Avertir le modérateur

14/10/2016

JOEL DE ROSNAY, Surfer la vie – Comment sur-vivre dans une société fluide« , le scientifique pionnier du surf sur la côte basque, auteur ..Vous êtes la multitude !.

La perspective du transhumanisme fait planer la menace d'un monde dans lequel l'homme se trouve en concurrence avec lui-même et crée les conditions de sa propre disparition

joel-de-rosnay.jpeg

« Au transhumanisme, élitiste et narcissique, qui s'adresse à l'individu, je préfère l'hyperhumanisme, qui parle à la société. » (Crédits : Jean-Daniel Chopin)

Scientifique, prospectiviste, l'auteur qui dans "Le Macroscope" en 1975 déjà avait vu venir les révolutions technologiques actuelles, surfe sur la vie comme sur les vagues. A bientôt 80 ans, Joël de Rosnay signe "Je cherche à comprendre. Les codes cachés de la nature", un livre de synthèse qui interroge l'homme et les mystères de l'univers. Grâce aux smartphones, à l'intelligence artificielle et aux réseaux sociaux, il prédit l'émergence d'une "intelligence collective augmentée" qui va engendrer un hyperhumanisme, bien préférable selon lui au cauchemar transhumaniste de la Silicon Valley.

LA TRIBUNE - Vous venez de publier votre nouvel ouvrage, "Je cherche à comprendre... - Les codes cachés de la nature"(*), quel en est le message principal?

JOEL DE ROSNAY - Le mot-clé, c'est « codes ». Les codes qui semblent avoir été utilisés pour programmer la nature et lui conférer une telle unité, une telle harmonie, que je décris en évoquant notamment la suite de Fibonacci ou le nombre d'or. Mais aussi les codes qui programment la société, le code social, le Code pénal, le code des impôts, le Code de la route... et même le code PIN. Et encore, les codes sources qui ouvrent la possibilité de créer une intelligence artificielle et du deep-learning.

La perspective du transhumanisme fait planer la menace d'un monde dans lequel l'homme se trouve en concurrence avec lui-même et crée les conditions de sa propre disparition. Mais il existe peut-être des solutions alternatives. Plutôt que l'intelligence artificielle, nous pouvons opter pour une intelligence augmentée collective nourrie de réflexion et de spiritualité. Plutôt que le transhumanisme, viser l'hyperhumanisme.

À qui s'adresse votre livre ?

Je l'ai d'abord écrit pour moi. L'harmonie de la nature que j'y décris a changé ma façon de voir les choses et a conforté mon espoir dans un avenir positif. Mais il s'adresse à la fois au grand public, aux politiques, aux industriels - qui aujourd'hui, sont dans une vision catégorique, séquentielle, analytique, pyramidale... J'essaie de montrer pourquoi il faut briser ces catégories. La structure de l'organisation sociétale, pyramidale et hiérarchique, qui elle-même découle d'une volonté d'exercice solitaire du pouvoir -le « libido dominandi » de Machiavel-, constitue l'un des plus grands freins à l'avènement de cette société que j'appelle de mes vœux.

Qu'est-ce qui vous donne néanmoins espoir ?

La montée de cette génération mondiale, née avec les réseaux sociaux et les nouvelles technologies, me donne le sentiment que l'on peut faire quelque chose ensemble. Ces jeunes, qui sont à la recherche d'un rôle plutôt que d'un job, bouleversent totalement le monde du travail. En France même, on compte 2,8 millions de slashers (qui cumulent plusieurs emplois) ou freelancers (qui sont à leur compte). Mais, curieusement, ni les politiques ni même les écrivains ne le voient. Ils ne font pas confiance à cette génération montante. Être majoritaire ne suffit pas tant que les détenteurs actuels du pouvoir ne leur font pas confiance, ne les laissent pas expérimenter... Emmanuel Macron, par exemple, est d'une génération qui a compris cette montée en puissance des jeunes et qui a confiance en ce qu'ils font.

On voit néanmoins fleurir des initiatives innovantes dans certaines villes ou au sein de certaines entreprises...

C'est vrai. Les villes et les entreprises, du moins certaines d'entre elles, sont très en avance  sur les États. Par exemple, à l'instar de Copenhague, elles sont de plus en plus nombreuses à viser 100% d'énergies renouvelables d'ici à 2030 ou 2040. Malgré l'intermittence de certaines énergies renouvelables, elles y parviendront grâce à des économies d'énergie, de l'efficacité énergétique, des réseaux intelligents et un mix énergétique adapté aux ressources locales. Je ne pense pas qu'il faille continuer d'investir des milliards dans des modes de production d'énergie centralisés comme les EPR qui, en outre, sont de plus en plus coûteux, alors que le prix des énergies renouvelables, au contraire, n'en finit pas de baisser dans le monde entier. Dans le même temps, la France est un des pays les plus avancés d'Europe en matière de smart grids.

On voit même, à Québec ou à Brooklyn, des habitants s'échanger l'électricité solaire qu'ils produisent en utilisant la Blockchain.

De façon plus générale, les villes sont l'avenir du monde. Elles concentrent les crises économique, écologique, humaine, la crise de l'emploi, celle du logement... et donc les solutions pour y remédier. Une ville fonctionnant en économie circulaire est un modèle de sauvetage du monde. C'est sur ces principes d'écologie intelligente et d'économie circulaire que j'ai accompagné l'Île Maurice - où je suis né et où j'ai vécu - dans le cadre de "Maurice Île durable" (MID). Si on peut le faire à Maurice, alors on peut le faire partout.

Vous opposez à l'intelligence artificielle une intelligence collective augmentée: comment la bâtir?

J'ai dit que j'ai moins peur de l'intelligence artificielle que de la bêtise naturelle! Mais je crois plus à l'« intelligence collective augmentée » que j'évoquais déjà dans mon livre "Le Macroscope", en 1975! Grâce aux smartphones, à l'intelligence artificielle, à la robotique, auxquels s'ajoute le pouvoir de l'interconnexion des uns avec les autres, nous devenons plus que nous-mêmes. Nous pouvons démultiplier nos capacités. Nous sommes à la veille d'une mutation de l'espèce humaine qui va advenir dans le siècle qui vient.

Aujourd'hui, ce potentiel est occulté par la concurrence, la compétition, la volonté de pouvoir... mais l'empathie, l'altruisme, la reconnaissance de la diversité, le partage, l'art, l'amour... permettraient de faire émerger cette nouvelle espèce humaine.

À l'inverse du transhumanisme - élitiste, égoïste et narcissique, qui s'adresse à l'individu et son rêve d'immortalité, l'hyperhumanisme parle à la société et peut conduire à une collectivité mieux organisée, respectueuse, capable de créer une nouvelle humanité.

Je reconnais qu'il s'agit d'un pari. Plutôt qu'optimiste, je me considère comme positif, constructif et pragmatique. Dans ce livre, j'ai voulu témoigner de ma confiance en notre capacité de construction collective de l'avenir, grâce à l'intelligence augmentée qui nous incite à être encore plus humain qu'aujourd'hui.

Depuis quarante ans, vous avez anticipé toutes les grandes tendances de la société. Vous est-il arrivé d'être surpris ou déçu par rapport à ce que vous aviez pressenti?

C'est vrai qu'en cinquante ans, j'ai vu venir les tendances, avant les autres. Et je ne me suis pas trop trompé. Ce « pattern recognition » apparaissait déjà dans Le Macroscope en 1975. Mais je dois reconnaître que j'avais sous-estimé la rapidité avec laquelle la robotique a modifié nos sociétés. Dans un autre registre, je n'avais pas saisi dans toute son ampleur la montée en puissance de nouvelles valeurs portées par les Millennials, cette génération qui, en dix ou quinze ans, impose une vision totalement nouvelle de la société. En revanche, j'avais nettement surestimé la capacité des politiques à se rénover eux-mêmes et à sortir de cette vieille école pyramidale. Seuls Emmanuel Macron et NKM sont d'une génération qui a compris la montée au pouvoir de la jeunesse et expriment une confiance en eux et en leur dynamisme.

Aujourd'hui, n'êtes-vous pas inquiets de la puissance des GAFA [Google, Apple, Facebook, Amazon] et autres NATU [Netflix, Airbnb, Tesla, Uber]?

En effet, le "solutionnisme" de la Silicon Valley, qui veut changer le monde par la technologie, m'inquiète. Les Gafa, ce sont des entreprises-Etats, dont la capitalisation boursière équivaut à la richesse totale de certains pays. Ces véritables monopoles numériques transversaux se heurtent à des États-nations qui ne le sont pas du tout. Ce sont avant tout des plateformes d'intelligence collaborative, bien plus que des sites de e-commerce.

Grâce au big data, ils créent de la valeur ajoutée à partir des informations que nous laissons chez eux et la revendent à d'autres. Cela crée une situation gagnant/gagnant très curieuse.

Mais nous pouvons lutter contre ces conditions monopolistiques en utilisant les mêmes outils, grâce à la co-régulation citoyenne participative, qui permet de passer de la société de l'information à celle de la recommandation. C'est le "citizen feedback" dont je parlais dans Le Macroscope. Cela répond aux attentes de ces jeunes à la recherche d'un rôle plutôt que d'un job, et à celles des entreprises qui aspirent à endosser, elles aussi, un rôle sociétal. Ce changement va se faire par auto-évaluation. Au-delà des votes, des sondages, des référendums, les nouveaux outils permettent une auto-évaluation collective et en temps réel de nos actions collectives. C'est ce qui a été fait concernant le taux de pollution observé lors de la journée sans voiture.

Cela me semble une piste nettement plus prometteuse que de s'opposer à la croissance des Gafa et des Natu par une réglementation d'interdiction, dont l'impuissance actuelle de l'Union européenne montre bien qu'elle ne fonctionne pas.

Votre livre se termine sur une évocation de la spiritualité. N'est-ce pas en contradiction avec votre profil de scientifique?

Je parle en effet de spiritualité et d'émerveillement, deux mots étranges pour un vulgarisateur scientifique. Mais je ne suis pas le premier à être émerveillé par l'unité et l'harmonie de la nature... Einstein, Spinoza, Pythagore ou encore Jacques Monod l'ont été avant moi. Lorsqu'on observe cette perfection, on ne peut que se demander ce qu'il y a derrière. On dirait que tout a été fait pour aboutir à cette harmonie. Pour beaucoup, la réponse à cette question est « Dieu ». Mais je ne suis pas dans une approche religieuse, du rite, du dogme. Néanmoins, comme mes amis Hubert Reeves et Yves Coppens, je m'interroge sur cette forme d'organisation inexpliquée qui pose question. Le scientifique que je suis avoue ne pas connaître la réponse. C'est un « mystère inexplicable, mais présent ». Dans mon livre, je fais référence à la tapisserie de la licorne. La plupart des gens ne voient que le résultat, sublime. Mais les scientifiques ou les philosophes vont voir derrière la tapisserie pour essayer d'interpréter les motifs. Je ressens un sentiment de spiritualité laïque, émergeant de l'unité, qui m'incite à donner du sens à ma vie et à transmettre.

Propos recueillis par Philippe Mabille et Dominique Pialot

(*) "Je cherche à comprendre... Les codes cachés de la nature", de Joël de Rosnay, Editions Les liens qui libèrent (LLL), 165 pages, 17,50 euros.

Joël de Rosnay, espèce humaine, mutation, transhumanisme, hyperhumanisme, Silicon Valley, révolutions technologiques, prospective, univers, smartphones, intelligence artificielle, réseaux sociaux, intelligence collective augmentée,

 francewebasso,franceweb,poissywebcitoyen,poissysmartcity,mynewscenternavigator,stefanv.raducanuu,sru-electronics,sociétés du savoir,portails de travail collaboratif,gestion de connaissances,transformation de l'information,km,bi,b2b,b2x,ie,poissy,france,paris,monde,world,network,networking,onegloballocal,ask,belive,stefa de france,stefan le grand,newsletters,people,performance &pay,contact facilitator,newsagregator,business,content,connaissances partagées,participative transformation,francewebsharing,interactive business communities,knowledge,risk and profits,sociotechnical system humankind has over seen,competitive intelligence for you,beyond knowledge,micro-moments,construire des sociétés de savoir avec franceweebasso

francewebasso,franceweb,poissywebcitoyen,poissysmartcity,mynewscenternavigator,stefanv.raducanuu,sru-electronics,sociétés du savoir,portails de travail collaboratif,gestion de connaissances,transformation de l'information,km,bi,b2b,b2x,ie,poissy,france,paris,monde,world,network,networking,onegloballocal,ask,belive,stefa de france,stefan le grand,newsletters,people,performance &pay,contact facilitator,newsagregator,business,content,connaissances partagées,participative transformation,francewebsharing,interactive business communities,knowledge,risk and profits,sociotechnical system humankind has over seen,competitive intelligence for you,beyond knowledge,micro-moments,construire des sociétés de savoir avec franceweebasso Et L'Homme créa la Vie

francewebasso,franceweb,poissywebcitoyen,poissysmartcity,mynewscenternavigator,stefanv.raducanuu,sru-electronics,sociétés du savoir,portails de travail collaboratif,gestion de connaissances,transformation de l'information,km,bi,b2b,b2x,ie,poissy,france,paris,monde,world,network,networking,onegloballocal,ask,belive,stefa de france,stefan le grand,newsletters,people,performance &pay,contact facilitator,newsagregator,business,content,connaissances partagées,participative transformation,francewebsharing,interactive business communities,knowledge,risk and profits,sociotechnical system humankind has over seen,competitive intelligence for you,beyond knowledge,micro-moments,construire des sociétés de savoir avec franceweebasso

Le macroscope

Vers une vision globaleJoël de Rosnay(Auteur) Paru en mars 2014Essai (poche)
 

 

francewebasso,franceweb,poissywebcitoyen,poissysmartcity,mynewscenternavigator,stefanv.raducanuu,sru-electronics,sociétés du savoir,portails de travail collaboratif,gestion de connaissances,transformation de l'information,km,bi,b2b,b2x,ie,poissy,france,paris,monde,world,network,networking,onegloballocal,ask,belive,stefa de france,stefan le grand,newsletters,people,performance &pay,contact facilitator,newsagregator,business,content,connaissances partagées,participative transformation,francewebsharing,interactive business communities,knowledge,risk and profits,sociotechnical system humankind has over seen,competitive intelligence for you,beyond knowledge,micro-moments,construire des sociétés de savoir avec franceweebassoSurfer la Vie : le nouveau livre de Joël de Rosnay - Surf Prevention

blog.surf-prevention.com/2012/04/11/surfer-la-vie-livre-joel-de-rosnay/
11 avr. 2012 - Dans ce nouveau livre, « Surfer la vie – Comment sur-vivre dans une société fluide« , le scientifique pionnier du surf sur la côte basque, auteur ...

francewebasso,franceweb,poissywebcitoyen,poissysmartcity,mynewscenternavigator,stefanv.raducanuu,sru-electronics,sociétés du savoir,portails de travail collaboratif,gestion de connaissances,transformation de l'information,km,bi,b2b,b2x,ie,poissy,france,paris,monde,world,network,networking,onegloballocal,ask,belive,stefa de france,stefan le grand,newsletters,people,performance &pay,contact facilitator,newsagregator,business,content,connaissances partagées,participative transformation,francewebsharing,interactive business communities,knowledge,risk and profits,sociotechnical system humankind has over seen,competitive intelligence for you,beyond knowledge,micro-moments,construire des sociétés de savoir avec franceweebassoSurfer la vie de Joël de Rosnay - YouTube

▶ 2:23https://www.youtube.com/watch?v=YxBO8ty5LL8
23 avr. 2012 - Ajouté par TripleCBordeaux
Joël de Rosnay nous parle de son livre "Surfer la vie" qui sort le 16 mai aux éditions Les liens qui libèrent.
 

francewebasso,franceweb,poissywebcitoyen,poissysmartcity,mynewscenternavigator,stefanv.raducanuu,sru-electronics,sociétés du savoir,portails de travail collaboratif,gestion de connaissances,transformation de l'information,km,bi,b2b,b2x,ie,poissy,france,paris,monde,world,network,networking,onegloballocal,ask,belive,stefa de france,stefan le grand,newsletters,people,performance &pay,contact facilitator,newsagregator,business,content,connaissances partagées,participative transformation,francewebsharing,interactive business communities,knowledge,risk and profits,sociotechnical system humankind has over seen,competitive intelligence for you,beyond knowledge,micro-moments,construire des sociétés de savoir avec franceweebassoL’Âge de la multitude – Le livre

Et si nous étions, sans le savoir, les principaux acteurs de l’économie numérique ? Si nos vies, nos interactions, nos créations étaient la source déterminante de la valeur et de la croissance de l’économie ? Si les stratégies du futur consistaient à capter cette puissance qui est en nous ?

Telle est la thèse de ce livre.

La révolution numérique est derrière nous. Des milliards d’êtres humains sont aujourd’hui instruits et informés, équipés et connectés. Leur désir de créer, de communiquer et de partager n’a jamais rencontré autant de possibilités de passer à l’acte. Ces milliards d’individus composent une « multitude » puissante, mouvante et active, qui bouleverse l’ancien ordre économique et social et ouvre la voie au troisième âge du capitalisme.

La multitude est désormais la clef de la création de valeur dans l’économie. Qui sait susciter, capter et redistribuer la créativité de la multitude peut devenir un géant de l’économie numérique. Qui accepte et nourrit la multitude peut gouverner avec une efficacité jamais atteinte. A l’inverse, qui ne voit pas que l’essentiel de l’intelligence et de la puissance est en dehors de son organisation risque de se faire balayer par les champions de l’économie numérique : ceux qui, par des innovations radicales, font alliance avec la multitude. La multitude est devenue la clef du succès des organisations. Elle est la richesse des nations d’après la révolution numérique.

L’Âge de la multitude dresse la fresque de la transformation en cours. Il offre une synthèse originale des évolutions techniques, économiques, sociales et politiques en cours, puisant à la fois dans l’histoire du numérique et dans son actualité la plus récente. C’est surtout un essai ouvrant de nouvelles perspectives sur l’analyse de la valeur, la stratégie des entreprises, la politique industrielle et la démocratie elle-même.

12:26 Écrit par franceweb dans 21CenturyWebArchive, Agregator, Apprentissage, ArchiveWeb21, Art de vivre, Articles, Blog, Citoyen, Collaborative, Collections, Collectivité, Community, Conseil, Culture, Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu, eCitoyen, Evénements, Exposants, FranceWeb, e-Globalnetwork, FranceWebAsso, Groupes, Ile de France, Innovation, International, Internet, Joël de Rosnay, Ma Bibliothèque, Madeleine et Stefan Raducanu de FranceWeb, Monde, OneGlobalLocal, Other News, Partenaires, Poissy Ville Connectée, PoissyWorldWide, Recherche, Réseau, SmartCity, Social Media Intelligence, SRU-Electronics, Un être culturel, Web,Web,Web, Work, World, YouTube | Tags : francewebasso, franceweb, poissywebcitoyen, poissysmartcity, mynewscenternavigator, stefanv.raducanuu, sru-electronics, sociétés du savoir, portails de travail collaboratif, gestion de connaissances, transformation de l'information, km, bi, b2b, b2x, ie, poissy, france, paris, monde, world, network, networking, onegloballocal, ask, belive, stefa de france, stefan le grand, newsletters, people, performance &pay, contact facilitator, newsagregator, business, content, connaissances partagées, participative transformation, francewebsharing, interactive business communities, knowledge, risk and profits, sociotechnical system humankind has over seen, competitive intelligence for you, beyond knowledge, micro-moments, construire des sociétés de savoir avec franceweebasso | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

01/10/2016

Les gagnants et les perdants de la mondialisation,Des débouchés dopés par la mondialisation,La mondialisation a également profité aux consommateurs, en particulier aux plus démunis, qui ont vu leur pouvoir d’achat ...

Les gagnants et les perdants de la mondialisation

Antoine d’Abbundo, le 22/09/2016 à 9h07

La globalisation des échanges a permis de faire sortir de la pauvreté des pays émergents. Mais elle a aussi fait des perdants dans les pays industrialisés.

Commissaire européen au commerce de 1999 à 2004, puis directeur général de l’OMC jusqu’en 2013, Pascal Lamy (1) est l’un de ceux qui ont été en première ligne de cette « globalisation » tant décriée. « Une phase historique d’expansion du capitalisme de marché qui a nourri la croissance et produit des effets de bien-être massifs », se défend-il.

i Pourquoi lire La Croix ?
  • La Croix choisit dans le flot de l'actualité des pépites à mettre en lumière, en privilégiant le recul et l'analyse.
  • La Croix vous explique, avec pédagogie et clarté, le monde qui vous entoure, afin que vous puissiez bâtir votre opinion.
  • La Croix met en lumière la dimension spirituelle des hommes et des événements.
  • La Croix vous offre une information de référence sur l'actualité religieuse.
  • La Croix s'efforce de donner des éléments de compréhension sur des sujets graves.
  • La Croix privilégie le débat serein et approfondi, entre chrétiens et avec ceux qui ne croient pas ou croient autrement.
  • La Croix vous donne la parole tant sur le papier (rubrique 'Courrier') que sur son site (blogs, réseaux sociaux, ...).
  • La Croix met en valeur les lieux ou les sujets où se joue la dignité des hommes et des femmes de ce temps.
  • La Croix va sur le terrain, et met en lumière des acteurs de l'actualité, célèbres ou modestes.
  • La Croix vous donne, au quotidien, des raisons d'espérer.
+
 

Le principal gain est sans doute à chercher dans la sortie massive de la pauvreté des pays émergents, Chine en tête, qui ont su faire valoir leurs « avantages comparatifs », en l’occurrence une main-d’œuvre abondante, habile et bon marché, pour s’imposer comme les « ateliers du monde ».

> Relire : Dans les pays émergents, les classes moyennes dopent la croissance

D’où la montée en puissance d’une classe moyenne cantonnée, hier encore, aux pays de la triade États-Unis, Europe, Japon. « En 2030, sur une population de 9 milliards d’habitants, 5 milliards appartiendront aux classes moyennes, dont 3 milliards vivront en Asie, en Amérique latine et en Afrique. Ce sont eux les grands gagnants de la mondialisation », précise Pascal Lamy.

Des débouchés dopés par la mondialisation

Les pays développés ont eux aussi largement bénéficié de cette intensification sans précédent des échanges. « Cela a dopé les entreprises les plus efficaces, accéléré le progrès technique, ouvert de formidables débouchés, notamment pour un petit pays comme la France qui a pu faire valoir sa forte image de marque à l’étranger dans des secteurs comme le luxe ou la production agricole », souligne Emmanuel Combe, professeur à l’université Paris 1 et à l’ESCP Europe.

> A lire : Peut-on rendre la mondialisation acceptable ?

La mondialisation a également profité aux consommateurs, en particulier aux plus démunis, qui ont vu leur pouvoir d’achat décupler. Une étude du Cepii, centre de recherche et d’études sur l’économie mondiale, montre ainsi que si la France se fermait à tout commerce avec les pays émergents, il en résulterait une perte évaluée entre 1 200 et 3 000 € par an et par ménage.

Mais si les riches sont devenus plus riches et les pauvres moins pauvres, la mondialisation a aussi fait des perdants. « Comme l’avait théorisé l’économiste Schumpeter avec le concept de destruction créatrice, la globalisation malmène les systèmes économiques et sociaux anciens pour en faire surgir de nouveaux. Mis en concurrence sur le marché mondial, les cols blancs et les cols bleus des pays développés peuvent s’estimer moins bien traités, ayant subi une stagnation, voire une baisse de leurs revenus », convient Pascal Lamy.

230 000 emplois perdus du fait des délocalisations

La question de l’emploi est l’autre élément qui explique la montée de l’anxiété et de la colère face à une mondialisation jugée néfaste. Un rapport de la Banque de France évalue ainsi à 230 000 le nombre d’emplois perdus du fait des délocalisations. Une autre étude, de la Commission européenne cette fois, estime que le simple fait d’accorder le statut d’économie de marché à la Chine, ce qui lèverait un frein à ses exportations vers l’Union, coûterait 300 000 emplois à l’Europe.

Un danger qu’Emmanuel Combe invite à relativiser. « En trente ans, la France a perdu 2 millions d’emplois, dont 20 % seulement, selon la direction du Trésor, sont imputables aux délocalisations. Ne faisons pas de la mondialisation le bouc émissaire de tous nos maux », plaide-t-il.

Antoine d’Abbundo

(1) Quand la France s’éveillera, Éd. Odile Jacob, 2014, 7,90 €

08:27 Écrit par franceweb dans 21CenturyWebArchive, 3B,Beau,Bon,Bien, Agregator, AlertInfo, ArchiveWeb21, Articles, Blog, Blogs, Business, Communication & relations médias, Consummateur, Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu, Evénements, Exposants, France, FranceWeb, e-Globalnetwork, International, Madeleine et Stefan Raducanu de FranceWeb, Monde, MyNewsCenterNavigator, OneGlobalLocal, Opinion, Organisation, Organisme, Poissy en poche, Poissy Ville Connectée, PoissyWebCitoyen, PoissyWorldWide, Pub, Réseau, Sharing, SmartCity, Social, Social Media Intelligence, Société, Stefand'Internet, Un être culturel, Web,Web,Web, Work, World | Tags : francewebasso, franceweb, poissywebcitoyen, poissysmartcity, mynewscenternavigator, stefanv.raducanuu, sru-electronics, sociétés du savoir, portails de travail collaboratif, gestion de connaissances, transformation de l'information, km, bi, b2b, b2x, ie, poissy, france, paris, monde, world, network, networking, onegloballocal, ask, belive, stefa de france, stefan le grand, newsletters, people, performance &pay, contact facilitator, newsagregator, business, content, connaissances partagées, participative transformation, francewebsharing, interactive business communities, knowledge, risk and profits, sociotechnical system humankind has over seen, competitive intelligence for you, beyond knowledge, micro-moments, construire des sociétés de savoir avec franceweebasso, mondialisation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

29/09/2016

De l’innovation dans les moteurs de recherche touristiques avec FranceWebAsso, MyNewsCenterNavigator & PoissySmartCity,

prestataires touristiques
Prochain articleGérer vos projets en un clic
Mathieu est en charge de l'animation numérique et du m-tourisme au CRDT Auvergne. Il blogue à titre personnel sur etourisme.info et blog-etourisme.com. Il est co-auteur d'un ouvrage sur le m-tourisme. Il propose aussi son expertise et ses services sur Tourisme Digital | Twitter : @MathieuBruc | Email : mbruc at etourisme.info (adresse email en toutes lettres pour éviter les robots-spammeurs)

moteur-de-recherche-inspiration

Les moteurs de recherche constituent souvent la pierre angulaire des sites Internet des destinations. La base de données et son catalogue des offres touristiques ne séduisent plus les voyageurs. Les systèmes d’informations avancés, la qualification de l’information, le sourcing des données issues du big data, autant d’avancées technologiques qui favorisent l’innovation et de nouvelles fonctionnalités dans les moteurs de recherche.

Avant d’entamer le tour d’horizon de ces fonctionnalités, jetez un oeil sur cette infographie de Skift qui cartographie l’écosystème de 250 entreprises du voyage. On repère facilement les plus connues d’entre elles, mais ce qui frappe instantanément c’est la multitude d’acteurs en présence ! Une concurrence féroce où les fonctionnalités en matière de recherche sont sans doute un facteur important de choix pour le voyageur exigeant et pressé. Il reviendra volontiers sur les sites qui lui proposent les meilleurs résultats, aux oubliettes ceux qui n’apportent aucune satisfaction dans sa recherche.

De l’innovation dans les moteurs de recherche touristiques avec FranceWebAsso, MyNewsCenterNavigator & PoissySmartCity,

prestataires touristiques
Prochain articleGérer vos projets en un clic
Mathieu est en charge de l'animation numérique et du m-tourisme au CRDT Auvergne. Il blogue à titre personnel sur etourisme.info et blog-etourisme.com. Il est co-auteur d'un ouvrage sur le m-tourisme. Il propose aussi son expertise et ses services sur Tourisme Digital | Twitter : @MathieuBruc | Email : mbruc at etourisme.info (adresse email en toutes lettres pour éviter les robots-spammeurs)

Les moteurs de recherche constituent souvent la pierre angulaire des sites Internet des destinations. La base de données et son catalogue des offres touristiques ne séduisent plus les voyageurs. Les systèmes d’informations avancés, la qualification de l’information, le sourcing des données issues du big data, autant d’avancées technologiques qui favorisent l’innovation et de nouvelles fonctionnalités dans les moteurs de recherche.

Avant d’entamer le tour d’horizon de ces fonctionnalités, jetez un oeil sur cette infographie de Skift qui cartographie l’écosystème de 250 entreprises du voyage. On repère facilement les plus connues d’entre elles, mais ce qui frappe instantanément c’est la multitude d’acteurs en présence ! Une concurrence féroce où les fonctionnalités en matière de recherche sont sans doute un facteur important de choix pour le voyageur exigeant et pressé. Il reviendra volontiers sur les sites qui lui proposent les meilleurs résultats, aux oubliettes ceux qui n’apportent aucune satisfaction dans sa recherche.

francewebasso,franceweb,poissywebcitoyen,poissysmartcity,mynewscenternavigator,stefanv.raducanuu,sru-electronics,sociétés du savoir,portails de travail collaboratif,gestion de connaissances,transformation de l'information,km,bi,b2b,b2x,ie,poissy,france,paris,monde,world,network,networking,onegloballocal,ask,belive,stefa de france,stefan le grand,newsletters,people,performance &pay,contact facilitator,newsagregator,business,content,connaissances partagées,participative transformation,francewebsharing,interactive business communities,knowledge,risk and profits,sociotechnical system humankind has over seen,competitive intelligence for you,beyond knowledge,micro-moments,construire des sociétés de savoir avec franceweebasso

Inspirez-moi

En panne d’idées pour votre prochain séjour. Essayez par exemple le moteur d’inspiration de l’aéroport de Lyon. En quelques clics, vous renseignez une thématique, la température à destination, le budget, le temps de vol et la période. Vous voilà face à un mur de destinations toutes aussi alléchantes les unes que les autres et en parfaite adéquation avec votre profil.

aeroport-de-lyon-2016-09-07

Chez Booking on mise sur la simplicité. Les critères de recherche apparaissent comme des tags et vous permettent de personnaliser votre requête avec la profondeur souhaitée. Si je veux aller voir des volcans en Europe, on me propose aussi bien l’Italie que la France, mais si je mise en en plus sur la gastronomie, c’est l’Auvergne qui se détache !

booking-2016-09-07-22-09

Tout en finesse avec TripTurner

À trop vouloir bien faire, on oublie parfois l’usage. Avec TripTruner, vous déplacez le curseur en fonction de vos affinités parmi les 5 principaux critères proposés : type de vacances, composition de la famille, budget, etc. Si le système paraît séduisant, à l’usage il est encombrant. On se rend vite compte qu’avec cette finesse de recherche, on perd en simplicité et en efficacité.

tripturner-2016-09-07

Kayak un méta-moteur en quête d’innovations

Le budget est déterminant dans le choix de la destination. Sur Kayak Explore, vous renseignez votre aéroport, votre budget, le temps de vol avec ou sans escale et le tour est joué ! Les prix s’affichent directement sur les villes d’arrivées. Pragmatique et efficace.

kayak-budget-2016-09-07

Pas facile de réserver son hébergement quand on ne connaît pas forcément sa prochaine destination et la vie de quartier. Sur Kayak (encore), pour réserver son hôtel, on peut facilement repérer les quartiers populaires pour le tourisme, restauration, shopping et vie nocturne. Il suffit de cliquer sur une des catégories pour que la carte mette en évidence les endroits populaires avec des zones froides à chaudes. Bluffant, visuel et pratique ! Côté institutionnel, on pourrait imaginer aussi des choses intéressantes en croisant pourquoi pas les données issues de Flux vision sur la fréquentation touristique ?

kayak-quartiers-2016-09-07

Un jour je serai le meilleur dresseur !

Ne voyez aucune allusion saugrenue dans cette maxime de Sacha du Bourg-Palette, le héros de la saga Pokémon. On parle beaucoup du célèbre manga depuis le lancement de Pokémon Go, une application mobile de jeu basée essentiellement sur la géolocalisation et la réalité augmentée. Elle s’annonce déjà comme un phénomène en tourisme.

Dans l’application, les Pokéstops sont associés à des lieux (monuments, places, édifices, etc.) qui se révèlent indispensables pour récupérer différents objets de jeu. La 12ème édition des Rencontres du e-tourisme c’est dans un mois ! Pour les hardcore gamers qui recherchent un restaurant à Pau proche d’un Pokéstop, on dit merci les Pages Jaunes qui ont rajouté un critère « Pokéstops à proximité » afin de filtrer les résultats !

pages-jaunes-2016-09-07

Les institutionnels ne sont pas en reste puisque les Pokémons envahissent Apidae en permettant aux acteurs du réseau d’associer les fiches d’informations à des endroits stratégiques du jeu : les fameux Pokéstops et bien sûr les arènes de combat Pokémons. Reste à savoir dans la prochaine étape comment la donnée sera concrètement exploitée sur les sites de destination…

Alors convaincu par ces nouvelles fonctionnalités de recherche ? Si vous avez d’autres exemples innovants, merci de les signaler dans les commentaires !

08:54 Écrit par franceweb dans 21CenturyWebArchive, 3B,Beau,Bon,Bien, Advertising, Agregator, AlertInfo, ArchiveWeb21, Art de vivre, Articles, Blog, Business, Collections, Communiqués de presse, Community, Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu, Entreprises, Evénements, Exposants, FranceWeb, e-Globalnetwork, Groupes, International, Internet, Le consommateur, LMathieuwebcollection, Madeleine et Stefan Raducanu de FranceWeb, Marketing, Monde, Numérique, OneGlobalLocal, Opportunités, Organisation, Organisme, Partenaires, Poissy Ville Connectée, PoissyWebCitoyen, PoissyWorldWide, Pub, Réseau, Sharing, SmartCity, Social Media Intelligence, SRU-Electronics, Travel, Tourisme, Un être culturel, Vacances, Voyage | Tags : francewebasso, franceweb, poissywebcitoyen, poissysmartcity, mynewscenternavigator, stefanv.raducanuu, sru-electronics, sociétés du savoir, portails de travail collaboratif, gestion de connaissances, transformation de l'information, km, bi, b2b, b2x, ie, poissy, france, paris, monde, world, network, networking, onegloballocal, ask, belive, stefa de france, stefan le grand, newsletters, people, performance &pay, contact facilitator, newsagregator, business, content, connaissances partagées, participative transformation, francewebsharing, interactive business communities, knowledge, risk and profits, sociotechnical system humankind has over seen, competitive intelligence for you, beyond knowledge, micro-moments, construire des sociétés de savoir avec franceweebasso | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu