Avertir le modérateur

03/05/2016

Les bonnes pratiques du click-to-call, Avec Odigo WebCall, donnez à vos clients la possibilité de vous appeler directement depuis leur navigateur web.

Les clients ne sont pas totalement autonomes sur les sites web, certains d'entre eux ont besoin de réassurance, donc de contact avec un humain pour transformer leurs achats.

La solution Odigo WebCall connecte simplement votre site web à votre centre de contact. Pour les clients, c'est une véritable proposition de mise en relation immédiate. Sans attendre, sans changer de terminal et sans rien installer, ils sont instantanément mis en relation avec un conseiller qui pourra partager du contenu voire les assister dans leur navigation grâce au cobrowsing.

 

15/09/2015

Stefan de France>SRU-WebCollection> MyNewsCenterNavigator> TheBestWeb'sGallery>Google’s self-driving car push spurs hiring spree at automakers

1341760684876.jpg stefan de france,sru-collection,mynewscenternavigator,thebestweb'sgallery,dipl.ing.stefanv.raducanu

FRANKFURT German premium carmakers BMW (BMWG.DE), Mercedes-Benz (DAIGn.DE) and Audi (NSUG.DE) are snapping up software experts as tech firms such as Google (GOOGL.O) threaten to outflank them in the race to develop a self-driving car.

Software expertise has become a new battleground for automakers and tech firms as cars need lines of code to connect electric car motors to batteries, talk to smartphones or activate brakes when a radar system detects an obstacle ahead.

Without beefing up their digital expertise, German automakers will struggle to offer new premium features such as autonomous driving and car-sharing services to compete with new rivals such as Google and Uber [UBER.UL].

“What car companies are doing is hiring people generally from outside automotive. Some companies a few years ago didn’t have a connected car department. They all have that now,” said Malcolm Earp, chief executive at Magma People, a specialist automotive recruitment company said.

In August, BMW, Audi and Mercedes said they would pay about 2.5 billion euros ($2.8 billion) to buy Nokia’s maps business, beating out high-tech rivals for location services seen as key to the future of self-driving cars.

In September last year, Daimler bought Daimler bought mytaxi and RideScout, two smartphone applications that will help the maker of Mercedes-Benz limousines provide services to people who do not own cars.

 In the latest example of cross-pollination between the tech and car sectors, Google named auto veteran John Krafcik, the former chief executive of Hyundai Motors America (005380.KS) as chief of its self-driving car project. 

MORE JOBS

 The tech focus for premium carmakers means that despite a general drive to cut costs and boost margins amid a slowdown in China, the world’s largest car market, they are adding staff to stay in the digitization race.

 BMW’s workforce rose 6.2 percent to 119,489 at the end of June, from 112,500 a year earlier. The Bavarian automaker said it will continue to recruit staff in 2015 to help “the advancement of new technologies, including the ever-increasing scale of digitalization”.

 Bavarian rival Audi, the premium brand owned by Volkswagen (VOWG_p.DE), said its workforce had increased by 8 percent between January and June to 81,640 staff.

Audi plans to add another 6,000 staff “primarily to support the development of pioneering technologies as well as for the expansion of our international sites”. 

Mercedes parent company Daimler said headcount rose 1.6 percent in the first half of the year to 284,441 and overall headcount will rise this year from 2014.

The Stuttgart-based maker of luxury cars and trucks remains on the lookout for expertise in data analysis.

In June, Daimler Trucks bought telematics provider Zonar Systems Inc. to help roll out satellite-based connectivity services for fleet operators such as remote diagnostics.

“The automotive industry is facing a big disruption through connectivity and connected driving technologies. These features will become an important source of differentiation,” said Andreas Tschiesner, head of McKinsey’s automotive practice in Germany. 

(Editing by David Clarke)

Article source: Article Source

18/07/2015

Stefan de France, On parle de plus en plus de la « Maison-Europe ». On parlera de plus en plus de la « Maison-Terre ».Il est temps d’ouvrir nos yeux et de nous souvenir que seul l’Amour construit.

marcel perrier,moutiers,stefan de france,francewebasso,communiquer,maison-terre,humaniser l'economie

marcel perrier,moutiers,stefan de france,francewebasso,communiquer,maison-terre,humaniser l'economieN'est pas vieux celui qui porte dans son coeur un amour toujours ardent

vision2021,marcel perrier,moutiers,stefan de france,francewebasso,communiquer,maison-terre,humaniser l'economieN'est pas vieux celui qui conserve sa foi en lui-même, celui qui vit sainement, avec la conviction que pour le coeur, il n'y a pas d'âge

Communiquer, c’est aimer.

Les hommes sont des êtres de relations.

Chacun existe avec les autres, par eux et pour eux….

Toutes ces techniques nouvelles nous permettent de communiquer la vie, les événements, les projets et les fêtes. Elles nous permettent de connaître le monde magnifique et dramatique, toujours à secourir, à développer et à construire. Mais les écrits, les sons et les images ne suffisent jamais. La communication n’est pas automatique. Elle a besoin, non seulement de techniques, mais des oreilles qui écoutent, des yeux qui regardent, des cœurs qui s’émeuvent, des volontés qui s’engagent. Les développement de masse-médias exigent aussi la formation des cœurs qui désirent solidarité et communion. C’est bien pour cela que les services nationaux de la communication nous proposent une semaine  de réflexion sur le thème «  Communiquer c’est aimer ».  L’amour devrait animer tous les moyens de communication.

Il faut aussi, en tout et pour tout cela chercher la vérité. Le mensonge divise. La vérité partielle ou partiale trouble les rapports. Seule la vérité permet la vrai rencontre. La vérité cherchée, écrite proposée est une condition de l’harmonie, sociale et internationale. Ici « Amour et Vérité se rencontrent ».

Notre monde est magnifique, par les beautés de la nature et des arts, les fêtes et les exploits scientifiques et sportifs, l’espoir, l’espérance et l’infatigable solidarité…

Notre monde est aussi dramatique : jamais, devant le confort, la santé, l’argent, la culture, les écarts ont été aussi grands entre les personnes et entre les peuples. Luxe, précarité et misère se côtoient partout. Les situations d’injustice finissent toujours par engendrer la révolte.

La colère des pauvres des pays riches, associé à la colère des pauvres des pays pauvres, pourrait donner l’explosion la plus violente de l’histoire.

Sur notre planète, la solidarité est devenue la première des urgences.

Allons-nous attendre que cette solidarité nous soit imposée ? Il est temps d’ouvrir nos yeux et de nous souvenir que seul l’Amour construit. Les exploits de la technique sont immenses, ils n’ont pourtant jamais empêché l’exploitation. Croyons-nous aux exploits de l’Amour , y compris dans l’économie ?

L’économie est l’art de bien gérer la maison. On parle de plus en plus de la « Maison-Europe ». On parlera de plus en plus de la « Maison-Terre ».

L’art de bien gérer la maison ne peut consister à faire marcher les hommes comme de simples producteurs ou comme d'avides consommateurs. Bien gérer la « Maison-Terre », c'est trouver le rapport juste entre la propriété privée et destination universelle des biens du monde pour que tous les hommes soient libres, créateurs et solidaires. Mais nous voilà pris dans le tourbillon mondial de la compétition. La compétition...ce mot est employé surtout dans le sport. Cyclistes et skieurs ont tous réalisé pratiquement le même exploit... Mais ceux qui sont derrière, n'existent presque pas dans l'opinion et dans l'attention publique. On ne s'intéresse qu'aux premiers. Certes la compétition a aussi des aspects positifs. Elle stimule les possibilités, elle exige des exploits. Les concurrents se poussent à bout les uns les autres vers de nouveaux dépassements. Dans les loisirs et dans le sport, cela est normalement un jeu.

Mais ce qui se passe dans le loisirs révèle ce qui se passe aussi dans la vie sociale. Et là, ce n'est plus un jeu mais une drame. La compétition devient concurrence et parfois mise à mort ! Cinq cents concurrents se présentent, cinq sont retenus, et les autres?

Elles vont disparaître avec les travailleurs qui les ont montées et développées. Il n'est pas trop tard. Nous pouvons mettre l'économie à sa place en maîtrisant les flux des capitaux, en diminuant ou en supprimant la dette des pays les plus pauvres, en partageant mieux le travail, les responsabilités et les bénéfices. Humaniser l'économie : un beau chantier pour le XXI siècle.

Les droit au travail, ne sont pas démodés. Ils préservent l'humain. Entrepreneurs, élus, syndicats, partis politiques, ensemble, nous pouvons humaniser l'économie. Dans la mondialisation actuelle des projets et des problèmes, mondialisons aussi la solidarité. Il est toujours temps de nous demander ce que Jésus veut nous faire comprendre aujourd'hui quand il nous dit : " Les derniers seront les premiers".

Marcel PERRIER, Feuilles d'Automne

BP 51 73602 Moûtiers Cedex

Tél. 04 79 00 80 27

Pensées, homélies, editos et méditations, l"edelweis

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu