Avertir le modérateur

11/01/2019

PoissySmartCity,Digital disruption is hitting all industries,‘front-to-back’ transformation, a game-changing approach that would let legacy companies quickly provide hyper-personalized products and services to their customers.

networking.jpegGlobal4.gifBringing People Closer Together

SRU-Electronics>Special Research Unit>

NewsCenter for everyone

A Day in the World....Discover the World !

News You Can Use At Your FingertipsIs Just A Click Away !

Making a better Internet > I AM, YOU ARE, WE ARE HAPPY in

The World is our Workplace. Let's work togheter.

FranceWebSharing ->Connect&Share>>Networking the World

Join the millions who trust  MyNewsCenterNavigator.

Know why, Know who, Know where, Know what.

How Companies Can Leverage Technology to Deliver Hyper-Personalized Services

The need for digital transformation in companies is obvious and urgent. But many businesses, especially those burdened by legacy systems, still struggle to transform their operations to cater to the increasingly empowered digital customer. By the time companies overhaul their IT and operational infrastructures, technological developments have already moved ahead.

Dinesh Venugopal, president of the digital unit of Mphasis, an IT services company headquartered in India, has a solution that doesn’t need a complete revamping of legacy infrastructure. He calls it the ‘front-to-back’ transformation, a game-changing approach that would let legacy companies quickly provide hyper-personalized products and services to their customers. Venugopal spoke to Knowledge@Wharton to explain why it doesn’t have to take a fortune and years of implementation to digitally transform.

An edited transcript of the conversation follows.

Knowledge@Wharton: How are companies trying to go digital today? What’s different about the way that they are approaching this issue now compared to how they might have done it in the past?

Dinesh Venugopal: Digital disruption is hitting all industries. Maybe less so in the financial service industry because of regulatory reasons, but it is affecting all industries and … different industries are coping differently. If you ask the CXOs what is keeping them awake at night, they will tell you that it’s not so much Amazon, Google or somebody like that coming and taking over their industry; they’re more concerned about the fact that customers are demanding from them the same kind of services that they’re getting from Amazon or Google. That means companies have to start delivering the same level of personalized or hyper-personalized services to these customers.

Now, if you ask a bank or a financial service institution why they’re not able to do that [now], they will tell you that they are sitting on top of a lot of legacy systems. For example, take an insurance company that may have four or five different policy administration systems built 10 or 15 years ago. What are these systems good at? They’re very good at scale. They’re very good at providing customers the right data. And they’re also good at what is known as mass personalization. That is, they can target segments of the market.

Digital disruption is hitting all industries.

What they are not is flexible. They are not systems that can be easily changed, and they are not systems that can be hyper-personalized — simply because that’s the way that they have been built. So what options do enterprises have in front of them? There are two options. One is to completely take those old core systems and modernize. Some of them are taking that approach. But the problem with that approach is that it’s not easy. It takes two, three, four years to completely modernize all of your systems. And by the time these modernization projects are done, the industry has moved on. Newer products have come along.

So what do we do? There is an approach that we call “end transformation.” It is all about starting with your end stakeholder in mind, looking at what are the specific use cases that make sense for that customer, and how can we add value to the customer and start working from there. You do that by building an intelligent middle layer, which then talks to your core systems and pulls out the data and services, and provide them using your engagement layer back to the customer.

This is a different approach simply because it helps customers get their transformation sooner. Not the entire transformation, but they get wide chunks of value sooner to the customers than ever before. That approach is what we call front-to-back transformation. It’s a key — and important — way in which you can start providing hyper-personalized services to customers.

Knowledge@Wharton: Personalization per se has been around from the earliest days of the internet. But from what you are saying, it sounds like there is a different degree of expectation on the part of customers for what hyper-personalization is all about. How can banks and other financial institutions deliver on that kind of granularity in terms of customer expectations?

Venugopal: I’ll give you two examples of how a typical, traditional organization would have looked at a service that they’re providing, and how a more completely digital company would look at the same service in providing a hyper-personalized service. Here’s a simple example of a credit card transaction. You may be in a mall and swipe your credit card. A traditional service would do this job really well, which is record your transaction, look inside and see if you have the right balance, and do all the checks, and make sure the payment goes through. It does this in a very short amount of time and it’s optimized for that. It is at scale and it is mass personalized because it is personalized for a merchant or a particular type of transaction.

First and foremost, start with the end customer in mind.

Now, if I were a digital company, I would look at not just the transaction itself but the context in which the transaction has happened. They know that you will swipe the transaction in a mall … and you might also know the same credit card company offers a discount or a coupon at a different store close by, and you’re immediately able to offer that person a 20% discount. … The chances of that person walking into the next store and making a purchase is very, very high. That is called contextualized service. It’s an example of how hyper-personalization can be used in the context of a simple credit card transaction.

I’ll give you another example of a travel insurance company. When you do travel insurance, your insurance company collects all kinds of data about you. It knows your flight information, what cities you [will be traveling] in, and then it shows you a policy. After that, in most cases, the policy and the insurance company goes silent until it’s time for you to submit a claim.

But imagine that you are in Disneyland and there is a measles outbreak. Probably the insurance company has information about whether you had vaccinations or not, and especially in the case of international travel, you would have that information. They can issue an immediate alert saying, ‘Look, there is something going on here that you need to watch out for to prevent you from falling sick and maybe even prevent a claim from happening.’ That’s loss prevention. It’s not easy to do this, because you have to now have your internal information, which is sitting in systems, marry with the external information — all the situations data, contextual data — and provide that insight back to the customer.

Knowledge@Wharton: It seems that the ability to marry different kinds of data is critical in order to make hyper-personalization possible. What are some of the challenges that companies face in trying to combine data in a different way? And specifically, what is the role of big data analytics in helping to make those kinds of connections?

Venugopal: There are three specific issues here. One is that your data in a traditional enterprise, whether it is a financial service organization or not, is scattered in multiple systems or brackets. The data is not in one system — it’s in many different systems. Second is making the contextual information real time. It’s important to provide the information of [a discounted offer nearby] to the customer who just swiped a credit card. In most cases, the information goes back into a data store and it gets reconciled overnight. By the time [it gets to the consumer,] the information is belated. It is too late if it’s not done in real time.

[Another] problem is what I call the data-dialect problem. That is, different systems speak in different data forms. A customer in one system is very different from a customer in another system, because even though you may be a bank customer, your mortgage information could be in a separate data store. So a customer in that information store is different from a customer in a retail kind of store. That’s where you have the issue of the data dialect — how are these different data going to communicate?

The best way to solve these problems is one that we call the ‘next new data’ solution. You don’t need to have all the information that you’ve stored in a system for many, many years to provide this contextual information. You just need the transaction information at the time it’s being done, plus the contextual information that is right there with you when you’re actually swiping the card. You can just use that data and make it efficient right there without having to go through multiple systems to obtain the data. We call this the usage of net data.

If I were a digital company, I would look at not just the transaction itself but the context in which the transaction has happened.

We believe it’s important to build what we call ‘knowledge models,’ instead of having data being stored in multiple systems and being pulled into one big data lake. If you have good knowledge models, you can actually solve the data dialect problem. These are two simple but important examples of how you can take advantage of what we call data in motion, and solve certain contextual data, without having to completely overhaul your entire data program.

Traditionally, what a company would have done is say, ‘I need to get some good use case out of my data, I want to get some hyper-personalized data. How do I do it? Let me do this massive data project.’ … What we [recommend] is to start with customer use cases. In this case, you are trying to provide the next best offer at the time that the merchant swipes [the consumer’s] card. Use that as a use case and say, ‘If I were to solve it, what kind of data would I need?’ That approach is what we call the front-to-back approach to hyper-personalization.

Knowledge@Wharton: In the past few years, there has been a tremendous proliferation of cloud and cognitive computing, and also AI and machine learning have been developing very rapidly. I wonder if the emergence of some of these technologies makes it easier for different types of data to be married together, and makes the hyper-personalization process easier. Do you think that’s the case?

Venugopal: Absolutely. We look at it as a spectrum. On the one hand, you have … your Excel sheet type macros. Then you add things like robotic processes and automation, which actually helps us speed up the process of either collecting data or providing a service. Then you have semi-autonomous computing, and then you have … full-fledged artificial intelligence. Each of these technologies and solutions absolutely could be used, depending on the situation, to solve very specific hyper-personalization issues. We have several examples today of how we have used everything from simple-code level automation to artificial intelligence to solve some of these problems.

Knowledge@Wharton: Can you give me some examples?

Venugopal: I’ll give you the example of how we solved the KYC problem in a bank — KYC is Know Your Customer. In a B2B bank, enterprise to enterprise, usually when you want to do KYC, you might end up [discovering that your] company is owned by another company, which is owned by another company, that is owned by yet another company. There are a lot of nested loops in companies. You have to get to the root of the company to find out who owns you before you make and allow a transaction.

If you look at the anti-money laundering rules and regulations around that, you need to be sure that the two entities that are entering the transactions are the right ones and they are authorized to enter the transactions…and are not part of any politically exposed list, for example.

You have to think big but implement small.

We have found that there are certain kinds of patterns, and the data is stored in various data sources. We designed a machine learning algorithm that would go and find these nested lists and get to the root very quickly without even any intervention. That’s an example of a simple use of machine learning to solve a very complex but important case of KYC.

Knowledge@Wharton: Any other examples, say from the insurance industry?

Venugopal: I’ll give you another example from insurance companies that we worked with recently. There’s … a company that serves the SMB [small, medium-sized business] property and casualty market. They have a broker that works with small businesses. If a small business wants to get [an insurance] quote, it goes to the broker, the broker goes to the underwriter, the underwriter [responds] to the broker, and the broker goes back to the customer and gives a quote. That process would take two days — and it’s something that would maybe take a few minutes in a purely digital company.

What we did is we went back and looked at what is causing this delay. And we identified it. Some of this was due to process issues, but most of it was because the required documents that the SMB or the small business was sending back to the underwriter was not being ingested correctly by the systems. And that’s where we used [our] AI-based document ingestion system that actually looked at these documents, figured out what was required, the relevant data, and pulled it and gave it to the underwriter, who could quickly make a decision.

Second, this underwriter had to look at multiple systems to get the information to determine … the quote. She was actually trying to calculate the risk there. So we designed an underwriter’s work station that used AI machine learning, and also an element of a digital assistant, which walked them through the process of doing this quote very quickly. We were able to bring [the time it takes to get a quote] down from days to minutes through the entire process. This is a good example of how we’ve used this in the insurance industry to reduce the time of interaction between SMB, a small business user, and an underwriter.

Knowledge@Wharton: What does it take to implement a hyper-personalized sales and marketing strategy? Is it very expensive and time consuming? Could you give us a sense of the scale and scope of what it takes to do something like this for a company?

Venugopal: First and foremost, you have to start with the end customer in mind. Now, if you are doing a marketing use case, start with the use case. What is it that you’re trying to do? Once you start there, then you go back and look at designing a system that can get you the outcome in the shortest amount of time without actually looking at a massive IT systems modernization project.

The way you do this is by looking at your current system, what it can do, build out the current capability, and pull out the capability that you need to build this new case into what we call the intelligent layer. An intelligent layer is where you start infusing latest and greatest technology — you mentioned cloud and cognitive. Choose the intelligent layer with cloud and cognitive and then build out this core back to your end user. And it need not be very expensive if you have a clear idea what you want to do and you really are very clear on what you want to achieve and in what time frame.

Now, what typically happens is that in an organization, you start designing all of the use cases that you need, and then you go back to your IT department or technology department and say, “Here are the 95 use cases I need to do. Build me a system.” They go off and process all these requirements for three or six months, come back and say they need four years to build it. This negotiation and this dance goes on for a year, and you don’t end up with anything in that year.

What we [recommend] is start with the use case and build out the reference architecture, which means that you’re not building this for a one-time use. You’re really, truly building it based on what your future looks like. Once you build out the reference architecture, your marginal cost for the second use case would be quite low. … We have found a tremendous amount of success with this approach, which we call front-to-back transformation.

Knowledge@Wharton: Having spoken to people in the finance functions of different companies over the years, I know that one of the issues that they often struggle with is the chief technology officer or the CIO very often will come with a fairly large budget request for investment in technology. But one of the things that they end up struggling with is how do we justify the ROI of that technology expense in business terms and in terms of the strategic business objectives of the company? So when it comes to hyper-personalization, what do you think should be the right framework for people to think about the ROI of investing in technology that could lead to hyper-personalization? Do you face these issues when you deal with companies? How do you deal with them?

Venugopal: Any chief information — often chief technology — officer should always, if they’re not already doing so, be looking at how to optimize the current set of services and create a budget for digital initiatives. That’s a whole different topic, which we call service transformation. How do you look at an existing set of services that it is offering? How can you optimize it and create some dollars for new digital projects?

By the time modernization projects are done, the industry has moved on.

Most of these projects, if you are able to tie them back to specific customer benefits, may be impactful but not large to begin with. You put together plans [to, say,] provide the next best offer [to the digital shopper in a mall, and] start with that. … It is not a huge three-year project. I can start getting results in six, nine or 12 months at most, end-to-end. And we have seen that in an even shorter amount of time — as little as three to six months — for results to come out. We have also seen organizations going down the path of picking a use case, building it out, going to the next one. And as each one gets rolled out, you learn a lot about what’s working, what’s not working, and start building on it.

The methodology that we recommend is, ‘don’t go big bang, go chunks of value.’ You have to think big but implement small. You start thinking about what your future state is going to look like to some extent, so you’re building on top of a reference architecture, which is solid and future proof. But what you’re building one at a time is an end-to-end use case.

Knowledge@Wharton: When you think big but act small, can you share what some of the results are that you have seen in terms of impact?

Venugopal: The results in as early as six months, for some cases, was a 30% savings in process improvement. And in one [earlier example] I told you about, the interaction time for a quote went down from two days to 60 minutes. These big impacts can happen in a short burst of time — typically six to nine months, we should be able to see definitive results of this sort.

Knowledge@Wharton: For financial institutions that want to start down the road to hyper-personalization of their services, where do you think they should start, and what first step should they take in their journey?

Venugopal: The first step is, in my opinion, to have a pure understanding of your customer and clearly identifying your business context. Try to understand what are the specific areas that you want to focus on as your first set of opportunities in hyper-personalization. Now, if you’re a credit card line of business (LoB) , it’s not about identifying three or four definitive use cases that you think your customers would see value. Once you identify the set of use cases, then you start thinking about which ones will have the highest impact. Then you start charting on one axis, highest impact, the other effort to execute, based on the current environment. After that, pick the ones that will have the highest impact and least amount of effort to build, at least in round one.

Start working then with your organization to start building, taking this front-to-back approach. Figure out what services are available in the core system. Start building out your intelligent layer. Figure out what technology innovations are required, and then you start building back your engagement layer and how you want to interact with a customer. This entire process in my opinion is not a very long one if you have the right people to understand the system. You could get to production in three to nine months, and we have seen as little as three months, and in some cases as long as nine months. But three to nine months, you should be able to get results while seeing your first set of hyper-personalized services come out.

Jaguar Land Rover Is Still Misfiring

The luxury automaker needs to do a lot more than cut jobs to turn around its business, including getting a grip in China.

Macron’s Yellow Vest Response Makes Putin Look Soft

Protester violence is a problem in France, but the Russian dictator is not a good example when it comes to dealing with popular discontent.

10/01/2019

« Oser inventer l’avenir » pour y exprimer des revendications, des insatisfactions, des frustrations,... j’espère qu’on y trouvera aussi des propositions..dans une société bureaucratique à consommation dirigée comme la nôtre.Qu'ajouter ?Sur le même thème.

LA VIE CONTINUE AVEC NOUS,

citation-jacques-delors-30775.pngblog.jpeg le prolétaires du numérique...

FranceWebAsso, numériques des lumières.  Société du Savoir, Un univers de possibilités, Encourager le partage de savoirs, d'être au monde et de le voir. Qui nous sommes, ce que nous aimons, quand, avec qui ! Produire de la valeur. Ce digital labor est très faiblement voir non rémunéré, personne ne touche une rétribution à la hauteur de la valeur produite. Mais cela reste du travail.: c'est une source de valeur, tracée, mesurée, évaluée, et encadreée par les conditions générales d'usage des platformes.Invitation du salon des loisirs créatifs 2 dec 2017.jpg

« Amitié pour agir »« Oser inventer l’avenir »..en mobilisant tous les partenaires...La diversité pour nous c'est la promotion de tous mais au niveau de l'excellence.« Il faut changer les regards que nous avons l’un sur l’autre »

E-moi, e-moi, e-moi ! La tendance est aux émois !

Stefan V.Raducanu dévoile le coulisses du PoissySmartCity.

Pourquoi pas laisser tous mes e-mois s'exprimer ?

FW-pour-vous-et-avec-vous.gif

Les numériques des lumières se construit avec Vous !

Encourager le partage de savoirs, d'être au monde et de le voir.

UN MONDE MINIATURE...jpgFranceWebAsso, numériques des lumières, Créer un monde auquel chacun souhaite appartenir>Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance: changer le monde, faire avec l’inertie des usages, faire avec les craintes, faire avec l’utilisateur-consommateur convaincu de sa maturité numérique.

On s'est amusés en créant un espace.jpgOr comprendre, c’est écouter....FranceWebAsso 

Société du Savoir Groupe d'intérêts.jpg

 20150119_111926.jpg3smartphones.jpeg

Un univers de possibilités

 

Imaginez un monde dans lequel chaque être humain peut librement obtenir et partager des connaissances. Ceci est notre engagement.

 

FranceWebAsso : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 

C'est notre capital !

Avec tout ça, on est partout chez nous..jpg

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Réalisez tous vos projets sans stresser...jpgPrivilégier l'esprit d'équipe, le partage des savoir-faire et la solidarité, à la fois en interne et dans nos partenariats.
Mettre chacun en situation de réussite. Contribuer par la qualité individuelle à la performance commune.

sch_groupe_16_full.pngServices uniques à la pointe pour que vous soyez plus compétitif.

Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance est primordial pour notre pays dans l'avenir. Rénover la démocratie.Une équipe professionnelle et bienveillante à votre écoute chaque jour.

Prenez nos idées.jpg

IMPLIQUER TOUS LES CITOYENS DANS LA SOCIETE DE L'INFORMATION

La planète est notre village !

Gilets jaunes :  Si ce mouvement est principalement une question de pouvoir d’achat, il n’y aura pas de solution. Si c’est plus profond, la démocratie et l’histoire sauront amener le peuple vers une résolution, ou révolution ?

SocSav21,Rendez-vous d'infos : le partage d'expérience. Un univers de possibilités.Mutualisons nos connaissances pour imaginer, créer et innover " Donnant-donnant"

Ce site est destiné à ceux qui, comme CAMUS, veulent comprendre au lieu de juger. Il veut aussi faire honneur au génie français qui a donné naissance à cette trilogie sublime, à cette prodigieuse utopie humaine qui, encore aujourd'hui, fait rêver le Monde: "liberté, égalité, fraternité".

Liberte & Valeur

S’exprimer, rêver à un monde meilleur n’est pas interdit. Encore faut-il communiquer avec les autres pour que ce rêve ait une chance de convaincre, de devenir un jour réalité.

Le gouvernement est comme toutes les choses du monde ; pour le conserver il faut l’aimer” Montesquieu

Tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser: il va jusqu'à ce qu'il trouve des limites. Montesquieu

Les gilets jaunes : « C’est jaune, c’est moche, ça ne va avec rien, mais ça peut vous sauver la vie »

ChroniquesHumaines

"AVOIR UNE OPINION EST UNE CHOSE, AVOIR LE COURAGE DE L'EXPRIMER EN EST UNE AUTRE" 

FRANCEWEB group

RECHERCHER, OBSERVER, METTRE EN LIEN, DIFFUSER

« Connaître le passé pour comprendre le présent »

"Ensemble tout est possible"

Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble

Connectons nos savoirs sur votre avenir

TRAVAILLONS ENSEMBLE POUR UNE COMMUNAUTÉ DE DESTIN ET UN DÉVELOPPEMENT COMMUN

A la rencontre d’initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique… 

Tous, entrepreneurs de la connaissance

Sensibiliser, informer, promouvoir...

A la rencontre d’initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique… 

Réanimer l’engagement citoyen>> Histoire d'un projet>PoissyWebCitoyen>SmartCity>Ville Connectée:L'objet de ce projet "c'est la nature humaine, non un héros individualisé">"Les héros, ou simplement les gens bien, Nous en avons besoin !"

Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible. Antoine de Saint-Exupéry

Mutualisons nos connaissances pour imaginer, créer et innover « Donnant-donnant »

Parce qu’une économie de la connaissance est une économie de l’innovation, elle se place en rupture par rapport aux anciens schémas pour proposer un modèle de société créative, responsable et solidaire. Une économie de polarisation des savoirs et des liens sociaux pour cultiver tous les maillages possibles au développement d’un écosystème harmonieux et durable.

Je ne le dirais jamais assez, le génie humain est collectif et organiser des assemblées populaires, c'est créer un réseau qui nous appartienne et où les idées sont construites, affinées, débattues, selon nos besoins et non ceux des riches industriels, c'est cela le vrai pouvoir démocratique. Le système politique actuel, c'est des politicards censés représenter un courant de pensée, qui s'opposent à d'autres partis censés représenter les autres ! C'est l'opposition représentative permanente et c'est la porte ouverte à toutes les corruptions. Les assemblées populaires pourraient non pas être l'opposition, mais un véritable pouvoir qui n'opposent pas les courants de pensée, mais les invitent à se concerter pour trouver les meilleurs compromis.

Ceci n'est bien sûr que mon avis, un embryon d'idée, mais une certitude, c'est que le RIC sous sa forme « pétitionnaire » créera plus de problèmes et de divisions qu'il n'en réglera. Une démocratie n'est pas un pays où le peuple fait des choix qui comme aujourd'hui, sont imposés en haut-lieu et dirigé par les médias, mais ce n'est pas non plus le fruit de la volonté individuelle. Cela demandera bien sûr, organisation et travail, il va aussi falloir apprendre à respecter l'autre, ce sera peut-être le plus dur, mais c'est possible, c'est même indispensable.

 lesmoutonsàlabattoire.jpg« Les moutons vont à l'abattoir. Ils ne disent rien, et ils n'espèrent rien. Mais du moins ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que les bêtes, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des Révolutions pour conquérir ce droit. » Octave Mirbeau

N’hésitez pas à nous transmettre votre avis pour faire évoluer ce site poissyweb@gmail.com

« Comment réussir dans un monde d’égoïstes »

Chaque choix que nous faisons correspond à la satisfaction d’un besoin à l’instant T. Nous prenons des décisions en fonction de ce qui nous semble être le mieux pour nous au moment où nous les prenons. Mais la vie est un mouvement, une évolution constante. Ce qui était valable hier ne l’est peut-être déjà plus aujourd’hui, alors demain ?

 

FranceWebAsso: C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

2021.jpg

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"

 

 SocSav21,FranceWeb,Solidage verge d'or,  1n

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Je paraphrase Einstein :

 « Un problème créé par des politiques et des mythes ne peut pas être résolu par les mythes et les politiques qui l’ont créé. ».

Jean Baudrillard prophétique sur les Gilets Jaunes, et pas que les Gilets Jaunes

Quoique partie du gauchisme des années '80, Jean Baudrillard inspira profondément et judicieusement des auteurs tels que Philippe Muray - renégat de la gauche. C'est-à-dire que, à la manière des Guy Hocquenghem aussi (militant homosexuel de première garde), et sous le coup des Foucault, Deleuze et Derrida, Jean Baudrillard a su dépister les fallaces à l’œuvre média-politiquement. Parmi lesquelles, ce fait que le marxisme reconduit largement les catégories de l'économie politique capitaliste, auquel titre il ne permet absolument pas d'en sortir en dehors de lendemains dégénérés (d'ailleurs, Marx est toujours enseigné en écoles de commerce, en tant qu'analyste de la plus-value). C'est-à-dire que si le Parti Socialiste a fini par soutenir le capitalisme libéral, dans une soupe de social-capitalisme et de libéralisme moral, à te codifier l'union homosexuelle dans un mariage dont les LGBT+ soixante-huitards et des années '80 ont souvent ri (en tant qu'il codifiait précisément ce qui ne voulait pas l'être, aussi "progressiste" cela semblait) ce n'est pas vraiment un hasard.

Jugez par vous-mêmes (nous soulignons, en gras) :

Jean Baudrillard, /le Miroir de la production/, ''Le Marxisme et le système de l'économie politique, Contradiction et subversion : le dépassement du politique'', dès la page 150, éd. Galilées, 1985, a écrit : D'où le rôle majeur des étudiants, des jeunes, des disqualifiés d'avance [retraités, chômeurs, précaires, etc.], volontairement ou non, mais aussi de toute espèce de catégorie sociale, de communauté régionale, ethnique ou linguistique, lorsqu'elle tombe, de par le procès de centralisation et de pyramidalisation technocratique du système, dans la marge, la périphérie, dans la zone de désaffection et d'irresponsabilité. Exclues du jeu, leur révolte vise désormais la règle du jeu. Désocialisées, elles mettent en échec le principe de réalité sociale capitaliste, et non seulement leur exploitation par ce système. Ségrégés, discriminés, satellisés [le féminisme de deuxième génération, l'anticolonialisme d'alors, la militance pour l'admission des mœurs homosexuelles seulement et l'antiracisme de cette même heure, étaient encore non-codés au service du suprémacisme capitalistique], toutes ces catégories sont reléguées, au fur et à mesure de la structuration du système comme code, en position de termes non marqués. Leur révolte vise désormais l'abolition de ce code, de cette stratégie de séparations, de discriminations, d'oppositions structurales et hiérarchisées. [...] ainsi [la révolte] de toutes les catégories qui tombent sous la barre structurale du refoulement, de la relégation, là où elles perdent leur sens. Cette position de révolte n'est plus celle d'exploités économiques, elle vise moins l'extorsion de la plus-value que l'imposition du code où s'inscrit la stratégie actuelle de domination sociale.

Et voici, applicable à l'Europe contemporaine, alors que 1985 est pré-maastrichien :

Plus le système se concentre, plus il expulse des catégories entières. Plus il se hiérarchise selon la loi et la valeur (signe ou marchandise), plus il exclut ce qui résiste à cette loi. Il en fut ainsi de l'enfermement de la folie (Michel Foucault) au seuil de la rationalité occidentale. Il en est de même aujourd'hui pour toute la société civile qui est devenue un lieu d'enfermement, où l'homme tranquille est gardé à vue. Partout derrière l'usine et l'école, la banlieue ou le bureau, le musée ou l'hôpital, c'est l'asile et le ghetto qui se profilent comme la forme la plus pure d'une société véritablement rationalisée.

C'est manifeste pour ce que représentent les Gilets Jaunes.

C'est notre rationalité terroriste qui a produit, au cours des siècles, la radicale distinction [...]. Aucune culture que la nôtre n'a produit cette abstraction systémique, où tous les éléments d'échange symbolique [...] ont été liquidés au profit d'une fonctionnalité binaire. Et cette séparation, qui a pris toute sa force avec l'économie politique capitaliste, ne se résorbe pas du tout actuellement.

Empirique, rationnelle Europe ... et pas qu'Europe : avec elle toutes les technocraties & grandes entreprises, dont elle est la vaste émanation en fait, récursivement, cahin-caha ...

[...] ce pour quoi elle la reproduit aujourd'hui toujours plus vive, sous les apparences d'un universalisme libéral chancelant. Et l'objectivation [de tels reclus par le système, du "Plouc" Gilet Jaune au Noir, en passant par la Femme ou l'Homosexuel] n'est pas celle de l'exploité en tant que force de travail [le travail est déjà une notion surfaite, partie du code capitaliste, mais] c'est une objectivation du code. C'est tout un arsenal de significations qui la soutient, irréductible à la détermination économique et politique, comme on peut le constater partout [...] le code resurgit avec plus de violences encore de tout ce qui semblait devoir le réduire ; en termes marxistes : la superstructure s'impose avec d'autant plus de force que sont résolues les contradictions liées à l'infrastructure, ce qui est pour le moins paradoxal.

Cette violence média-politique que doivent servir les polices et les gendarmeries, est patente.

Et là encore l'autonomisation du Noir comme principe de révolution, de même que l'autonomisation de la femme comme sexe ou du prolétariat comme classe [Gilet Jaune compris], [ne fait que reconduire le code racial ou sexuel, ou le jeu de l'économie politique, en déplaçant simplement le terme marqué. [Sans parler de] la jeunesse qui occupe ce non-lieu de la façon la plus critique, mais pas du tout comme classe d'âge. Si partout sa révolte a de telles répercussions, c'est que ce non-lieu traverse toutes les catégories sociales. Aujourd'hui en économie, en politique, dans la science, dans la culture, c'est l'irresponsabilité qui est cruciale, c'est la révolte de ceux à qui on a enlevé, ou à qui on n'a jamais donné la parole.
La parole elle-même se définit comme réponse (responsabilité) incessante, où se dissout toute transcendance sociale. C'est contre elle que l'économie politique fomente au long de son histoire le discours, où tout ce qui est changé l'est sous l'instance du code. [...]
C'est grâce [au code], et à toute la logique de la communication qu'[il] institue, que le système a réussi lentement mais inexorablement, à neutraliser la puissance symbolique de la parole. Structuration binaire, abstraction du discours représentatif, équivalent général du code, forclusion de la parole. La pratique insurrectionnelle des dernières années a fait resurgir cette parole et pâlir du coup les contradictions traditionnelles.

C'est bien sur ce constat que Jean Baudrillard est prophétique de ce qui adviendrait dès la fin des années '90, et avec puissance éclatante en ce début de IIIème millénaire. Voilà pourquoi nous convoquions Philippe Muray, aussi, avec son Homo festivus de la Fin de l'Histoire.

On comprend mieux pourquoi les Gilets Jaunes sont si taiseux, et défiants devant la média-politique fallaciante.

Ces révoltes n'ont pas le profil de la lutte des classes [marxiste]. Mais le capitalisme évolue, et avec lui ses lignes de faille. Jusqu'ici ensevelies sous l' "instance déterminante" du mode de production [par les marxistes comme les capitalistes, ès économie politique], elles émergent selon la logique de la reproduction élargie du sytème [qui] refoul[e], asserv[i] au fil de l'histoire par la centralisation bureaucratique [...]

Qu'ajouter ?

Sur le même thème

Le capitalisme et le marxisme, au Miroir de la production (Jean Baudrillard, 1985)
Michel Onfray : L’insurrection, et après?
Tant que la France restera coincée dans l'UE, l'euro et l'Otan, les dirigeants du pays quels qu'ils soient ne seront que des pions
Gilets jaunes et foulards rouges...
Macron démission révolution

Marx ne rejette pas tel patron : il rejette le capitalisme
Non, Marx ne fut pas matérialiste dialectique
Les capitalistes ne se vivent pas comme des pilleurs : le commerce n'est-il pas légal, et le travail ?
Le Secret de la bourse, c'est le temps de travail
Jean Baudrillard prophétique sur les Gilets Jaunes, et pas que les Gilets Jaunes

Dev.durable.pdf, La France est-elle une démocratie.pdf, La Vulgate maxiste.pdf, Panne de secteur.pdf, barometredunumerique2018.pdf, atout-france-strategie-marketing-2010-2020.pdf, Building Global Community.pdf,Droits et libertés.pdf,ebook-pour-comprendre-informatique-quantique.pdf,guide_emi_la_famille_tout_ecran.pdf,INVITATION.Tous President,.pdf,Le-secret-de-l-imagination.pdf,Numérique, Le code agent et vecteur de cette nouvelle civilisation....pdf,Numérique,FranceWebBack.pdf,Les-revendications-des-gilets-jaunes.pdf,L'Intelligence humaine.pdf,MyDailyNewsConnection.pdf,Opinion,Macron plus.pdf,pour-une-francophonie-de-l-action.pdf,usages-intelligence-artificielle-ebook.pdf,VIE DE FRANKLIN,F.A.M.MIGNET.pdf,De la société de consomation et de ses détracteurs.pdf

Ce qui est en partage.pdf, Citoyen Balibar.pdf, citoyenneteactive-democratiepartticipative.pdf,Computational Thinking.pdf,Dev.durable.pdf,beyond technology..children's learning in the age of digital culture.pdf,GJ,Petition pour la liberté d'informer.pdf,Globalization 4.0.pdf,grand debat.pdf,La Constelation des savoirs.pdf,Globalization 4.0.pdf,La Vulgate maxiste.pdf,Le long chemin vers l'Europe politique.pdf,Le rural et le populaire.pdf,Le salariat, c'est fini !.pdf,Le suspens du sens.pdf,Les moteurs de l'électromobilité en 2019.pdf,Montaigne et ses contextes.pdf,Qui prédira 2019.pdf,Qui sauvera le climat.pdf,Permis de tuer.pdf,Safran,Talents.pdf,

Lire la suite

09/01/2019

Simple citoyenne,PoissySmartCity,Gilets jaunes : révolte, révolution, ou résistance ?La liberté, seule valeur impérissable de l'histoire."AVOIR UNE OPINION EST UNE CHOSE, AVOIR LE COURAGE DE L'EXPRIMER EN EST UNE AUTRE"

« Oser inventer l’avenir » pour y exprimer des revendications, des insatisfactions, des frustrations,... j’espère qu’on y trouvera aussi des propositions...Et dans le cadre de la concertation officielle nous organiserons bien sûr les rencontres nécessaires. »

Sur le référendum d’initiative citoyenne (RIC)

« Déjà un certain nombre de « gilets jaunes » le dénoncent… C’est un défi difficile à relever, à organiser. Comment fera-t-on la synthèse de toutes ces expressions qui viendront de tous les côtés ? Il faut le faire, il n’y a pas d’autres solutions, mais cela doit s’organiser et s’encadrer, car le référendum, c’est aussi Mussolini et Hitler. Je ne veux pas faire de parallèle historique, mais parfois l’expression de la volonté populaire non encadrée, cela peut conduire à des désastres. Certains suggèrent ainsi que le référendum soit soumis au contrôle du Conseil constitutionnel, pour vérifier sa conformité aux principes fondamentaux de la République. »

LA VIE CONTINUE AVEC NOUS,

FranceWebAsso, numériques des lumières, UN MONDE MINIATURE pour vivre comme les grands, Société du Savoir, Un univers de possibilités, Encourager le partage de savoirs, d'être au monde et de le voir. Invitation du salon des loisirs créatifs 2 dec 2017.jpg

« Amitié pour agir »« Oser inventer l’avenir »..en mobilisant tous les partenaires...La diversité pour nous c'est la promotion de tous mais au niveau de l'excellence.« Il faut changer les regards que nous avons l’un sur l’autre »

FW-pour-vous-et-avec-vous.gif

Les numériques des lumières se construit avec Vous !

Encourager le partage de savoirs, d'être au monde et de le voir.

UN MONDE MINIATURE...jpgFranceWebAsso, numériques des lumières, Créer un monde auquel chacun souhaite appartenir>Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance: changer le monde, faire avec l’inertie des usages, faire avec les craintes, faire avec l’utilisateur-consommateur convaincu de sa maturité numérique.

On s'est amusés en créant un espace.jpgOr comprendre, c’est écouter....FranceWebAsso 

Société du Savoir Groupe d'intérêts.jpg

 20150119_111926.jpg3smartphones.jpeg

Un univers de possibilités

 

Imaginez un monde dans lequel chaque être humain peut librement obtenir et partager des connaissances. Ceci est notre engagement.

 

FranceWebAsso : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 

C'est notre capital !

Avec tout ça, on est partout chez nous..jpg

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Réalisez tous vos projets sans stresser...jpgPrivilégier l'esprit d'équipe, le partage des savoir-faire et la solidarité, à la fois en interne et dans nos partenariats.
Mettre chacun en situation de réussite. Contribuer par la qualité individuelle à la performance commune.

Services uniques à la pointe pour que vous soyez plus compétitif.

Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance est primordial pour notre pays dans l'avenir. Rénover la démocratie.Une équipe professionnelle et bienveillante à votre écoute chaque jour.

Prenez nos idées.jpg

IMPLIQUER TOUS LES CITOYENS DANS LA SOCIETE DE L'INFORMATION

La planète est notre village !

Gilets jaunes :  Si ce mouvement est principalement une question de pouvoir d’achat, il n’y aura pas de solution. Si c’est plus profond, la démocratie et l’histoire sauront amener le peuple vers une résolution, ou révolution ?

SocSav21,Rendez-vous d'infos : le partage d'expérience. Un univers de possibilités.Mutualisons nos connaissances pour imaginer, créer et innover " Donnant-donnant"

Ce site est destiné à ceux qui, comme CAMUS, veulent comprendre au lieu de juger. Il veut aussi faire honneur au génie français qui a donné naissance à cette trilogie sublime, à cette prodigieuse utopie humaine qui, encore aujourd'hui, fait rêver le Monde: "liberté, égalité, fraternité".

Liberte & Valeur

S’exprimer, rêver à un monde meilleur n’est pas interdit. Encore faut-il communiquer avec les autres pour que ce rêve ait une chance de convaincre, de devenir un jour réalité.

ChroniquesHumaines

"AVOIR UNE OPINION EST UNE CHOSE, AVOIR LE COURAGE DE L'EXPRIMER EN EST UNE AUTRE" 

FRANCEWEB group

RECHERCHER, OBSERVER, METTRE EN LIEN, DIFFUSER

« Connaître le passé pour comprendre le présent »

"Ensemble tout est possible"

Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble

Connectons nos savoirs sur votre avenir

TRAVAILLONS ENSEMBLE POUR UNE COMMUNAUTÉ DE DESTIN ET UN DÉVELOPPEMENT COMMUN

A la rencontre d’initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique… 

Tous, entrepreneurs de la connaissance

Sensibiliser, informer, promouvoir...

A la rencontre d’initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique… 

Réanimer l’engagement citoyen>> Histoire d'un projet>PoissyWebCitoyen>SmartCity>Ville Connectée:L'objet de ce projet "c'est la nature humaine, non un héros individualisé">"Les héros, ou simplement les gens bien, Nous en avons besoin !"

Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible. Antoine de Saint-Exupéry

Mutualisons nos connaissances pour imaginer, créer et innover « Donnant-donnant »

Parce qu’une économie de la connaissance est une économie de l’innovation, elle se place en rupture par rapport aux anciens schémas pour proposer un modèle de société créative, responsable et solidaire. Une économie de polarisation des savoirs et des liens sociaux pour cultiver tous les maillages possibles au développement d’un écosystème harmonieux et durable.

N’hésitez pas à nous transmettre votre avis pour faire évoluer ce site poissyweb@gmail.com

« Comment réussir dans un monde d’égoïstes »

Chaque choix que nous faisons correspond à la satisfaction d’un besoin à l’instant T. Nous prenons des décisions en fonction de ce qui nous semble être le mieux pour nous au moment où nous les prenons. Mais la vie est un mouvement, une évolution constante. Ce qui était valable hier ne l’est peut-être déjà plus aujourd’hui, alors demain ?

 

FranceWebAsso: C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

2021.jpg

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"

 

 SocSav21,FranceWeb,Solidage verge d'or,  1n

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Je paraphrase Einstein :

 « Un problème créé par des politiques et des mythes ne peut pas être résolu par les mythes et les politiques qui l’ont créé. ».

«Gilets jaunes»: Eric Drouet lance une cagnotte pour les manifestants blessés

Gilets jaunes : révolution, résistance ou révolte ?

Tags : Droit Démocratie Constitution Lobby Etienne Chouard Frédéric Taddeï RIC Gilets jaunes

Le mouvement des gilets jaunes se prépare pour un acte IX. Bientôt deux mois et pour l’instant, les analystes peinent à interpréter la situation. Dans un bel article paru dans Marianne, Natacha Polony voit dans les gilets jaunes un épisode de l’histoire en marche. On ne peut contester en effet que ce mouvement ait une dimension historique, à la fois par son intensité, son étendue géographique, sa durée, mais aussi et surtout son caractère inédit, sans doute rendu possible par l’utilisation des réseaux sociaux. Historique donc, mais de quelle histoire parle-t-on ?

Est-ce une révolution ? Pour l’instant, la réponse est négative. Les révolutions ont toujours été précédées de facteurs servant de ressorts pour pousser l’histoire en avant. Facteurs économiques comme la famine, mais aussi mythologique. La révolution de 1789 a été préparée par la mythologie des Lumières. La révolution russe de 1917 fut précédée par une mythologie bolchévique habilement façonnée et propulsée par Lénine. Dans les deux cas, la mythologie est entrée en résonance avec une conjecture plus globale, économique mais pas que. En 1917, la Russie était en guerre. Les révolutions ont amené un changement de régime. Les gilets jaunes ne demandent pas un changement de régime mais d’être mieux considérés par la gouvernance. Ils pensent que le référendum d’initiative citoyenne peut y contribuer. Si révolution il y a en vue, elle est caché dans l’âme et doit être réveillée par une mythologie de circonstance.

Est-ce une résistance ? Une chose est acquise, les gilets jaunes ont largement manifesté leur patriotisme en entonnant la marseillaise ou en brandissant les drapeaux tricolores. Le boxeur Dettinger devenu célèbre a confié dans une vidéo son attachement au pays. Ce samedi 5 janvier, je suivais le défilé des gilets. En queue de cortège, une voiture diffusait le chant des partisans. L’idée me vint d’associer le mouvement à une sorte de résistance. Je m’étais même dit que ce chant pourrait servir à donner plus de coffre aux futurs cortèges. Mais souvent, une idée apparemment nouvelle n’est qu’une porte ouverte enfoncée. Le chant des partisans fait partie du mouvement depuis novembre 2018. Il a même été paraphrasé pour l’adapter au combat des gilets. On ne peut pas dire que ce chant ait résonné d’une puissante intensité. Il est toutefois bien plus subtil que ces slogans insipides du gauchisme de la rue : « rien n’est à eux, tout est à nous, tout ce qu’ils ont, ils l’ont volé ». Admettons qu’il y ait résistance, certes, mais contre qui ? Peut-on dire que la France est occupée ? Non, ou alors il faut le dire de manière allégorique. La France serait alors occupée par un régime formé d’une caste de technocrates, de bureaucrates, de managers, qui sont entre autres une courroie de transmission pour installer la technocratie européenne dans tous les pays. L’Europe technocratique occupe la France. Et les gilets jaunes sont entrés en résistance. En vérité, les gilets jaunes reprochent aussi au régime de ne pas occuper la France dans son entier, de ne pas s’occuper des territoires et des gens déclassés. Bien audacieux et présomptueux celui qui parviendra à façonner une mythologie de résistance pour encadrer et élargir le mouvement des gilets jaunes. Et allumé celui qui voudra créer une mythologie révolutionnaire à notre époque ou le seul mythe amené à devenir universel est celui du développement personnel.

Troisième option, la révolte des gilets jaunes. Cette fois, ça tombe bien, tout le monde est d’accord pour reconnaître que ce mouvement est une révolte contre les pouvoirs en place. L’ennuyeux, c’est qu’on n’a pas dit grand-chose. Essayons de préciser. Révolte contre quoi ? Contre plusieurs choses difficiles à assembler et du reste se prêtant peu à une unification de ce mouvement qui pour l’instant, rassemble des mécontents. Avec deux volets que l’on retrouve dans tous les mouvements historiques de cet acabit. D’abord le matériel. Révolte contre les taxes, la CSG, la fiscalité verte, le contrôle technique automobile. Les révoltés ont remarqué que les prélèvements augmentent alors que les services publics baissent en qualité et en offre géographique. Ensuite le volet mythologique et symbolique, l’exigence démocratique, l’idée pas fausse que les technocrates décident ce qui est bon pour la société sans connaître les gens qui la composent. Dans ce contexte, le traité de Lisbonne imposé en 2007 par vote du Congrès a été considéré comme une insulte pour les 55 % ayant voté contre le TCE en 2005.

L’affaire serait-elle classée ? Les observateurs n’ont pas encore compris les ressorts profonds de ce mouvement, pour autant qu’il en existe. On a le choix entre une simple révolte et un changement de société qui n’apparaît pas et qu’il sera difficile à arracher du fond des âmes qui vivent dans le pays et des âmes qui nous gouvernent. Il existe des précédents historiques. Les grèves des mineurs britanniques en 1984 n’ont pas réussi à faire plier le gouvernement Thatcher et pourtant elles ont été intenses et ont duré plus d’un an. Cet épisode de l’histoire a sa légitimité pour s’appliquer aux gilets jaunes. Le mouvement peut plier au bout de quelques mois. Cette issue est pourtant trop facile. Le mouvement ne concerne pas une catégorie de travailleurs, mais est porté par un ensemble de populations diversifiées, en âge, sexe et profession. Et donc c’est un gros point d’interrogation. Le problème soulevé par les gilets jaunes ne pourra pas être solutionné par la politique en marche qui risque d’aggraver la situation. Une fois de plus, on constate l’absence des intellectuels qui la plupart, sont déconnectés de ce peuple révolté. Toutefois, quelques sociologues bien renseignés livrent des détails ayant quelque importance pour comprendre ce qui se passe dans les âmes habitant ces corps habillés de jaune.

Si ce mouvement est principalement une question de pouvoir d’achat, il n’y aura pas de solution. Si c’est plus profond, la démocratie et l’histoire sauront amener le peuple vers une résolution, ou une révolution. 

math 17 décembre 2018 08:43

En effet les solutions existent aux problèmes posés..encore faut il que les personnes en charges de les trouver, soit au niveau..ce qui pour l’instant est loin d’être le cas..nous « enfilons » les incompétents..Sarkozy..Hollande..Macron.. ? 

Dérive d’un état de droit, vers un état totalitaire

Nous l’avions pressenti, nous l’avions craint. Depuis le soulèvement des gilets jaunes et du peuple, le gouvernement et sa garde rapprochée LaREM multiplient les (...)

10 réactions | Libertad14  

Einstein vous explique pourquoi la France ne s’en sortira pas

La France vit la plus grande crise de son histoire récente. La fronde jaune de décembre 2018 est sans commune mesure avec les grèves de décembre 1995 qui ont eu la « peau » (...)

4488 visites 17 déc. 2018 | 69 réactions | Bernard Dugué

 

11:32 Publié dans 21CenturyWebArchive | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | | |

SocSav21,Rendez-vous d'infos : le partage d'expérience. Un univers de possibilités.Mutualisons nos connaissances pour imaginer, créer et innover " Donnant-donnant"

“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”

Avec le n°1 mondial de la collaboration en ligne : CONNECTEZ-VOUS AU MONDE.

Créateur des espaces de travail collaboratif , assurant la communication des exposants et partenaires, FranceWeb illustre la volonté du réseau.

centremondialdesaffaires.gifProduire de l’intelligence collective au bénéfice de l’économie sociale et de la vie associative et impulser les changement nécessaires par l’évolution de notre société.

Images for SocSav21

SocSav21,FranceWeb,Solidage verge d'or,  1n

La nouvelle société du Savoir

Un monde à soi. Nous vivons sous le même ciel, mais notre compréhension du monde n’en est pas moins toujours située. Stefan et Madeleine Raducanu réfléchissent aux conditions d’une appropriation commune des savoirs, qui déjoue leur inégale circulation.

Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble

Connectons nos savoirs sur votre avenir

TRAVAILLONS ENSEMBLE POUR UNE COMMUNAUTÉ DE DESTIN ET UN DÉVELOPPEMENT COMMUN

A la rencontre d’initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique… 

Tous, entrepreneurs de la connaissance

Sensibiliser, informer, promouvoir...

Les entrepreneurs du Web

Stefan et Madeleine Raducanu sur le Web

Images for Madeleine et Stefan Raducanu présentent ...

Stefan Raducanu SocSav21

Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu»Prospectivist

« Connaître le passé pour comprendre le présent »

Un blog conçu et brandé avec passion

Réseau Internet Interactif, Mon profil 

Les idées novatrices font peur et il faut du temps pour le faire accepter. Courage !

Mona Lisa

Down On The Corner

PROUD MARY

Bad Moon Rising

 

A Day In The Life

Dancing Queen

Massachusetts

Billie Jean

Collaborer ! Anticiper ! Innover !

C'est encore plus facile ensemble !

FRANCEWEB imagine un groupe fusionnel, rassemblement d’individualités fondues dans un collectif fédérateur, avec un sens de l’objectif commun qui transcende les actions de chacun.

Dipl.Ing.StefanV.Raducanu

Message à la Cité » PoissySmartCity

Vous n’êtes pas encore abonné ?

 

C’est quoi PoissySmartCity ? La Ville Ingénieuse, intelligente et durable..C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !Le citoyen, L'électeur, Le travailleur, Le consommateur.

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

 PoissySmartCity, La force de la proximité

Rendez-vous d'infos : le partage d'expérience

 Un univers de possibilités
 

Pour un conseil ou une commande appelez-nous au

06 85 36 20 75 ou par mail:franceweb@gmail.com

Copyright © Stefan Raducanu , All right reserved

 

10:14 Écrit par franceweb dans 21CenturyWebArchive, Advertising, Agenda 21, Agregator, Ailleurs sur le web, AlertInfo, Archive21stCentury, ArchiveWeb21, Art de vivre, Art et Culture, Articles, Blog, Blogs, Citations, Coach, Community, Culture, Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu, Education, Exposants, France, FranceWeb sur Facebook, FranceWeb, e-Globalnetwork, FranceWebAgency, Groupes, Ile de France, Internet, Jeunesse, La Vie des Idées, Le Citoyen, LMathieuwebcollection, Ma Bibliothèque, Ma Tablette Magique, Madeleine et Stefan Raducanu de FranceWeb, Mobile, Monde, MyNewsCenterNavigator, OneGlobalLocal, Opinion, Opportunités, Organisation, Organisme, Partenaires, Poissy Ville Connectée, PoissyWebCitoyen, Réseau, RessourcesPRO, Sharing, Smart Data Collective, Social Media Intelligence, Société, Stefand'Internet, StefandeFranceWeb

Jean-Claude Michéa sur l’irruption des choix privés dans la vie commune

L’individu et ses droits naturels préexisteraient à la société, laquelle ne serait qu’une fiction. Ce mythe du robinson originel constitue le cœur de la genèse libérale. Pour les penseurs des Lumières, il importe donc de préserver cette liberté individuelle en ne lui astreignant qu’une seule et unique limite : la liberté d’autrui. Mais contrairement à ce que supposent les robinsonnades libérales, de nombreux choix individuels de l’animal social qu’est l’homme s’inscrivent dans un environnement collectif et ont des répercussions sur toute la société. Pour le libéral, libre à chaque employé de s’accorder avec son employeur pour travailler le dimanche, surtout si un tel travail donne lieu à une rémunération attractive. Pourtant, « une telle décision dissimule, sous l’apparence d’un choix purement personnel et d’un contrat purement privé, toute une philosophie implicite de vie commune ». Ce choix privé, s’il se généralise, implique un « bouleversement des rythmes collectifs ». Si le dimanche devient un jour comme les autres ce sont les vies familiales, sportives ou associatives qui sont remises en question par manque de synchronisation. Quelle que soit la légitimité du travail dominical, il est donc indéniable que celui-ci ne relève pas uniquement de la sphère privée mais intéresse l’ensemble de la société. Derrière l’illusion juridique d’un choix libre et privé, se cache la réalité d’une baisse d’autonomie générale des individus. On s’aperçoit au bout de quelques temps que toutes ces décisions présentées comme privées finissent par modifier la vie commune, la re-sculpter. https://www.facebook.com/franceculture/videos/19042542898...

Un avocat gilet jaune dit tout ce qu’il pense des médias

Il y a une différence entre les médias locaux et les médias nationaux. France 3 diffuse le mouvement des gilets jaunes en local mais reçoit des directives nationales.

Reiki 7 janvier 20:49

C est un appel a la violence, en renonçant de donné la parole a ceux qui le fond le mieux. Le service public montre sa complicité a cette violence Institutionnel , qui elle même contribu a la méfiance de l état et donc a radicalisé toujours plus le mouvement. Bravo belle mentalité ...

joelim 7 janvier 21:03

Très intéressant. Moi-même écoute F Inter ou F culture en ce moment et leurs journaux ont un niveau de propagande affolant. Il n’y a plus aucune objectivité. Les éléments de langage et les rhétoriques habiles semblent (à l’auditeur qui appréciait ces radios jusqu’en 2000) tellement prégnantes que je n’hésite plus à qualifier ces deux filiales de Radio France de radios de régime. Ou d’Etat, mais certainement plus de radios publiques. Certes je comprends que les acteurs de cela n’ont pas le choix (le chômage ou la prostitution de Soral) et que la propagande (pardon, le parler humaniste et libéro-critique de chez Perlimpinpin) soit stratégique dans la "logique" managériale du pouvoir, mais se rendent-ils compte qu’ils sabordent à force leur institution ? Qu’il y ait une radio du régime je veux bien mais il n’y a pas besoin de plus que 2 ou 3 présentateurs qui se relayent et quelques spécialistes de com. Pourquoi payer pour plus ? smiley

Vraidrapo 7 janvier 23:58

C’est bien exprimé.

Il est évident que plus l’ambiance de la rue sera chaude plus les Comités de Rédaction marcheront sur des œufs et, seront de plus en plus les porte-paroles des Dirigeants.

Ne voit-on pas des éditorialistes comme ce Tréard qui fulmine contre les Gilets Jaunes en faisant un amalgame parce que 77,000€ ont été collectés pour la défense du boxeur !!!

L’oligarchie parisienne commence à serrer les fesses...

Je le dis et je le répète au premier coup de fusil, Roteuch regrettera de ne pas avoir lâché une centaine de Milliards vers le Trésor. La famille (avec d’autres) risque de prendre le Brexit à contre sens...

ged252 8 janvier 09:40

Ce qu’il faut reprocher aux médias, ce sont les émissions d’actualité style : "C dans l’air".

.Calvi organise des débats sur la politique et sur les hommes politiques, sans jamas inviter les hommes ou les partis politiques dont ils débattent.

C’est typique de ce qu’ils ont fait avec le FN, ils ont dénigré le FN pendant 30 ansj sans jamais inviter un représentant du FN sur les plateaux TV, pour qu’ils puissent se justifer ou se défendre.

Ils n’invitent que des gens qui sont favorables à l’immigration, notamment des gens hautement diplômés , mais qui ne sont que des menteurs et des falsificateurs, ciomme Pascal Perrineau, ou le démographe Hervé Le Bras, qui sont des gens qui se réjouissent ouvertement du remplacement de population, qu’ils voient comme la réussite de leur activisme auprès des médias et des pouvoirs publics..

ged252 8 janvier 10:02

Et puis les journalistes ne réprésentent pas les Français, il n’ont pas à parler au nom des Français, comme si ils en étaient des réprésentants, alors qu’ils ne sont pas élus, ni n’ont été choisi par les Français, mais par leur patron. Ils n’ont pas de légitimité non plus pour s’exprimer comme s’ils se faisaient l’écho des aspirations des Français.

Il n’ont pas à citer sans arrêt les sondages, pour tenter de dire aux gens, qu’ils parlent en leur nom, pour faire croire aux Français qu’ils les connaissent.

Ils n’ont pas à citer des sondages, souvent bidonnés, pour tenter d’imposer une ligne politique conforme à ce que disent ces sondages, pour faire croire qu’ils sont démocrates, alors que leur seul but est d’imposer ce qui les arrangent et que disent ces sondages.

Les journalistes n’ont pas à se comporter en hommes politique sur les plateaux TV, et à argumenter contre les hommes politiques qu’ils invitent, ce qu’ils font de plus en plus.

Ils n’ont pas à prendre parti ni pour un homme politique, ni pour une ligne politique, mais s’ils le font, ils doivent le faire clairement, explicitement.

zygzornifle 8 janvier 10:40

il faut que le mouvement des gilets jaunes soit inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco ....

 
Simple citoyenne 7 janvier 09:47

Macron doit être destitué d’urgence, cet homme est immature, c’est gamin qui joue à la guerre, mais quel désastre ! Quel désastre ! Tenez-vous bien, c’est Sarkozy la haine qui conseille Macron colérique les députés doivent demander sa destitution, je les mis en article ! Et la démission de Castaner ! 10 morts et des milliers de blessés !

"Depuis le mercredi 3 octobre 2018, la France n’a plus de ministre de l’Intérieur ; autrement dit, le ministère le plus important en France. Mais cela ne concerne-t-il pas l’article 68 ? l’attitude de Macron n’empêche-t-il pas justement le bon fonctionnement des institutions ?

Extrait d’article "

La destitution est explicitement envisagée par l’article 68 de la constitution française de 1958, qui a fait l’objet d’une révision en 2017. Celui-ci précise : « Le Président de la République ne peut être destitué qu’en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat. »

Quels sont ces « manquements » ?

Selon le constitutionnaliste Didier Maus (membre de la commission Avril, qui a inspiré la révision constitutionnelle de 2007), il faudrait « soit que le président bloque le fonctionnement des institutions », en refusant de signer les lois ou en bloquant la Constitution par exemple, « soit que son comportement personnel soit indigne de sa fonction », nous rapporte Msn. La suite""

il doit être destitué  !

 

@Simple citoyenne

Mais pourquoi... ?
Pour avoir un clone à sa place... ?

Vous oubliez que ce n’est pas LUI qui gouverne..., c’est BRUXELLES et surtout l’Etat-profond Mondialiste qui a placé là un Jeune Banquier (un Lieutenant , une potiche servile...) pour mettre fin à la (aux) NATION et aux aspirations du PEUPLE .

Votre "appel" est stupide.... !

De MACRON on s’en fout... ! Ce qui compte c’est d’obtenir la possibilité d’une réforme Constitutionnelle écrite par et pour le Peuple... !
Certes les Forces Zoccultes du POUVOIR , ne nous y autoriseront pas....mais au moins plus personne (Médias , Politicards....) ne pourra plus parler de Démocratie... !
De fait , le Peuple pourra légitimement se défendre.... !

(et peut-être que la Lybie et la Syrie viendront nous défendre en bombardant l’Elysée , Bruxelles et Strasbourg , comme BHL , Sarko , Hollande l’ont fait pour sauver les Peuples de ces Nations contre le Totalitarisme de ses Zélites.... !? )

 
@makhno
À mon avis, le président étant en fait une marionnette dans le guignol politique, il serait sans-doute intéressant de lui opposer un vrai bon comédien talentueux et charismatique (ou une bien sûr) épaulé par les GJ les plus éclairés et intelligibles.
.
S’il faut en vouloir à Macron c’est surtout pour ce qu’il symbolise : un pion posé là par un pouvoir occulte. Forcément sourd à tout ce qui ne vient pas d’en-haut, il n’est absolument en rien constructif de chercher de sa art un quelconque éveil même en lui signifiant les pires vérités. Il se trouve que les figures de l’opposition ou représentant/es de tous mouvements populaires sont émotionnellement impliquées dans leur combat idéologique face à des gouvernements pas loin du clownesque si on voit les choses par ce filtre mais de plus en plus répressifs et totalitaires.
.
Si le combat doit être politique, le ou la ou les représentant/es du peuple en guise d’intermédiaires avec le pouvoir occulte en place (puisqu’à un moment c’est inéluctable) gagneraient sans-doute à être avant tout comédien/nes infaillible sur sa tenue sa diction et ses dialogues, prêts à improviser sans jamais lâcher le fil, apte à suivre le protocole qui mène aux oreilles concernées pour leur asséner que la comédie est finie.

Chaque penseur idéologue qui se démarque par sa pertinence a ses tares et inconvénients, car une adéquation naturelle entre l’idéologie, le charisme et le talent dans la communication est plutôt rare. C’est beaucoup plus facile avec des acteurs. Ici je ne parle pas de séduire le peuple mais de répondre aux élites sur leur propre scène et dans la forme dont ils usent pour s’imposer à la masse.
.
Certes, c’est une idée plus surréaliste que pragmatique...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu