.4
8 Rice (Jones) 14 4 14 16 38 88.1
9 Northwestern (Kellogg) 7 19 13 10 18 87.3
10 UC Berkeley (Haas) 26 2 7 8 19 86.6
11 Columbia 5 31 24 5 28 86.6
12 Virginia 23 12 2 11 12 83.5
13 Michigan (Ross) 9 46 10 15 31 83.4
14 Yale 22 9 20 14 30 82.6
15 Carnegie Mellon (Tepper) 10 29 11 19 39 82.4
16 Cornell (Johnson) 11 22 37 9 48 80.2
17 NYU (Stern) 18 28 12 12 45 79.6
18 Texas A&M (Mays) 21 13 27 36 20 79.0
19 Washington (Foster) 12 40 36 26 11 78.9
20 Emory (Goizueta) 46 5 33 20 16 76.4
Show more
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu