Avertir le modérateur

09/10/2019

« bon modèle »pour massacrer en toute impunité l’économie, l’environnement et les populations.Investir dans les Start-ups,avec PoissySmartCity,..Si seulement les mauvais modèles disparaissaient…

Si seulement les mauvais modèles disparaissaient…
C’est un autre débat mais il est indispensable de creuser la question des règles et régulations implicites ou explicites, libérales ou étatiques de façon moins manichéenne pour expliquer pourquoi autant d’acteurs économiques n’ont pas besoin d’un « bon modèle » pour continuer à massacrer en toute impunité l’économie, l’environnement et les populations.
La paupérisation des uns et l’enrichissement des autres derrière « l’uberisation » de la société (notamment) mérite une exigeante vigilance.
C’est donner trop d’importance à l’Etat que de lui attribuer autant de pouvoir de nuisance. La contribution de Hugues Chevalier montre bien, par exemple, le rôle des banques. L’Etat a sa part ni plus ni moins et il est urgent de creuser sans faiblesse la question des règles du jeu et de la régulation au delà des dogmes pro ou anti Etat.
J’accepte de perdre (ou de gagner) au Monopoly parce que c’est un jeu et je n’accepte pas que ma vie soit incluse de force dans un Monoply mondial dans lequel les règles ne sont pas toutes écrites et pas toutes contrôlées démocratiquement.
Nous devons penser et faire vivre des régulations qui d’un coté nous préservent de la sauvagerie quand certains sont « 1000 fois » plus puissants que d’autres et des régulations qui, d’un autre coté ne génèrent pas un conformisme et une paralysie morbide qui empêchent les ruptures inévitables et créatrices.

Jerome lesueur

Bonjour.
Je ne suis pas personnellement en désaccord avec cette rupture dans le marché dès taxi, mais je suis surpris que vous n’évoquez pas vraiment la question du coût des licences des chauffeurs de taxis qui biaisent forcément la concurrence. Vous ne proposez pas de modalité d’alignement de ces deux systèmes dans un sens ou un autre.
Enfin, je ne comprends absolument pas comment vous pouvez citez deux fois que les chauffeur VTC sont forcés à prendre cette activité par Pole emploi. Pour le coup c’est juste mensonger. Si Pole emploi pouvait forcer des personnes à accepter un emploi quel qu’il soit cela se saurait. Les VTC étant par la force des choses des solutions d’activité, elles peuvent être citées dans les pistes de reprise d’activité rien de plus.
Je ne vois pas l’intérêt d’aller mêler Pole emploi à votre propos.

Pingback: Ce qu'une conversation avec mon chauffeur Uber ...

« certains sauront bien gérer leur affaire, d’autres non »
« si leur modèle n’est pas bon, ils disparaîtront et ils seront remplacés par d’autres »
Une sorte de sélection naturelle où la jungle est économique.
Qu’est-ce que vous proposez pour ceux qui gèrent mal leur affaire ou sont « remplacés » ?

  • Rien. Pourquoi devrais-je proposer quelque chose?

    Hugues Chevalier

    Effectivement, pourquoi proposer quelque chose, alors qu’un processus schumpeterien est à l’oeuvre: le remplacement d’une activité couteuse et peu performante au profit d’une activité moins couteuse et plus performante.

    A l’intention de Jérome Lesueur et de tous. J’esquissais à mots couverts dans ma précédente intervention l’issue de l’affaire. Les banques qui financent les licences et les voitures des chauffeurs de taxis sentent désormais le vent tourner. Certes, la concurrence des VTC et Uber fait pression. Mais il y a une autre donnée pour les banques: un prêt de 240 000€ à un taxi pour financer le départ de son activité, c’est pour la banque du capital immobilisé. Un VTC qui fait payer son client par mode électronique et carte bleue, c’est un flux d’argent intéressant pour la banque qui le fait « tourner » sur les marchés mondiaux, le temps de créditer le compte du chauffeur: c’est de la liquidité. Un banque préfèrera toujours la liquidité, plus rémunératrice que l’immobilisation du capital.
    Il en ressort que les banques sentant le vent tourner freinent désormais pour prêter à l’achat de licences. D’ailleurs, le prix de ces licences est en train de baisser. Le modèle économique des taxis (un gros endettement et de « l’évaporation ») est donc remis en cause par les banques qui l’ont soutenu jusqu’à présent.

    Désolé de le dire aussi clairement, les chauffeurs de taxis sont les pigeons
    de ce modèle économique: la valeur de la licence dont ils escomptaient la revente pour leur retraite s’amenuise. Mais il devront quand même rembourser cette licence à la banque jusqu’au dernier sous. On peut comprendre leur détresse.

    Il n’y aura pas de modalités d’alignement entre taxis et VTC car un processus schumpeterien est en marche. Le mot de la fin sera aux banques et aux VTC. Je serais chauffeur de taxis, je m’empresserais de vendre ma licence (s’il y a encore un pigeon pour acheter), de rembourserais la banque par anticipation, puis je m’installerais en VTC.

    Donc, la profession de chauffeur de taxi va s’étioler. D’autres formes sont en train de prendre sa place. C’est le seul alignement possible.

    Quelle solution pour les inégalités sociales ?

    Richard Wilkinson donne une conférence sur les inégalités sociales.

    Investir dans les Start-ups

    Pourquoi continuer à souffrir à cause des hallux ou dépenser une fortune en pseudo-correcteurs inefficaces, puisque vous pouvez de façon rapide, naturelle et économique récupérer des pieds beaux et efficaces ?

    L'efficacité de Buniduo Gel Comforta étéprouvée de manière irréfutable par le centre de recherche américain de Stanford. Le prof. Saboureau reçoit sans cesse des prix pour ses travaux de recherche, ainsi que des critiques favorables d'experts en orthopédie et podologie du monde entier.

    La bonne nouvelle est que, vous pouvez obtenirBuniduo Gel Comfort pour la participation au Club Réductions avec un financement de 53 €moins cher. L'offre spéciale est valable jusqu'à la fin du mercredi 9.10.2019. Le séparateur pour les hallux peut être obtenu via le site Internet ci-dessous.

    Cliquez ici pour obtenir un séparateur avec un financement et vous débarrasser des hallux en 28 jours >>

    Offre spéciale valable jusqu'au mercredi 9.10.2019

08/10/2019

PoissySmartCity.Start an Advertising Agency.. Seniors Working

Internet Business, 50 Best Small Business Investment Opportunities in Denmark...

MyNewsCenterNavigator, Anywhere, Anytime, Anydevice, Easy to use, Easy to Install, Easy to Learn,Put the World's News at your fingertips 24 hours a day,Your instant Connexion to Local, National and World News,One Planet. One Network.Infinite possibilities.

Culture de coopération et des réseaux 

PARTAGER - REPERERSELECTIONNER - REUSSIR !

LOCAL - REGIONALNATIONALINTERNATIONAL

  Un "Réseau étendu " de Partenaires pour répondre le plus largement à vos besoins. conçu dans la Logique du Partenariat "
Ensemble créons de la valeur

Connectons nos savoirs sur votre avenir

Collaborate, Communicate, Connect...24/7/365.

The Infinite Archive. Storing bits for 100 years.

myarchive21century,today's headlines,francewebasso*,mynewscenternavigator,breaking news from around the world,economie,technologie,sciences,sports,loisirs,politics...better access to all sources...

FranceWebSelection

Know why, Know who, Know where, Know what.

Make anything possible

Collaborer ! Anticiper ! Innover !

Dipl.Ing.StefanV.Raducanu veille pour vous: économie,technologie, societal

''NewsCenterNavigator''

Images SRU-Electronics International Research

Je pense que je peux donner de l'énergie aux gens grâce à ce que je fais.

Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel

La chose la plus importante, est de s'assurer que vous êtes heureux.

C'est fantastique et je veux continuer de le faire.

 3smartphones.jpegPut the World's News at your fingertips 24 hours a day. Get ahead of the world's emerging stories,All global sources in one app!

Where can you find the knowledge to expand your Internet experience? It's just a click away ! 

MyNewsCenterNavigator, Anywhere, Anytime, Anydevice, Easy to use, Easy to Install, Easy to Learn,Put the World's News at your fingertips 24 hours a day,Your instant Connexion to Local, National and World News,One Planet. One Network.Infinite possibilities

socsav21,sru-electronics,francewebasso,poissysmartcity,mynewscenternavigator,dipl.ing.stefan v.raducanu,dines,uipath1341760684876.jpg  Dans un monde multipolaire, ce n’est plus la puissance qui fait le rang, mais l’influence et la capacité d’alliance» FranceWeb, le meilleur partenaire qui s'impose aujourd'hui, trouvez votre place dans le Réseau e-GlobalNetWork., local, régional, national,

L’imagination, le moteur du changement

"C'est comme la vie: ça change constamment." 

C’est l’inspiration qui nous fait grandir!

Avec le n°1 mondial de la collaboration en ligne.

50 Best Small Business Investment Opportunities in Denmark

 

07/10/2019

Trois règles pour les radicaux qui veulent transformer leur organisation..travailler sur les modèles mentaux..croyances, hypothèses, bonne pratiques, traditions, etc, partir de ce qui existe, s’engager avec les autres.

Partir de ce qui existe, s’engager avec les autres.

"Je veux un "MyNewsCenterNavigator,"pour chaque personne.

PoissySmartCity&FranceWebAsso avec MyNewsCenterNavigator..FranceWebSelection,Tout sur les compléments de revenu et l'apport d'affaires, Make anything possible,Know why, Know who, Know where, Know what.socsav21,sru-electronics,francewebasso,poissysmartcity,mynewscenternavigator,dipl.ing.stefan v.raducanu,dines,uipath

FWp1-partenaire-communicati - Copie - Copie.jpgOffre-Stefan Raducanu.pdf

Message de Stefan Raducanu.pdf

Innovation,Innovations,FranceWeb c'est Vous !>Communication, Exposants, Partenaires,Dans le monde avec ''MyNewsCenterNavigator'',

Exploiter les atouts de chaque portail FranceWebAsso

citation-stefan-raducanu-1306973.pngPartagez ce qui vous inspire : Brisez la routine et faites quelque chose de différent aujourd'hui, cela vous fera du bien

L'objet social d'une société>> Un pour Tous>Tous pour Un>Chacun pour Soi>Solution ?:>SocSav21,> C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous ! > Modèle d'un monde auquel chacun souhaite appartenir

FRANCEWEB « Le réseau moteur de la e.fertilisation »

«créativité collective»« l’économie collaborative »

Pour Vous et avec Vous!

  Venez nous rejoindre.

Offrez Le Monde A Votre Entreprise    

Gain de temps, simplicité et fiabilité 

Les  sites d'information et de services B2B - B2C et B2X édités par FRANCEWEB proposent aux internautes un contenu à forte valeur ajoutée et permettent aux annonceurs qui le souhaitent de toucher la plus grande  communauté  de  décideurs et de professionnels.

COOPERER -INTEGRER-ECHANGER-RENFORCER

Culture de coopération et des réseaux 

PARTAGER - REPERERSELECTIONNER - REUSSIR !

LOCAL - REGIONALNATIONALINTERNATIONAL

  Un "Réseau étendu " de Partenaires pour répondre le plus largement à vos besoins. conçu dans la Logique du Partenariat "
Ensemble créons de la valeur

Connectons nos savoirs sur votre avenir

Collaborate, Communicate, Connect...24/7/365.

The Infinite Archive. Storing bits for 100 years.

myarchive21century,today's headlines,francewebasso*,mynewscenternavigator,breaking news from around the world,economie,technologie,sciences,sports,loisirs,politics...better access to all sources...

FranceWebSelection

Know why, Know who, Know where, Know what.

Make anything possible

Collaborer ! Anticiper ! Innover !

Dipl.Ing.StefanV.Raducanu veille pour vous: économie,technologie, societal

''NewsCenterNavigator''

Images SRU-Electronics International Research

Je pense que je peux donner de l'énergie aux gens grâce à ce que je fais.

Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel

La chose la plus importante, est de s'assurer que vous êtes heureux.

C'est fantastique et je veux continuer de le faire.

 3smartphones.jpegPut the World's News at your fingertips 24 hours a day. Get ahead of the world's emerging stories,All global sources in one app!

Where can you find the knowledge to expand your Internet experience? It's just a click away ! 

MyNewsCenterNavigator, Anywhere, Anytime, Anydevice, Easy to use, Easy to Install, Easy to Learn,Put the World's News at your fingertips 24 hours a day,Your instant Connexion to Local, National and World News,One Planet. One Network.Infinite possibilities

socsav21,sru-electronics,francewebasso,poissysmartcity,mynewscenternavigator,dipl.ing.stefan v.raducanu,dines,uipath1341760684876.jpg  Dans un monde multipolaire, ce n’est plus la puissance qui fait le rang, mais l’influence et la capacité d’alliance» FranceWeb, le meilleur partenaire qui s'impose aujourd'hui, trouvez votre place dans le Réseau e-GlobalNetWork., local, régional, national,

L’imagination, le moteur du changement

"C'est comme la vie: ça change constamment." 

C’est l’inspiration qui nous fait grandir!

Avec le n°1 mondial de la collaboration en ligne.

Trois règles pour les radicaux qui veulent transformer leur organisation

Il y a des livres qui frappent par leur pertinence dès les premières pages. Rules for radicals est de ceux-là. Écrit par Saul Alinsky dans les années 70, c’est la bible des radicaux. Alinsky écrit avec un seul objectif: fournir un ensemble de règles pratiques pour éviter que son camp politique (la gauche) ne se réfugie dans la rhétorique stérile et devienne par là-même incapable de véritablement changer la société. Même s’il écrit pour des activistes politiques, son analyse et ses règles sont valables pour tous les radicaux, y compris ceux qui veulent transformer les organisations de l’intérieur.

Première règle: travailler sur les modèles mentaux. Même s’il n’utilise pas ce terme, Alinsky montre que tout changement doit d’abord se faire dans la tête. Il faut pouvoir regarder le monde avec une nouvelle perspective. Pour changer le monde, il faut donc d’abord changer les esprits. John Adams l’avait déjà dit de la révolution américaine: « la Révolution était faite avant que la guerre ne commence; elle était dans les cœurs et les esprits du peuple. » Dans une organisation paralysée par un environnement en rupture, le travail de transformation doit ainsi absolument commencer par une remise en question des modèles mentaux qui président à son fonctionnement: croyances, hypothèses, bonne pratiques, traditions, etc. c’est à dire tout ce qui concourt à former la vision du monde et de son industrie par les collaborateurs et l’organisation dans son ensemble. Sans cette remise en question, la transformation ne se fera qu’en surface. L’ignorance de cette règle explique pourquoi la plupart des programmes de transformation se focalisent sur des actions et des processus en laissant le cœur identitaire inchangé.

Viva la revolucion (Source: Wikipedia)

Deuxième règle: partir de ce qui existe. Alinsky écrit: « En tant qu’organisateur, je pars de là où le monde est, tel qu’il est, et non tel que je le voudrais. Que nous acceptions le monde tel qu’il est n’affaiblit en rien notre désir de le transformer en ce que nous croyons qu’il devrait être – il est nécessaire de commencer là où le monde est si nous voulons le transformer en ce que nous croyons qu’il devrait être. Cela signifie travailler dans le système. » En cela Alinsky s’oppose aux idéalistes qui ne cessent de disserter sur un monde idéal en se désintéressant de la réalité. L’efficacité de l’action radicale est affaiblie par le désir d’un changement instantané et dramatique qui s’avère contre-productif au final.

Transposé dans le contexte organisationnel, on comprend qu’il faut donc opérer un retournement radical: au lieu de consacrer son énergie à parler de ce que l’organisation sera demain, dans longtemps, ce qui permet de raconter n’importe quoi, il faut retourner à aujourd’hui et bien comprendre d’où on part. Cela nécessite une discipline et n’est pas forcément glamour, mais une incompréhension de la situation de départ fait que l’on va construire sur du sable et, au final, ne resteront que des actions de communications certes impressionnantes mais sans réel impact sur l’organisation.

Troisième règle: s’engager avec les autres. Il est tentant, face à un monde qui nous répugne, de nous retirer. C’est ce que font nombre d’intellectuels qui de nos jours se moquent des travers du management du haut de leur tour d’ivoire, sans prendre la peine d’aller sur le terrain comprendre vraiment ce qui se passe et pourquoi cela se passe. Pour le collaborateur d’une organisation frustré par l’immobilisme et par les travers d’un management parfois ubuesque, la tentation est dans le désengagement, voire la démission. C’est ce que l’on observe massivement dans les grandes organisations aujourd’hui. Pour Alinsky, celui qui ne se résigne pas et veut « faire sa part », selon son expression, doit travailler avec une approche sociale, c’est à dire aller vers les autres et se mettre d’accord avec eux. Sur quoi? Eh bien règle n°1: se mettre d’accord sur une vision du monde, sur un nouveau modèle mental. Alinsky est catégorique: se connecter aux autres est impératif au point qu’il écrit ainsi que si le radical se rend compte qu’avoir des cheveux longs instaure une barrière psychologique empêchant la communication avec les gens qu’il a besoin de convaincre, il se coupera les cheveux sans hésitation.

La clé du changement, qu’il soit politique ou au sein d’une organisation, réside donc dans la capacité pour un individu d’aller susciter un engagement de parties prenantes dans son projet. Cet engagement se fait à partir de ce qui existe, de ce sur quoi on peut se mettre d’accord, c’est à dire avant toute chose sur une vision du monde, un nouveau modèle mental.

Ce qui est intéressant, et certains lecteurs l’auront bien-sûr noté, c’est la similitude des règles d’Alinsky avec les principes de l’effectuation, la logique d’action des entrepreneurs mise en avant par la chercheuse Saras Sarasvathy. Bien qu’écrits dans un contexte d’entrepreneuriat, ces principes disent exactement la même chose: les entrepreneurs créent de nouveaux marchés, de nouveaux produits et de nouvelles organisations en partant de ce qu’ils ont sous la main, en s’associant avec des parties prenantes, et en créant le monde qu’ils veulent, pas celui qui est prédit par d’autres. En ce sens, les entrepreneurs sont des radicaux comme les autres, simplement ils exercent leur action radicale sur des marchés, et non dans le domaine politique. Mais le résultat est le même: avec ces principes, ils changent notre façon de voir le monde. AirBnB nous fait trouver normal d’avoir un étranger qui couche dans notre salon, ce qui nous semblait inimaginable il y a seulement quelques années.

Aussi bien Alinsky que Sarasvathy mettent donc en avant des principes simples et universels pour les radicaux qui veulent changer le monde, et il est temps que les radicaux qui subsistent au sein des organisations, et qui souhaitent y rester, les adoptent. Ce-faisant, ils pourront quitter la posture protestataire si sympathique mais si stérile et si dangereuse et commencer à, vraiment, faire bouger leur organisation.

L’ouvrage de Saul Alinsky « Rules for radicals« . Pour en savoir plus sur comment les principes de l’effectuation peuvent être mobilisés pour transformer l’organisation, lire la série d’articles que j’ai consacrée au sujet: Le leadership effectual ou les 5 principes de la transformation: 1) Démarrer avec ce qu’on a. Pour une introduction rapide à l’effectuation et ses principes, lire Effectuation: Comment les entrepreneurs pensent et agissent… vraiment.

7 réponses à “Trois règles pour les radicaux qui veulent transformer leur organisation”

  1. J’avais gardé dans mes notes un texte un peu similaire
    -1- Travailler sur les modèles (dans sa tête): remise en question des schémas mentaux qui président au fonctionnement de la société: croyances, hypothèses, bonnes pratiques, traditions, etc. tout ce qui concoure à bouleverser son cœur identitaire.
    -2- Considérer l’existant: le monde tel qu’il est, et non tel qu’on le voudrait, donc travailler à l’intérieur du système (le noyauter)
    -3- S’engager ensemble: recruter des adeptes et faire corps quelles que soient les décisions communes prises à la majorité des membres du clan . . . (après force libations et/ou hallucinos ?)

    nb. si le rad(soc)ical se rend compte qu’avoir des cheveux longs inhibe son vis à vis qu’il veut convaincre, il coupera ses cheveux tout de suite.

  2. Je pense que l’air-bed dans un coin du salon n’est qu’une faible partie du business et qu’il n’y a au fond pas grand monde qui aime cela! On est plus dans une logique de rendement financier classique d’une offre meublée touristique rendue possible par l’aisance à contourner les taxations.
    Ce qui relativise le changement du monde: Business as usual, mais en mode pirate des politiques de taxation des états.

  3. à moins que la radicalité ne soit un MM et que la rebellion ne soit le but !

    Comment faire changer les modèles mentaux ? Faut-il s’inspirer des méthodes des religieux prosélites ? Peut-on le faire sans manipulation ? C’est souvent très résistant, un MM… plus tétu que le réel.

    • C’est très difficile en effet. la manipulation est une manière (cf Edward Bernays aux US ou Goebbels en Allemagne nazie) mais on peut aussi amener les gens à examiner eux-même leurs modèles et à jouer avec. C’est ce que j’essaie de faire…

  4. L’état peut ce permettre ce genre de manipulation, passant de « c’est pour votre bien » à « c’est moderne » (s’il y a un « argument » dépourvu de contenu rationnel, c’est bien celui là…) pour finir par ce que les «veaux » (de Gaulle dixit) ont compris depuis le début : « c’est comme ça et pas autrement ». Le rouleau de barbelé est le meilleur ami du révolutionnaire, il faut juste le présenter comme une solution « du dernier recours »…

    À l’inverse, si nos « réformateurs » s’était documentés, par exemple, sur la qualité totale (V.O. Toyota, et non les « versions dévoyées pour PDG français » de nos consultants), ils sauraient que, quand on invente une nouvelle organisation, les deux premières procédures à écrire sont
    1) que fait-on quand un évènement néfaste non anticipé par une procédure se produit ? (réponse Toyota : « arrêter la chaîne, jusqu’à ce que la procédure fautive soit modifiée »)
    2) comment supprime-t-on ou modifie-t-on une procédure défectueuse ? (et avec toute la fabrication arrêtée – plutôt que de remplir la poubelle – il y a une certaine motivation…)
    Seulement voilà… un Révolutionnaire digne de ce nom ne fait jamais d’erreur, surtout s’il est Chef (règlement du Chef, article 3 : « même si le Chef n’a pas raison, l’article 1 s’applique »)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu