Avertir le modérateur

08/06/2016

L'armée syrienne, soutenue par des avions russes, a réussi à traverser les frontières administratives de Raqqa, Les universités d'élite chinoises aident les étudiants défavorisés

L'armée syrienne entre dans la province de Raqqa, capitale de l'EI

Publié le 2016-06-04 à 19:26 | french.xinhuanet.com

DAMAS, 4 juin (Xinhua) -- L'armée syrienne est entrée samedi à l'intérieur des frontières administratives de la province de Raqqa, capitale de facto de l'Etat islamique (EI), selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, groupe d'observation basé au Royaume-Uni.

L'armée syrienne, soutenue par des avions russes, a réussi à traverser les frontières administratives de Raqqa, quelques jours seulement après une offensive d'envergure sur la route entre la ville d'Athriya (province centrale de Hama) et celle d'al-Tabaqa (province de Raqqa).

Les forces syriennes tentent d'atteindre le lac al-Furat et la route reliant Raqqa à la province septentrionale d'Alep, a indiqué l'Observatoire, avant d'ajouter que les forces syriennes se trouvaient seulement à 40 km de leurs zones ciblées.

Jusqu'ici, 26 membres de l'EI et neuf soldats du gouvernement ont été tués dans les affrontements qui ont débuté jeudi.

Si l'armée réussit, l'EI sera assiégé par l'armée dans le sud et le sud-ouest d'Alep, et par les rebelles des Forces démocratiques syriennes soutenues par les Etats-Unis à l'ouest.

Même s'il n'y a pas de déclaration de coopération entre les attaques des forces dirigées par les Etats-Unis et celles du gouvernement syrien appuyées par la Russie, les analystes estiment que Moscou et Washington sont apparemment parvenus à un accord en vue d'affaiblir l'EI.

Lire aussi:

Syrie : l'ONU note des développements positifs mais insuffisants en matière d'accès humanitaire

GENEVE, 2 juin (Xinhua) -- Deux hauts responsables des Nations Unies ont noté jeudi à Genève des développements positifs en matière d'accès humanitaire en Syrie mais ont rappelé que ce n'était pas suffisant pour venir en aide à toutes les personnes dans le besoin.

03/05/2016

Improving human and communities’ welfare, by reducing poverty and hunger;Contributing to gender equality; Reducing actions and procedures that contribute to climate change; Promoting partnerships, economic growth and fair work;

1agld1r.gifImproving countries development as well as citizens’ equality, health, education and inclusivity;Travel & Tourism Building, Construction & Architecture Conferences & Trade Fairs Culture, Society & Lifestyle World & Regional

1agld1r.gifTOURISM 2016 - International Conference on Global Tourism and Sustainability,

1agld1r.gifTOURISM 2016 - International Conference on Global Tourism and Sustainability

Date: 12-Oct-16 to 14-Oct-16
Location: Cultural Centre of Lagos / Lisbon / Portugal
Category: Travel & Tourism Building, Construction & Architecture Conferences & Trade Fairs Culture, Society & Lifestyle World & Regional
TOURISM 2016 – International Conference on Global Tourism and Sustainability aims at discussing the role of tourism with reference to the adoption of the Post-2015 Development Agenda, namely the Sustainable Development Goals (SDGs). The World Tourism Organization (UNTWO) highlights/ emphasizes the role of tourism regarding the SDGs related to inclusive and sustainable economic growth (Goal 8), sustainable consumption and production (Goal 12), and the sustainable use of oceans and marine resources (Goal 14) (UNTWO, 2015).

However, as stated in the same document, as a global activity, tourism has a broader influence on sustainability goals and may contribute to the implementation of all SDGs by:

- Improving human and communities’ welfare, by reducing poverty and hunger;
- Improving countries development as well as citizens’ equality, health, education and inclusivity;
- Promoting the preservation of cultural identities and cultural and natural heritage;
- Contributing to gender equality;
- Ensuring access to resources (water, energy) and food in an affordable way, as well as sustainable production and consumption;
- Promoting partnerships, economic growth and fair work;
- Building low impact infrastructures;
- Reducing actions and procedures that contribute to climate change;
- Protecting terrestrial and oceanic ecosystems.

Thus, the commitment of tourism activities with sustainability goals endorses new ways of thinking, planning and managing tourism activities. Awareness on these questions embraces all the actors (politicians, investors, companies and citizens) that may decide, from their different standpoints, on how to take the road of sustainability. In the future, travelling, for instance, will be more demanding, regarding sustainability goals, and will certainly change the paradigm of tourism.

Tourism sustainability goals will certainly bring many changes, from the way tourists travel, to the way infrastructures are built, the way local people interact with visitors, or the way urban and rural landscapes and natural areas accommodate the flow of tourists.

Tourism is not a ‘gold mine’, but may be part of the solution for local and regional development, for natural and cultural preservation and for bringing closer different people, thus paving the way for a more equal and conscious global community.

TOURISM 2016 - International Conference on Global Tourism and Sustainability invites all researchers, academics and practitioners in the field of tourism and sustainability to contribute to this discussion by presenting their work and research at this scientific and cultural event.

Visitors

Academics, researchers, tourism professionals, architects, engineers, public decisors, students

Exhibitors

No exhibition area.

Go to event website

29/12/2015

BONNE QUALITE ET PRIX ABORDABLES, DES PRODUITS CHINOIS HIGH-TECH OMNIPRESENTS EN AFRIQUE, Ces géants chinois opérant dans le domaine des hautes technologies et connus de presque tout le monde ont également gagné du terrain sur le continent africain

Hautes technologies : les produits chinois très appréciés des Africains (REPORTAGE)
French.xinhuanet.com 2015-12-29 16:17:57 Imprimer
BEIJING, 30 décembre (Xinhua) -- Huawei, Lenovo, ZTE, Hisense, Gree, Haier... Ces géants chinois opérant dans le domaine des hautes technologies et connus de presque tout le monde ont également gagné du terrain sur le continent africain, où les produits de ces grandes marques sont appréciés par les populations locales.

DES PRODUITS CHINOIS HIGH-TECH OMNIPRESENTS EN AFRIQUE

Dans les Marjane, la plus grande chaînes d'hypermarchés au Maroc, vous trouvez facilement les produits industriels chinois de bonne qualité tels que les machines à laver Haier, les télévisions et tablettes Hisense. Dans les enseignes spécialisées connues telles qu'Electroplanet, Megastore et Bestmark, les ordinateurs Levono, les portables Huawei sont vendent bien avec des prix concurrentiels par rapport à leurs rivaux japonais, coréens et européens. Les climatiseurs Gree font partie des deux principales marques vendues dans les magasins de bricolage Bricoma au Maroc.

Huawei Technologies, un géant des télécommunications chinois spécialisé dans les produits et solutions informatiques et technologiques, a aidé à changer la vie des Africains en introduisant un réseau 4G à haut débit au Nigeria.

ZTE Corporation, un fournisseur chinois leader en équipements télécoms et solutions réseaux, opère en Afrique depuis près de vingt ans et propose aujourd'hui ses services dans 48 pays africains.

Les produits informatiques des marques Huawei et Lenovo sont davantage utilisés dans les entreprises en République démocratique du Congo (RDC).

Huawei et Lenovo proposent ainsi aux utilisateurs congolais des smartphones, des modems et d'autres outils informatiques en RDC. "La majorité de mes clients préfèrent Huawei à la place d'autres smartphones", a indiqué à Xinhua Flavien Kayembe, un vendeur de téléphones sur le grand marché de Kinshasa.

"La première chose, c'est l'évolution de Windows Phone à Android, car ce dernier offre plus d'ouverture (...) et un large accès aux applications utiles et amusantes gratuitement", a indiqué à Xinhua Narsix Baya, fonctionnaire de la Mission de l'ONU pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) et utilisateur d'un téléphone Huawei et d'un ordinateur Lenovo.

Outre l'informatique et les télécommunications, les autres secteurs dans lesquels les hautes technologies sont égalements indispensables en Afrique connaissent également une présence importante de produits et techniques chinois : la modernisation des réseaux ferroviaires, l'utilisation des énergies renouvelables, la construction de centrales nucléaires, l'aviation, etc. Les produits et techniques chinois jouissent ainsi d'une bonne réputation dans ce continent immense.

BONNE QUALITE ET PRIX ABORDABLES

"Le rapport qualité/prix devient de plus en plus appréciable face à la concurrence. Aujourd'hui, on peut avoir dans un Huawei quasiment les mêmes qualités ou options que dans un iPhone(...). C'est une bonne machine", selon M. Baya.

La bonne réputation des produits high tech chinois en Afrique est notamment due à leur qualité haut de gamme et leurs prix acceptables.

Grâce à l'innovation, les secteurs des télécommunications, de l'industrie high tech, du commerce en ligne, des nouvelles énergies et d'autres secteurs industriels émergents ont connu un boom en Chine.

La Chine a même devancé le Japon comme premier exportateur de haute technologie en Asie, selon un récent rapport de la Banque asiatique de développement (BAD). Sa part dans les exportations de produits high tech tels que les instruments médicaux, l'aéronautique et les équipements de télécommunication est passée de 9,4% en 2000 à 43,7% en 2014, selon la BAD.

"Cette mutation démontre le succès de la Chine qui a fait de l'innovation et de la technologie des moteurs-clés de son économie afin de progresser dans la chaîne de valeur manufacturière", a noté l'agence Bloomberg.

La participation directe d'entreprises chinoises de téléphonie telles que Huawei, ZTE et Tecno est importante pour la croissance de l'économie des télécommunications en Afrique, a indiqué Bright Simons, un entrepreneur ghanéen du secteur des technologies et chercheur honoraire dans un think tank local.

L'industrie des télécommunications est largement reconnue comme ayant contribué à accroître le produit intérieur brut et les revenus fiscaux, permettant aux gouvernements africains d'augmenter leurs dépenses en matière de santé et d'éducation, ce qui a bénéficié directement aux pauvres du continent, a-t-il indiqué.

Le vice-Premier ministre congolais Thomas Luhaka, par ailleurs ministre des Postes, des Télécommunications et des Nouvelles technologies de l'information et de la communication (PT-NTIC), a salué l'investissement de Huawei en RDC, soulignant qu'il était l'un des grands équipementiers à travers le monde et que la grande partie des opérateurs de télécommunication opérant actuellement dans le pays étaient équipés de produits Huawei.

Le transfert de technologies est aujourd'hui indispensable pour consolider et améliorer la croissance sur le continent africain. En plus de leurs produits, les géants chinois offrent également des opportunités de formation et d'études aux habitants locaux. Cette stratégie locale est commune chez les principales marques chinoises comme Huawei et ZTE.

Un exemple : pour montrer la confiance entre la RDC et Huawei Congo, le président congolais Joseph Kabila a inauguré le 25 mai 2012 à Kinshasa un centre de formation régional francophone en télécommunications et en technologies de l'information et de la communication au sein duquel seront formés des Congolais ainsi que des ressortissants de pays d'Afrique francophone.

Lire aussi:

>>> Infratructures : les Chinois s'engagent dans des projets prometteurs pour l'intégration économique en Afrique (PAPIER GENERAL)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu