Avertir le modérateur

28/12/2016

China, MyNewsCenterNavigator, Chinese software to help detect reserves, The software, call iPreSeis, is an application using seismological waves to image and quantitatively predict oil and other reserves.

 By Du Juan | China Daily | Updated: 2016-12-27 07:58

China has independently developed a software for resources exploration that aims to raise the operational efficiency of oilfields and coal mines, a process which promises to break the monopoly of international companies in the sector.

The software, call iPreSeis, is an application using seismological waves to image and quantitatively predict oil and other reserves.

The idea of developing such software was initiated in 2003. After more than a decade, the Research Institute of Petroleum Exploration and Development-under the China National Petroleum Corporation, the country's largest energy developer-announced the success of the innovation.

Zhao Bangliu, chief engineer of the exploration and production subsidiary of CNPC, said the company had already applied this software in many of its overseas oilfields.

"We are open to share this technology with both domestic and foreign companies, not only in the oil industry, but also coal and nuclear companies where it can be used for locating resources predicting reserves," he said.

Owing to different conditions in oilfields, it was hard to estimate the cost reduction of oil exploration by using the new software, but the price of the software itself was 60 percent lower than similar foreign products, Zhao said.

According to the institution, iPreSeis is covered by several national invention patents and it is considered a crucial achievement in China's onshore petroleum and natural gas exploration technologies.

In a deep oil exploration block in a domestic geological basin, the drilling success rate surged to more than 86 percent from the previous 60 percent after using the software, CNPC said.

Yu Baocai, deputy general manager of CNPC, said the oil industry was facing falling prices, higher production costs and lower resource quality globally.

"Energy explorers need to make greater efforts to extract resources in difficult areas and try to find resources through innovative technology," he said.

"The need for scientific innovation is now more urgent than at any time in the past."

Li Yan, an energy analyst at consultancy Shandong Longzhong Information Technology Co, said the new technology would be helpful for predicting the quantity of the underground oil resources, which would raise production efficiency.

However, China's domestic resources policy doesn't encourage large-scale oil developments because of the prevailing conditions in the international crude market, which means that this technological advance would not raise the total national production anytime soon, he said.

"In fact, affected by the weakening global crude price, China's domestic crude output is predicted to fall 6 percent to 7 percent year-on-year in 2016, which is the first drop in the past five years," Li said.

 Nous avons adapter nos formules et services afin de permettre à nos clients d’avoir un maximum d’intimité et de faire la scission entre vie professionnelle et vie privée. Au fil des années, notre statut a changé de celui d’auto-entrepreneur à celui de société structurée, mais notre fonctionnement et la qualité de notre travail ne cesse de se confirmer et de s’améliorer.

newscenter - Copie.png

 LOCAL - REGIONAL- NATIONAL- INTERNATIONAL

WEB PAGES, NEWSPAPERS, ARTS, ARTICLES, NEWSGROUPS, BLOGS, BRIEFING, BUSINESS, CULTURE, ECONOMIY, ENTREPRENEURS, EDUCATION, FINANCE, IDEAS, HEALTH,MARKETS, LEADERSHIP, LIFE,MULTIMEDIA, OPINION, SPORTS,TECHNOLOGY, TECH, WORLD, WHEATHER, POLITICS, PUBLIC DATABASES, MAILING LISTS AND MORE...

 A TOOL FOR COMMUNICATION AND INFORMATION

 Any time, Any where, Any one, Any user, Any language:

on TV, mobile, PC, smartphone, tablet...

 News Center is a directory of online news sources from around the world.

It is organized on a geographical basis.

It primarily lists newspapers but increasingly includes many broadcast stations, internet services, magazines, and press agencies as well.

Please note that
News Center does not contain any actual news content.  It only contains links to news sources.

 
 NEWS CENTER does not control the content of the news sites that are listed in our directory.  Consequently, any concerns about the content of any news site should be sent directly to that site.

 
NEWS CENTER is oriented to those who are comfortable working in the English language.  Nevertheless, those with little or no grounding in English should still be able to use all of its basic features.

Advantage, benefit, utilisation, application in your business:

 NEWS CENTER offer a wide range of opportunities for you to target global business’ dynamic audience effectively and efficiently.

 NEWS CENTER NAVIGATOR in Travel:

 The industry of tourism, hotels, airports, airlines, cruise, rail stations, libraries, galleries market,, service providers...

 NEWS CENTER NAVIGATOR

 Is also used in the creation of new services, products, applications.

 Particularly for companies allowing to enrich databases, marketing in B-to-B applications (commercial, communications, financial, researchers, marketing…the newspapers, radio and TV from the 5 continents.

The originality is in the selection of media in 10 international languages:

 German, English, Arabic, Chinese, Spanish, French, Italian, Dutch, Portuguese, Russian.

Universal usage, may be individual or collective, the excellence of its quality being ensured by the validation of each source.

See the demonstration in attached file

Added value, in a context of innovation, to stay connected to the world.

Discover our offer, you will find:

1 - the main NEWS CENTER in PDF page

(which can be modified and custom).

2 - NEWS CENTER navigator tablet

3 - as an example, the access to the Russian press.

 Click on your choice depending on the language indicated as a result of the title

All the International Directory pages are identical to the one page.

 Best regards,

Be our partner in business

 Ing. Stefan Raducanu

Président

 Tél:33 0621974799

Maytszishan Caves - YouTube

Buddhist complex Maytszishan little known. It is located in Gansu Province in northwest China. This is a striking architectural complex, carved out of the rock. Maytszishan has 7,000 Buddhist sculptures and nearly 1,000 square meters of murals.

19/12/2016

Stephen Schwarzman -> Frankofil milliardær restaurerer slottshage -> Chambord va retrouver son jardin à la Française ...les jardins de Louis XIV vont refleurir

 

Frankofil milliardær restaurerer slottshage

Milliardær og Trump-rådgiver Stephen Schwarzman ønsker å hjelpe Frankrike med å bevare kulturarven.

Chambord.jpg

Stephen Schwarzman

Chairman, CEO & Co-Founder

Executive Offices — New York

Stephen A. Schwarzman is Chairman, CEO and Co-Founder of Blackstone. Mr. Schwarzman has been involved in all phases of the firm’s development since its founding in 1985. The firm is a leading global asset manager with $361 billion Assets Under Management (as of September 30, 2016).

Mr. Schwarzman is an active philanthropist with a history of supporting education and schools. Whether in business or in philanthropy, he has always attempted to tackle big problems and find transformative solutions. In 2015, Mr. Schwarzman donated $150 million to Yale University to establish the Schwarzman Center, a first-of-its-kind campus center in Yale’s historic “Commons” building. In 2013, he founded an international scholarship program, “Schwarzman Scholars,” at Tsinghua University in Beijing to educate future leaders about China. At $450 million, the program is modeled on the Rhodes Scholarship and is the single largest philanthropic effort in China’s history coming largely from international donors. In 2007, Mr. Schwarzman donated $100 million to the New York Public Library on whose board he serves.

Mr. Schwarzman is a member of The Council on Foreign Relations, The Business Council, The Business Roundtable, and The International Business Council of the World Economic Forum. He is co-chair of the Partnership for New York City and serves on the boards of The Asia Society and New York-Presbyterian Hospital, as well as on The Advisory Board of the School of Economics and Management at Tsinghua University, Beijing. He is a Trustee of The Frick Collection in New York City and Chairman Emeritus of the Board of Directors of The John F. Kennedy Center for the Performing Arts. In 2007, Mr. Schwarzman was included in TIME’s “100 Most Influential People.” Mr. Schwarzman was awarded the Légion d'Honneur of France in 2007 and promoted to Officier in 2010. In 2016, he topped Forbes Magazine’s list of the most influential people in finance.

Mr. Schwarzman holds a B.A. from Yale University and an M.B.A. from Harvard Business School. He has served as an adjunct professor at the Yale School of Management and on the Harvard Business School Board of Dean’s Advisors.

Billionaire Stephen Schwarzman Makes $250 Million In Five Days As Blackstone Posts Big Numbers

Stephen A. Schwarzman - Wikipedia

Billionaire Stephen Schwarzman Makes $250 Million In Five Days As ...

Stephen Schwarzman - Blackstone

Stephen Schwarzman - Biographie - Zonebourse.com

5 Things to Know About Blackstone's Stephen Schwarzman - Briefly ...

Steve Schwarzman - News, Articles, Biography, Photos - WSJ.com

Private-Equity Chief Stephen Schwarzman Is Psyched About ...

Steve Schwarzman's life - Business Insider

Stephen Schwarzman - CNBC - CNBC.com

Un Américain donne 3,5 millions d'euros au château de Chambord ...

9 déc. 2016 - Réalisation grâce au mécénat exceptionnel, à titre personnel, de Monsieur Stephen A. Schwarzman, d'un montant de 3,5 millions d'euros 2/2 ...

Le château de Chambord va retrouver son jardin à la française

Chambord: les jardins de Louis XIV vont refleurir - Le Figaro

Un Américain lègue 3,5 MEUR à Chambord - Le Parisien

Le château de Chambord va retrouver son ... - Le Dauphiné Libéré

Loir-et-Cher : Chambord va retrouver son jardin à la Française ...

Un milliardaire américain fait don de 3,5 millions d'euros à Chambord ...

Les jardins du château Chambord retrouveront leur splendeur ...

France/Monde | Le château de Chambord va retrouver son jardin à la ...

18/12/2016

le pisciacais Ing.StefanV.Raducanu-> " Initiative " est le mot-clé de cette journée ->"Poissy Bien-Etre" ->PoissySmartCity->FranceWebAsso-> MyNewsCenterNavigator,Le secret du bonheur, variable en qualité, en intensité, en durée et est

Que faire pour être heureux ?

fjordablladet.jpgSkifjordabladet.jpg
 bonheur Fjell,Roros.jpg

 

Avant de se demander ce qu’il faut faire pour être heureux, il convient évidemment de s’entendre sur ce que signifie « être heureux ? » Etre heureux correspond à une certaine satisfaction. Cette satisfaction peut être plus on moins intense. On n’est donc pas heureux ou pas, on l’est plus on moins. De plus, être heureux recoupe un grand nombre de choses : jouir d’un plaisir particulier, les plaisirs pouvant être de natures très diverses ; ressentir de la joie ; ne pas souffrir, et il y a diverses formes de souffrances… il y a donc une multitude de bonheurs selon les souffrances dont on est plus ou moins libéré, les plaisirs ou les joies que l’on ressent plus ou moins. Sans compter qu’un même état de bonheur peut être obtenu de différentes façons.
Dans un être humain, se superposent des plaisirs et des souffrances de différentes natures. A priori, parler du bonheur, ou même d’être le plus heureux possible, n’a donc pas vraiment de sens, car cela ne peut être quantifié. Il y a trop de plaisirs et de souffrances difficilement comparables.
Encore ne s’agit-il là que d’une définition du bonheur instantané. La plupart des plaisirs sont contingents et éphémères. Par exemple, lorsque l’on mange, on est vite rassasié, voire dégoûté par ce qui nous a temporairement apporté du plaisir. Le désir constitue un plaisir dont il induit la disparition (en étant satisfait). Inversement, un effort (qui est une petite souffrance) peut entraîner une satisfaction qui nous le rend plus qu’acceptable.

Ainsi défini, le bonheur est variable en qualité, en intensité, en durée et est extrêmement subjectif. On comprend que ce concept ait pu être exploité très diversement.
En outre, il implique souvent une idée de perfection : il s’agit d’un « état de pleine et entière satisfaction ». La perfection n’étant pas de ce monde, on comprend que l’on puisse dire qu’il n’existe pas. Tout est affaire de définition.

Les philosophes distinguent le bonheur de la joie par sa durée : la joie est temporaire, le bonheur durable. A la limite, il serait quelque chose de définitif, d’irréversible.

Il se trouve que je vis un tel « bonheur », donc il existe.
Il s’agit de quelque chose de suffisamment précis, d’utile et de peu connu pour qu’il soit particulièrement bénéfique d’en parler...

Le premier élément qui permet de s’approcher de ce bonheur consiste non pas à augmenter les plaisirs, mais à se libérer de certaines souffrances morales. Cela permet d’atteindre une certaine « sérénité » et de libérer une joie de vivre intense et quasi-permanente.
Donc, pour donner à la question « que faire pour être heureux ? » un sens et un intérêt, on pourrait définir le bonheur comme étant un certain niveau de bien-être résultant de l’affranchissement de souffrances morales durables.
Cependant, cette précision de sens pourrait être vue comme une exploitation tendancieuse de la connotation positive du terme « bonheur ». Je pourrais être accusé de vouloir imposer ma définition du bonheur. Accusation contestable : expliciter sa définition pour se faire comprendre n’est pas l’imposer. Il me semble que c’est plutôt en n’explicitant pas ses définitions qu’on les impose (subrépticément)... Cependant, afin d’éviter tout risque de manipulation* involontaire, nous parlerons, pour ce sens précis, de « félicité » (synonyme plus rare et moins galvaudé…)

L’homme est généralement habité d’un certain nombre de souffrances morales diffuses et quasi-permanentes. Par exemple : une anxiété excessive, la peur du manque, un sentiment d’insécurité, la peur de mourir, la peur de déplaire, le remord, l’impatience, la frustration, la colère, l’ennui, les sentiments d’absurdité de la vie, d’inutilité…
Au-delà d’un certain point, ces souffrances morales ne peuvent être satisfaites matériellement : celui qui est porté à l’anxiété trouvera toujours un motif pour la ressentir, la sécurité parfaite ne sera jamais atteinte. Pour celui qui est impatient, les choses n’iront jamais assez vite. Celui qui a tout ce qu’il désire pourra toujours s’ennuyer. Aucun divertissement, ni même aucun acte de foi ne pourront complètement supprimer les sentiments d’inutilité ou d’absurdité de la vie.
Ces souffrances demeureront, tant qu’un certain travail sur soi-même n’aura pas eu lieu, travail permettant de modifier certaines façons de penser, mais aussi de combler certains besoins fondamentaux…

2 L’hédonisme primaire

Or, par une extrapolation simpliste à partir des plaisirs et souffrances les plus visibles, du fait de l’obnubilation exercée par les besoins et aspirations à court terme, la plupart des hommes privilégient les solutions matérielles, l’action sur leur environnement extérieur.
Ces aspirations prennent des formes très diverses : ressentir du plaisir, éviter une gène, se divertir, s'affirmer, s'intégrer, satisfaire sa curiosité, être aimé etc.
C'est besoins ne sont pas le problème, c'est le recours systèmatique à une action extérieure, sans réflexion sur le long terme, sur soi-même, qui l'est.
Or, on assiste à une quête insatisable de richesse (voir la fortune des plus riches), à une agitation et un divertissement toujours plus grands. Depuis que le progrès technique le permet, la consommation de matière et d’énergie par personne augmente sans cesse. Cela, à cause de cette course effrénée au « bonheur » matériel.

Plus que jamais, nous sommes dans la civilisation de l’éphémère : il faut vivre à cent à l’heure, ne pas se prendre la tête, profiter de la vie, jouir sans entraves etc.
Il est évident que certains besoins à court terme doivent être satisfaits : boire quand on a soif, dormir quand on a sommeil etc. Il n’est pas questions ici de condamner le plaisir en lui-même. Seulement un certain surinvestissement dans le plaisir immédiat, comme s’il était la seule forme de satisfaction envisageable, comme si c’était « le bonheur ». Comme si accumuler des objets pouvait combler un manque d’amour, s’agiter combler un manque de sens.
Non seulement, cette attitude ne fait pas disparaître certaines souffrances intérieures (celles évoquées plus haut), mais elle entraîne des souffrances ultérieures. Ainsi, les ressources matérielles vont finir par manquer (à cause de la sur-exploitation et de la pollution). Ainsi, à cause de la compétition pour ces ressources, abondent les conflits (qu’ils soient internationaux ou intrafamiliaux). Conflits qui, outre qu’ils peuvent occasionner des dégâts par leur violence (blessures, morts, oppressions etc.) altèrent la qualité des rapports humains (il n’y a pas harmonie avec autrui).

Une certaine réflexion permettrait d'éviter cela, mais les hommes réflechissent spontanément à autre chose : comment vaincre l'adversaire, comment gagner de l’argent, comment assurer ma sécurité, comment soulager la misèe, comment fonctionne l’univers… Notre esprit est d'abord tourné vers l'extérieur.

Si cette attitude hédoniste, du fait de son incapacité à combler certains besoins, entraîne l’insatiabilité ; inversement, celui qui a atteint un certain bien-être durable, ne cherche plus systématiquement à fuir la souffrance immédiate ou obtenir le plaisir immédiat. Il ne cherche plus à être le plus heureux possible… la félicité* le comble… Cet homme là est plus libre dans ses choix, autonome, cohérent, capable de surmonter les obstacles et de construire quelque chose de positif.

3 Le secret du bonheur

Le premier élément de réponse à la question : « que faire pour être durablement heureux ? » est donc la dénonciation de l’illusion conduisant à rechercher le « bonheur » hors de soi. En effet, cette recherche ne permet pas, en pratique, d’atteindre un bien-être véritablement satisfaisant et durable.
Bref, l’argent ne fait pas le bonheur, et s’il y contribue, c’est uniquement de façon indirecte, en plaçant l’individu dans des conditions plus favorables pour le trouver. En effet, en ayant un peu d’argent de côté, on est moins préoccupé par sa sécurité et ses besoins élémentaires... Par contre, les consommations qui nous divertissent, nous éloignent de la quête de la félicité… Donc, si l'argent est utilisé pour cela…
Plus généralement, aucun mode de vie, aucun bienfait extérieur, aucun idéal ne « fait le bonheur », ne suffit à apporter une satisfaction pleine et entière de la conscience. Personne d’autre que vous-mêmes ne peut faire votre bonheur (au sens d’un bien-être complet et durable). Pour s’en approcher l’esprit doit prendre de la hauteur, cesser d’être absorbé par le premier désir venu, explorer ses profondeurs.

Le secret du bonheur consiste essentiellement à se débarrasser de certains affects. Et, tout d’abord, à réaliser la puissance de l’esprit sur lui-même (cette liberté qui nous distingue des animaux). Restera ensuite à exercer cette dernière, puis, le cas échéant, à suivre un entraînement approprié, pour modifier progressivement nos conditionnements, certaines habitudes. Car, si prendre conscience de certaines choses donne un avant-goût de la félicité, les faire pénétrer dans l’inconscient permet de la vivre.

Evidemment, pour être motivé, il importe d’abord de comprendre l’intérêt de l’opération.
Pour ce faire, on peut réaliser, par exemple, que le regret ou le remord ne servent à rien, au sens où ils n’apportent aucun plaisir, ni immédiat, ni futur. Ils sont complètement vains. Ne causent que de la souffrance. Or, le regret et le remord sont spontanés, on s’y complait facilement si l’on ne fait pas le constat de leur inutilité et l’effort d’agir sur soi-même. Comment ? En modifiant le cours de ses pensées, en choisissant leur direction.

Souvent, on ne fait pas cet effort car on préfère se figer dans une image de soi : « je suis comme ça ». On se prend ainsi pour un objet inerte, au lieu d’être acteur, créateur de sa vie. C’est plus reposant !
Souvent, on n’y pense même pas : habitués que nous sommes à agir sur l’extérieur, il ne nous vient pas à l’idée d’agir sur l’intérieur.
D’autant qu’agir sur soi-même peut sembler paradoxal : comment peut-on être à la fois sujet et objet ? Ce paradoxe résulte de la simplification exercée par le concept de « moi ». On peut le lever en considérant qu’il y a plusieurs « moi », ou plutôt : plusieurs tendances. Il s’agit ici de faire en sorte que les tendances les plus profondes prennent le pas sur les autres, pour plus de cohérence interne. Il s’agit d’« être soi-même », si je puis me permettre de donner ainsi un sens utile à cette lapalissade.

La complaisance dans le passé n’est pas seule à briller par son inutilité. C’est aussi le cas d’un certain rapport au futur. Et en particulier, de la peur.
Cette dernière est parfois justifiée : lorsqu’un lion me poursuit, par exemple. Mais dans l’immense majorité des cas, elle ne l’est pas. Par exemple, la peur de la mort ne sert à rien en l’absence d’un danger immédiat. Craindre une échéance inéluctable est inutile. C’est la peur qui est souffrance, pas la mort… Diminuer sa peur, quelle qu’elle soit, est un moyen de moins souffrir. La peur de la souffrance s’ajoute à la souffrance, la peur du manque s’ajoute au manque. Ne pas avoir peur n’empêche pas d’agir pour éviter le manque, la souffrance, la mort...
L’illusion qui maintient dans la peur consiste à confondre cette dernière avec son objet : étant focalisé sur celui-ci, on éprouve celle-là et on ne pense pas à agir sur soi-même, sur son propre psychisme. La peur tétanise, aveugle, altère la raison. S’en libérer est donc primordial.

De même, la déception, la frustration sont généralement inutiles.
Eprouver la déception peut être utile dans la mesure où cela dirige notre esprit vers la volonté de résoudre un problème, vers la détermination des causes de notre situation, nous conduisant ainsi à ne pas recommencer les mêmes erreurs. Mais souvent, on s’y complait exagérément, et on n’en tire pas d’avantages. Cela vient sans doute de ce qu’il y a là un plaisir, mais ce dernier est incompatible avec ceux qui résulteraient de l’action. Il maintient dans le malheur.
On retrouve là l’absurdité qu’il y a à se laisser diriger par les plaisirs et les émotions : ils sont trop variables et contradictoires.

De même la colère, l’impatience… sont des souffrances dont la cause essentielle, celle sur laquelle on peut agir efficacement est en nous-mêmes.
De plus, outre la souffrance immédiate qu’ils véhiculent, ces affects peuvent en induire d’autres par les actes qu’ils entraînent. Par exemple, si vous frappez votre ordinateur qui fonctionne mal, il risque de fonctionner encore moins bien. Si vous frappez vos amis, vous risquez de les perdre. L’impatience peut vous conduire à abandonner vos projet ou à les bâcler. Etc.

Mais d’où viennent le regret, la peur, l’impatience, la frustration… ? Ils découlent de l’attachement* ; plus précisément : d’une dépendance* affective vis-à-vis de l’extérieur. La souffrance résulte de la non-correspondance entre ce que l’on veut et ce que l’on voit, entre un monde imaginé et le mode perçu.
Le malheur, c'est que le monde extérieur est trop variable et imprévisible pour correspondre toujours à ce que l'on voudrait. Epictète disait qu’il ne dépend pas de nous, le Bouddha qu’il est « impermanent ».
La solution consiste à chercher la joie et le réconfort en soi-même, à ne pas les faire dépendre de ce qu'il advient hors de soi. Cela peut paraître égoïste, mais débouche précisément sur tout le contraire de l'égoïsme. Car celui qui dépend affectivement de l'extérieur est dans l'attente, la crainte, il a besoin de prendre, et transmet ce qui l’anime : la souffrance. Celui qui trouve en lui-même la joie et le réconfort, peut être véritablement dans le don, et transmet ce qui l’anime : le bonheur.

De même l’ennui ne peut être durablement résorbé que par une action intérieure. Plutôt que vous lamenter sur le caractère ennuyeux d’une tâche ou d’un mode de vie, vous pouvez parfaitement faire en sorte de ne pas éprouver l’ennui, en pratiquant la tâche d’une certaine façon, en orientant vos pensées plus judicieusement. Rien que le fait de rechercher un moyen de ne pas s’ennuyer élimine l’ennui !

On pourrait pareillement dénoncer l’utilité très relative de la honte, de la culpabilisation… et décider de les contrôler, de les résorber par action directe sur son propre psychisme.

Ces phénomènes psychologiques que sont la colère, l’anxiété, l’ennui etc. découlent de notre condition animale. Dans la nature, ils sont utiles car ils nous donnent des forces pour nous défendre, fuir, innover... ce qui explique qu’ils aient été sélectionnés en nous (et chez de nombreux animaux). Mais en dehors de conditions précises et rares, ils sont maintenant inadaptés et à l’origine de souffrances durables.
Heureusement, la nature nous a donné la capacité d’analyser, de s’observer, de se contrôler. Ainsi, si l’homme immature est globalement moins heureux que l’animal, l’homme sage l’est plus…
Accéder à la félicité* n’est pas immédiat, mais possible et très bénéfique. Apprendre à être heureux pourrait être la première mission de l’éducation.

On peut être tenté de poursuivre sur la voie du contrôle de soi en l’appliquant aux sentiments d’inutilité et de manque de sens : Il suffirait de faire en sorte de ne pas éprouver ces sentiments et la question serait réglée. Il suffirait de faire en sorte de ne pas être gêné par l’absurdité (éventuelle) de notre vie. Reste que cette capacité, cette puissance de l’esprit sur lui-même trouve là ses limites. Se résoudre à faire toute sa vie quelque chose d’inutile en se disant que ce n’est pas grave n’est pas aussi facile que résorber une peur, une honte ou une colère… Difficile, concrètement, d’accéder à une satisfaction pleine et entière en refoulant ces besoins*…

Pour ce qui est du sens de la vie, il est plus efficace d’étudier la question en elle-même, qu’essayer de l’oublier. Elle sera réglée en y répondant ou en réalisant vraiment son absurdité…
Pour ce qui est des sentiments d’inutilité, d’incohérence, nous verrons que les résorber en soi-même n’est pas nécessaire, car les satisfaire ne pose pas de problèmes insurmontables… et aurait plutôt tendance à en résoudre…

Le but n’est évidemment pas de se contrôler pour se contrôler, il est de savoir quand il est plus efficace d’agir sur soi, et quand il est plus efficace d’agir sur l’extérieur.
Il est évident que la voie du contrôle de soi a ses limites ; que, par exemple, un environnement agréable est quelque chose de généralement bénéfique. Simplement, la recherche d’un tel environnement est souvent une mauvaise réponse à un vrai problème dont la solution est ailleurs, à l’intérieur.

Denis Peter dans "Que faire?

Suite: la question du sens

* Définition donnée ici

1, 2, 3, souriez ! Nous avons pensé que cela vous plairait...Nous vous avons préparé de belles surprises pour cet hiver…Nous rêvons tous d’un beau selfie ou d’une belle photo mais combien de fois devons-nous nous y prendre pour qu’elle soit réussie ?

Le Pisciacais, Ing.StefanV.Raducanu, FranceWebAsso,FranceWebSharing,SRU-Electronics & MyNewsCenterNavigator,Use these anti-negativity thinking tips to get your mental house in order, Des connaissances partagées sur le Web ouvert

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu