Avertir le modérateur

15/05/2019

Renault exaspère Nissan.Faut-il encore investir dans l’or pour préserver son épargne ?Cession & Reprise d'Entreprises et Commerces Achat - Vente - Location de locaux professionnels

Toute l'actualité économique et financière au quotidien sur BFM Business

Visualisez le message en ligne | Ajoutez information@actu.bfmtv.com à votre carnet d'adresses
Vous recevez ce message car vous êtes inscrit à la newsletter BFM Business
 

 

 
BFM Business
Toute l'info éco
Edition du 15/05/2019
 
 
 
 
 
 
pub
     
 
 
   
 
 
  Nos services
 
 
   
 
   
 
 

Le direct BFM Business   Rechercher un Dirigeant   FacebookTwitterGoogle+
 
bfmbusiness.bfmtv.com   Gérer vos newsletters | Se désabonner

NextInteractive | Tous droits réservés
Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des informations qui vous concernent. Pour l'exercer, consultez nos Mentions légales et CGU sur BFMTV.com.
Cette newsletter contient des cookies destinés à personnaliser les annonces commerciales sauf opposition de votre part. Pour en savoir plus, suivez ce lien.

We hunt free high quality stock photos

11/05/2019

PoissySmartCityNetwork.Le Cap. L’entrepreneuriat démocratique.Le Comité de la Mairie de la ville est également en faveur du développement des startups.À San Francisco, les associations s’appuient sur la technologie pour réinsérer les sans-abris

2 maini.jpgL’entrepreneuriat démocratique

Politiquement, le Cap est un hub en Afrique du Sud. La ville est dirigée par l’Alliance Démocratique, qui a montré un soutien indéniable pour l’entrepreneuriat et l’innovation. Le Comité de la Mairie de la ville est également en faveur du développement des startups. Xanthea Limberg, qui supervise les services corporatifs au sein du comité, est catégorique sur l’importance des partenariats entre le secteur privé et le secteur publique. Elle était d’ailleurs un des membres du jury lors de l’événement organisé par Seedstars World au Cap.  

Les entreprises sont aussi en train de s’impliquer. Les banques, par exemple, comprennent que, dans cette nouvelle ère de gourous web surdoués, ils doivent proposer quelque chose d’attrayant et d’innovant. Standard Bank s’est lancé dans la bataille en lançant ses propres incubateurs, pour soutenir les entrepreneurs en Afrique du Sud. “Nous voulons devenir la banque des entrepreneurs”, souligne Linda Swart, en charge du projet.

Un lieu accueillant pour les entrepreneurs

S’ils recherchent des espaces de co-working, les entrepreneurs ont l’embarras du choix. Pour les plus hippies, le Woodstock Exchange abrite des lieux dynamiques comme The Barn et le Cape Town Garage. Daddy. O est aussi un excellent endroit situé dans le charmant Old Biscuit Mill. Pour ceux qui recherchent un environnement plus moderne, l’atelier baptisé Workshop 17 est entouré de baies vitrées et offre une magnifique vue sur le port. Les femmes préférant travailler entre elles ont Voices Club, récemment lancé à l’Hôtel Taj. La fondatrice du lieu, Shelley Webb a voulu créer un espace où les femmes intelligentes et motivées pourraient venir travailler sur leurs projets tout en étant capable d’interagir avec d’autres femmes entrepreneurs. Des relations publiques aux médias, en passant par la technologie, le choix est bien là !

À San Francisco, les associations s’appuient sur la technologie pour réinsérer les sans-abris

La ville dépense de plus en plus pour remédier à ce fléau qui touche ses concitoyens. 300 millions de dollars sont alloués cette année à la réinsertion des sans-abris. En amont, l’absence d’État-providence et donc de filet de sécurité est une des raisons qui explique le nombre élevé de SDF, 40% des Américains n’ont pas 400 dollars d’économie pour faire face à un imprévu.

« Près de 70% des sans-abris de la ville ont d’abord vécu et travaillé à San Francisco avant de se retrouver à la rue après avoir perdu leur emploi et leur toit », rappelle Kevin F. Adler, Fondateur et CEO de l’association Miracle Messages. Les cinq principales causes qui mènent à la condition de sans-abris sont en effet la perte d’emploi, l’addiction à la drogue ou à l’alcool, une dispute avec le logeur (ami ou famille), l’expulsion d’un logement ou une séparation avec un conjoint / partenaire.

Quand la technologie favorise la prise de conscience

Kevin F. Adler a fondé Miracle Messages en se demandant à quoi ressemblait la vie des SDF et ce qui changerait s’ils avaient accès à certains outils digitaux : « mon oncle Mark était schizophrène et a eu des périodes pendant lesquels il était à la rue, je me suis toujours demandé quelle était sa vie quand il n’était pas présent à Noël… et un jour j’ai proposé à des sans-abris volontaires de porter une caméra GoPro pour enregistrer et partager leur quotidien. J’ai été choqué par ce que j’ai vu et ressenti, par exemple des parents éloignaient leurs enfants de la personne sans-abri, comme s’ils avaient peur qu’elle puisse leur faire du mal. »

La même envie de compréhension, de partage et d’empathie a animé la start-up LavaMae pour son projet artistique. La jeune pousse, dont la raison d’être est de mettre à disposition des SDF des douches mobiles, a installé mi-septembre d’autres équipements qui ont attiré les passants. Un casque, une tablette et de la réalité augmentée ont ouvert les yeux des San Franciscains sur le sort des sans-abris et leur ont permis de visualiser la vie des personnes à la rue devant lesquels ils passent souvent sans un regard.

Après la prise de conscience, vient le temps de l’action. La technologie est alors encore un outil efficace tant pour soutenir les sans-abris que pour leur donner les moyens de s’aider eux-mêmes.

Soutenir les sans-abris dans l’urgence

Pour soutenir les sans-abris, les dons sont un premier pas. Or, les applications et autres cartes de crédit bancaires ont souvent complètement remplacé l’argent sonnant et trébuchant dans les poches. Rares sont ceux qui ont de la monnaie à distribuer. C’est en partant de ce constat que la jeune pousse Samaritan a lancé son application à Seattle. Le principe est simple : tous les sans-abris volontaires sont gardiens d’un beacon, une sorte de balise de géolocalisation qui notifie les utilisateurs de l'application, puis grâce au bluetooth, à chaque fois qu’un utilisateur se trouve à proximité d’un porteur de beacon, il reçoit une alerte et un accès à quelques informations que la personne sans domicile souhaite partager. Le passant peut alors de transférer de l’argent qui ne sera utilisable que pour acheter des biens de consommation dans des enseignes partenaires. La jeune pousse envisage de proposer ses services à New York et Austin, ils pourraient aussi bénéficier à la Californie - l’État américain au plus grand nombre de sans-abris.

Une autre manière pour les passants de secourir les sans-abris consiste à alerter sur l’application Concrn de la présence d’une personne en état de crise (de folie ou liée à la toxicomanie) dans le quartier de Tenderloin à San Francisco. La start-up prévient alors un tiers formé pour dialoguer avec les personnes en détresse qui pourra la réorienter vers le service ou l’hébergement adéquat.

Dans ces situations les sans-abris sont passifs. Mais la technologie peut les pousser à prendre leur destin en mains en s’adressant aux structures compétentes. Des initiatives comme One Degree ou Bridge facilitent également la mise en contact avec les services sociaux. C’est l’objectif de ShelterTech et en particulier du programme AskDarcel. Pour les aider à trouver un hébergement ou un autre type de service pour SDF via sms ou par la voix, le bot Casey est en préparation et devrait être lancé d’ici à la fin de l’année. Enfin ShelterConnect a vocation à offrir du wifi gratuit dans les centres d’hébergements.

Des programmes technologiques pour trouver un emploi

Ce sont dans ces hébergements que les sans-abris devraient trouver le programme qui leur correspond pour les aider à se réinsérer. C’est en tout cas là que Victoria Westbrook, a entendu parler de Code Tenderloin, dont elle est aujourd’hui la directrice des programmes et opérations. « En sortant de prison, une femme du foyer m’a recommandé le programme de Code Tenderloin en me disant que cela m’aiderait à avoir un meilleur emploi et non pas un travail alimentaire. J’étais encore à moitié incarcérée dans le centre – il fallait avoir une raison liée à la réinsertion pour en sortir – c’est ce qui m’a poussé à rejoindre le programme au départ : je voulais passer plus de temps en dehors de cet endroit. » Victoria Westbrook apprend alors à « refaire son CV sur une page au lieu de quatre, à avoir davantage confiance en [elle] et s’entraîne à passer des entretiens ». La formation lui fait réaliser qu’il n’y a pas d’autres limites que celles qu’elle se met : « mon parcours me façonne mais ne me définit pas ».

C’est cette philosophie qu’elle enseigne désormais aux participants aux cours. Deux programmes les aide à trouver un travail : « le programme de préparation à l’emploi (JRP - Job Readiness Program) s’étale sur 20 heures par semaine pendant 4 semaines et le programme Code Ramp (de développement web) dure 72 heures espacées sur 6 semaines ». Pour la directrice, « de nos jours tout le monde devrait avoir quelques notions d’informatique de code, peu importe ce que vous ferez ». C’est la raison pour laquelle « tous les travaux en classe sont fait à l’ordinateur, pour familiariser les étudiants à la technologie ». De belles histoires découlent de ces cours. Victoria Westbrook se souvient par exemple de Mark, qui avait à peine 18 ans quand elle l’a rencontré et qui voulait devenir développeur logiciel. « Il a participé aux deux programmes. Il n’avait jamais codé avant mais il a adoré cela. Il a continué après Code Tenderloin, a participé à un hackathon, remporté le premier et commence chez Facebook bientôt, à moins de 21 ans. » Quand à la femme qui a recommandé le programme à Victoria Westbrook, elle travaille désormais chez Microsoft. « On suggère de chercher un emploi dans l’industrie de la tech parce qu’il y a beaucoup d’argent mais tout le monde n’est pas intéressé. Au final, on encourage les gens à faire ce qu’ils veulent et on les aide à trouver un emploi aussi en contactant directement les entreprises partenaires. »

De trouver un emploi à trouver un logement il n’y a qu’un pas

Les participants aux programmes de Code Tenderloin sont sans domicile fixe mais ne dorment pas forcément dans la rue. « On en a eu quelques-uns mais en général les personnes qui dorment dans des tentes ont trop de soucis pour pouvoir se concentrer sur un emploi. Si vous ne pouvez pas prendre une douche tous les jours et que vous devez vous déplacer avec l’ensemble de vos affaires constamment, aucun employeur ne travaillera avec vous. Ceux qui sont dans des refuges ou occupent un canapé chez un proche sont ceux qui réussissent le mieux parce qu’ils ont le minimum de sécurité nécessaire pour sortir de la misère. » Le cercle vertueux est alors enclenché avec l’emploi, « dès que votre premier salaire tombe vous pouvez trouver un logement : des programmes vous aident à payer le premier et dernier mois de loyer mais à condition d’avoir un salaire ».

Pour ces personnes dans la précarité, mettre un toit sur leur tête est le prélude à une stabilité retrouvée. Or, pour louer un appartement, une chambre, recevoir des soins : le sans-abri doit pouvoir disposer de ses papiers d’identité. S’il a vécu dans la rue, les probabilités de les avoir perdu, de se les être fait voler ou de les avoir abîmé sont fortes. C’est la raison pour laquelle la ville d’Austin, lauréate d’une bourse du Mayor’s Challenge program, a lancé, il y a quelques mois, un pilote avec la technologie Blockchain pour conserver ces documents précieux des SDF de manière sécurisée et confidentielle, tout en offrant aux fournisseurs de services un moyen d’accéder à ces informations. L’objectif est ainsi de créer un historique pour mieux secourir les sans-abris, et savoir par exemple à quel type de traitement il a déjà eu accès et quel a été l’effet sur son état de santé.

Retrouver un proche pour retrouver confiance en soi

Le point commun des sans-abris, quelle que soit leur histoire, est l’isolement, l’absence ou le manque de soutien. Kevin F. Adler a souvent entendu des sans-abris dire « Je n’ai pas réalisée que j’étais à la rue en perdant ma maison, je m’en suis rendu compte quand j’ai perdu contact avec ma famille et mes amis ». Or le lien social est essentiel à une réinsertion réussie et peut aussi déclencher cette envie de s’en sortir. « Un jour je suis sortie marcher sur Market Street et j’ai juste demandé à chaque personne à la rue si elle avait de la famille et voulait reprendre contact. C’est comme ça que j’ai rencontré Jeffrey, qui n’avait pas vu sa famille en 22 ans. On a enregistré une vidéo où il s’adressait à sa nièce et son neveu, et on l’a posté sur un groupe Facebook de sa ville d’origine. En une heure la vidéo a été partagée des milliers de fois, a été reprise par des médias locaux et a reçu des commentaires de personnes qui souhaitaient apporter leur aide au sans-abri, certains l’avaient connu. La soeur de Jeffrey a été taguée dans les 20 minutes et le lendemain on l’avait au bout du fil pour organiser les retrouvailles. » C’est comme cela qu’est né Miracle Messages et que son fondateur a décidé de s’y consacrer à plein temps.

Une main tendue, de la volonté, une vidéo et des réseaux sociaux suffisent à mettre le pied à l’étrier des sans-abris. Bien sûr, retrouver sa famille ne résout pas tous les problèmes, « mais nous essayons de profiter de ce momentum d’espoir et de possibilité. D’abord pour mettre en contact les sans-abris avec les services sociaux à même de les aider. Et pour donner des conseils à la famille : quelles sont les questions à poser, les conversations à avoir quand tout le monde est heureux et enthousiaste plutôt que deux mois plus tard quand l’ancien sans-abri n’a toujours pas de travail à la surprise de la famille. Nous ne fournissons pas les services mais nous essayons d’orienter et de guider les sans-abris et leurs proches retrouvés », explique Kevin F. Adler.

Deux raisons en particulier expliquent que les personnes sans domicile fixe ne tentent pas d’elles-même de joindre leur famille. « La première est liée aux sentiments de honte, de peur, d’embarras, d’isolement. Quand quelqu’un change d’avis après avoir voulu reprendre contact avec sa famille c’est en général parce qu’il ne veut pas être vu dans cette situation de vulnérabilité par ses proches, il ne veut pas être perçu, regardé comme un SDF. » En moyenne, les personnes aidées par Miracle Messages n’ont pas eu de contact avec leur famille depuis 20 ans. L’autre barrière est technique : « les personnes à la rue ne savent pas forcément utiliser internet, n’ont pas toujours un smartphone, ne connaissent pas par coeur tous les numéros de téléphone… et de l’autre côté les proches se heurtent à l’administration et à la bureaucratie. Les foyers et refuges ne dévoilent pas les noms des personnes qu’ils hébergent ». Pour les SDF, outrepasser ces obstacles implique aussi de reprendre confiance en soi et de se détacher du regard de la société et de « cette impression de ne servir à rien et d’être un fardeau ». Aujourd’hui, 80% des clients de Miracle Messages ont des retombées positives en terme de santé « mentale, physique et de lien social » et 80% des proches de SDF contactés sont enthousiastes à l’idée des retrouvailles. L’association a mis en place plusieurs procédés : une hotline avec le numéro de téléphone 1800-miss-you, le hashtag #MiracleMessages, les comptes Facebook et Twitter, des bases de données pour les familles et les sans-abris et une application à venir bientôt.

La technologie ne fait pas tout mais peut être utilisée pour donner le coup de pouce nécessaire au processus de réintégration sociale… à condition que tout le monde ait les compétences informatiques et accès à ces outils.

Rédigé par Sophia Qadiri
Responsable éditoriale et journaliste

Comment réguler les réseaux sociaux? Un rapport dévoile les principales pistes françaises

  • 4 Commentaires
  • modifié il y a 1 heure
Que ce soit vite mis en place, comme cela on pourra vite retirer les fake gouvernementaux, ( de la promesse de Macron d octobre 2017 d expulser tout les clandestins ayant commis un delit, du mensonge de castaner sur les attaques d hôpitaux, ou bien encore la promesse de Loiseau que l UE investira dans l écologie 1000 milliards d ici a 2024, soit 200milliards par an alors que l UE a un budget annuel global de 160milliards par an..)
 
Encore un CSA comité theodule !
 
En gros donner accès à facebook et sûrement les autres à toutes nos données .... vu ce qu'ils en font, on peut s'attendre au pire.
Déjà qu'ils payent entièrement leurs impôts chez nous ...
 
  • il y a 1 heure
Un peu ce que propose l’autre fondateur de FB quoi...
 

08/05/2019

Erasmus pour jeunes entrepreneurs aide les futurs entrepreneurs européens à acquérir les compétences nécessaires pour lancer et / ou gérer avec succès une petite entreprise en Europe.PoissySmartCity,MyNewsCenterNavigator&FranceWebAsso,

Je suis social : on peut quelquefois constater
Que des riches aussi je me fais écouter.

La Résistible Ascension d'Arturo Ui (1941) de

Bertolt Brecht
 

PoissyMySmartCityGlobalVillage>La Ville Ouverte>Intelligence collective, travail collaboratif. Travailler avec amour c'est tisser l'etoffe avec des fils tirés de votre coeur, comme si votre bien-aimé devait porter cette étoffe.FranceWebAsso

francewebeglobal-avec-vous3.jpgIMG_20190507_162718.jpgC'est bâtir une maison avec affection, comme si votre bien-aimé devait demeurer en cette maison.

FranceWebAsso Travail collaboratif

Ing.StefanV.Raducanu,MySelTab,MyNewsCenter.Comment rendre le monde meilleur.

La jeunesse éternelle est à celui qui veille, et j’ai veillé, Seigneur, et je veille toujours, de l’aube au crépuscule, et du crépuscule au jour.appel à contribution - Copie.gif

0GR3TXHD_400x400SR.jpg2 maini.jpgDiffuserVision 21,Un nouveau grand défi>Comment connecter plus de personnes avec un accès à Internet et à la technologie, quels que soient leur âge, leur emplacement, leur formation ou leurs capacités?

Learn, Meet, Discover, Exchange, Collaborate, Connect, Anywhere, Anytime, Any device, the people..by the people, everything

Vision 21, making a difference to lives, through learning & work placements.

Digital Workplace FranceWeb Solutions Collaboratives

FranceWebAsso Travail collaboratif

Les outils pour entreprendre.Une mutation 4 opportunités : SOCIALE, SOCIETALE, TERRITORIALE, INTERNATIONALE. Service gagnant..FranceWebAsso, Prendre le virage serviciel...

Regardez avec moi

FranceWebAsso,RESEAU de l'apprendre>2 maini.jpgModèle

 "The secret of the success"

 

FW-pour-vous-et-avec-vous.gif

"Un pour Tous"..

"Tous pour Un"..

"Chacun pour Soi"

0GR3TXHD_400x400SR.jpgImaginez ce que nous pouvons faire ensemble

FRANCEWEB group

FranceWeb Planète

RECHERCHER,

 

FranceWebAsso La nouvelle société du savoir..

La recherche qualitative, qui met l'accent sur l'exploration, la compréhension, la contextualisation, l'introspection et la construction de théories, fournit une base solide pour des mesures quantitatives, une mise à l'échelle et une généralisation plus larges. La recherche quantitative, qui met l'accent sur de grands échantillons, peut fournir une vue d'ensemble d'un domaine pouvant révéler des tendances, des incohérences, etc., pouvant être analysée plus avant à l'aide de méthodes qualitatives. Approche qualitative ou quantitative ? Le choix dépend du type de données nécessaire pour un problème de recherche particulier. La principale différence entre recherche qualitative et quantitative n’est pas la «qualité», mais la procédure. Il est tout à fait possible de quantifier des données qualitatives ou d’exercer une analyse qualitative des données quantifiées. Les méthodes qualitatives et quantitatives ne s'excluent pas mutuellement.  

Il faut avoir bien conscience que le but d’une recherche qualitative est le plus souvent de découvrir des idées, de développer une compréhension détaillée et approfondie d'un phénomène, d’acquérir une compréhension qualitative des raisons et motivations sous-jacentes, de poser un large éventail de questions, de développer une compréhension initiale du paradigme qualitatif du champ étudié. L’approche qualitative met l’accent sur la compréhension, se concentrant sur la compréhension du point de vue du répondant, et ouvre la voie à des généralisations par comparaison de propriétés et de contextes individuels.

Le Big Data se situe clairement dans le domaine des approches quantitatives, mais pour certains il ne se compose pas que de données, mais aussi de traces, c’est-à-dire d’éléments quantitatifs dont la pertinence n’est pas totalement assurée et dont il faut se méfier. Par exemple, une transaction effectuée sur internet est clairement une donnée, mais une page vue, les traces d’un parcours sur le web ne seraient que des éléments, dont les significations ne seraient pas certaines. Dans un contexte de numérisation de la société, une avalanche de traces est produite, qui autorise la multiplication « d’approches corrélationnistes radicales» qui oublient fréquemment que corrélation n’est pas causalité.

Dans le monde du Big Data d’aujourd’hui, les approches qualitatives restent indispensables pour traiter des problèmes humains qui ont pratiquement toujours des dimensions relatives difficiles à appréhender quantitativement. Par exemple, on a, depuis de nombreuses années, identifié statistiquement en France des travailleurs pauvres, mais par un défaut d’analyse qualitative et d’attention à cette notion de pauvreté qui est relative dans notre société d’hyperconsommation, on n’a pas vu venir le mouvement des gilets jaunes aux fins de mois difficiles.

Pour aller plus loin sur la notion de trace, vous pouvez utilement consulter l’article suivant : Les sciences sociales face aux traces du big data

Ensemble créons de la valeur 

FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 C'est notre capital !

FranceWeb en un clic de souris,

Collaborer ! Anticiper ! Innover !

Comment fonctionne le programme EYE ?

« Erasmus pour jeunes entrepreneurs » est un programme d'échanges transfrontaliers qui donne aux nouveaux ou futurs entrepreneurs la possibilité d'apprendre des entrepreneurs expérimentés qui dirigent de petites entreprises dans d'autres pays participants.

L'échange d'expériences a lieu lors d'un séjour chez un entrepreneur expérimenté, ce qui aide le nouvel entrepreneur à acquérir les compétences nécessaires pour gérer une petite entreprise.

L'hôte profite de nouvelles perspectives sur son entreprise et a la possibilité de coopérer avec des partenaires étrangers ou de découvrir de nouveaux marchés.

Erasmus pour jeunes entrepreneurs aide les futurs entrepreneurs européens à acquérir les compétences nécessaires pour lancer et / ou gérer avec succès une petite entreprise en Europe. Les nouveaux entrepreneurs rassemblent et échangent des connaissances et des idées commerciales avec un entrepreneur expérimenté, avec lequel ils restent et collaborent pendant une période de 1 à 6 mois.

Le séjour est en partie financé par la Commission européenne. 

Pour en savoir plus : consultez le guide joint.

Contact :

Julie Giordano – Tel. 04 93 13 74 61  Julie.giordano@cote-azur.cci.fr

Erasmus pour jeunes entrepreneurs

https://www.erasmus-entrepreneurs.eu/index.php?lan=fr
 
Le programme «Erasmus pour jeunes entrepreneurs» est un programme d'échanges transfrontaliers qui offre aux jeunes et aux futurs entrepreneurs la ...

En quoi consiste le programme Erasmus pour les jeunes entrepreneurs

https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F32142
 
14 juin 2018 - À l'initiative de la Commission européenne, le programme d'échange Erasmus pour jeunes entrepreneurs (Erasmus for young entrepreneurs) ...

Erasmus pour Jeunes Entrepreneurs — Wikipédia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Erasmus_pour_Jeunes_Entrepreneurs
 
Erasmus pour Jeunes Entrepreneurs est un nouveau programme européen de mobilité offrant à de jeunes entrepreneurs la possibilité d'acquérir un nouveau ...

Le Programme Erasmus pour jeunes entrepreneurs

https://fr.april-international.com/.../le-programme-erasmus-pour-jeunes-entrepreneurs
 
51% des jeunes européens souhaiteraient créer leur entreprise. Pourtant, très peu d'entre eux se lancent dans une aventure qui, mal préparée, peut très vite ...

Erasmus pour jeunes entrepreneurs - Mobilité, Erasmus - Toute l'Europe

https://www.touteleurope.eu/actualite/erasmus-pour-jeunes-entrepreneurs.html
 
7 août 2017 - Créer sa propre entreprise est le rêve de nombreux jeunes européens. Peut être le vôtre ? Se lancer dans cette aventure est un pari ambitieux ...

Erasmus pour entrepreneurs : six mois quelque part en Europe..., La ...

https://business.lesechos.fr › Entrepreneurs › Startup › La communauté
 
24 avr. 2018 - Après six mois en Italie dans le cadre du programme européen Erasmus pour jeunes entrepreneurs, François Guyot a décidé de s'inspirer de ...

EUROCHAMBRES - Programme Erasmus pour jeunes entrepreneurs ...

https://les-aides.fr/fiche/.../programme-erasmus-pour-jeunes-entrepreneurs.html
31 août 2018 - Le programme "Erasmus pour jeunes entrepreneurs" est un programme de mobilité destiné aux entrepreneurs européens. Il permet aux ...

Erasmus pour les jeunes entrepreneurs - europa.eu

https://europa.eu/youreurope/business/running.../erasmus...entrepreneurs/index_fr.htm
 
21 févr. 2019 - Vous pourriez postuler au programme d'échanges Erasmus pour jeunes entrepreneurs. Ce programme, en partie financé par l'UE, offre la ...

Le programme "Erasmus pour jeunes entrepreneurs" | Je crée dans ...

https://jecreedansmaregion.fr/.../le-programme-erasmus-pour-jeunes-entrepreneurs-15...
 
Le programme "Erasmus pour jeunes entrepreneurs". Par Chambre de Commerce italienne de Lyon Publié le 31 juillet 2018 - Mis à jour le 31 juillet 2018 ...

Le programme Erasmus spécial Jeunes Entrepreneurs ...

https://www.cerfrancegironde.fr/.../le-programme-erasmus-special-jeunes-entrepreneu...
 
Vous souhaitez entreprendre ou vous avez déjà créé votre entreprise ? Le programme « Erasmus pour Jeunes Entrepreneurs » vous propose d'acquérir une ...

Erasmus pour jeunes entrepreneurs - entreprises.cci-paris-idf.fr


https://www.entreprises.cci-paris-idf.fr › ... › Clubs et réseaux › Nos partenaires
 
12 avr. 2019 - Le programme Erasmus pour jeunes entrepreneurs est financé par la Commission européenne et est mis en œuvre au sein de l'Union ...

Erasmus pour jeunes entrepreneurs | 1819.be

https://www.1819.brussels/fr/subsides/erasmus-pour-jeunes-entrepreneurs
 
ERASMUS FOR YOUNG ENTREPRENEURS est un programme européen qui offre la possibilité aux entrepreneurs débutants d'effectuer un échange de 1 à 6 ...

Erasmus pour jeunes entrepreneurs - CBE Sud Luberon - Pertuis

www.cbesudluberon.com/accompagnement-entrepreneurs/erasmus/
 
Erasmus pour jeunes entrepreneurs. ENCOSI-logo-web-rvb ERASMUS-LOGOs-14_FR_54f5e51d99ad4. ERASMUS, ce n'est pas que pour les étudiants…

Erasmus pour jeunes entrepreneurs - Orientation Sud

www.orientationsud.fr/Page/Contenu/264
 
Quoi ? Vous pouvez, grâce à ce programme, acquérir des connaissances et compétences en matière de gestion d'entreprise, vivre de nouvelles expériences, ...

ERASMUS jeunes entrepreneurs | Maison de l'Europe à Nantes

maisoneurope-nantes.eu/blog/partir-en-erasmus-pour-jeunes-entrepreneurs/
 
Le programme «Erasmus pour jeunes entrepreneurs» est un programme d'échanges transfrontaliers qui offre aux futurs entrepreneurs la possibilité de se ...

Erasmus For Young Entrepreneurs - Mouvement des entrepreneurs ...

mouves.org › Le Mouves en régions › Les Grands programmes
 
Erasmus pour jeunes entrepreneurs est un programme d'échange financé par l'Union européenne à destination des entrepreneurs. Lancé en 2009 par la ...

Info Day – Erasmus Jeunes Entrepreneurs - ADICE

https://adice.asso.fr › Actualités › Mobilité Internationale
 
27 mars 2018 - Le programme Erasmus pour jeunes entrepreneur , fi nancé par la Commission Européenne, est un programme d'échanges transfrontaliers ...

Programme Erasmus pour les jeunes entrepreneurs | Auvergne ...

www.auvergne-rhone-alpesolidaires.org/.../programme-erasmus-pour-les-jeunes-entre...
 
29 oct. 2018 - Erasmus for Young Entrepreneurs (EYE) est un programme d'échange destiné aux nouveaux entrepreneurs, qui a pour objectif de leur ...

Les jeunes entrepreneurs européens ont leur programme d'échange ...

https://fr.euronews.com › Infos › Business
 
13 juil. 2018 - Business Planet nous emmène à Athènes, découvrir Erasmus pour jeunes entrepreneurs, un programme européen d'échange d'expérience ...

Erasmus pour jeunes entrepreneurs - En route pour le monde

https://www.enroutepourlemonde.org/sinformer/partir.../erasmus-jeunes-entrepreneurs...
 
 
 

Recherches associées à « Erasmus pour jeunes entrepreneurs »

createur d entreprise

loi pour créer une entreprise

creation entreprise

démarche pour créer son entreprise

Barman Vendeur Gardien de prison Infirmier Présentateur télé
La moitié des emplois sont susceptibles d'être un jour automatisés. Voici quelques exemples​. Lir
Dans trente ans, estiment les scientifiques, l'intelligence artificielle dépassera celle cumulée de tous les habitants de la planète. Les machines tenteront alors de "transformer les humains en cyborgs".​ Lire

Scénario: le maître du jardin

 Sylvie Roussel-Gaucherand nous présente un conte d’Arménie qui montre combien il est difficile de créer de l’abondance (le nombre d’années à vivre) à partir de la rareté (la rose) sans être prévoyant.

Il était un roi d’Arménie. Dans son jardin de fleurs et d’arbres rares poussaient un rosier chétif et pourtant précieux entre tous.

Le nom de ce rosier était Anahakan. Jamais, de mémoire de roi, il n’avait pu fleurir. Mais s’il était choyé plus qu’une femme aimée, c’était qu’on espérait une rose de lui, l’Unique dont parlaient les vieux livres.

Il était dit ceci : « Sur le rosier Anahakan, un jour viendra la rose généreuse, celle qui donnera au maître du jardin l’éternelle jeunesse. »

Tous les matins, le roi venait donc se courber dévotement devant lui. Il chaussait ses lorgnons, examinait ses branches, cherchait un espoir de bourgeon parmi ses feuilles, n’en trouvait pas le moindre, se redressait enfin, la mine terrible, prenait au col son jardinier et lui disait :

« Sais-tu ce qui t’attend, mauvais bougre, si ce rosier s’obstine à demeurer stérile ? La prison ! L’oubliette profonde ! »

C’est ainsi que le roi, tous les printemps, changeait de jardinier. On menait au cachot celui qui n’avait pas pu faire fleurir la rose. Un autre venait, qui ne savait mieux faire, et finissait sa vie comme son malheureux confrère, entre quatre murs noirs.

Douze printemps passèrent et douze jardiniers... Le treizième était un fier jeune homme. Son nom était Samuel, et il affirmait vouloir tenter sa chance.

Le roi le toisa de sa superbe et lui dit :

« Ceux qui t’ont précédé étaient de grands experts, des savants d’âge mûr. Ils ont tous échoué. Et toi, blanc-bec, tu oses !

– Je sens que quelque chose, en moi, me fera réussir, dit Samuel.

– Quoi donc, jeune fou ?

– Je ne sais pas, exactement, je ne sais pas... C’est rare d’éprouver ce sentiment, et c’est passionnant de vouloir maîtriser l’imprévisible...

J’ai peut-être peur, seigneur, de mourir en prison ! »

Samuel par les allées du jardin magnifique s’en fut à son rosier. Il lui parla lentement à voix basse. Puis il bêcha la terre autour de son pied maigre, l’arrosa, demeura près de lui nuit et jour, à le garder du vent, à caresser ses feuilles. Il enfouit ses racines dans du terreau moelleux. Aux premières gelées, il l’habilla de paille. Il se mit à l’aimer. Sous la neige, il resta comme au chevet d’un enfant, à chanter des berceuses.

Le printemps vint. Samuel ne quitta plus des yeux son rosier droit et frêle, guettant ses moindres pousses, priant et respirant pour lui. Dans le jardin, partout les fleurs étaient en abondance, mais il ne les regardaient pas. Il ne voyait que la branche sans rose.

Au premier jour de mai, comme l’aube naissait : « Rosier, mon fils, où as-tu mal ? »

À peine avait-il prononcé ces mots qu’il vit sortir de ses racines, un ver noir, long et terreux. Il voulut le saisir. Un oiseau se posa sur sa main et, les ailes battantes, lui vola sa capture. À l’instant, un serpent surgit d’un buisson proche. Il avala le ver, avala l’oiseau. Puis, soudain, un aigle descendit du ciel, tua le serpent et s’envola. Et là, pour la première fois, un bourgeon apparut sur le rosier. Samuel

le contempla, il se pencha sur lui, il l’effleura d’un souffle et lentement la rose généreuse s’ouvrit.

« Merci, dit-il, merci. »

Il s’en fut au palais, en criant la nouvelle...

« Seigneur, dit Samuel au roi, la rose Anahakan s’est ouverte. Vous voilà immortel, ô maître du jardin. »

Le roi qui s’éveillait en grognant, bondit hors de ces couvertures, ouvrit les bras et rugit :

«Merveille! »

En chemise pieds nus, il sortit en courant pour contempler, admirer l’Unique rose, qui lui accorderait la jeunesse éternelle, fait rare pour un tout puissant. Puis, il ordonna :

« Qu’on poste cent gardes armées de pied en cap autour de ce rosier !

Je ne veux voir personne à dix lieues à la ronde. Samuel, jusqu’à ta mort, tu veilleras sur lui !

– Oui, jusqu’à ma mort, Seigneur », répondit Samuel.

Le roi dans son palais régna dix ans encore puis un soir il quitta ce monde.

« Le maître du jardin meurt comme tout le monde. Tout n’était donc que mensonge, soupira le roi...

– Non, dit le jardinier, à genoux près de lui. Le maître du jardin, ce ne fut jamais vous. La jeunesse éternelle est à celui qui veille, et j’ai veillé, Seigneur, et je veille toujours, de l’aube au crépuscule, et du crépuscule au jour.

Il lui ferma les yeux, baisa son front pâle, puis sortit voir les étoiles. Il salua chacune d’entre elles. Il s’amusa à dire bonsoir à chacune d’entre elles... Elles étaient très nombreuses à illuminer le ciel de la terre...

Mais Samuel avait le temps, désormais. Tout le temps !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu