Avertir le modérateur

13/04/2018

Une journée riche en réflexion.FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous ! C'est notre capital ! Encourager le partage de savoirs,"Oui, des perspectives révolutionnaires sont possibles",

FW-pour-vous-et-avec-vous.jpgmegaphone-clip-art-9cp4KXRcE.jpegDynamiser notre engagement

 

 

La société en réseau ne se fera sans Vous!

Connectons nos savoirs sur votre avenir

Pourquoi France Web.pdf

Tous les jours, connaître, comprendre, découvrir et partager

PLUS POUR  VOUS ACCOMPAGNER

Evénement - Edition - Médias - Web

Une journée riche en réflexion. Votre vie intérieure s'en voit fortement sollicitée. Vous observez ce qui a lieu autour de vous sans tout à fait y prendre part. Les ambitions des autres vous amusent aujourd'hui. Chacun croit fermement à son rôle et vous trouverez peut-être cela proche de la caricature. Ce mouvement de repli vous sera bénéfique. Vous devriez le pratiquer plus souvent...

Nous avons tous une façon propre d'approcher les choses qui nous environnent, le monde qui nous entoure, et qui nous vient de l'enfance. Votre manière à vous consiste à réfléchir sur le sens de ce que vous avez sous les yeux. C'est spontané. Vous sortez de chez vous et presque immédiatement, vous vous mettez à penser. Essayez de retrouver cet instinct pur.

Tous Président avec FranceWebAsso @ PoissyWebCitoyen>Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>3 idées pour vraiment réformer l’éducation, Universités,

A la rencontre d’initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique… FWmultilingue.jpg

e-Collaboration , le travail en réseau et l’efficacité collective : modèle de développement pour la réussite

FRANCEWEB et le Développement Durable. L’engagement de chacun, condition d’une stratégie pour tous.

"Un Réseau conçu dans la Logique du Partenariat "

   « La meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le créer »

LA FRANCE  dans l'économie du savoir :Tous, entrepreneurs de la connaissance

Avec le n°1 mondial de la collaboration en ligne

«La terre est notre Communauté virtuelle»

ASSOCIATION  FRANCOPHONE  DES UTILISATEURS  DU  WEB, POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE  DE LA SOCIÉTÉ EN RÉSEAU ET DE L’ÉCONOMIE DE LA CONNAISSANCE

FRANCEWEB propose des services grand public, communautaires et personnalisés.

Trois fonctions : repérer, sélectionner, partager.

Venez nous rejoindre. C’est encore plus facile ensemble !

Ensemble créons de la valeur

FW-pour-vous-et-avec-vous.gif

FranceWebAsso, des espaces numériques ouverts à tous. Société du Savoir> Choisissez l'Excellence

1500x500.jpeg

MyNewsCenterNavigator.

NewsCenter for everyone

A Day in the World....Discover the World !

News You Can Use At Your FingertipsIs Just A Click Away !

Making a better Internet > I AM, YOU ARE, WE ARE HAPPY in

StefanV.Raducanu,Président FranceWebAsso,INVITATION,E-GlobalNetWork > I AM, YOU ARE, WE ARE HAPPY in... The World is our Workplace. THE GLOBAL VILLAGE.Collaborate, Communicate, Connect...24/7/365

FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 C'est notre capital !

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir

FRANCE WEB  dans Le Monde : LOCAL - REGIONAL- NATIONAL- INTERNATIONAL

C’est l’inspiration qui nous fait grandir!

PARTAGER - INFORMERDECOUVRIR - REUSSIR !

Mobiliser l’intelligence collective 

Le Mot du Président

"Oui, des perspectives révolutionnaires sont possibles"

Venez nous rejoindre

Agir pour transformer la société

L'importance de l'action collective

Un outil qui permet de réfléchir à l'importance de l'action collective dans l'engagement social. Il aide aussi à nommer et à partager avec d'autres notre compréhension des réalités vécues, de nous sentir concernés par les luttes, les mobilisations et les formations données dans nos groupes. 

S'organiser ensemble

Vers une symphonie collective... passer du Je au Nous

Dès notre plus jeune âge, nous sommes bombardés par des idées encourageant l’individualisme au détriment de la solidarité collective. Dans cette perspective, comment retrouver le sens de la collectivité? La transformation du monde pour plus de justice, d’égalité et de respect implique nécessairement la solidarité collective. C’est avec d’autres personnes qu’il est possible de changer la société. 

« Passer du «Je» au «Nous» résulte d’une conscience critique qui se développe au fil des engagements et qui permet de collectiviser les situations et les problèmes vécus individuellement.

Un argument trompeur sur la réduction de l’ISF, Une confusion sur le nombre de classes en milieu rural, Une exagération sur les dotations aux collectivités territoriales

megaphone-clip-art-9cp4KXRcE.jpegEmmanuel Macron a défendu son action face à Jean-Pierre Pernaut, jeudi 12 avril, lors du journal de 13 heures de TF1. « Faut pas raconter des carabistouilles à nos concitoyens, hein ! », a-t-il notamment lâché au cours de cet entretien d’une heure, où une grande variété de sujets ont été abordés, de la Syrie à la SNCF en passant par le pouvoir d’achat des retraités, l’éducation ou la fiscalité. Mais le chef de l’Etat s’est parfois quelque peu arrangé avec les faits. Retour sur cinq de ses déclarations.

Un argument trompeur sur la réduction de l’ISF

Ce qu’il a dit

« Quand les gens disent par exemple : “Vous avez supprimé l’impôt sur la fortune”… Non, on ne l’a pas supprimé », a déclaré Emmanuel Macron. Selon lui, il est « tout à fait légitime » que les riches paient des impôts quand ils « accumulent » de l’argent, mais « s’ils réinvestissent cet argent dans l’économie française, dans les entreprises, les start-up, dans l’agriculture, je ne veux pas qu’ils en paient. Et c’est ce qu’on fait. Pourquoi ? Parce qu’on est des patriotes. Ce n’est pas de l’injustice, c’est une politique d’investissement. »

POURQUOI C’EST TROMPEUR

La transformation de l’impôt sur la fortune (ISF) par le gouvernement est en fait une réduction d’environ 3,2 milliards d’euros, par une modification de ce qui est imposé : seuls les biens immobiliers sont désormais frappés par sa nouvelle version, l’impôt sur la fortune immobilière (IFI), alors que le patrimoine assujetti à l’ISF comportait jusqu’ici également les placements financiers, les liquidités (espèces, comptes courants, etc.), les meubles, les véhicules, les chevaux de course, les bijoux…

Emmanuel Macron a raison de souligner que les investissements, hors immobiliers, réalisés dans l’économie française ne seront plus frappés par l’IFI. Mais son argumentaire occulte un point crucial du débat suscité par la réforme : l’exonération ne concerne pas que ces investissements. Les sommes investies à l’étranger ou celles qui ne seraient pas investies du tout (par exemple, les liquidités bancaires ou les objets de valeur) sont également exonérées dans la nouvelle mouture de l’impôt.

Quoi qu’on pense de cette mesure et de son bien-fondé, il est trompeur de la présenter et de la défendre comme une seule « politique d’investissement ».

Lire aussi :   Que change la réforme de l’ISF d’Emmanuel Macron ?

Les bénéfices de l’ouverture à la concurrence ne sont pas automatiques

Ce qu’il a dit

Interrogé sur la réforme de la SNCF, Emmanuel Macron a confirmé sa volonté d’« aller au bout » de l’ouverture à la concurrence. Il confirme la transformation de l’entreprise en société anonyme (SA) à capitaux publics, la fin du statut de cheminot pour les nouveaux embauchés et une reprise progressive de la dette en fonction de l’avancée des réformes. Pour justifier son bien-fondé, il évoque l’exemple allemand :

« Cette réforme, les Allemands ont à peu près fait la même, regardez ce qui s’est passé avec le recul : meilleur service, plus de gens qui prennent le train et plus de petites lignes… »

POURQUOI C’EST PLUS COMPLIQUÉ

Dans le débat sur l’ouverture à la concurrence du rail européen, l’Allemagne est souvent prise pour un modèle de réussite. Sur les lignes régionales, qui ont été confiées aux Länder, les opérateurs privés représentent 25 % des trains. En revanche, sur les grandes lignes, l’entreprise historique, la Deutsch Bahn, reste en situation de quasi-monopole (99 %). Comme le dit Emmanuel Macron, la réforme a permis la modernisation et l’ouverture de petites lignes, une hausse de la fréquentation, mais pas de baisses de tarifs.

Mais la réforme de la Deutsch Bahn, en 1994, ne s’est pas déroulée tout à fait dans les mêmes conditions. Elle a d’abord été dictée par la réunification, et par la nécessité de fusionner la Bundesbahn de l’Allemagne de l’Ouest et la Reichsbahn de la RDA, toutes deux déficitaires. La DB est restée une entreprise 100 % publique, mais le nombre de cheminots a baissé brutalement, de plus de 100 000 cheminots entre 1994 et 2001.

A l’époque, l’Etat allemand a accepté d’éponger une dette ferroviaire de 35 milliards d’euros, ce que la France n’a jamais voulu faire. Pourtant, si la DB réalise des bénéfices, elle s’est à nouveau lourdement endettée, au fil d’acquisitions notamment à l’étranger, pour un total de 20 milliards d’euros. La réforme a donc eu un fort impact social et n’a pas permis d’empêcher l’endettement.

Par ailleurs, les autres exemples européens montrent la difficulté de trouver le bon équilibre : en Italie, les prix des grandes lignes ont baissé, mais la qualité de service et la sécurité se sont dégradées sur les lignes régionales ; au Royaume-Uni, les tarifs ont augmenté (ainsi que la fréquentation), et l’Etat a repris le contrôle du réseau après une privatisation jugée catastrophique.

Lire aussi :   Comment l’ouverture du rail à la concurrence s’est faite en Europe

Enfin, le président de la République évoque la téléphonie comme un secteur où la concurrence a permis des baisses de prix. Rappelons que les trois principaux opérateurs (Orange, Bouygues et SFR) ont été condamnés en 2012 pour avoir mis en place une entente, visant justement à limiter les effets de la concurrence. L’arrivée d’un quatrième opérateur, Free, a certes favorisé l’apparition de forfaits à petits prix, mais il a aussi accéléré la recomposition du secteur et a entraîné des milliers de suppressions d’emploi. L’opérateur est parfois accusé d’avoir favorisé une forme de casse sociale et d’avoir tiré les investissements vers le bas.

Taxe d’habitation et CSG : non, tous les retraités ne s’y « retrouveront » pas

Ce qu’il a dit

Interrogé sur la baisse de pouvoir d’achat que représente la hausse du taux normal de CSG de 1,7 point pour les 60 % de retraités les plus aisés, Emmanuel Macron a promis une amélioration de leur situation dans les mois qui viennent :

« Attendez le 1er novembre, vous aurez un tiers de taxe d’habitation en moins […]. Et elle sera supprimée entièrement dans les trois ans. […] L’un dans l’autre, sur le pouvoir d’achat, vous allez vous y retrouver. »

POURQUOI C’EST PLUS COMPLIQUÉ

1. C’est plutôt faux en 2018

Les retraités concernés par la hausse de la CSG sont les célibataires qui ont un revenu fiscal de référence rapporté au mois de plus de 1 200 euros ou les couples dont ce revenu dépasse 1 840 euros par mois.

Ceux qui ont un revenu fiscal de référence mensuel inférieur à 2 250 euros pour un célibataire et à 3 580 euros pour un couple bénéficieront dès 2018 de la baisse progressive de la taxe d’habitation. Pour les autres, la CSG sera une perte sèche en 2018 et en 2019.

La baisse d’un tiers de la taxe d’habitation peut-elle compenser la hausse de CSG ? Prenons l’exemple d’un couple de retraités qui a 2 000 euros de revenus et qui dépasse donc de peu le seuil concerné par la hausse de CSG. A grands traits, cette dernière représente pour eux une perte de 34 euros par mois pour une pension de retraite de 2 000 euros, soit environ 408 euros par an (attention : pour être tout à fait rigoureux, il faudrait étudier des situations précises et intégrer au calcul le fait que la hausse de la CSG est en partie atténuée par une baisse d’impôt sur le revenu).

Ce couple fictif devrait avoir payé l’an dernier une taxe d’habitation de 1 200 euros au moins pour que la baisse de 2018 compense la hausse de CSG. Or, la taxe d’habitation moyenne est de 780 euros. En 2019, en revanche, ce même couple serait gagnant dès lors que sa taxe d’habitation de 2017 était supérieure à 600 euros.

Malgré l’existence de situations très diverses, on peut retenir qu’une part considérable des retraités les plus aisés seront perdants en 2018, même en bénéficiant de l’exonération partielle de la taxe d’habitation.

2. C’est plutôt vrai pour 2020

La situation se clarifiera en revanche en 2020 avec la disparition de la taxe d’habitation pour tous. A cet horizon, la balance des deux mesures (hausse de la CSG et suppression de la taxe) sera favorable à la plupart des ménages. Par exemple, tout ménage retraité qui paie une taxe d’habitation dans la moyenne aujourd’hui (autour de 780 euros) ou supérieure et gagne moins de 4 000 euros par mois sera gagnant.

Lire aussi :   Les retraités, « privilégiés » ou « vaches à lait » ?

Une exagération sur les dotations aux collectivités territoriales

Ce qu’il a dit

Emmanuel Macron a cité un « maire d’un village voisin » qui l’aurait remercié parce que « pour la première fois depuis huit ans », les dotations de l’Etat au budget des communes n’ont pas diminué.

« Toutes les majorités précédentes […] les ont baissées. Pour la première fois, toutes les petites communes ont eu leurs dotations maintenues. Faut pas raconter des carabistouilles à nos concitoyens, hein ! »

POURQUOI C’EST EXAGÉRÉ

Les dotations, principalement la dotation globale de fonctionnement (DGF), représentent l’enveloppe allouée par l’Etat aux collectivités territoriales (communes, intercommunalités, départements, régions). Dans l’ensemble, Emmanuel Macron a raison de parler de baisse : de 41,5 milliards d’euros en 2013, la DGF pour l’ensemble des collectivités est passée à 30,8 milliards en 2017, soit une chute de 25 % environ. Il a également raison de dire l’avoir maintenue en 2018 : elle doit même légèrement augmenter cette année pour atteindre 30,98 milliards d’euros.

Mais il est faux de dire que c’est la première fois en huit ans que ces dotations sont gelées (maintenues au même montant) plutôt que baissées : ce fut déjà le cas à plusieurs reprises : en 2011, où elles furent maintenues au même niveau, avant une légère hausse l’année suivante, puis de nouveau en 2013. 2014 verra une baisse d’1,5 milliard d’euros, puis 3,7 milliards l’année suivante et à nouveau en 2016.

L'enveloppe totale de la DGF a largement diminué depuis 2013

 
0 Mds €5 Mds €10 Mds €15 Mds €20 Mds €25 Mds €30 Mds €35 Mds €40 Mds €45 Mds €20082009201020112012201320142015201620172018
 
Source : Projets de loi de finances

Le constat est similaire si l’on regarde les seules communes et intercommunalités : en 2013, par exemple, ces dernières ont vu leurs dotations augmenter légèrement (+ 0,4 %). Elles ont en revanche nettement baissé dans les années qui ont suivi.

Pour 2018, si l’enveloppe globale reste stable par rapport à 2017, différents calculs d’écrêtements et de minorations (liés à la population et à la richesse des collectivités) conduiraient, selon la Caisse des dépôts des territoires, à baisser la dotation forfaitaire dans 18 000 communes.

Une confusion sur le nombre de classes en milieu rural

Ce qu’il a dit

Devant Jean-Pierre Pernaut, Emmanuel Macron s’est défendu de maltraiter les écoles des petites communes rurales. Selon lui, ces dernières bénéficieront au contraire de 1 000 créations de classe, alors qu’elles perdent des élèves :

« A la rentrée prochaine, on aura 32 000 élèves en moins qui rentrent en CP, 32 000 ! On ne peut pas faire comme si de rien n’était. Et pourtant on va ouvrir près de 5 000 classes.
— Mais pas à la campagne…
— Si, on va en ouvrir un peu plus de 3 000 pour dédoubler dans les zones les plus difficiles, dont certaines sont à la campagne […], et on va ouvrir 1 000 classes dans le rural. Alors que dans le rural seul, on va perdre 20 000 élèves de CP l’année prochaine, on ouvrira 1 000 classes. »

POURQUOI C’EST FAUX

Première précision : la baisse de la démographie entraîne en effet une réduction des effectifs. Les 32 000 élèves en moins qu’évoque Emmanuel Macron ne correspondent pas aux seuls effectifs en classe de CP, mais à l’ensemble des écoles maternelles et élémentaires, comme l’a précisé au Monde le ministère de l’éducation nationale (32 650 élèves précisément). Ce creux démographique touche particulièrement les campagnes, puisque 20 000 de ces élèves sont concentrés dans les 45 départements considérés comme les plus ruraux par le ministère.

Surtout, il n’y aura pas 1 000 classes en plus à la rentrée prochaine dans ces départements ruraux, mais plutôt 200 à 250 classes en moins, selon les chiffres du ministère. En effet, un peu moins de 800 classes seront ouvertes, mais près de 1 000 seront fermées dans le même temps. Au niveau national, ce sont 5 000 classes qui devraient ouvrir, contre 4 000 qui fermeront. Soit 1 000 classes de plus… mais sur l’ensemble du territoire.

Le ministère de l’éducation nationale assure que cette répartition n’est pas injuste pour les départements ruraux, si l’on tient compte de leurs effectifs : finalement, le taux d’encadrement, c’est-à-dire le nombre d’enseignants rapportés à celui des élèves, devrait même être en hausse dans « tous les départements » à la rentrée prochaine, nous assure-t-on.

 
Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter

12/04/2018

Stefan V.Raducanu>Inventeur du neuf ,c'est possible,> La conscientisation,> Tous Président avec FranceWebAsso @ PoissyWebCitoyen>Société du Savoir>Pour reprendre notre pouvoir, Parlons et faisons l'EXERCICE DU POUVOIR AUTREMENT

Groupe d'intérêts.jpgInvitation

UTILISATEURS, FOURNISSEURS, BUSINESS, TECHNOLOGIES, UNIVERSITAIRES, RÉSEAUX,  SOCIÉTAL,..

FranceWebAsso, des espaces numériques ouverts à tous. Société du Savoir> Choisissez l'Excellence

Rencontrer, découvrir, entreprendre,communiquer, réunir, conseiller, agir, préparer l'avenir... 

Venez nous rejoindre

Agir pour transformer la société

L'importance de l'action collective

Un outil qui permet de réfléchir à l'importance de l'action collective dans l'engagement social. Il aide aussi à nommer et à partager avec d'autres notre compréhension des réalités vécues, de nous sentir concernés par les luttes, les mobilisations et les formations données dans nos groupes. 

S'organiser ensemble

Vers une symphonie collective... passer du Je au Nous

Dès notre plus jeune âge, nous sommes bombardés par des idées encourageant l’individualisme au détriment de la solidarité collective. Dans cette perspective, comment retrouver le sens de la collectivité? La transformation du monde pour plus de justice, d’égalité et de respect implique nécessairement la solidarité collective. C’est avec d’autres personnes qu’il est possible de changer la société. 

« Passer du «Je» au «Nous» résulte d’une conscience critique qui se développe au fil des engagements et qui permet de collectiviser les situations et les problèmes vécus individuellement.

Dynamiser notre engagement

La société en réseau ne se fera sans Vous!

Connectons nos savoirs sur votre avenir

Pourquoi France Web.pdf

Tous les jours, connaître, comprendre, découvrir et partager

PLUS POUR  VOUS ACCOMPAGNER

Evénement - Edition - Médias - Web

Une journée riche en réflexion. Votre vie intérieure s'en voit fortement sollicitée. Vous observez ce qui a lieu autour de vous sans tout à fait y prendre part. Les ambitions des autres vous amusent aujourd'hui. Chacun croit fermement à son rôle et vous trouverez peut-être cela proche de la caricature. Ce mouvement de repli vous sera bénéfique. Vous devriez le pratiquer plus souvent...

Tous Président avec FranceWebAsso @ PoissyWebCitoyen>Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>3 idées pour vraiment réformer l’éducation, Universités,

A la rencontre d’initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique… FWmultilingue.jpg

e-Collaboration , le travail en réseau et l’efficacité collective : modèle de développement pour la réussite

FRANCEWEB et le Développement Durable. L’engagement de chacun, condition d’une stratégie pour tous.

"Un Réseau conçu dans la Logique du Partenariat "

   « La meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le créer »

LA FRANCE  dans l'économie du savoir :Tous, entrepreneurs de la connaissance

Avec le n°1 mondial de la collaboration en ligne

«La terre est notre Communauté virtuelle»

ASSOCIATION  FRANCOPHONE  DES UTILISATEURS  DU  WEB, POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE  DE LA SOCIÉTÉ EN RÉSEAU ET DE L’ÉCONOMIE DE LA CONNAISSANCE

FRANCEWEB propose des services grand public, communautaires et personnalisés.

Trois fonctions : repérer, sélectionner, partager.

Venez nous rejoindre. C’est encore plus facile ensemble !

Ensemble créons de la valeur

FW-pour-vous-et-avec-vous.gif

FranceWebAsso, des espaces numériques ouverts à tous. Société du Savoir> Choisissez l'Excellence

1500x500.jpeg

MyNewsCenterNavigator.

NewsCenter for everyone

A Day in the World....Discover the World !

News You Can Use At Your FingertipsIs Just A Click Away !

Making a better Internet > I AM, YOU ARE, WE ARE HAPPY in

StefanV.Raducanu,Président FranceWebAsso,INVITATION,E-GlobalNetWork > I AM, YOU ARE, WE ARE HAPPY in... The World is our Workplace. THE GLOBAL VILLAGE.Collaborate, Communicate, Connect...24/7/365

FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 C'est notre capital !

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir

FRANCE WEB  dans Le Monde : LOCAL - REGIONAL- NATIONAL- INTERNATIONAL

C’est l’inspiration qui nous fait grandir!

PARTAGER - INFORMERDECOUVRIR - REUSSIR !

Mobiliser l’intelligence collective 

Le Mot du Président

La politique autrement : et si on changeait tout ?

Pour reprendre notre pouvoir : La conscientisation

Un outil de travail et de réflexion 

 à utiliser en groupe

Dans notre société, il existe des structures d’oppression (de sexe, de classe, d'origine culturelle, etc.) qui donnent à des groupes ou des individus le pouvoir de limiter le pouvoir d’autres individus et groupes sur leurs conditions et leurs milieux de vie. Ces structures dominent l’organisation de notre vie tant personnelle que collective, favorisent le contrôle des richesses par quelques uns et imposent des idées qui les justifient. Il nous faut être vigilants car ces façons de faire peuvent même s’infiltrer dans nos groupes.

Par l’approche de conscientisation, nous refusons ces structures déshumanisantes comme une fatalité à accepter.

Nous choisissons de nous engager à briser ces chaînes d’oppression avec les personnes et les groupes qui en sont victimes. C’est avec eux, parce qu’ils en sont les experts, que nous apprendrons à en identifier les causes et à développer une analyse de leur réalité. Confiants et confiantes en leurs capacités créatrices, nous relèverons ensemble le défi de trouver des réponses inédites pour transformer la société.

La conscientisation est un processus continu qui se réalise dans le temps par des actions et des luttes concrètes où on apprend comment avancer ensemble, pour nous libérer et construire la société qu’on souhaite à long terme.

Porter un regard sur les façons de faire de notre groupe comme lieu :
  • pour nous aider à nommer et à analyser notre réalité;
  • pour apprendre à exercer autrement notre pouvoir d’agir;
  • pour nous permettre de rêver et construire avec d’autres le genre de société qu’on veut. 
Un lieu de reprise de pouvoir par et avec les personnes qui en sont trop souvent exclues

Cet outil vise à être utilisé en priorité par :

  •  Les personnes participantes et celles qui contribuent à la prise en charge des activités, projets ou luttes  menées par notre  groupe;
  •  Le membres impliqués dans les instances de notre groupe : assemblée  générale, conseil  d’administration, etc.

Avec le soutien des intervenantEs et des alliéEs dans la démarche de reprise et de développement du pouvoir d’agir des personnes exclues. 

Pour aller vers où et avec qui ?

Dans le fonctionnement de notre groupe, comment mettons-nous en  pratique le genre de        société que nous voulons ?

 Quand Pouvoir et oppression se conjuguent

Un peu comme une pyramide, la société est divisée entre quelques personnes au sommet  qui contrôlent tous ceux et celles qui sont en bas. Ce modèle repose et engendre l’oppression et crée des injustices. 

En raison, des préjugés véhiculés et des structures mises en place, les personnes au bas de la pyramide portent souvent sur elles-mêmes le même regard que celui de leur l’oppresseur, plus haut dans la pyramide : 

  • Elles se déprécient et doutent de leurs capacités. 
  • Elles se font dire : « vous n’avez pas assez de… »; « vous ne pouvez pas…»...
  • Leur liberté de penser et d’agir est neutralisée ou niée parce que d’autres se croient mieux placés pour le faire à leur place; « vous avez fait les mauvais choix…»... 
  • Elles sont bénéficiaires de la « générosité » des autres, mais se voient maintenues dans une situation de dépendance ou d’«assistance» plutôt que de voir et reconnaître leurs besoins comme des droits bafoués;
Au moment d’exercer un certain pouvoir, dans une organisation ou face à d’autres personnes proches, ces personnes, victimes d’injustices et d’oppression, peuvent, inconsciemment ou volontairement, adopter des comportements semblables à ceux qu’ils ont subis. Elles sont attirées par le mode de vie de l’oppresseur et aspirent à lui ressembler dans sa façon de vivre et de fonctionner vue comme un idéal à atteindre, le chemin à prendre pour «être à la hauteur». Fonctionner autrement peut aussi insécuriser et faire peur.
 
     Parlons et faisons l'EXERCICE DU POUVOIR AUTREMENT
 

 

 Comment le pouvoir se met concrètement en œuvre :
  • Avec les personnes participantes à nos activités et nos projets?
  • Avec les personnes bénévoles?
  • Dans le partage et la circulation des informations?
  • Dans nos comités de travail?
  • Dans nos conseils d’administration?
  • Dans la relation et la gestion des personnes qui travaillent dans le groupe?
  • Dans nos liens avec les autres groupes et organisations, dans nos regroupements, etc.

Qui sommes-nous?

Éducation populaire autonome

Notre mission
Le CPRF est un organisme national d'éducation populaire autonome. Il soutient et dynamise l'engagement des personnes et des groupes impliqués dans la transformation sociale en offrant des sessions et des activités de formation et de ressourcement. Il développe l'analyse critique du point de vue des personnes et des peuples appauvris victimes d'injustices.
Notre vision
Le CPRF contribue à bâtir une société écologiquement responsable et inclusive:
     • Où toutes les personnes sont respectées et reconnues; 
     • Où les femmes et les hommes sont traités également; 
     • Où la richesse est partagée équitablement; 
     • Et où les citoyenNEs participent démocratiquement aux enjeux qui concernent notre aujourd'hui et notre avenir. 
 
Nos valeurs 
Les valeurs qui guident son action et son organisation sont l’égalité des hommes et des femmes, la justice sociale, la démocratie, la solidarité, la liberté, la foi en l’être humain, la responsabilité écologique et l’intériorité.
 
Notre approche
Reconnu pour son approche d’éducation populaire autonome, le CPRF a développé, au fil de ses 40 ans d'expérience, des démarches ainsi que des outils de formation. Ils permettent aux personnes participantes des groupes tout autant qu’aux intervenantEs de partager leur vécu, de s’approprier simplement des questions parfois complexes et de se mobiliser pour reprendre du pouvoir individuellement et collectivement sur leur vie et leur société. 
 
CPRF
514-526-2673
Courriel : info@lecprf.org 
2520, avenue Lionel-Groulx, 3e étage
Montréal (Québec)   H3J 1J8
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu