Avertir le modérateur

26/11/2013

Stefan Raducanu et son temps -> " Santé " est le mot-clé de cette journée ->Grippe: Peut-on se passer de vaccin? ->Un vaccin préventif toujours utile-> La grippe reste toutefois un sujet sensible

Stefan Raducanu et son temps -> " Santé " est  le mot-clé de cette journée

La planète est mon village !

Un nouveau monde du travail consistant à digérer une information devenue nourriture émotionnelle et cognitive.

Traiter en permanence une somme de données toujours plus pléthorique, gérer la simultanéité et tisser des liens en permanence, mobiliser dans le cadre de son travail ses amis et les amis de ses amis..., bref, un nouvel état des lieux où l’environnement physique, social et juridique du travail transmutera sous l’effet des nouvelles technologies.

L’information et les données ne connaissent pas de barrage, les smartphones traversent les murs, et les réseaux infiltrent les organisations.

La transparence devient un dogme et une forme de maelström emportant tout sur son passage.

Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble.

La nouvelle société du savoir !

l'apprentissage du partage des savoirs et des pouvoirs

Produire de l’intelligence collective au bénéfice de l’économie sociale et de la vie associative, impulser les changements nécessaires pour l’évolution de notre société.

Construisons ensemble la société en réseau

Tous, entrepreneurs de la connaissance

Mettre l'information au service de l'homme

Fournir une base d’information partagée et un socle commun de connaissances pour tous les citoyens...

Enrichir les compétences de chacun, susciter le goût d'entreprendre.

Préparer les internautes et les mobinautes en ce 21e siècle
"Une véritable fenêtre sur le savoir permettant d'enrichir nos connaissances"

projet architectural majeur du 21ème siècle

 la communication tous-tous dans l'économie du savoir et de la connaissance

avec

FranceWeb,e-GlobalNetWork®>

WorldNewsCenter>VOIR ET ETRE VU ! >

Le meilleur du Web au service de ses Lecteurs> Réseau de communication et d'échange>Portails et outils de collaboration> TC-IC> NEWS CENTER

Le futur appartient à ceux qui savent collaborer

 Contact: Tel : +33(0)1 39 65 50 34

mailto : franceweb@gmail.com


SANTE - Le contrôle de la maladie n’est plus une priorité chez les Français…

Le vaccin contre la grippe, infection virale respiratoire et très contagieuse, est loin de faire l’unanimité en France. Entre 2009 et 2012, la couverture vaccinale des personnes à risque est passée de 60 à 50%. 

Une perte de crédit du vaccin 

Plusieurs éléments participent aujourd’hui à la méfiance des Français envers le vaccin. D’abord, la campagne H1N1 «montée en dépit du bon sens par un gouvernement Bachelot laxiste qui a commandé deux fois trop de vaccins et pour deux fois trop cher», explique le médecin généraliste Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France. 

Deuxième problème: l’an dernier, le vaccin n’a pas été efficace. Malgré une vaccination, certains patients ont quand même attrapé la grippe. Son efficacité chez une personne en bonne santé est tout de même de 80%. Troisième facteur de la crise de confiance: un professeur a déclaré l’an dernier que se vacciner une année sur deux suffirait, créant le trouble dans l’esprit des patients. Enfin, il y a une vraie rupture de dialogue entre les médecins et les patients. Il faut mettre fin à ce court-circuitage. Sans compter sur les critiques auxquelles le vaccin fait face, comme celle du docteur Anthony Morris, anciennement chef du Contrôle des vaccins pour le gouvernement américain, qui avance: «Il n’y a pas de raison de croire que le vaccin de l’influenza (grippe) soit capable de prévenir ou de diminuer la maladie. Ceux qui fabriquent ce vaccin savent qu’il ne sert à rien mais ils continuent à le vendre tout de même.» 

«L’idéal pour sensibiliser la population à nouveau serait de pouvoir vacciner les enfants. Mais cela semble compliqué à réaliser tant ils sont déjà soumis à de nombreux vaccins toute l’année», poursuit le Dr Hamon. Dès lors, les Français sont dans la recherche d’une solution autre que le vaccin pour tout de même continuer à se protéger du virus hivernal. 

Un vaccin préventif toujours utile 

Le spray buccal habituellement utilisé pour les maux de gorge, notamment le Pharyndol, disponible en pharmacie en France depuis le printemps dernier, commence à être utilisé par les médecins contre la grippe. «C’est un antiviral, un antibactérien qui limite le développement de la grippe, explique le docteur Lescure, ORL. Je le conseille plutôt qu’un traitement.» Et d’ajouter: «Mais ce n’est en aucun cas une alternative au vaccin. C’est un complément curatif pour les personnes plus vulnérables.» Pour ce médecin, il «faut se faire vacciner car même s’il existe un risque d’attraper quand même le virus, le vaccin vous protège ainsi que vos proches.» Le ministère de la Santé maintient aussi que le vaccin grippal demeure un moyen sûr pour prévenir la maladie. Pour le reste, aux Français de bien se laver les mains et éventuellement de porter un masque durant l’hiver pour limiter la transmission. 

En France métropolitaine, la semaine passée, l’incidence des cas de syndromes grippaux vus en consultation de médecine générale a été estimée à 16 cas pour 100.000 habitants, en dessous du seuil épidémique (147 cas pour 100.000 habitants). «Il n’y a pas encore eu de vague de grippes mais avec le grand froid annoncé pour l’hiver, elle pourrait arriver en décalé», affirme l’ORL.

La grippe reste toutefois un sujet sensible, comme en témoigne le lancement dehttps://www.grippenet.fr, un site participatif ouvert aux Français, permettant à chacun de participer à la surveillance de la grippe. Les données recueillies permettent de connaître en temps réel la situation de la grippe en France, et d’étudier la façon dont la maladie se propage.

11:15 Écrit par franceweb dans 21CenturyWebArchive, Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu, Santé | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

25/11/2013

Référence électronique, Sara Marinari, « Imaginer, créer, innover », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011

Les quatre principes de "PoissyVilleConnectée" sont l’ouverture, le travail collaboratif, le partage et l’action globale dans une organisation horizontale où sont impliqués les utilisateurs comme les partenaires

La nouvelle société du savoir !->l'apprentissage du partage des savoirs et des pouvoirs->Imaginer, créer, innover

Imaginer, créer, innover, WorldNewsCenter>VOIR ET ETRE VU ! > Réseau de communication et d'échange>Portails et outils de collaboration> TC-IC> NEWS CENTER

Stefan Raducanu et son temps -> " Imaginer " est le mot-clé de cette journée->Enrichir les compétences de chacun, susciter le goût d'entreprendre.

Stefan Raducanu et son temps ->Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble->La nouvelle société du sa->Mettre l'information au service de l'homme

Stefan Raducanu et son temps -> " Imaginer " est le mot-clé de cette journée->L’information et les données ne connaissent pas de barrage, les smartphones traversent les murs, et les réseaux infiltrent les organisations.

Bâtir, Créer, Innover, Imaginer, Inventer, avec FranceWeb,e-GlobalNetWork®>Stefan Raducanu-> La planète est mon village ! ->Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble->Construisons ensemble la société en réseau->Tous entrepreneurs de la connaissance

 Stefan Raducanu et son temps -> " Imaginer " est  le mot-clé de cette journée

La planète est mon village !

Un nouveau monde du travail consistant à digérer une information devenue nourriture émotionnelle et cognitive.

Traiter en permanence une somme de données toujours plus pléthorique, gérer la simultanéité et tisser des liens en permanence, mobiliser dans le cadre de son travail ses amis et les amis de ses amis..., bref, un nouvel état des lieux où l’environnement physique, social et juridique du travail transmutera sous l’effet des nouvelles technologies.

L’information et les données ne connaissent pas de barrage, les smartphones traversent les murs, et les réseaux infiltrent les organisations.

La transparence devient un dogme et une forme de maelström emportant tout sur son passage.

Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble.

La nouvelle société du savoir !

l'apprentissage du partage des savoirs et des pouvoirs

Produire de l’intelligence collective au bénéfice de l’économie sociale et de la vie associative, impulser les changements nécessaires pour l’évolution de notre société.

Construisons ensemble la société en réseau

Tous, entrepreneurs de la connaissance

Mettre l'information au service de l'homme

Fournir une base d’information partagée et un socle commun de connaissances pour tous les citoyens...

Enrichir les compétences de chacun, susciter le goût d'entreprendre.

Préparer les internautes et les mobinautes en ce 21e siècle
"Une véritable fenêtre sur le savoir permettant d'enrichir nos connaissances"

projet architectural majeur du 21ème siècle

 la communication tous-tous dans l'économie du savoir et de la connaissance

avec

FranceWeb,e-GlobalNetWork®>

WorldNewsCenter>VOIR ET ETRE VU ! >

Le meilleur du Web au service de ses Lecteurs> Réseau de communication et d'échange>Portails et outils de collaboration> TC-IC> NEWS CENTER

 Contact: Tel : +33(0)1 39 65 50 34

mailto : franceweb@gmail.com

Imaginer, créer, innover

Sara Marinari

Imaginer, créer, innover
« Imaginer, créer, innover », Sciences Humaines, n° 221, 2010.

Que nous soyons artistes, mathématiciens, philosophes ou jardiniers « nous sommes tous des créateurs ». C’est par ce premier constat que s’ouvre le dossier « imaginer, créer, innover… » de la revue Sciences Humaines. Comme le rappelait le psychologue Ribot, il y a fort longtemps, tous les hommes possèdent une imagination créatrice qui leur permet de créer et inventer dans les domaines plus disparates. Cela permet d’envisager, dans chaque domaine, la présence de l’imagination créatrice. La problématique ainsi envisagée, montre néanmoins une difficulté intrinsèque quant aux termes d’imagination et créativité. L’un et l’autre tendent à renvoyer au rêve ou à la fiction dans un registre de « l’enfant qui rêve de terrasser des monstres ou l’écrivain qui écrit un roman », alors que, et nous sommes ici confrontés au deuxième constat, l’imagination créatrice n’est pas seulement l’apanage du monde de l’art ou des utopies, mais aussi à celui du domaine scientifique.

2La question de l’imagination est dorénavant étudiée dans des domaines pratiques allant de la mathématique, du métier ou de l’activité professionnelle, jusqu’à l’imagination commerciale. Le fondement de ce dossier est cette mise en examen de disciplines considérées autrefois comme non imaginatives et qui deviennent explorées en profondeur à partir de l’imagination. Son approche débute à l’origine de l’ acte de conception : Galilée lorsqu’il imagine la chute des corps, Einstein quand il doit faire appel à son imagination pour théoriser la gravité... L’entretien avec Cédric Villani, médaille Fields 2010, s’inscrit dans cette perspective où l’importance de l’imagination se révèle dans le domaine mathématique par «  Je vois le résultat » qui traduit explicitement un appel à l’imagination et permet d’élargir la perspective sur un problème, donc : inventer.

3Dans la deuxième partie du dossier, le questionnement est renvoyé à la fois au sujet, « qu'est-ce que l’esprit créatif ? », à comment favoriser la créativité et à la stimuler dans les entreprises. On retrouve ici présentés les techniques de tests de créativité, à la mode dans les années 1950, qui en cherchant l’esprit du génie sont confrontées davantage à une distinction au QI. La créativité n’induit pas l’intelligence et vice versa, en revanche, le fait d’être une « pensée divergente » apporte des solutions alternatives pour chaque problème. Dans une autre approche, qui concerne la biographie des génies, la créativité est considérée comme une qualité possédée seulement par des sujets hors normes souvent en conflit avec leur époque d’où il s’en suit que soudainement, par un « effet eurêka », le génie pense et invente. C’est une idée très répandue, remise en cause lorsque les éléments biographiques des génies montrent au contraire comment leurs découvertes sont le fruit d’un effort considérable. Il s’agit donc de reconsidérer la venue de l’esprit créatif dans un contexte de persévérance, de travail et de milieu social, ce qui enfin de compte modifie sensiblement la conception du génie. L’auteur en conclut que « Le génie est moins extraordinaire qu’on ne le croit » ou alors : pouvons nous croire que, pour cette raison, nous sommes tous des génies ?

4Ou alors que nous en pouvons devenir un si, en reprenant l’hypothèse de Turner, à la suite d’une forte motivation, nous apprenons à maîtriser la pensée analogique. C’est en effet par ce biais que de nombreuses entreprises cherchent à augmenter la créativité de leurs salariés ou alors en offrant aux concepteurs une sélection d’images. L’objectif est d’aider l’individu à accroître sa créativité en lui montrant des liens entre une idée et des images relatives avec lesquelles le sujet doit visiblement interagir et inventer une réponse. Cette conception s’avère fructueuse pour le monde du travail et pour le sujet lui-même, alors que depuis plus de trente années, l’exploration du « territoire créatif » reste encore à l’état primordial.

5Si la capacité créative de l’individu peut être stimulée par des spécialistes de l’imagination, le dossier n’apporte pas de réponses aux deux questions suivantes : quelle est la nature du rapport entre ces deux sujets ( celui qui cherche sa créativité et le spécialiste ) et à quelle créativité faut-il s’attendre dans le futur ? En effet, dans ces articles l’imagination créative est présentée comme une qualité (et parfois un acquis) individuelle faisant abstraction de sa perception par les autres individus. Ne sont mentionnés qu’une seule fois, par Weinberg, faisant référence à Simonton, le milieu et l’époque dans lesquels vit le sujet créatif comme des éléments qui influent l’imagination. Tous les rapports entre les sujets, qu’ils soient ceux d’un génie et d’un « non-génie » ou bien entre deux génies, sont ignorés.

6Pourtant, prendre en compte l’esprit créatif et comment l’imagination chez un individu peut être accrue par d’autres sujets, demande une réflexion sur le type de relation existant entre les sujets. Par cette approche il aurait été intéressant d’observer la relation qui s’instaure entre le sujet qui accroît sa créativité et le scientifique qui aide le sujet dans cette exploration.

Pour citer cet article

Référence électronique

Sara Marinari, « Imaginer, créer, innover », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 04 avril 2011, consulté le 25 novembre 2013. URL : http://lectures.revues.org/1339

Discipline

Sociologie

Rédacteur

Sara Marinari

Doctorante Ehess et membre du GSPM (Groupe de sociologie politique et morale)

Articles du même rédacteur

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

23/11/2013

Prix de l'humour politique 2013, Les internautes ont également été mis à contribution>Et leur choix s'est porté sur Jean-Luc Romero,conseiller régional PS d'Ile-de-France pour :"Un gay qui vote à droite, c'est comme une dinde qui vote pour Noël">Devos2001

 Un Prix Spécial du Jury a également été décerne à Jean-François Copé pour :"A l'UMP, nous apprenons la démocratie. C'est assez nouveau".

, Qui a succédé à François Goulard ? L'ancien ministre UMP avait obtenu en 2012 le prix Press Club Humour et politique pour cette pépite : "Être ancien ministre, c'est s'asseoir à l'arrière d'une voiture et s'apercevoir ..

 Cette année, 16 phrases étaient en compétition; Et c'est Gérard Longuet, un habitué des petites phrases qui font polémique, qui a été sacré pour cette saillie : Hollande est pour le mariage pour tous ... Sauf pour lui !

Prix de l'humour politique 2013

>  Prix de l'humour politique 2013 :

Qui a succédé à François Goulard ?

L'ancien ministre UMP avait obtenu en 2012 le prix Press Club Humour et politique pour cette pépite :

"Être ancien ministre, c'est s'asseoir à l'arrière d'une voiture et s'apercevoir qu'elle ne démarre pas".

 Cette année, 16 phrases étaient en compétition;
Et c'est Gérard Longuet, un habitué des petites phrases qui font polémique, qui a été sacré pour cette saillie :
Hollande est pour le mariage pour tous ... Sauf pour lui !

Un Prix Spécial du Jury a également été décerne à Jean-François Copé pour : 
"A l'UMP, nous apprenons la démocratie. C'est assez nouveau".

 

Les internautes ont également été mis à contribution.
>
Et leur choix s'est porté sur Jean-Luc Romero, conseiller régional PS d'Ile-de-France pour :
>
"Un gay qui vote à droite, c'est comme une dinde qui vote pour Noël".

 

Deux prix de l'encouragement ont par ailleurs été créés, et décernés à deux socialistes. Ils vont à Marisol Touraine, ministre des Affaires Sociales et de la Santé :
>
"Il y a quand même des médicaments qui soignent !"

Et à Jean-Jacques Urvoas, président PS de la Commission des lois à l'Assemblée Nationale :
>
"J'étais aux Baumettes. J'en suis sorti, à la différence des socialistes marseillais".

Le jury, précise le communiqué officiel, a tenu à offrir un "Prix-Nocchio" à Jérôme Cahuzac" pour son interrogation :
>
"Pourquoi démissionner quand on est innocent?"

Les autres nominés étaient :
>
Jean-Marc Ayrault, Premier ministre :
>
"Ma part d'ombre, c'est mon combi Volkswagen".

Jean-Luc Mélenchon, Co-président du Parti de Gauche après la conférence de presse de François Hollande :
>
"L'AN II, c'est l'an pire".

Charles Pasqua, ancien ministre, interrogé sur l'activité de Michèle Alliot-Marie : 
>
"Elle ne fait rien ; mais elle le fait avec ténacité".

Jean-Pierre Raffarin, lors de ses vœux :
>
"Je souhaite à Valérie Trierweiler sa juste place ; et à Ségolène Royal juste une place".

Bernadette Chirac :
>
"Rendez-vous compte, dans ma famille ils ont tous voté Hollande. Sauf Jacques ; mais il ne le sait pas".

Christiane Taubira, garde des Sceaux, qui explique aux journalistes qu'elle est fatiguée après un déplacement en Guyane :
>
"J'ai un corps de vieille femme et un emploi du temps de jeune fille".

Gaëtan Gorce, sénateur PS de la Nièvre :
>
"En 100 ans, le monde sera passé du ballon dirigeable au supersonique ; et le PS de Jean Jaurès à Harlem Désir".

Marisol Touraine toujours, interrogée sur le manque d'intérêt que les femmes ont porté aux dangers de la pilule :
>
"Il faut laisser aux femmes le temps de se retourner".

Stéphane Ravier, candidat FN aux municipales de Marseille, interrogé sur les ambitions de Bernard Tapie :
>
"Le seul Tapie qui a de l'avenir ici, c'est le tapis de prière".
Le Grand prix de l'humour de la Sacem (2001)

16:45 Écrit par franceweb dans 21CenturyWebArchive, France, Humour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu