Avertir le modérateur

16/04/2016

Les managers coupables, mais pas responsables du manque d’innovation,...la reconquête du management par les managers passe par le développement d’une culture politique.

Des tortues jusqu’en haut: Les managers coupables, mais pas responsables du manque d’innovation

Tous les managers avec lesquels je travaille se plaignent de la pression croissante sur les résultats à court terme qu’ils subissent et de la perte d’autonomie dans leur travail. Ils ont l’impression de n’être de plus en plus que des courroies de transmission de leur hiérarchie sans avoir la capacité d’influer sur les décisions. L’entreprise devient une sorte de cascade de pression, chaque niveau renvoyant sa charge vers le niveau inférieur. La faute à qui?

Il y a un certain paradoxe du management. D’une part, toute la littérature sur le management met en avant le manager, le leader, comme pivot de la performance de l’entreprise. En particulier en France, qui garde une culture très hiérarchique, les managers jouissent en apparence d’une très grande autorité. Titres ronflants, voiture de fonction, assistante, tous les oripeaux de la puissance sont là. Mais derrière se cache souvent une grande frustration, celle de n’avoir, en pratique, pas la capacité d’influencer vraiment la marche de l’entreprise, celle au fond de beaucoup plus subir que gérer. Et que cela empire avec le temps.

Pour le problème, voir au-dessus! (Source photo: Wikipedia)

C’est pas moi c’est mon chef (Source photo: Wikipedia)

Et donc quand, lors d’un séminaire sur l’innovation, on examine avec ces managers les causes du manque d’innovation dans leur organisation, leur diagnostic est invariablement le même: ce n’est pas de ma faute, c’est au-dessus de moi que ça bloque. Je voudrais bien, mais mon chef me noie sous les tâches de contrôle et je n’arrive pas à sortir la tête hors de l’eau. Allez voir mon chef et rendez-le à la raison. Et comme me le chuchotait une responsable RH au cours d’une de ces sessions, « Quand on parle à leur chef, on entend exactement le même discours. »

Cette analyse me rappelle l’anecdote que relate, dans un tout autre contexte, Stephen Hawking dans son livre une brève histoire du temps. Alors qu’un savant demandait, lors de l’une de ses conférences, « comment la terre tient dans l’espace », une vieille dame dans l’assistance lui rétorqua: « C’est évident, elle tient sur une tortue. » Alors que le savant, un peu étonné, lui demandait ce qu’il y avait en-dessous de la tortue, la vieille dame ne se laissa pas démonter: « Une autre tortue, et c’est comme ça jusqu’en bas! »

Et bien le manque d’innovation dans ces entreprises, c’est pareil: le problème c’est la tortue (le chef), et ce sont des tortues les unes au dessus des autres, comme ça… jusqu’en haut! Et bien-sûr quand on parle au dirigeant de l’entreprise, il répond qu’il aimerait bien relâcher la pression et faire confiance à ses employés, mais que voulez-vous, les actionnaires sont là et ne l’accepteraient pas. Si on parle aux-dits actionnaires, la plupart du temps ceux-ci sont des gestionnaires de fonds qui ont eux-mêmes leur chef et leurs actionnaires, etc. C’est donc bien comme ça jusqu’en haut, et au-delà.

Mais c’est trop facile, biens-sûr. Les managers ne peuvent pas se dédouaner aussi facilement de leur responsabilité. Que penser d’un responsable de BU faisant plusieurs dizaines de millions d’euros de chiffre d’affaire qui vous dit ne rien pouvoir faire à son niveau? Responsable, mais pas coupable?

La question que je leur pose est alors la suivante: compte tenu de cette pression croissante, et compte tenu de l’autorité dont vous disposez, que pouvez-vous faire à votre niveau pour regagner un peu d’autonomie et de faculté d’influence? En effet, je leur fais observer que sans eux, leur entreprise ne peut pas fonctionner. Ils ont donc un pouvoir de facto. Savent-ils l’utiliser? Loin s’en faut. Or nous savons depuis longtemps, et Vaclav Havel a écrit à ce sujet, que les sans pouvoir peuvent en fait avoir beaucoup de pouvoir. L’histoire est pleine de sans grades ayant transformé le monde. C’est vrai aussi bien en politique qu’en entreprise. Si les sans grades le peuvent, les managers le peuvent encore plus!

Mais pour que cela soit possible, il faut développer une appréciation politique de leur travail. Etudier les rapports de force et leur modification possible à leur profit. Pour cela il faut savoir peser. Le problème est que ces managers viennent pour la plupart d’écoles de commerce ou d’ingénieurs, dans lesquelles ils ont reçu une éducation dépolitisée, qui leur a présenté l’organisation comme une machine calculatoire déshumanisée. Ils ont donc développé une version à la fois naïve (si je fais bien mon travail tout ira bien) et cynique (de toute façon je n’y peux rien) de leur fonction. Je suis toujours frappé de l’inculture politique de managers par ailleurs brillants. On disait de l’Allemagne de l’après guerre qu’elle était un géant industriel mais un nain politique, on pourrait en dire de même de nos managers. Nous fabriquons des tortues à la chaîne… de haut en bas.

Or le rapport de force politique se construit, souvent à partir de rien. Ainsi le remarquable ouvrage de Robert Caro relate l’ascension de Lyndon Johnson: arrivé au Sénat américain comme sénateur junior, il en devient en quelques années président et, bien que le poste ne confère aucune autorité formelle, il réussit à dominer l’assemblée et faire passer un nombre impressionnant de lois, alors que tous ses prédécesseurs avaient conclu à l’impossibilité de faire quoi que ce soit. A partir de rien, il devient tout.

En conclusion, la reconquête du management par les managers passe par le développement d’une culture politique. C’est à cela que devraient s’attacher nos programmes de formation pour réduire le nombre de tortues que comptent nos entreprises.

Sur le même sujet, on pourra lire mes articles précédents: « Ce  silence qui tue votre entreprise » et « Ce que Vaclav Havel nous enseigne sur le manque d’innovation dans les grandes entreprises« .

Mon livre ‘Effectuation’ reçoit le prix du meilleur ouvrage de management

20160415_110717 - smallLe Prix académique de la Recherche en Management est attribué par Consult In France (ex Syntec), la FNEGE et la SFM (Société Française de Management). Il a pour objectif de renforcer les liens entre les Grandes Écoles / Universités et les cabinets de Conseil. Plus d’infos ici: https://www.facebook.com/PrixManagement/

13/12/2015

COP21, Succès de la COP21 : feu vert pour le climat, Un accord sans précédent, United Nations Climate Change Conference,Paris 2015, Comité de Paris, 6th meeting, 12 December

December 12 2015 publié dans actualités,annonces,annonceurs,archive,archive 21 siècle,articles,blog,bonheur,communiqués de presse,community,conférences,day in the world,dipl.ing.stefan v.raducanu,europe,evénements,exposants,france,franceweb,eglobanetwork,francewebinfo,francophonie,ile-de-france,info,intelligence collaborative,international,internet,lmathieuwebcollection,ma bibliothèque,madeleine et stefan raducanu,monde,news,onegloballocal,opportunités,paris,projets,sru-electronics,stefanwebcollection,web,world,yvelines | lien permanent |publié dans actualités,annonces,annonceurs,archive,archive 21 siècle,articles,blog,bonheur,communiqués de presse,community,conférences,day in the world,dipl.ing.stefan v.raducanu,europe,evénements,exposants,france,franceweb,eglobanetwork,francewebinfo,francophonie,ile-de-france,info,intelligence collaborative,international,internet,lmathieuwebcollection,ma bibliothèque,madeleine et stefan raducanu,monde,news,onegloballocal,opportunités,paris,projets,sru-electronics,stefanwebcollection,web,world,yvelines | lien permanent |Paris

Succès de la COP21 : feu vert pour le climat20151212_115305.jpg

20151212_180149.jpg20151212_121701.jpg20151212_193601.jpg

La route vers Paris

Image

Les gouvernements concluront un nouvel accord sur le changement climatique à Paris en décembre, qui doit mettre toutes les nations sur la voie d'un avenir durable en empêchant les températures moyennes mondiales d’augmenter de plus de 2 degrés Celsius, qui est la ligne de défense mondialement acceptée contre les pires impacts climatiques à venir.

L’Accord de Paris COP 21/CMP 11 sera établi dans le cadre de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC). Il sera guidé par son pdf-icon objectif ultime et par ses principes d'équité et de responsabilité commune mais différenciée, et des capacités respectives, tout en tenant compte des circonstances nationales.

Les négociations créent des cadres autour des domaines clés d'action et de responsabilisation accrues suivants:

  1. Les engagements et les plans nationaux pour la période post-2020 – contenus dans les contributions prévues déterminées au niveau national (INDC).
  2. La transparence et la responsabilité internationale des mesures des pays.
  3. Le soutien financier et technologique adéquat pour les pays en développement pour construire leur propre avenir basé sur l'énergie propre et résilient au climat.
  4. La trajectoire globale des émissions et leur orientation à long terme.

Lors de leur session à Genève, en février, les pays de la CCNUCC ont produit le pdf-icon texte officiel de négociation sur lequel sont basées les négociations de fond.

Lors de la conférence de Bonn, en juin (SB42), les Parties ont ensuite chargé les coprésidents du Groupe de travail ad hoc sur la plate-forme de Durban pour une action renforcée ("Le Groupe de travail spécial"), l’organe chargé d'atteindre le nouvel accord, de publier une version consolidée du texte formel "de Genève" en tant qu’outil pour aider les gouvernements dans leurs négociations.

Le 24 juillet, ils ont publié ce pdf-icon document qui clarifie ce que pourrait être le contenu de l'accord juridique émergent, quelles décisions pourraient être prises au moment où l’accord est adopté et quelles autres décisions devront être prises pour le rendre pleinement opérationnel avant son entrée en vigueur en 2020.

Les Parties se sont réunies à Bonn en septembre, chargeant les coprésidents de préparer un pdf-icon projet d'accord simplifié qui a été publié le 5 octobre.

Lors des négociations qui ont suivi en octobre, le groupe de travail a modifié le projet de texte d'accord pour produire la pdf-icon version transmise à Paris. Ce texte sera utilisé comme fondation pour conclure un accord.

Pour plus de détails sur le calendrier jusqu'à Paris, voir ci-dessous.


Calendrier des sessions
Genève, février 2015

La huitième partie de la deuxième session du Groupe de travail ad hoc sur la plate-forme de Durban pour une action renforcée (ADP) a eu lieu du 8 au 13 février 2015 à Genève, en Suisse.

Bonn, juin 2015

Les quarante-deuxièmes sessions du Corps subsidiaire de mise en œuvre (SBI 42) et du Corps subsidiaire de conseil scientifique et technologique (SBSTA 42), ainsi que la session de juin du Groupe de travail ad hoc sur la plate-forme de Durban pour une action renforcée (ADP2 -9) ont eu lieu du 1er au 11 juin 2015 à Bonn, en Allemagne.

Bonn, août/septembre 2015

La dixième partie de la deuxième session du Groupe de travail ad hoc sur la plate-forme de Durban pour une action renforcée (ADP) a eu lieu du 31 août au 4 septembre à 2015, à Bonn, en Allemagne.

Bonn, octobre 2015

La onzième partie de la deuxième session du Groupe de travail ad hoc sur la plate-forme de Durban pour une action renforcée (ADP) a eu lieu du 19 au 23 octobre à 2015 à Bonn, en Allemagne.

Paris, décembre 2015

La 21ème session de la Conférence des Parties (COP) et la onzième session de la Conférence des Parties siégeant en tant que réunion des Parties au Protocole de Kyoto (CMP) aura lieu du 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris en France.

NEW! Paris Agreement adopted 
(FCCC/CP/2015/L.9/Rev.1 - English only, versions in all UN official languages to be made available)

Information provided in accordance with Article 105 of the decision related to the adoption of the Paris Agreement

Progress on text

Comité de Paris
Mandate and Chairing
Open-ended group of legal and linguistic experts
Information for Observers
Meetings of the Comité de Paris
-Comité de Paris, 7th meeting, 12 December
-Comité de Paris, 6th meeting, 12 December
-Comité de Paris, 5th meeting, 10 December
-Comité de Paris, 4th meeting, 9 December
-Comité de Paris, 3rd meeting, 9 December
-Comité de Paris, 2nd meeting, 8 December
-Comité de Paris, 1st meeting, 7 December

Informal Consultations
List of issues and facilitators
Guidance from the President to facilitators on the conduct of informal consultations
Specific mandates to facilitators for their informal consultations on key issues
Scheduling and organizational arrangements
-Tuesday, 8 December
-Monday, 7 December

Statements by the COP Presidency
President’s statement at 5th plenary of COP 21 (5 December 2015) on the Organization of Work in the second week

Comité de Paris

Mandate and Chairing

As decided by the COP at its 5th plenary meeting on 5 December 2015, the President convened informal consultations by means of an open-ended single-setting group to be known as the Comité de Paris. The objective of these consultations was to make progress and facilitate compromise on the draft Paris Outcome and package of decisions transmitted to the COP by ADP.

The committee is chaired by the COP President, who could be replaced by Ambassador Laurence Tubiana, as necessary.

Open-ended group of legal and linguistic experts

At its 5th meeting on 5 December 2015 the COP, following standard United Nations practice, established an open-ended group of legal and linguistic experts to undertake a technical review of the text of the draft agreement and present the results of the review to the Comité de Paris by close of business on Thursday, 10 December 2015, for the latter’s consideration.

After informal consultations, the COP President appointed as Co-Chairs of the group Ms. Jimena Nieto Carrasco (Colombia) and Mr. Peter Horne (Australia). Coordinators of regional groups and of the small-island developing States were invited to submit nominations for the core membership of the group, consisting of 11 experts, by close of business on Monday, 7 December 2015. More details on the group’s mandate and composition are provided in the attached pdf-icon Notification (1006 kB) .

Information for Observers

Comité de Paris meetings are open to Parties and Observers, unless the committee decides otherwise. Open meetings will be televised in designated viewing rooms and webcast.

Due to space constrains, a number of access tickets will be distributed to representatives of observer organizations so that they can attend the meetings. 

UN organizations: please collect an envelope per organization from the information desk.

IGO: a limited number of tickets are available. Please request by email cool@unfccc.int and collect from the Observer Organizations Liaison team at Conference Affairs Services in Hall 2.

NGO: the tickets are distributed through the NGO Constituency Focal Points. NGOs that belong to constituencies are kindly invited to contact the following focal points: pdf-icon List of focal points (104 kB)

For details, contact the Observer Organization Liaison Office of the secretariat.
 

Meetings of the Comité de Paris 

          Comité de Paris, 7th meeting, 12 December

          The 7th meeting of the Comité de Paris was convened by COP President Laurent Fabius at 19:00 on 12 December to consider the
          draft Paris Agreement presented earlier to the Parties (see 6th meeting below). The committee heard the report of the group of legal and
          linguistic experts, which recommended some adjustments in the text of the draft agreement and its language versions. Subsequently,
          the committee consented to the President transmitting the draft agreement to the COP for adoption, with a number of technical
          corrections orally presented by the secretariat.

          The COP convened immediately after completion of the Comité de Paris meeting and adopted the Paris Agreement


           Comité de Paris, 6th meeting, 12 December
           
            
Following the informal consultations undertaken by the COP President on Thursday, 10 December, at the "Indaba of Solutions", the 
            President conducted  intensive consultations on 11 December with  groups and Parties on outstanding issues. The President  
            convened the 6th meeting of the Comité de Paris at 11.30 a.m. on Saturday, 12 December where he presented to the Parties the draft
            Paris Agreement. He invited the Parties to study the Agreement and reconvene to discuss it later in the day.       

           
           Comité de Paris, 5th meeting, 10 December

            At the fifth meeting of the Comité de Paris on 10 December, from 21:00 to 21:30, the COP President presented to Parties version 2 of  
            the Draft Paris Outcome
. This new version reflects inputs from Parties received in the course of the open-ended informal consultations 
            held during the previous night.

           The President announced that he intended to give Parties sufficient time to review the revised version and consult among themselves. 
           Starting from 11.30 pm, he would convene another round of open-ended informal consultations entitled “Indaba of Solutions” to resolve
            outstanding issues and arrive at a final version of the Draft Paris Outcome.

           Where in the course of the Indaba there are persistent differences on a certain issue, heads of delegation of interested Parties would
           be asked to seek solutions in a more focused setting and report back to the Indaba within 30-45 minutes. On the basis of the progress 
           achieved in the course of these consultations on the text as a whole, the President would present on the following day, 11 December, to
           the Comité de Paris his proposal for a final version of the text.

           The President also announced that all members of the open-ended group of legal and linguistic experts had been designated and that 
           the group had taken up work on articles 12, 13, 14, 16, 21, 23, 25 and 26 of the draft agreement.
       

Comité de Paris, 4th meeting, 9 December 

The Comité de Paris held its fourth meeting on 9 December from 20:00 to 23:30. Numerous Parties took the floor to provide their initial reactions to the Draft Paris Outcome made available earlier in the day. As next step, the President Invited Parties to informal consultations, as follows: 
  • Starting as of midnight, open-ended Indaba-type consultations on Differentiation, Support and Ambition, chaired initially by Minister Fabius, and later by Ambassador Tubiana (meeting room La Rhône; overflow rooms Le Rhin, La Garonne)
  • In parallel, open-ended informal consultations on Loss and Damage (midnight - 1 am); Cooperative approaches and mechanisms (1-2 am) ; Forests (2-3 am) and the Preamble (3-4 am); these will involve the corresponding facilitating ministers and will be coordinated by Minister Manuel Pulgar Vidal, President of COP 20 (meeting room Le Maroni).
The consultations are open to Parties only. The President announced his intention to issue a new revised text in the afternoon of Thursday, 10 December.
 
The President also proposed that the Comité de Paris pass on to the Open-ended Group of Legal and Linguistic Experts a limited number of “clean” articles of the Draft Paris Outcome for the legal and linguistic review, namely draft articles 12 to 26, with the exception of draft articles 15, 18 and 19.

Comité de Paris, 3rd meeting, 9 December

The Comité de Paris held its third meeting on 9 December from 15:00 to 15:30 hrs. At the meeting, the COP President, Minister Laurent   Fabius, presented to the delegates a Draft Paris Outcome based on the text transmitted to the COP by ADP on the previous Saturday and incorporating drafting guidance by the facilitating ministers and advice from the ADP co-facilitators. The President encouraged delegates to study the text closely and consult within their groups. The Comité de Paris would meet again at 20:00 hrs to hear the reactions of delegations to the new text. At that meeting the President would make proposals regarding the method of work.

The President asked the delegates to prepare for work overnight and during the following day, towards the elaboration and eventual adoption of the Paris Agreement within the foreseen time frame.

        

Comité de Paris, 2nd meeting, 8 December

The Comité de Paris held its second meeting on 8 December from 7.00-8.00 p.m. At the meeting, the COP President, Minister Laurent Fabius, gave the floor to the facilitating ministers to report on the results of the consultations they held during the day. These reports are attached below.

The President also used this occasion to announce his plan for the way forward, which was met with broad support by Parties. His remarks related to the next steps in the process are attached below.

Comité de Paris, 1st meeting, 7 December

The Comité de Paris held its first meeting on 7 December from 7.00-8.30 p.m. At the meeting the COP President, Minister Laurent Fabius, announced that he had requested ministers to assist him by consulting on additional issues, namely Adaptation and Loss & Damage, Cooperative Mechanisms and Forests (see below complete table of facilitating ministers as announced at this meeting and the COP plenary on 5 December).

The President further announced that he would seek assistance to undertake consultations on Response Measures. The names of ministers will be announced.

At the same meeting, ministers who had been requested at the COP plenary meeting on Sunday, 5 December, to undertake consultations on the four topics of Support/Means of Implementation; Ambition; Differentiation and Pre-2020 Action, respectively, presented their reports on consultations undertaken so far.

The next Comité de Paris meeting will take place on Tuesday, 8 December, 7.00-8.00 pm

Publié dans Actualités, Annonces, Annonceurs, Archive, Archive 21 siècle, Articles, Blog, Bonheur, Communiqués de presse, Community, Conférences, Day in the World, Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu, Europe, Evénements, Exposants, France, FranceWeb,eGlobaNetWork, FranceWebInfo, Francophonie, Ile-de-France, Info, Intelligence Collaborative, International, Internet, LMathieuWebCollection, Ma Bibliothèque, Madeleine et Stefan Raducanu, Monde, News, OneGlobalLocal, Opportunités, Paris, Projets, SRU-Electronics, StefanWebCollection, Web, World, Yvelines | Lien permanent |

Australia set for more softening of climate policy

Paris climate deal approved

Klimagipfel in Paris: Unser Kopf bleibt über Wasser

Landmark Paris climate deal to stop global warming adopted

Clima: via libera allo storico accordo Onu. Obama, accordo mondiale grazie a leadership Usa

195 landen stemmen in met wereldwijd klimaatverdrag Parijs

Barack Obama sobre acuerdo climático en COP21: “Es la mejor chance de salvar el planeta”

Accord contraignant sur la hausse des températures adopté à Paris

Now with a historic climate change accord, what happens next?

Nations Approve Landmark Climate Accord in Paris

Acuerdo climático apunta al fin del combustible fósil

Obama: Con acuerdo climático “hemos mostrado lo que es posible si nos unimos”

Parole libre : La COP21 vue par Philippe Verdier. Le poids de l'accord de Paris

COP21: un accord historique pour sauver la planète

The Australian Financial Review  - ‎1 hour ago‎
Foreign Affairs Minister Julie Bishop says the Paris agreement is "an historic step in the global response to climate change".

PoissySmartCity est un concepteur de solutions qui accélèrent la transformation numérique des organisations. L'entreprise s'appuie sur son double savoir-faire en intégration et édition pour proposer des solutions technologiques novatrices. Elles transforment les organisations en "Smart Enterprise" visionnaire, innovante, collaborative et apprenante et leur assurent ainsi une croissance rentable et durable.PoissySmartCity a fait de l'innovation, du développement et de l'intimité client les moteurs de son développement.

Plus d'information sur PoissySmartCity

12/10/2015

Qui nous protégera des logiciels tricheurs ? rapporte Industrie & Technologies, Vers des technologies de l’empathie ? Je suis ton air !

1agld1r.gifEn passant à l’échelle micro, l’intelligence et la petitesse sont devenues les nouveaux symboles de la puissance.

  • Site en français
  • English version
  • Deutsch version

poissyweb,smartcity,actualités,annonces à la une,archive,archive21siècle,art de vivre,articles,associations,blog,blogs,citations,citoyen,collaborative,community,consummateur,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,diverse,exposants,france,franceweb,e-globalnetwork,industrie,informatique,international,internet,lmathieuwebcollection,logiciels,monde,onegloballocal,opinion,recherche,social media intelligence,sru-electronics,tech,web,world,world affairsQui nous protégera des logiciels tricheurs ?

Par le 29/09/15 | 13 commentaires | 1,791 lectures | Impression

Il aura donc suffi d’un petit logiciel perdu dans les centaines de milliers de lignes de code qui font désormais fonctionner nos voitures pour faire vaciller un géant mondial de la construction automobile. Quelques lignes de codes capables de modifier le calculateur moteur, permettant de réduire les émissions de gaz polluant d’un véhicule, uniquement lorsque celui-ci est soumis aux conditions très spécifiques des tests, comme l’explique dans son article de synthèse LeMonde.fr. Les conditions très établies et très spécifiques des tests (accélération lente, vitesse moyenne très faible, capot ouvert…) comme l’évoquait Thibaut Schepman pour Rue89 créent autant de conditions permettant au calculateur de la voiture de reconnaître s’il est en phase de test lui permettant d’adapter sa puissance et ses émissions en fonction. Car pour moins polluer, la voiture doit surconsommer.

jesuistonair
Image : détournement par Greenpeace France.

L’onde de choc du #Volkswagengate ne cesse d’avoir des répliques. Il est en passe de se transformer en #dieselgate éclaboussant bien d’autres constructeurs automobiles, soulignant toujours plus la contradiction entre deux objectifs contradictoires : la diminution de la consommation d’énergie d’un côté et la réduction des émissions polluantes de l’autre. Deux objectifs antinomiques pour nous aussi consommateurs, qui voudrions des voitures toujours plus sobres et moins chères qu’elles ne peuvent l’être. Un peu comme si entre boire et conduire nous n’arrivions pas à choisir la bonne option.

Pour Alain Girault, directeur de recherche à l’Inria, rapporte Industrie & Technologies, cette histoire est emblématique des transformations du monde automobile de ces dernières années avec l’intégration de plus en plus d’informatique au coeur du véhicule, permettant de réguler et contrôler leurs fonctions avancées. Cette intégration toujours plus poussée de l’électronique, Rue89 en avait très bien montré les implications, en nous racontant l’évolution du métier même de garagiste, où le diagnostic mécanique d’un véhicule se fait désormais entièrement par informatique. Avec une informatisation toujours plus poussée, les bancs de test fournis par les constructeurs ne laissent voir que ce que le constructeur veut bien laisser voir de ses programmes, chaque constructeur étant en concurrence avec l’autre.

Le volkswagengate a bien sûr reposé la double question de l’indépendance des contrôles et de la transparence du code. Si la question de l’indépendance des contrôles est en passe d’être résolue par des mesures d’homologation aléatoires en conditions de conduites réelles, la question de la transparence, pour des questions de propriété intellectuelle, elle, demeure complète. Pour Eben Moglen, avocat de la Free Software Foundation et président du Software Freedom Law Center, grand chantre de la défense du logiciel libre, cet exemple illustre toute la limite des logiciels propriétaires que nul ne peut inspecter, rappelait-il au New York Times. A l’heure où le logiciel est partout, dans les avions, les appareils médicaux, les voitures… nous devons exiger que les logiciels puissent être inspectés, estime Moglen. “Si Volkswagen savait que chaque client qui achète un véhicule avait le droit d’en lire le code source, ils n’auraient jamais envisagé de tricher”. Pour Wired, Alex Davies explique pourtant que l’Agence de l’environnement américaine (EPA) s’est opposée récemment à une demande de chercheurs réclamant l’ouverture partielle du code des voitures pour qu’il puisse être examiné de manière indépendante, au prétexte que des utilisateurs mal intentionnés auraient pu utiliser cette information pour modifier le comportement de leurs voitures en les rendant plus puissantes au détriment de la réduction de leurs émissions polluantes. Pas de chance, ce ne sont pas les utilisateurs qui ont utilisé cette faille.

Vers une généralisation des logiciels tricheurs ?

Si on ne peut pas les inspecter, alors qui permettra aux logiciels de n’être pas conçu pour tricher ? interroge Daniela Hernandez pour Fusion. Ce n’est pas la première fois qu’un constructeur utilise un logiciel tricheur, rappelle la journaliste en évoquant les démêlés de Ford avec l’EPA en 1998. Pour Anna Stefanopoulou, ingénieure en mécanique à l’université du Michigan, désormais, “la plupart des unités de contrôle du moteur disposent du matériel et du logiciel nécessaire pour contourner ou modifier la stratégie réglementaire”.

A l’heure où tous nos appareils électroniques embarquent du logiciel, le problème des logiciels tricheurs risque surtout d’empirer, suggère la journaliste. Et si nul n’a accès au code, qui pourra se rendre compte de ce que font nos machines ? Ryan Calo, de l’université de Washington donne un exemple un peu extrême, mais parlant. Demain, les entrepôts robotisés d’Amazon pourraient se réorganiser à la volée pour respecter les exigences du code de prévention des incendies lors d’un préavis d’inspection. N’est-ce pas d’ailleurs ce que font les humains quand une inspection déboule ? Les robots pourraient mémoriser une liste de points de contrôle pour répondre aux normes quand il y en a besoin. C’est d’ailleurs tout le problème des machines à voter et des machines à sous, estime Calo : comment être sûr que leur fonctionnement respecte leurs obligations ?

A mesure que nos vies s’informatisent, nous devenons toujours plus vulnérables à la fraude numérique. Pour Bart Selman, spécialiste de l’Intelligence artificielle à l’université de Cornell, d’autres domaines sont encore à risque, comme le monde médical, l’assurance ou la finance, où le secret et la confidentialité des contraintes rendent encore plus difficile la détection des actes répréhensibles. Pour lui, nous devons exiger de nouvelles règles pour contraindre les ingénieurs logiciels à être responsables de leurs actes, explique-t-il en invitant à introduire des procédures éthiques pour que les algorithmes rendent compte de leurs effets. “A mesure que les objets du quotidien deviennent plus intelligents et plus connectés, nous allons avoir besoin de nous inquiéter de manquements de plus en plus nuancés à la loi”, rappelle encore Calo.

Le problème, estime Daniela Hernandez est que les agences de contrôle ne disposent pas toujours de l’expertise nécessaire ni des moyens pour vérifier tous les logiciels qui referment chaque jour un peu plus leurs rets sur nous. Calo a suggéré de créer une agence fédérale de la robotique chargée de superviser ces questions logicielles. En attendant d’ouvrir les modèles, suggère Daniela Hernandez, la meilleure solution pour les citoyens et les militants consiste à construire “des machines pour surveiller les machines”, de construire une rétroingénierie des systèmes techniques. Plus facile à dire qu’à faire quand on ne peut accéder ni aux données ni aux logiciels. C’est pourtant bien ce qu’à accompli, là encore, l’ONG à l’origine de la révélation de la fraude de Volkswagen, l’International Council for Clean Transportation, qui a testé les émissions de voitures dans d’autres conditions que celles des tests standardisés avant d’en avertir l’agence de l’environnement américaine. En attendant que le régulateur comprenne la nécessité de favoriser les contrôles, de renforcer les contre-pouvoirs, indépendance et rétroingénierie, sont les deux leviers qui demeurent à notre disposition.

Hubert Guillaud

Rétroliens

  1. Qui nous protégera des logiciels tricheu...
  2. Qui nous protégera des logiciels tricheu...
  3. Qui nous protégera des logiciels tricheu...
  4. [internet ACTU.net] Qui nous protégera des logiciels tricheurs? | VSIL.ORG
  5. Revue de presse de l'April pour la semaine 40 de l'année 2015 | VSIL.ORG
  6. Qui nous protégera des logiciels tricheu...
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu