Avertir le modérateur

27/11/2016

Why Most Content Recommendations Are No Better than Banner Ads, News Sites Not Actually Recommending the Content, SRU-Electronics, The Wallet of the Future/Competent, Professional & Multidisciplinary, An Important Source of Information for You Everywhere,

1agld1r.gifNews Sites Not Actually Recommending the Content, SRU-Electronics, The Wallet of the Future/Competent, Professional & Multidisciplinary, An Important Source of Information for You Everywhere, Ad Exchanges,AMPLIFY YOUR CONTENT, If Opportunity doesn't knock

You’ve seen them. They’re the content recommendations “from around the web” that appear at the end of your favorite news story or blog post. They’re meant to offer readers a better web experience by directing them to relevant content. Typically an advertiser pays a website to make the recommendation in order to direct traffic back to the advertiser’s website for whatever reason. Kind of like what advertisers used to use banner ads for.

But banner ads are no longer as effective as they used to be. As a matter of fact, they say “you are more likely to complete NAVY SEAL training than click a banner ad.” So what happened? Early banner ads saw click through rates as high as 40%, but nowadays you’d be lucky to score a .07% clickthrough thanks to a phenomenon dubbed banner blindness. People simply became so frustrated with irrelevant messaging, distracting imagery and low-quality content that they just started filtering out the ads.

shutterstock_126421067.jpg

Content Recommendations the New Hope

Enter content recommendations. Content recommendations are meant to re-capture the reader’s attention. To begin, they are presented as native advertising, meaning they take on the look and feel of the website where they are being shown. Studies have shown that people view native ads 53% more than banner ads.

Ideally, it should all work like this: you go to your favorite website and read an interesting article. At the end of that article appears a link to similar content that you may find interesting. That “recommended content” provides you with value, meaning it informs, educates or inspires you. In turn, you begin to follow the brand that created the content because it was actually good content. As you discover additional valuable content, you begin to trust that brand and develop a relationship. Eventually when it comes time to make a purchase, you’ll likely choose that brand because you’ve been following them and they’ve always provided you with good information.

In theory, that’s really how content marketing as a whole should work. We create lots of great content. We amplify that content on the websites that our audience likes to visit. They discover that content because it’s relevant and valuable. They continue to follow and engage with the brand. And now you’ve built this great relationship with your prospective customer through content and everyone wins! The advertiser gets what they want (a strong relationship with prospective customers), consumers get a better web experience and publishers can still make money without distracting or annoying their visitors.

Content Recommendations the Actual Reality

Unfortunately, it just don’t work like that. Here’s the current state of the industry:

You go to your favorite website and read a good article. At the end of the article, rather than finding relevant content recommendations, you see things like, “photo fails that will make you cringe” or salacious images. Despite that, you click on the recommendation anyway and it usually brings you to low-quality content that has nothing to do with the original piece you were reading. Obviously, you get very little value from this and typically you just click back on your browser and bounce from the website.

As you can see, the current model does not provide a whole lot of value for anyone. Consumers are not getting that better web experience. They are unable to develop good relationships with brands. And they’re annoyed by the low-quality content. In turn, this can damage the publisher’s credibility since they were the ones who originally recommended the content to the visitor in the first place. Last, the advertiser isn’t really winning because they’re not providing the reader with any value.

How to Change the Game

So why do we keep playing the same game? For starters, publishers get paid every time you click one of those headlines. The cost-per-click model encourages publishers to get you to click on their recommendations. The more clicks, the more revenue they earn. Some of the best ways to garner those clicks is through sensational headlines, clickbait or lewd images. Hence, the garbage that we typically see recommended at the end of our favorite articles.

Second, marketers put too much importance on click through rates. Many marketers judge a campaign’s effectiveness on the number of clicks they can garner. They aren’t looking at bounce rates, time on site or other pages visited. They just want to know how many clicks their article received, when the focus should be on how much engagement the article received. Was it shared, liked or commented on? Those are better indicators of success than clicks. Unfortunately, we typically judge effectiveness based on the number of clicks, meaning publishers will serve the ads that are most likely to get clicked as opposed to what’s relevant to the consumer.

Third, content marketers should know better! The name of the game is providing high-quality content that provides your reader with value. That’s how relationships develop and it’s through relationships that we get our products and services sold. If we continue to create low-quality content that directs readers to spammy content, then content recommendations will eventually suffer the same fate as banner ads.

 Topics: Content Marketing, Content Amplification, publishers, sponsored content

Written by Gerald Craft

Gerald Craft is the Director of Marketing at Cranberry LLC. He directs all inbound marketing efforts in addition to content creation.

26/11/2016

Le Pisciacais Stefan de FranceWeb, sa révolution : la ville connectée. avec PoissySmartCity, Ne me regardez pas ! Regardez avec moi ! “Demain nous bâtiront un réseau digital et interactif constituant un miroir numérique du monde réel“PoissyWebInitiative,

Regardez MyNewsCenterNavigator» avec Stefan de France»"Information,Veille et Connaissance"

“Demain nous bâtiront un réseau digital et interactif constituant un miroir numérique du monde réel“

Regardez MyNewsCenterNavigator» avec Stefan de France»"Information,Veille et Connaissance"

foule.jpg

Le plaisir de la technologie...

Ne me regardez pas ! Regardez avec moi ! bonheur,tranquillité,sagesse,sérénité,art de vivre,srweb,rsweb,sruelectronics,francewebasso,rstefandefrance,articles,agregator,stefanraducanublogueur

bonheur,tranquillité,sagesse,sérénité,art de vivre,srweb,rsweb,sruelectronics,francewebasso,rstefandefrance,articles,agregator,stefanraducanublogueurPourquoi FranceWeb

Ce que doit chercher à provoquer l’ingénieur, c’est l’enchantement. C’est ça qui me fait vibrer.

Ingénieur électronicien, 30 ans d'expérience dans l'industrie électronique, 4 brevets, expert de la dynamique HCI ( Human Computer Interaction )

L'homme qui voulait devenir un géant du Web,

"seigneur de l'information".

Un homme produit: MyNewsCenterNavigator.

Prospective Quand les chatbots dirigeront la smart city

Une couche de big data, une couche d’intelligence artificielle et une voix suave : les services vocaux interactifs répondront bientôt à toutes les requêtes des usagers. Une source d’économie et d’efficacité pour les villes. Jusqu’à quel point ?

Vous connaissez Siri, la voix d’Apple qui répond à toutes vos questions. Siri est un chatbot (“agent conversationnel”), une interface d’intelligence artificielle qui rend la technologie quasi “invisible” derrière une conversation avec un interlocuteur. L’essor de ce type de service, dont certains prédisent qu’il signera la mort des applications mobile, est exponentiel : il devrait être multiplié par 15 d’ici 2023. Les entreprises ont vite intégré ce nouvel outil dans leur stratégie marketing. Mais un autre acteur mise dessus pour faire sa révolution : la ville connectée.

“Le temps de la paperasse et des formulaires en ligne est révolu”

Dans le district d’Enfield, au nord de Londres, c’est une charmante Amelia qui oriente les 24 000 habitants dans le dédale des services municipaux. Amelia n’est pas une employée de la mairie : c’ est un robot doté d’une intelligence artificielle et d’une voix humaine. Les résidents de Kongsvinger en Norvège, peuvent questionner Mia sur le nombre de places en crèche ou les spécialités des hôpitaux. Dans la même idée, l’application “Buddy Krefeld”, qui a remporté en septembre 2016 le hackathon de la région Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Allemagne) oriente les habitants sur les questions administratives, par exemple quel formulaire remplir pour quel service. A Singapour, le gouvernement s’est allié à Microsoft pour une plateforme de services vocaux intelligents. “Le temps de la paperasse et des formulaires en ligne est révolu”, s’enthousiasme Vivian Balakrishnan, le ministre en charge de la Smart Nation Initiative.

Plus astucieux encore. Dans le Vermont, le compte Twitter automatisé Dirty Water VT détecte les fuites ou les contaminations sur le réseau d’eau potable et avertit les habitants. Le compte PermitBot, à Chicago, publie lui les permis de construire ou de démolition en direct, avec un lien vers une page contenant tous les détails : montant, adresse, plan, promoteur, impacts possibles sur le paysage urbain, etc.

Plus rapide pour les usagers, plus économique pour les communes

En France aussi, les municipalités sont tentées. “Paris et Rouen nous ont déjà contactées”, assure Thomas Sabatier, le fondateur de The ChatBotFactory. Sa startup développe des services de conversation intelligente pour les entreprises et collectivités. Elle lancera bientôt un service gratuit de géolocalisation de bornes de recharge électrique et planche sur de nouveaux sujets, comme un agenda culturel qui proposera des idées de sorties selon vos goûts.

“Entre 40 et 60% des requêtes des utilisateurs ne nécessitent aucun raisonnement, comme trouver l’horaire d’ouverture d’une piscine ou l’adresse d’une déchèterie”. Des tâches pour lesquelles le robot est parfaitement adapté. C’est bien plus pratique que d’aller fouiller dans les centaines de pages d’un site web, assure Thomas Sabatier. En plus, le service est disponible 24 heures sur 24, là où les horaires des administrations sont parfois limités. Dans certaines communes rurales, la mairie n’est ouverte que quelques heures par semaine !

Gagnant pour les usagers et gagnant pour les mairies, alors que le personnel représente 40% des dépenses des communes en 2016 (+80% en 20 ans). “Les employés auront plus de temps pour s’occuper des questions complexes”, explique Thomas Sabatier. Encore faudra-t-il qu’ils soient formés pour cela… En tous cas, 56% des Français considèrent déjà les chatbots comme un outil qui simplifiera leur vie à l’avenir, selon une récente étude Do You Dream Up.

Diriger un pays tout entier

Avant de conquérir l’ensemble des municipalités, restent quelques problèmes à régler. La pertinence des réponses laisse parfois à désirer et la fameuse affaire du Bot raciste de Microsoft montre que l’apprentissage de la machine doit être manié avec précaution. On imagine mal un agent municipal, même virtuel, se montrer grossier ou proférer des injures ou des blagues douteuses. Les chatbots ne comprennent pas les forts accents et ont du mal avec l’humour ou les expressions imagées. La qualité de la réponse dépend également de sa base de données associée. Avec ce système, une mise à jour en temps réel est indispensable sous peine de délivrer des informations erronées.

La technologie est encore jeune mais dans 2 ou 3 ans les bots seront capables de répondre à des requêtes beaucoup plus élaborées” 

Thomas Sabatier

D’autres ont d’ailleurs des vues bien plus vastes. “On n’invente pas des bots pour commander des pizzas”, s’énerve Gabriel Leydon, un entrepreneur de la Silicon Valley à la tête de RTplatform. Lui ambitionne d’inventer des chatbots “pour diriger un pays tout entier”, et vise tous les domaines, des transports à l’énergie en passant par la santé. Sa technologie est capable de répondre à des centaines de millions de requêtes par seconde, prétend Leydon. Infiniment plus que les échanges boursiers par exemple. Il imagine donc une sorte de chatbot prenant lui-même ses décisions en fonction de ce que lui disent les utilisateurs et de sa base de données. Lors d’une visite officielle, le système décidera par exemple de fermer tous les parkings et les rues à proximité, détaille-t-il.

Demain nous bâtiront un réseau digital et interactif constituant un miroir numérique du monde réel

Gabriel Leydon

Ce jour-là, les 36 000 maires de France pourront songer à leur retraite.

FranceWebSharing,BNP Paribas a décidé de lancer OpenUp, une plateforme (doublée d’une application) sur laquelle les porteurs de projets peuvent créer un profil et présenter leur solution.

Le plaisir de la technologie...

Ne me regardez pas ! Regardez avec moi ! bonheur,tranquillité,sagesse,sérénité,art de vivre,srweb,rsweb,sruelectronics,francewebasso,rstefandefrance,articles,agregator,stefanraducanublogueur

bonheur,tranquillité,sagesse,sérénité,art de vivre,srweb,rsweb,sruelectronics,francewebasso,rstefandefrance,articles,agregator,stefanraducanublogueurPourquoi FranceWeb

Ce que doit chercher à provoquer l’ingénieur, c’est l’enchantement. C’est ça qui me fait vibrer.

Ingénieur électronicien, 30 ans d'expérience dans l'industrie électronique, 4 brevets, expert de la dynamique HCI ( Human Computer Interaction )

L'homme qui voulait devenir un géant du Web,

"seigneur de l'information".

Un homme produit: MyNewsCenterNavigator.

La semaine dernière, le groupe BNP Paribas présentait lors d’un kickoff son initiative OpenUp, qui permet de mettre facilement en relation startups et porteurs de projets en interne. 3 mois après son lancement, 5 projets de collaboration sont déjà sur les rails.

Nombreuses sont les startups qui veulent travailler avec les grands groupes et qui ne savent pas comment les aborder, quelle personne contacter, à quel niveau hiérarchique s’adresser. Dans des groupes comme BNP Paribas, qui compte 190 000 employés, cela peut rapidement devenir un véritable sac de noeuds. De leur côté, les porteurs de projets des grands comptes ne savent pas nécessairement sourcer l’innovation et identifier les startups pertinentes pour collaborer sur le déploiement des produits et services pour les clients.

Partie de ce constat, une équipe transverse, supportée par toutes les entités et les lignes de métier du groupe BNP Paribas a décidé de lancer OpenUp, une plateforme (doublée d’une application) sur laquelle les porteurs de projets peuvent créer un profil et présenter leur solution. De l’autre côté, les collaborateurs de BNP Paribas y expriment leurs besoins. L’algorithme de matching fait ensuite le travail.

RoxanneVarza

 Les collaborateurs ont répondu avec grand enthousiasme. Nous avons eu des centaines de volontaires (collaborateurs et startups) pour le betâ-testing, et leurs retours nous ont permis d’améliorer grandement l’expérience utilisateur. Au-delà de ça, les collaborateurs peuvent compter sur l’outil pour le sourcing des startups, et voient l’intérêt d’un tel projet de transformation. Ils le soutiennent en conséquence

Marwan Naami, responsable innovation chez BNP Paribas

8 à 15 startups par projet

En postant un projet, un collaborateur « matche » en effet en moyenne avec 8 à 15 startups, ce qui constitue pour lui un gain de temps conséquent de même qu’une ouverture sur les innovations et sur l’international. Du côté des startups, ce programme vise à leur permettre de gagner du temps et donc de l’argent en leur permettant d’entrer en contact, rapidement, avec la bonne personne. Exit les meetings et les échanges avec des personnes qui ne donneront jamais suite parce qu’ils ne sont pas les bons interlocuteurs.

BNP Paribas organisait la semaine dernière un événement, en présence de Roxanne Varza et Robin Wauters, pour présenter son initiative et présenter quelques unes des startups qui collaborent actuellement via OpenUp comme Datasine, Budget Inside ou encore IQUII, une startup italienne qui a “matché” en moins de 7 jours. Aujourd’hui, 32 projets ont été inscrits sur la plateforme et après un lancement, très discret,  il y a 3 mois, 5 sont déjà passés des étapes de sourcing et de l’identification à l’étape du prototypage.

Maddyness, partenaire d’OpenUp

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu