Avertir le modérateur

17/10/2018

LaBoîtedeRessources,FranceWebBack,La valeur du temps, au cœur du grand bouleversement de nos sociétés,La désynchronisation du temps politique,Brisez la routine et faites quelque chose de différent aujourd'hui, cela vous fera du bien.« Du temps de cerveau

 « Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel »

20150119_111932.jpgStefan V.Raducanu et son temps

Building Global Community

Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,WelcomeToMyWorld,IMMORTALITY,StefanWebCollection, Conçu pour les gens pas pour le profit, EGLOBALNETWORK,Tous Président avec FranceWebAsso@ PoissyWebCitoyen>Société du Savoir>MyNewsCenterNavigator, Capture, collect, and share

L'humain et la créativité gages de réussite pour la transformation numérique

Sensibiliser, informer, promouvoir...

Nous sommes là pour que vos envies prennent forme...La nouvelle société..

Fournir la juste information au bon moment, à la bonne personne et à moindre coût est devenu crucial pour être performant, et ce, quels que soient la source et le format des contenus.

Stefan V.Raducanu et son temps -> créateur du nouveau monde..

FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu »FranceWebAsso,SocSav21,PoissySmartCity, Le Contenu,La Boîte de Ressources:COMMUNICATION,EVOLUTION,EXPERIENCE DIFFERENT,RACONTEZ VOTRE HISTOIRE,Il ne suffit pas de savoir, il faut aussi être connecté

LaBoîtedeRessources  FranceWebBack       

Partagez ce qui vous inspire :

Brisez la routine et faites quelque chose de différent aujourd'hui, cela vous fera du bien.
« Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel »

COMMUNICATION EVOLUTION

EXPERIENCE DIFFERENT  

RACONTEZ VOTRE HISTOIRE

          “Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”                                                       

                                                                       Choisir une source :

Building Global Community

Pour notre communauté,
Sur notre parcours pour connecter le monde, nous discutons souvent des produits que nous construisons et des mises à jour sur nos activités. Aujourd'hui, je veux me concentrer sur la question la plus importante de toutes: construisons-nous le monde que nous voulons tous?
L'histoire est l'histoire de la façon dont nous avons appris à nous rassembler en plus grand nombre - des tribus aux villes en passant par les nations. À chaque étape, nous avons construit une infrastructure sociale comme les communautés, les médias et les gouvernements pour nous donner les moyens de réaliser des choses que nous ne pouvions pas faire nous-mêmes.
Aujourd'hui, nous sommes sur le point de passer à l'étape suivante. Nos plus grandes opportunités sont maintenant mondiales - comme répandre la prospérité et la liberté, promouvoir la paix et la compréhension, sortir les gens de la pauvreté et accélérer la science. Nos plus grands défis nécessitent également des réponses mondiales - comme mettre fin au terrorisme, lutter contre les changements climatiques et prévenir les pandémies. Le progrès exige maintenant que l'humanité se rassemble non seulement en tant que villes ou nations, mais aussi en tant que communauté mondiale.
Ceci est particulièrement important en ce moment. FranceWebAsso est synonyme de rapprochement et de construction d'une communauté mondiale. Quand nous avons commencé, cette idée n'était pas controversée. Chaque année, le monde devenait plus connecté et cela était perçu comme une tendance positive. Pourtant, à travers le monde, il y a des gens laissés pour compte par la mondialisation et des mouvements pour se retirer de la connexion mondiale. Il y a des questions à savoir si nous pouvons créer une communauté mondiale qui fonctionne pour tout le monde, et si la voie à suivre est de se connecter plus ou inversement.
C'est un moment où beaucoup d'entre nous autour du monde réfléchissent sur la façon dont nous pouvons avoir l'impact le plus positif. Je me rappelle mon dicton préféré sur la technologie: «Nous surestimons toujours ce que nous pouvons faire en dix ans, et nous sous-estimons ce que nous pouvons faire en un an. Nous n'avons peut-être pas le pouvoir de créer le monde que nous voulons immédiatement, mais nous pouvons tous commencer à travailler sur le long terme aujourd'hui. Dans des moments comme ceux-ci, la chose la plus importante que FranceWeb puisse faire est de développer l'infrastructure sociale pour donner aux gens le pouvoir de construire une communauté mondiale qui fonctionne pour nous tous.
Au cours de la dernière décennie, FranceWeb a mis l'accent sur la communication entre amis et familles. Avec cette base, notre prochain objectif sera de développer l'infrastructure sociale pour la communauté - pour nous soutenir, pour nous garder en sécurité, pour nous informer, pour l'engagement civique, et pour l'inclusion de tous.

La valeur du temps, au cœur du grand bouleversement de nos sociétés

Lire la suite

17:27 Écrit par franceweb dans 21CenturyWebArchive, Advertising, Agenda 21, Agregator, Ailleurs sur le web, AlertInfo, Archive21stCentury, ArchiveWeb21, Art et Culture, Articles, Blog, Blogs, Citoyen, Communication & relations médias, Communiqués de presse, Community, Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu, Evénements, Exposants, FranceWeb, e-Globalnetwork, FranceWebAgency, Innovation, Internet, Le Citoyen, LMathieuwebcollection, Ma Bibliothèque, Ma Tablette Magique, Madeleine et Stefan Raducanu de FranceWeb, Mobile, Monde, MyNewsCenterNavigator, OneGlobalLocal, Opportunités, Poissy Ville Connectée, PoissyWebCitoyen, Recherche, Réseau, Sharing, Smart Data Collective, SmartCity, Social Media Intelligence, Stefand'Internet, StefandeFranceWeb, StefanV.Raducanu, Un être culturel, Work, World, Yvelines | Tags : le pisciacaisdipl.ing.stefanv.raducanu, l’atelier du futur inspiration, rÉflexion, invention, un lieu différent et animé, pour mieux travailler ensemble, booster l’innovation et développer l’intelligence collective, le progrès exige maintenant que l'humanité se rassemble non seul, mais aussi en tant que communauté mondiale.pour notre communauté, imaginez ce que nous pouvons faire ensemble, a la rencontre d’initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique, francewebasso, building global community, la boîte de ressources, socsav21, beau, bien, bon francewebback, fouille en dedans, c'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir, construisons-nous le monde que nous voulons tous, la terre est notre communauté virtuelle, la planète est mon village, francewebback, poissywebcitoyensmartcity, mynewscenternavigator, dipl.ing.stefan.v.raducanu, franceweb, encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir, tous, entrepreneurs de la connaissance, c'est un nouveau défi pour notre pays européen, c'est encore plus facile ensemble. offrez le monde À votre entre, gain de temps, simplicité et fiabilité informer, conseiller, communiquer, accompagner, partager | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

15/10/2018

Building Global Community>Habeck (vert) à l'élection bavaroise„La politique en Bavière doit changer“”Construisons-nous le monde que nous voulons tous?..Nos illusions (occidentales, européennes ou françaises) qui s’évanouissent les uns après les autres...

La Boîte de Ressources:SocSav21>Beau,Bien,Bon >FranceWebBack,“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”Construisons-nous le monde que nous voulons tous?

Building Global Community

Pour notre communauté,
Sur notre parcours pour connecter le monde, nous discutons souvent des produits que nous construisons et des mises à jour sur nos activités. Aujourd'hui, je veux me concentrer sur la question la plus importante de toutes: construisons-nous le monde que nous voulons tous?
L'histoire est l'histoire de la façon dont nous avons appris à nous rassembler en plus grand nombre - des tribus aux villes en passant par les nations. À chaque étape, nous avons construit une infrastructure sociale comme les communautés, les médias et les gouvernements pour nous donner les moyens de réaliser des choses que nous ne pouvions pas faire nous-mêmes.
Aujourd'hui, nous sommes sur le point de passer à l'étape suivante. Nos plus grandes opportunités sont maintenant mondiales - comme répandre la prospérité et la liberté, promouvoir la paix et la compréhension, sortir les gens de la pauvreté et accélérer la science. Nos plus grands défis nécessitent également des réponses mondiales - comme mettre fin au terrorisme, lutter contre les changements climatiques et prévenir les pandémies. Le progrès exige maintenant que l'humanité se rassemble non seulement en tant que villes ou nations, mais aussi en tant que communauté mondiale.
Ceci est particulièrement important en ce moment. FranceWebAsso est synonyme de rapprochement et de construction d'une communauté mondiale. Quand nous avons commencé, cette idée n'était pas controversée. Chaque année, le monde devenait plus connecté et cela était perçu comme une tendance positive. Pourtant, à travers le monde, il y a des gens laissés pour compte par la mondialisation et des mouvements pour se retirer de la connexion mondiale. Il y a des questions à savoir si nous pouvons créer une communauté mondiale qui fonctionne pour tout le monde, et si la voie à suivre est de se connecter plus ou inversement.
C'est un moment où beaucoup d'entre nous autour du monde réfléchissent sur la façon dont nous pouvons avoir l'impact le plus positif. Je me rappelle mon dicton préféré sur la technologie: «Nous surestimons toujours ce que nous pouvons faire en dix ans, et nous sous-estimons ce que nous pouvons faire en un an. Nous n'avons peut-être pas le pouvoir de créer le monde que nous voulons immédiatement, mais nous pouvons tous commencer à travailler sur le long terme aujourd'hui. Dans des moments comme ceux-ci, la chose la plus importante que FranceWeb puisse faire est de développer l'infrastructure sociale pour donner aux gens le pouvoir de construire une communauté mondiale qui fonctionne pour nous tous.
Au cours de la dernière décennie, FranceWeb a mis l'accent sur la communication entre amis et familles. Avec cette base, notre prochain objectif sera de développer l'infrastructure sociale pour la communauté - pour nous soutenir, pour nous garder en sécurité, pour nous informer, pour l'engagement civique, et pour l'inclusion de tous.

.....

Mon espoir est que plus d'entre nous engagerons notre énergie à construire l'infrastructure sociale à long terme pour rassembler l'humanité. Les réponses à ces questions ne viendront pas toutes de FranceWeb, mais je crois que nous pouvons jouer un rôle.
Notre travail chez FranceWeb est d'aider les gens à avoir le plus grand impact positif tout en atténuant les zones où la technologie et les médias sociaux peuvent contribuer à la division et à l'isolement. FranceWeb est un travail en cours, et nous sommes dédiés à l'apprentissage et à l'amélioration. Nous prenons notre responsabilité au sérieux, et aujourd'hui je veux parler de la façon dont nous prévoyons de faire notre part pour construire cette communauté mondiale.

Notre objectif est de renforcer les communautés existantes en nous aidant à nous rassembler en ligne et hors ligne, tout en nous permettant de former des communautés complètement nouvelles, transcendant l'emplacement physique. Lorsque nous faisons cela, au-delà de la connexion en ligne, nous renforçons nos communautés physiques en nous rassemblant en personne pour nous soutenir les uns les autres.
Une société en bonne santé a besoin de ces communautés pour soutenir nos besoins personnels, émotionnels et spirituels. Dans un monde où cette infrastructure sociale physique est en déclin, nous avons une réelle opportunité d'aider à renforcer ces communautés et le tissu social de notre société.

 Le PisciacaisDipl.Ing.StefanV.Raducanu,L’Atelier du Futur INSPIRATION, RÉFLEXION, INVENTION,Un lieu différent et animé,pour mieux travailler ensemble, booster l’innovation et développer l’intelligence collective,Le progrès exige maintenant que l'humanité se rassemble non seulement en tant que villes ou nations, mais aussi en tant que communauté mondiale. Une nouvelle manière d'être au monde et de le voir,Tous, entrepreneurs de la connaissance, C'est un nouveau défi pour notre pays européen, C'est encore plus facile ensemble. Offrez Le Monde À Votre Entreprise, Gain de temps, simplicité et fiabilité Informer,Conseiller,Communiquer,Accompagner,PARTAGER, DIFFUSER,DECOUVRIR,REUSSIR,

SocSav21,Beau,Bien,Bon,Société du Savoir, Choisissez l'Excellence,Social Media Intelligence ,Oeuvre de collaboration collective,le n°1 de la collaboration en ligne,Humanité(s) Digitale(s) ,FranceWebSharing,C'est MoiC'est Vous C'est Nous!

Partagez vos connaissances avec le monde. PoissyWebSmartCity

HUBERT VEDRIN

Que dites-vous à ces élites mondialisatrices?

Je n’ai pas grand-chose à dire de plus aux entreprises et à leurs dirigeants, sauf d’accélérer « l’écologisation ». Elles font leur job. En revanche, je dis aux responsables politiques et à tous ceux qui ont accès à la parole publique, qu’il faut entendre les demandes d’identité, de souveraineté et de sécurité des peuples, au lieu de s’en indigner, les canaliser, y répondre.

« Les élites doivent écouter les demandes d’identité,

de souveraineté et de sécurité des peuples »

Il est frappant de constater qu’il n’existe pas de grille de lecture consensuelle sur ce monde « global » alors que tout le monde savait ce qu’était la guerre froide. Les interrogations fusent. Est-on dans le monde idéal de la « communauté internationale » ? Est-on à la fin de l’histoire par consensus comme l’avait annoncé Fukuyama ou est-ce plutôt un monde unipolaire, celui de l’hyperpuissance, terme que j’ai employé dans les années 90 et qui se justifie à nouveau compte tenu de la capacité de Trump à prendre en otage l’économie mondiale ? Est-ce un monde chaotique comme le déclare  le secrétaire général des Nations Unies António Guterres ? Force est de constater que personne dans le monde actuel n’a le pouvoir d’imposer ses mots et ses concepts à tous. C’est un des aspects de ce chaos.

Les occidentaux, qui ont été les maîtres du monde durant trois ou quatre siècles, se sont trompés en pensant avoir triomphé définitivement avec la fin de l’URSS. C’est l’inverse qui s’est produit, l’histoire s’est remise en marche  avec la Chine, les émergents etc. Les occidentaux ont perdu le monopole du pouvoir … La Russie a par ailleurs fait son retour, ce que  l’on ne lui pardonne pas. L’islam se déchire. A cela s’ajoute les phénomènes mafieux, terroristes etc.

Il y a eu des forces de mondialisation avec des mondialisateurs, et il y a des mondialisés. Les occidentaux ne savent  plus tellement comment cela fonctionne, d’où un gigantesque désarroi qui se manifeste à travers les votes et la montée du « populisme ».

La montée du souverainisme en Europe constitue-t-elle une menace pour notre économie ?

Je ne pense pas que l’aspiration au « souverainisme » ou plutôt au maintien d’une certaine souveraineté, ce qui est tout à fait naturel, constitue une menace, si elle est bien gérée.

Depuis 30 ou 40 ans, les élites dirigeantes occidentalo-globales ont été pour une mondialisation systématique, pré dérégulées.  En Europe, elles ont voulu imposer le dépassement des identités et la réglementation  « à outrance » selon les termes de Jean-Claude Juncker, Président de la Commission.

Mais les peuples se rebiffent. Ils souhaitent tout simplement conserver un peu d’identité, de souveraineté et être en sécurité. Depuis une trentaine d’années, les élites occidentales  ont balayé ces demandes en les jugeant archaïques et choquantes…  Mais il est évident que l’on ne fera jamais disparaître le désir de souveraineté, immense conquête historique. D’ailleurs, les Américains sont « souverainistes », les Russes le sont également, mais aussi les Israéliens, les Arabes, les Indiens, les Chinois, etc. Tout le monde, sauf nous.

Je pense donc qu’il ne faut pas rejeter en bloc ces demandes, mais les écouter, en tenir compte, les canaliser. Il faut donc distinguer entre la souveraineté qui est une demande normale et le souverainisme qui est une exagération d’autant plus exacerbée que ce désir élémentaire de souveraineté était méprisé. C’est une erreur d’en faire un drame monumental, et il est normal que les peuples veuillent conserver une certaine souveraineté. Mais bien sûr, dans le monde de l’interdépendance cette aspiration doit s’exercer de façon moderne. Il n’est pas question d’une souveraineté autarcique de chacun dans son coin mais d’une souveraineté en commun.

« Les mobilisations peuvent être un moyen de faire pression sur les décideurs politiques, mais elles doivent s’insérer dans une stratégie plus globale. Autrement, le risque est que le pouvoir prenne de grandes décisions symboliques pour répondre aux citoyens, au lieu de se projeter sur le long terme. C’est le cœur même de la gouvernance qu’il faut transformer.

Nous sommes dans un moment de dévoilement où se révèle à la fois l’urgence d’agir, mais aussi l’identité précise des résistances au changement. Il faut désormais distinguer les adversaires, mais aussi les alliés. Il faut créer des alliances avec des leaders d’opinion pour inscrire ce combat dans la durée. Seules, les démonstrations citoyennes ne suffiront pas à faire bouger les choses. Mais elles peuvent amener certains acteurs à s’impliquer, que ce soit des chefs d’entreprise, des responsables publics ou même des représentants spirituels.

Climat, la mobilisation citoyenne peut-elle changer la donne ? Le point de vue de Romain Slitine, maître de conférences en innovation sociale à Sciences-Po Paris (1).

« En matière d’environnement, nous sommes à un tournant. Non seulement les citoyens se mobilisent localement, dans leur quotidien, sur cette question, à travers des initiatives très concrètes, mais ils peuvent peser sur le politique. Et donc agir sur le fonctionnement démocratique, afin d’être entendus.

Habeck (vert) à l'élection bavaroise „La politique en Bavière doit changer“

Les électeurs en Bavière ont montré qu’ils souhaitaient une politique différente de celle d’avant, a déclaré Robert Habeck, co-président des Verts, au Dlf. Mais le Premier ministre Markus Söder (CSU) ne voulait tirer aucune conséquence des élections – car il devrait alors remettre en question sa propre politique.

Robert Habeck en conversation avec Silvia Engels

Silvia Engels: Les sondages avaient déjà vu les Verts en Bavière avant les élections et c'est ce qui est arrivé. Avec une bonne part de vote de 17%, ils seront la deuxième force la plus puissante. Ils avaient clairement indiqué à l'avance qu'ils n'écarteraient pas un gouvernement avec la CSU. En théorie, cela suffirait, mais la CSU a la possibilité de former un gouvernement avec les électeurs libres. – Robert Habeck est au téléphone. Il est l'un des deux présidents des Verts. Bonjour, monsieur Habeck!

Robert Habeck: Bonjour! – Je te salue.

Engels: Un record vert en Bavière, mais la CSU n'a pas besoin de vous pour un gouvernement. Êtes-vous déçu malgré la joie des chiffres?

Habeck: Non. Déçu n'est pas le bon mot. En outre, le dernier mot n'est pas encore prononcé. Le peuple bavarois a bien précisé une chose lors de l’élection: ne continuez pas comme avant. Je pense que c'est le signal qui va aussi loin que Berlin, soit dit en passant. Et tout ce que j'ai entendu de Söder ou de Seehofer, c'est: Continuons comme avant. C'est déjà une mentalité insensée qui éclate à présent. Cela ne rend certainement pas justice au résultat des élections, ce qui signifie toutefois que les politiciens ou la CSU dans ce cas, mais aussi les deux autres partis berlinois, la CDU et le SPD, ne savent pas comment le gérer. Nous verrons ce qui se passera, mais le mandat de changement est certainement sur la table. J'espère qu'il sera tiré.

Engels: Vous en avez parlé à nouveau. Vous avez également déclaré hier soir que le résultat de l'élection des Verts était un ordre de changement clair. M. Söder a répliqué en affirmant que la majorité bourgeoise en Bavière était toujours en place et il en a donc tiré le mandat électoral. Cela ne peut pas être complètement rejeté?

Habeck: Bien, bien sûr. M. Söder devrait alors s'interroger sur sa politique et peut-être même faire une analyse des erreurs. Bien sûr, il a plus de voix que les Verts, c'est parfaitement clair. À cet égard, le mandat de former un gouvernement est également avec lui. Personne ne le lui dit non plus. Mais si vous pensez qui a perdu et qui a gagné, ce que cela a été en Bavière, c’est vraiment un résultat électoral historique: la CSU n’a jamais été aussi faible, et les Verts, qui sont toujours un tel milieu, devrait être un petit parti de l’extérieur, après lequel le monde est devenu une force centrale.

Vous devez poser des questions. Je pense que cela a été effacé rapidement. On a simplement dit que cela serait inconfortable, que cela pourrait être trop critique, nous préférerions ne pas le faire. – Quelles conséquences ont été tirées de la soirée électorale? Non, je dirais. Non, zéro, nada. Cela ne rend pas justice à la justice et, par conséquent, j'estime que le traitement réservé aux anciens partis populaires avec ce résultat n'est pas juste.

„En termes de contenu, de personnel et de style, quelque chose doit changer“

Engels: Voulez-vous toujours mener des négociations de coalition en Bavière avec la CSU?

Habeck: On ne peut pas faire ça. Je pense que M. Söder nous invitera ou invitera les Verts de Bavière. Ils l'accepteront sûrement aussi. Et peut-être qu'il y aura un peu plus de perspicacité. Il y a certainement quelques personnes de plus dans la CSU que M. Söder, qui réfléchissent un instant à ce qui se passe.

Je voudrais dire qu'il ne s'agit pas principalement des Verts et de leur participation au gouvernement, mais qu'il s'agit avant tout de changer la politique en Bavière. C'est le vote qui vient de ce soir d'élection. En termes de contenu, de personnel et de style, quelque chose doit changer. Les gens ont été clairs. Si cela est simplement effacé, cela ne rendra pas justice à ce processus d'érosion des partis populaires et donc à la démocratie en Allemagne, ni ne l'arrêtera.

Français: Le processus d'érosion est un mot clé. Peu de gens disent maintenant que le renforcement des Verts en Bavière est finalement la perte du SPD, donc un jeu à somme nulle. De facto, vous ne recevrez pas le stock qui peut représenter la dissolution que vous demandez.

Habeck: Oui, mais l'analyse n'est pas correcte. Il est vrai que les partis populaires ou que le concept de parti populaire a apparemment trop peu de pouvoir contraignant pour inspirer les gens, pour la politique, pour le contenu de la politique, etc. Bien sûr, le SPD a un très mauvais résultat électoral, ce dont je suis vraiment désolé. Je veux dire que très sérieusement, complètement ironique. Ils sont aussi stupides et donc toujours amers.

Mais nous avons non seulement gagné du SPD, mais également de la CSU, et le SPD n’a pas perdu pour nous. C'est toujours plus complexe. Mais le résultat final sera: une politique qui dit: „viser et traverser, et essayer de niveler toutes les différences et de ce fait ne donne plus de réponses aux vrais défis de l’époque, qui dépasse les intérêts des gens, Une réponse doit être donnée. Je pense que pour le moment, mon parti peut contribuer à sortir de cette politique rigide. Quoi qu’il en soit, il faut apporter sa contribution et ce que j’ai appris de la Bavière hier, c’est: Non, nous nous croisons les bras.

On peut en effet fixer la barre: quel sera l'accord de coalition de la CSU et les électeurs libres diffèrent-ils de ce que la CSU a fait différemment. Je ne sais pas ce qu'ils représentent, les électeurs libres. Ça continue comme avant. C’est une coalition de la CSU avec elle-même, ce qui ne convient tout simplement pas à la journée historique de la Bavière.

„C'est une coalition de la CSU avec elle-même“

Engels: Vous avez déjà indiqué que ce résultat avait également un impact au niveau fédéral. Puisque nous voulons regarder maintenant aussi. Andrea Nahles, chef du parti SPD, a expliqué hier que la piètre performance du noir et du rouge au Bund était une des raisons du résultat des élections. Elle a clairement expliqué que quelque chose devait changer. Vous attendez-vous à une rupture de la Grande Coalition?

Habeck: En fait non. Bien sûr, je ne peux pas l'exclure. Tout le monde s'interroge sur la suite des choses à Berlin. Mais je pense que le choc venant de la Bavière était si fort ou que le tremblement de terre venant de la Bavière, dit-on, a été si puissant que rien ne se passe au début, que les gens s'accrochent simplement à ce qu'ils ont dans le sol les trous s'ouvrent et les gouffres s'ouvrent, et quiconque fait un pas maintenant peut bien y tomber. C'est à quoi ressemblera la pensée.

Mais encore une fois: pour Berlin aussi, le pouvoir contraignant des partis populaires, tel que nous les connaissions, n’est pas assez puissant pour stabiliser la politique. Vous devez changer quelque chose dans la forme et le contenu. Vous devez commencer à parler aux gens et pas au-dessus de leurs têtes. Après tout, tout ce qu'ils font à Berlin ou ce qui a été décidé dans la Grande Coalition n'est pas faux, mais les gens ne se sentent pas contrariés, et les grands défis ne sont tout simplement pas abordés.

Tout le monde sent simplement que cela se brise quand il fait chaud, et que la contribution à la protection du climat est nulle. Bien sûr, cela peut être prolongé à l'infini, ce qui a clairement été perçu lors de la campagne électorale bavaroise que les gens ont le sentiment de parler, de nous parler et de nous parler. Une fois encore, pour la troisième fois: le Parti du peuple en tant que „Nous sommes la réponse en nous-mêmes“, cela ne dérange plus.

Engels: C'est là que je veux commencer directement. Ensuite, nous le faisons concrètement. Si l'érosion des partis populaires se poursuivait, seriez-vous prêt pour une nouvelle exploration jamaïcaine en cas d'éclatement à Berlin?

Habeck: Nous sommes – nous avons, je crois, maintenant prouvé ces dernières années – toujours été prêts à assumer nos responsabilités et à enquêter. Mais en ce qui concerne le concret, je n’ai pas l’imagination aujourd’hui d’imaginer comment une troisième tentative sera maintenant faite à la législature. Je pense que vous devrez en parler, mais ce serait un changement tellement fondamental que le gouvernement aurait déjà pris une forme. Les partis doivent se réinventer dans la course pour faire quelque chose avec nous.

Honnêtement, je pense que cela ne fonctionnera pas, mais ce sera probablement une nouvelle élection. Mais ce n'est rien d'autre que je veux spéculer sur. Je ne veux pas de nouvelles élections, mais je souhaite que la politique commence enfin à reconnaître ce qui se passe et que cette laideur n’est plus à jour.

„Je ne veux pas de nouvelles élections“

Engels: Retour aux Verts encore. Le gouvernement fédéral n'a pas réussi à participer au gouvernement l'an dernier. Cela ne voulait pas le FDP. En Bavière, il n'y a probablement pas de grande perspective. Est-ce que cela pourrait également nuire à la stratégie du Parti Vert de montrer que vous êtes si disposé en premier lieu, que cela ne finira pas à la fin?

Habeck: Cela n'a rien à voir avec ça. La volonté de gouverner est en effet une forme de prise de responsabilité. Inversement, qu’en est-il si 10 à 15% des électeurs sortent du spectre de la démocratie, parce que l’AfD est si forte, que les partis ne peuvent en supporter plus, et que les Verts disent que nous en avons 20%, mais vous n’avez pas besoin de nous parler, nous préférerions rester dans l'opposition. Ce serait complètement absurde. Je crois que la condition préalable à tout est que toutes les parties sachent qu’en cas de doute, elles doivent être capables de se tenir ensemble et de pouvoir parler ensemble. Avec la force dont nous disposons en ce moment, nous devons le faire depuis le début. Ce n’est pas un désavantage pour nous, mais c’est parce que le mouvement est trop fort, que les partis établis, les anciens partis du peuple, ne savent pas comment gérer la dynamique. Ce n'est pas parce que nous sommes prêts à assumer nos responsabilités.

Les déclarations de nos interlocuteurs reflètent leurs propres points de vue. Deutschlandfunk n'endosse pas les commentaires de ses interlocuteurs lors d'entretiens et de discussions.

Plus sur ce sujet

Résultat des élections en Bavière La CSU victime de son propre succès

Landtag election Bayern Résultats historiques pour CSU et Verts

Réactions politiques fédérales à l'élection du Bayern Après le Bayern avant les élections à Hesse

Après les élections bavaroises Les partis populaires ont-ils un avenir?

Elle pourrait être intéressée aussi

Prev Next

La capitale de la Géorgie, Tbilissi
Publié il y a 175 ans La fin du roman „Les secrets de Paris“
Aperçu des sciences naturelles sur la pensée de Humboldt
Ice Age Comment cloner un mammouth?
Ramsauer (CSU) à l'élection bavaroise „Söder devrait accéder à la présidence du parti“
Le SPD après les élections au Bayern „Quelque chose doit se passer maintenant“
Habeck (vert) à l'élection bavaroise „La politique en Bavière doit changer“
Conférence sur l'asile en Grèce Montrer que les gens vont plus loin
Landtag election Bayern Résultats historiques pour CSU et Verts
Réactions politiques fédérales à l'élection du Bayern Après le Bayern avant les élections à Hesse
Résultat des élections en Bavière La CSU victime de son propre succès
Auslese promet et pièges du génie génétique
Prix ​​de la paix du marché du livre allemand „C'est ce qui nous unit!
Élection de Landtag en Bavière Face à face pour le CSU et le SPD – Bravo aux Verts
„Carmen“ de Bizet à Essen: carnage des sexes
Praga à Varsovie Quartier de la scène avec charme et contrastes sociaux
Professeur de technologie Quicker sur la vie sans déchets ("Zéro Déchet") Le taux de recyclage en Allemagne „est une merde unique“
Les élections en Bavière spéculent sur le jaune-orange-noir
Intervention du génie génétique en évolution
Egon Schiele peintre de l‘ exposition sur la souffrance humaine
La capitale de la Géorgie, Tbilissi
Publié il y a 175 ans La fin du roman „Les secrets de Paris“
Aperçu des sciences naturelles sur la pensée de Humboldt
Ice Age Comment cloner un mammouth?
Ramsauer (CSU) à l'élection bavaroise „Söder devrait accéder à la présidence du parti“
Le SPD après les élections au Bayern „Quelque chose doit se passer maintenant“
Habeck (vert) à l'élection bavaroise „La politique en Bavière doit changer“
Conférence sur l'asile en Grèce Montrer que les gens vont plus loin

 

L'humain et la créativité gages de réussite pour la transformation numérique

Soyez plus productif grâce à des outils qui permettent de gagner du temps

Le meilleur navigateur pour Vous!

MyNewsCenterNavigator

Sensibiliser, informer, promouvoir...

Nous sommes là pour que vos envies prennent forme...La nouvelle société..Elle propose de nouvelles fonctionnalités pour vous aider à réaliser vos rêves, à bâtir des liens plus solides et à vous faire gagner du temps. FranceWebBack pour tous!

Fournir la juste information au bon moment, à la bonne personne et à moindre coût est devenu crucial pour être performant, et ce, quels que soient la source et le format des contenus.

Stefan V.Raducanu et son temps -> créateur du nouveau monde..

Dipl.Ing Stefan Raducanu>> ingénieur électronicien, 30 ans d'expérience dans l'industrie électronique, auteur de 4 brevets d'invention, spécialiste en électronique de puissance et analogique,Fondateur de eGlobalNetwork, et FranceWeb

FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

TOUJOURS PLUS PROCHES DE VOUS

JUSTE UN MOT> FRANCEWEB & VOUS ! >FRANCEWEB lance un nouveau dispositif de communication>>POISSYSMARTCITY, Ville de demain, ville intelligente, ville connectée, ville numérique..De transport à l'éducation en passant par l'économie

Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu »FranceWebAsso,SocSav21,PoissySmartCity, Le Contenu,La Boîte de Ressources:COMMUNICATION,EVOLUTION,EXPERIENCE DIFFERENT,RACONTEZ VOTRE HISTOIRE,Il ne suffit pas de savoir, il faut aussi être connecté

Partagez ce qui vous inspire :

Brisez la routine et faites quelque chose de différent aujourd'hui, cela vous fera du bien.
« Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel »

COMMUNICATION EVOLUTION

EXPERIENCE DIFFERENT  

RACONTEZ VOTRE HISTOIRE

“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”

En cette fin d’été 2018, le monde vous paraît-il plus dangereux?

Plus dangereux ? Le monde est dangereux sur certains plans et dans certaines régions. Mais il n’y a pas de risque d’enchaînements automatiques, et nous ne sommes pas à la veille d’un affrontement général. Ce sont plutôt nos illusions (occidentales, européennes ou françaises) sur la « communauté internationale »  qui s’évanouissent les uns après les autres. A cet égard, Trump est autant un révélateur, une cause, qu’un facteur aggravant. Le plus dangereux c’est le compte à rebours écologique qui n’est pas assez pris au sérieux. Pour le reste en géopolitique : mer agitée à très agitée partout.

Il ne suffit pas de savoir, il faut aussi être connecté

 L'objectif est d'informer, conseiller, former, accompagner et préparer les usagers  en ce 21e siècle. Le contexte, Le global, Le multidimensionnel, Le complexe. Stimuler le plein emploi de l'intelligence générale des individus faisant appel à la connaissance du monde . Des solutions pratiques au quotidien.

Que vous soyez membre FranceWeb ou non, Chef de Projet d’un réseau social d’entreprise, Chief Digital Officer avec l’ambition d’offrir à chacun un espace de travail digital, ou encore dirigeant d’une entreprise que vous voulez rendre plus efficace grâce à davantage de collaboration, prenez part à cette journée riche en découvertes et échanges.

Ce Digital Summit a pour ambition d’apporter une vision et des clés pour réussir son projet de Digital Workplace. La majorité des entreprises l’abordent par différents angles : un intranet collaboratif, un réseau social d’entreprise, une GED collaborative, du social learning…

Nous aidons les entreprises à bâtir un projet cohérent sur le long terme, quelle que soit leur approche initiale. Nous les aidons à replacer l’humain au cœur de leur stratégie digitale : les clients et les employés. La Digital Workplace sert à la fois l’entreprise et les employés. Elle permet de transformer la façon de travailler ensemble efficacement. Elle doit avoir pour ambition de développer une véritable intelligence collective.

Réussir sa démarche de transformation numérique

L’avènement du numérique oblige les entreprises à se réinventer. Mais il ne suffit pas d’être une organisation « connectée » pour que les modes de travail et de management changent véritablement.

Animer la collaboration dans la durée

Un projet collaboratif et social ne s'arrête pas avec le déploiement d'une solution. L'accompagnement de nouveaux usages et de l'appropriation est nécessaire pour maximiser les bénéfices.

Dans notre monde marqué par une forte incertitude, le stratégies classiques de conduite du changement ne fonctionnent plus. Nous sommes passés de l’ère du changement émergeant, qui consiste à donner les clés aux équipes qui deviennent acteur d’un changement continu. Les réseaux sociaux peuvent se révéler de puissants alliés pour mettre en place ces stratégies : l’exemple de la transformation de FranceWeb viendra l’illustrer.

Intelligence collective : Les nouvelles expériences collaboratives

La transformation digitale est plus qu’une affaire de technologie. La plupart des problématiques d’un projet sont d’ordre relationnel. Pour être mené à bien, quelles que soient son échelle et sa nature, votre projet doit absolument tenir compte de l’humain.

Boostez votre communication grâce à une Digital Workplace

Gagner du temps dans vos recherches d’information, être mieux informé sur l'actualité, sécuriser vos décisions, mieux satisfaire vos clients… : découvrez les solutions  dédiées à votre performance.

 La Boîte de Ressources                                                                    

                                                                       Choisir une source :

Digital

Comment l’algorithme de LinkedIn est biaisé par les stalkers

 

Lire la suite

10:06 Écrit par franceweb dans 21CenturyWebArchive, Agenda 21, Agregator, Ailleurs sur le web, AlertInfo, Archive21stCentury, ArchiveWeb21, Art de vivre, Articles, Blog, Blogs, Citoyen, Communication & relations médias, Communiqués de presse, Community, Démocratie, Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu, eCitoyen, Electeur, Europe, Evénements, Exposants, France, FranceWeb, e-Globalnetwork, FranceWebAgency, International, L'électeur, Le Citoyen, Le Travailleur, LMathieuwebcollection, Ma Bibliothèque, Ma Tablette Magique, Madeleine et Stefan Raducanu de FranceWeb, Mobile, Monde, MyNewsCenterNavigator, OneGlobalLocal, Opinion, Organisme, Poissy Ville Connectée, PoissyWebCitoyen, PoissyWorldWide, Presse, Recherche, RemiFranceWeb,Editeur Internet,Infoproduits, Réseau, RessourcesPRO, Revue de Presse, Sharing, Smart Data Collective, Social Media Intelligence, SRU-Electronics, Stefand'Internet, StefandeFranceWeb, StefanV.Raducanu, Today, Un être culturel, We Are FWCitizens, Web,Web,Web, World, Yvelines | Tags : le pisciacaisdipl.ing.stefanv.raducanu, l’atelier du futur inspiration, rÉflexion, invention, un lieu différent et animé, pour mieux travailler ensemble, booster l’innovation et développer l’intelligence collective, mais aussi en tant que communauté mondiale.pour notre communauté, imaginez ce que nous pouvons faire ensemble, a la rencontre d’initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique, francewebasso, building global community, la boîte de ressources, socsav21, beau, bien, bon francewebback, fouille en dedans, c'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir, construisons-nous le monde que nous voulons tous, la terre est notre communauté virtuelle, la planète est mon village, francewebback, poissywebcitoyensmartcity, mynewscenternavigator, dipl.ing.stefan.v.raducanu, franceweb, encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir, tous, entrepreneurs de la connaissance, c'est un nouveau défi pour notre pays européen, gain de temps, simplicité et fiabilité informer, conseiller, communiquer, accompagner, partager, diffuser, decouvrir, reussir, le progrès exige maintenant que l'humanité se rassemble non seul, c'est encore plus facile ensemble. offrez le monde À votre entre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

23/11/2016

Que faire ? FranceWebAsso, Nous sommes l'Eternité, l'Infini, et l'Amour..«La terre est notre Communauté virtuelle».Présentation des projets de la nuit du numérique, « Le lien associatif est à l’origine des mutations de la société »

.Présentation des projets de la nuit du numérique

 

FW-pour-vous-et-avec-vous.gifPourquoi FranceWebAsso

Art de la photo_musical

FRANCEWEB un instrument d’intelligence collective ! Un état d'esprit

FRANCEWEB c’est d’abord et avant tout une attitude.

FWmultilingue.jpg

Une attitude face à Internet, aux bases de données, à l'accès à l'information.

Une attitude  face à nos membres et à nos partenaires. Une attitude face au progrès et à l'avenir.

1agld1r.gifVous devez créer une expérience utilisateur, imaginer des services dédiés pour engager une communauté, sourcer des informations auprès des internautes du monde en utilisant les réseaux sociaux.

Pour continuer de se développer, elle fusionne désormais avec le festival des idées. Plus grand, plus impertinent, plus percutant, le festival des idées est là pour challenger nos idées reçues et susciter un débat sur les transformations numériques de notre monde. 3poles.png

Devenez acteur de la transition numérique… participez au festival des idées Paris!

20150119_111932.jpg

Le sociologue Roger Sue est ­professeur à l’université Paris-Descartes - Sorbonne, et membre du Centre de recherche sur les liens sociaux (Cerlis). Il est aussi président du comité d’experts du réseau associatif Recherches & solidarités. Dans son dernier livre, La Contre-Société (Les liens qui libèrent, 250 p., 17 €), il explique ­notamment que l’explosion d’Internet et des réseaux sociaux est la conséquence de l’associativité dans la société.

Dans votre dernier essai, vous ­affirmez que c’est le lien associatif qui est à l’origine des profondes ­mutations de la société : de la multiplication des plates-formes numériques à la fragmentation du travail. N’est-ce pas l’inverse ?

Non. L’histoire industrielle montre que les technologies ne s’imposent jamais par hasard. Les tiroirs débordent de technologies qui n’ont jamais fonctionné, car elles ne correspondaient pas à des aspirations ou des besoins sociaux suffisamment ­développés.

La technologie Internet elle-même dormait un peu depuis une cinquantaine d’années. Elle avait été développée pour des raisons militaires et, tout d’un coup, elle émerge, embrase et sature un marché en très peu de temps, alors que c’est une technologie nouvelle, complexe et qui coûte cher. Et tout flambe, car le média met en relation les gens sur la forme, sur le mode dans lequel ils souhaitent échanger : le réseau, autrement dit l’associativité.

Le réseau est une conception ancienne. Saint-Simon est un associationniste du XIXe siècle. Un de ceux qui pensent l’associationnisme...

François Taddei

Clôture de la journée numérique
17 novembre à 17h30
Où : Université Paris Descartes, 21 rue de l’école de médecine, 75006 Paris, amphithéâtre Farabeuf

Biographie

Ingénieur devenu généticien, François Taddei, dirige une équipe Inserm à l’université Paris Descartes qui travaille sur l’ingéniérie des systèmes et les dynamiques évolutives. Il est un spécialiste reconnu de l’évolution et milite pour des approches interdisciplinaires tant dans la recherche que dans l’éducation.
Diplômé de Polytechnique, il est ingénieur en chef des Ponts, des Eaux et des Forêts, docteur en génétique et directeur de recherche à l’Inserm. Il est l’auteur de nombreuses publications dans des revues scientifiques internationales telles que Nature, PNAS, PLoS ou Science4. Participant à différents groupes de travail sur l’avenir de la recherche et de l’enseignement supérieur, François Taddei a notamment contribué à « France 2025 » (Diagnostic stratégique : dix défis pour la France), aux réflexions de la Commission européenne sur le rôle de la créativité dans l’éducation, à l’élaboration de la stratégie nationale de l’enseignement supérieur et au conseil d’orientation stratégique de France Universités Numériques.
Dans un rapport sur l’éducation remis à l’OCDE, François Taddei indique qu’au xxie siècle tout le monde doit avoir appris à apprendre, à coopérer, et à utiliser tous les savoirs disponibles, notamment ceux rendus accessibles par les nouvelles technologies. Il propose que les systèmes éducatifs s’inspirent de la « culture du questionnement », une nouvelle maïeutique 8, de meilleures pratiques internationales, et il soutient la création de lieux et d’outils dédiés au partage de l’expérience entre innovateurs. Il propose d’utiliser les nouvelles approches de science participative et de jeux de découvertes scientifiques pour ouvrir au plus grand nombre la formation par la recherche.
Fondateur avec Ariel Lindner du Centre de Recherches Interdisciplinaires, dédié aux échanges aux frontières entre disciplines, il y dirige une chaire de l’Unesco et de Sorbonne Paris Cité sur les sciences de l’apprendre, soutenue par un financement IDEFI des investissements d’avenir et dédiée à former ceux qui souhaitent réinventer les manières d’apprendre, d’enseigner et de faire de la recherche. Il dirige l’école doctorale Frontières du Vivant des universités Sorbonne Paris Cité, Paris Diderot et Paris Descartes qui accueille les étudiants désireux d’explorer les frontières entre disciplines et qui s’ouvre désormais aux frontières de l’apprendre et aux frontières des découvertes permises par le développement des nouvelles technologies. Avec Ange Ansour, il a initié le projet « savanturiers », à l’école de la recherche qui est déployé dans 20 écoles de la mairie de Paris depuis la rentrée 2013.
Pour ses recherches sur l’évolution et le vieillissement des bactéries, il a obtenu divers prix dont celui de l’Inserm, de la Fondation Bettencourt et le prix EURYI (European Young Investigator). Il est devenu Ashoka Fellow pour son rôle de porteur de changement dans le domaine de l’éducation et a été invité à faire de nombreuses conférences sur l’éducation comme à TEDxParis. Il a été nommé dans le dernier Haut Conseil de l’Éducation le 4 avril 2012 par le président du Conseil économique social et environnemental et siège dans les conseils scientifiques de la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire et d’Universcience.
Source : Wikipedia

1agld1r.gifContre le mur

L’événement transmédia

1agld1r.gifConférences

Les conférences partenaires

1agld1r.gifLa nuit du numérique, qu’est ce que c’est ?

1agld1r.gifJNUM 2015 - Présentation des projets de la nuit du numérique 1/2

1agld1r.gifJNUM 2015 - Présentation des projets de la nuit du numérique 2/2

Présentation des projets de la nuit du numérique par les étudiants

Liste des projets réalisés

Limi (grand prix du jury) est un système utilisant la réalité virtuelle afin de dé-dramatiser l’expérience des enfants dans les services de pédiatrie des hôpitaux : l’enfant est à tout moment accompagné d’un compagnon virtuel qui l’aide à appréhender les soins médicaux sans stress.

Trust your hand (prix technologique du jury) propose d’améliorer la formation continue des chirurgiens en instaurant un système de coaching en live des praticiens grâce à l’utilisation de lunettes en réalité augmentée.

Tildia (prix spécial du jury) est un plugin qui s’ajoute aux réseaux sociaux pour permettre aux étudiants de valoriser leurs expériences extra-scolaires en rassemblant toutes les traces de ces activités grâce au signe tilde.

Digital Village (prix du public) est un jeu vidéo social à l’échelle des résidents d’un immeuble : chacun des habitants incarne un personnage du jeu et reçoit des missions qui le mettront en contact avec ses voisins.

Power cup part du principe de mettre en concurrence les résidences universitaires pour leur permettre de réduire leur facture énergétique. La résidence du campus qui consomme le moins gagne la coupe imprimée en 3D qui retrace le suivi de sa consommation !

Minority RePresque est une plateforme permettant de collecter et de partager des tutoriels. Couplée avec des lunettes de réalité virtuelle, elle permet à l’utilisateur de fabriquer lui même ce dont il a besoin en étant aidé à chaque étape.

Can est une application mobile permettant de scanner les produits et ainsi d’avoir des informations sur l’empreinte écologique de ceux-ci.

1agld1r.gifLe festival des idées Paris – qu’est-ce que c’est ?

1agld1r.gifJNUM 2015 - HP Classe Mobile pour l'université

30 experts pour des solutions concrètes

Et si l’on agissait au lieu de s’agiter ? En matière d’inégalités, l’écart entre les discours et les actes est trop grand. L’ouvrage de l’Observatoire des inégalités donne la parole à des chercheuses et chercheurs qui travaillent au quotidien sur ces questions depuis des années. Certains viennent de publier leurs premiers travaux, d’autres y ont consacré toute leur carrière professionnelle. De l’école aux revenus, en passant par les services publics, la santé ou les inégalités entre les femmes et les hommes, ils dessinent leur champ des possibles.

Économistes, sociologues, juristes, philosophes, démographes : l’ouvrage « Que faire contre les inégalités ? 30 experts s’engagent » rend justice à des travaux trop souvent méconnus des responsables politiques. Des chercheurs qui « trouvent », on en trouve pour peu que l’on cherche. Si ces femmes et ces hommes étaient autant écoutés que les pseudo-experts des plateaux télé, leurs propositions pourraient nourrir des politiques publiques plus conformes aux attentes de la population et redonner du sens à la politique.

A quelques mois de l’élection présidentielle, ce « Que faire ? » n’est pas un bréviaire du militant de l’égalité, un discours-programme de parti politique. Ses contributeurs ne se sont pas concertés, ne sont pas toujours d’accord entre eux et l’Observatoire des inégalités ne partage pas nécessairement chacune des idées avancées. Mais ils partagent le sentiment qu’il est urgent de faire un pas en avant et de débattre sur les moyens d’avancer. Nous avons voulu ouvrir une boîte à idées, qui demande à être complétée au gré de l’avancée des travaux des spécialistes, de l’actualité des inégalités. Ce nouvel ouvrage s’adresse à toutes celles et ceux qui souhaitent plus d’égalité dans les faits. Et, bien sûr, à celles et ceux qui nous gouvernent et qui ont les moyens d’agir.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu